Archives de catégorie : Non classé

Le Team Peugeot Total remporte le Silk Way Rally

Six mois après un superbe triplé au Dakar, les lubrifiants Total ont contribué à la victoire de la Peugeot DKR #100 de l’équipage Despres-Castera.

10 SUR 13

Déjà vainqueurs de l’édition 2016, Cyril Despres et David Castera ont doublé la mise en s’imposant en à Xi’an au terme d’un rallye-raid long de 9333 kilomètres. Véritable référence de la spécialité, le Team Peugeot Total a remporté dix des treize étapes proposées en Russie, au Kazakhstan puis en Chine. Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret, vainqueurs en janvier dernier du Dakar, ont bouclé ce Silk Way Rally 2017 à la cinquième place sur la Peugeot DKR #106. Longtemps en tête de l’épreuve avant d’être contraints à l’abandon, Sébastien Loeb et Daniel Elena ont démontré tout le potentiel de la nouvelle DKR Maxi appelée à disputer le Dakar 2018.

LE RÔLE PRÉPONDÉRANT DES LUBRIFIANTS TOTAL

Les conditions d’exploitation du V6 diesel bi-turbo de la DKR sont extrêmes en rallye-raid. Doté d’un couple impressionnant, la mécanique atteint des températures de fonctionnement importantes, et ce sur des temps d’utilisation très long. La fiabilité constitue logiquement une priorité pour les ingénieurs motoristes de Peugeot Sport. Pour prévenir les frottements et l’usure des organes, mais aussi favoriser le refroidissement, Total leur propose un lubrifiant moteur à la viscosité importante : Total Quartz Racing 10W50. La robustesse a également dicté l’élaboration d’un lubrifiant « pression extrêmes » (80W140) destiné à la boîte de vitesse : la protection des ensembles mobiles doit être garantie sans pénaliser la puissance.

En collaboration avec leurs homologues de Peugeot Sport, les ingénieurs de Total développent actuellement de nouveaux lubrifiants en vue du prochain Dakar.

Une remontée fantastique de Sam Bird pour s’emparer de la 3ème place du championnat

Communiqué de presse – Montréal, le 29 juillet 2017

  • Sam Bird a gagné treize places pour terminer cinquième de la première course de Formula E organisée au Canada. Il s’empare de la troisième place du championnat Pilotes.
  • DS Virgin Racing n’est plus qu’à 21 points de la troisième place du classement des constructeurs en marquant douze points.
  • Tout se jouera lors de l’ultime course de la saison, disputée demain à Montréal.

     

Après un doublé dans les rues de New York, Sam Bird a une nouvelle fois fait étalage de son talent en gagnant treize places lors du premier ePrix de Montréal. En passant sous le drapeau à damier en cinquième position d’une course mouvementée, il s’empare de la troisième place du classement des pilotes.

Le Britannique a dû batailler en partant depuis le dix-huitième rang pour marquer dix points importants dans les deux championnats. Il permet également à DS Virgin Racing de réduire l’écart dans la quête de la troisième place du classement des constructeurs avant l’ultime course de la saison.

En début de journée, Sam Bird et José María López – de retour après avoir été absent à New York – avaient montré leur compétitivité. Mais en qualifications, un problème de cartographie a limité la puissance disponible à 170 kW au lieu des 200 autorisés.

Partis des huitième et neuvième lignes de la grille de départ d’une course de 35 tours, les deux pilotes ont progressé au classement pour revenir à la porte des points au moment de rentrer au stand durant une neutralisation totale du circuit.

À une dizaine de tours de l’arrivée, Sam Bird parvenait à dépasser José María López avec les deux monoplaces dans le top 10. Mais une erreur de l’Argentin, à l’attaque pour continuer de progresser au classement, l’a envoyé dans le mur extérieur du Virage 8.

Après le passage de la voiture de sécurité, Sam Bird a continué de gagner des places pour franchir la ligne d’arrivée au sixième rang. Le résultat fut transformé en cinquième position avec l’exclusion du pilote Renault e.dams Sébastien Buémi pour une infraction à la règlementation technique.

« J’ai tout donné durant cette course et je suis heureux de ramener de gros points », témoigne Sam Bird. « Évidemment, je suis déçu d’avoir dû m’élancer depuis l’arrière de la grille. Je sais que si nous étions partis devant, l’issue aurait été différente. Ce résultat reste une belle performance. »

José María López ajoute : « C’est décevant pour nous après une telle remontée. Je n’étais pas bien placé après avoir dépassé une autre voiture et j’ai fait une erreur. C’est dommage, car j’ai pu mesurer les progrès de l’équipe depuis ma dernière course. Nous avons certainement le potentiel de nous battre pour un meilleur résultat demain. »

Alex Tai, Team Principal : « Quand on sait que l’on dispose d’une monoplace aussi compétitive, il est toujours frustrant de ne pas se qualifier dans une position plus en rapport avec le réel potentiel de la DSV-02. Le professionnalisme de l’équipe nous a permis de laisser cet évènement derrière nous et Sam a été fantastique. Sa performance nous promet un final de toute beauté. Je sais qu’avec notre compétitivité, si nous parvenons à partir devant, nous finirons devant. »

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance : « En signant la plus belle remontée lors de ce premier ePrix de Montréal, Sam Bird a une nouvelle fois prouvé que notre DSV-02 était l’une des monoplaces les plus performantes du championnat. Aujourd’hui, nous avons fait une erreur lors des qualifications. Cela nous rappelle à quel point chaque détail compte et surtout que notre performance est le fruit du travail de toute l’équipe. La solidarité et l’implication positive de chacun sont essentielles pour obtenir de grands résultats. Demain, une magnifique ultime course se profile avec des podiums à conquérir ! »

Le second ePrix de Montréal, et la dernière manche de cette saison 2016/2017 du Championnat Formula E de la FIA, se déroulera demain à partir de 16h00, heure locale.

Enregistrer

Peugeot & Cyril Despres vainqueurs du Silk Way Rally étape 14 de demain annulée

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 21/07/2017

  • Peugeot s’offre une nouvelle victoire au Silk Way Rally avec l’équipage Cyril Despres et David Castera sur la Peugeot DKR #100. La dernière spéciale, initialement programmée demain samedi, vient d’être annulée à cause des intempéries qui frappent actuellement la région de Zhongwei.
  • Si les concurrents se rendront à Xi’an via le parcours de liaison, pour célébrer officiellement la victoire sur le podium demain, la course est d’ores et déjà terminée et les résultats ont été entérinés par la Direction de Course.
  • Cyril Despres comptait plus d’une heure d’avance sur son plus proche rival ce soir, après avoir signé le deuxième meilleur chrono de la treizième étape. Après avoir remporté une ultime victoire d’étape, la dixième pour Peugeot sur treize possibles, Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret se classent donc cinquièmes ; ils ont effectué une belle remontée suite à leur accident sur l’étape 4.

Bruno Famin, Directeur Peugeot Sport / Manager du Team
Peugeot Total

« Un grand bravo à Cyril Despres et David Castera. Ils ont fait une très
belle course ! Ils ont su déjouer les pièges et aller au bout d’une course difficile. Ce n’était pas simple, ils ont admirablement géré la pression. C’est une belle performance sur un rallye très compliqué ! Et c’est encore plus satisfaisant sachant que nous n’avions plus qu’une seule voiture en lice pour la victoire depuis la mi-course. C’est le résultat d’un vrai travail d’équipe. Je suis fier de l’esprit d’équipe qui règne au cœur du Team Peugeot Total et je voudrais remercier toutes les personnes qui ont travaillé dur pour décrocher cette nouvelle victoire. »

Cyril DESPRES, Pilote Team Peugeot Total
Vainqueur du Silk Way Rally 2016 & 2017
« Nous avons débuté le rallye sous la pluie et nous terminons sous la pluie, en fêtant cette victoire de façon assez étrange au bivouac de l’étape 13 ce soir. Je suis heureux d’avoir réédité une telle performance, je m’étais un peu mis la pression. Je suis aussi très fier du travail d’équipe accompli avec David Castera. Tous les deux issus du milieu de la moto, nous avons dû apprendre rapidement, gagner en expérience et en confiance. Je tiens à remercier Peugeot de m’avoir donné cette opportunité de carrière. Merci aux ingénieurs de Peugeot Sport et à tous les mécaniciens pour avoir mis au point une voiture aussi compétitive aussi rapidement. Je suis impatient
de me retrouver au départ du Dakar 2018 avec la Peugeot DKR
Maxi. C’est clairement mon prochain objectif. »

David Castera, CoPilote Team Peugeot Total
Vainqueur du Silk Way Rally 2016 & 2017
« Nous avons fait un rallye sans fautes, je crois, nous n’avons eu aucun
problème, ni d’un point de vue technique ni sur le plan sportif. Je suis
heureux que nous ayons réussi à nous imposer pour la seconde fois
consécutive. Notre travail porte ses fruits ! Nous allons profiter d’un repos
bien mérité avant d’enchaîner les prochains essais. Il y a quelque chose
d’encore plus grand qui nous attend, qui se prénomme la Peugeot DKR
Maxi. J’ai hâte ! »

La PEUGEOT 208 WRX 2017 se dévoile à Barcelone

A l’occasion de la première manche du Championnat du Monde FIA de Rallycross, Sébastien Loeb
et Timmy Hansen lèvent le rideau sur la toute nouvelle PEUGEOT 208 WRX, configuration 2017,
dotée d’une nouvelle livrée et d’un look ravageur. Kevin Hansen, quant à lui fera ses premiers
tours de roue dans la cour des grands avec sa 208 version 2016 plus. 

La PEUGEOT 208 WRX présente de nombreuses évolutions par rapport à sa devancière. Tous les domaines ont été abordés mais c’est sous le capot que se trouvent les plus grosses modifications avec l’apparition d’un nouveau bas moteur avec un bloc taillé masse. La voiture est désormais à la largeur maximale légale et adopte donc une nouvelle carrosserie intégrant de nouveaux éléments aérodynamiques. Bien sûr, l’amortissement et la suspension
ont, aussi, fait l’objet d’une attention particulière.

Cette nouvelle saison s’annonce aussi excitante que disputée puisque Audi et Volkswagen ont annoncé leur implication officielle aux côté de Peugeot et Ford, déjà officiellement engagés dans le championnat. Sébastien Loeb et Timmy Hansen auront la mission de marquer les points pour le compte du Team Peugeot Hansen sur les douze manches d’une saison qui visitera trois continents et se terminera en Afrique du Sud, mi-novembre.

En plus de ce duo de choc, le jeune champion d’Europe Kevin Hansen (18 ans) disputera l’intégralité du Championnat du Monde, pour la première fois. Le lauréat du prix « Rookie of the year 2016 » décerné par la FIA, aura à coeur de parfaire son apprentissage au plus haut niveau au volant d’une voiture en configuration 2016 plus.

Bruits de paddock ….

Kenneth Hansen, Team Principal
« Nous avons travaillé tout au long de l’intersaison pour offrir à nos pilotes une PEUGEOT 208 WRX encore plus performante. Nous avons trois des meilleurs pilotes du championnat et si nous leur
fournissons une voiture qui les met en confiance, ils peuvent réaliser des choses magiques. Nous avons travaillé dur cet hiver mais il est difficile de nous situer avant cette première course car nos concurrents aussi ont certainement évolué aussi de leur côté. Le niveau va être très élevé cette saison avec quatre constructeurs impliqués. Nous allons prendre les courses les unes après les autres avec l’objectif de nous battre pour les deux titres. Barcelone est une piste où nous avons déjà été performants . Nos pilotes apprécient cette piste et je suis impatient de voir ce qui va s’y passer. »

Sébastien Loeb (pilote de la PEUGEOT 208 WRX #9)
« Je suis plutôt content de commencer la saison à Barcelone. Il y a des chances que nous y trouvions de meilleures conditions météo que lors de du lancement de la saison passée, à Montalegre. Pour mes débuts dans le championnat, j’avais été accueilli par un déluge ! J’aime Barcelone qui me rappelle beaucoup de bons souvenirs. C’est là que j’ai pilotée le plus grand nombres de voitures différentes. J’y ai notament essayés la Red Bull F1 et la PEUGEOT 908 d’endurance, il y a quelques années. Je suis impatient d’y retourner pour voir où se situe notre nouvelle PEUGEOT 208 WRX. L’équipe a beaucoup travaillé tout l’hiver. Après le dernier test effectué à Lydden Hill, j’ai le sentiment que la voiture a progressé dans un peu tous les domaines : moteur, châssis, amortisseurs, rapports de boîte… Globalement, on est mieux partout. Elle devrait être plus polyvalente et plus performantes sur les circuits glissants. Barcelone n’est pas la piste qui permettra de vraiment juger ce dernier point mais ce sera tout de même très intéressant puisque ce sera notre première confrontation avec une concurrence renforcée. »

Timmy Hansen (pilote de la PEUGEOT 208 WRX #21)
« Les essais que nous avons menés avec la version 2017 de la PEUGEOT 208 WRX se sont très bien passés. Nous avons résolus les quelques points qui nous posaient soucis l’an dernier. La nouvelle voiture est de celles qu’il est possible de pousser à la limite et de piloter d’une manière très incisive. Je suis impatient de me retrouver à son volant sur la ligne de départ de Barcelone d’autant que la voiture dispose d’une nouvelle livrée et de nouveaux appendices aéro qui la rende encore plus agressive ! Je pense que Barcelone est un circuit qui nous convient. J’étais en pole en demi-finale et j’ai terminé deuxième en finale. Je suis content de commencer par cette piste cette saison. »

Kevin Hansen (pilote de la PEUGEOT 208 WRX #71)
« La PEUGEOT 208 WRX version 2016 que je vais piloter cette saison est meilleure que celle dont je disposais l’an dernier. C’est super de me retrouver à Barcelone au volant d’une voiture dans laquelle je me sens à l’aise. Elle était déjà performante à Barcelone l’an passé et elle a encore été développée depuis la saison passée. En ce qui me concerne, Barcelone est l’un des meilleurs souvenirs de ma carrière puisque c’est là que je suis devenu le plus jeune pilote à remporter le titre de champion d’Europe. Je me sens plus prêt que jamais à attaquer cette première saison complète en championnat du monde. Avec Timmy, je me suis d’ailleurs préparé tout l’hiver que ce soit en termes de pilotage ou sur le plan physique. »

Télécharger le guide média PEUGEOT WRX 2017 (PDF)

Enregistrer

Enregistrer

MotoGP, Grand Prix d’Argentine

Morbidelli taille patron

En enchaînant en Argentine une deuxième victoire d’affilée, Franco Morbidelli a consolidé sa place de leader de la catégorie Moto2. L’Italien peut plus que jamais croire en ses chances d’obtenir le titre mondial.

 

Les courses

Deuxième temps des essais, Franco Morbidelli s’est encore montré intouchable sur le circuit de Termas de Rio Hondo. Leader du premier au dernier tour, il n’a eu à résister qu’à un bref assaut de son coéquipier à quelques kilomètres de l’arrivée.

J’ai attaqué un peu plus fort dans les derniers tours quand j’ai vu qu’Alex se montrait pressant ; Malheureusement, lorsque j’ai franchi la ligne d’arrivée, il n’était plus derrière moi.

Franco Morbidelli

Marquez est en effet tombé dans le dernier tour, privant ainsi le Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS d’un historique doublé. S’il est parvenu à remonter sur sa moto, l’Espagnol n’a pu rallier l’arrivée qu’en vingt-et-unième position. Bien décidé à rentrer tous les deux dans les points en MotoGP, Jack Miller et Tito Rabat ont mené à bien leur mission. L’Australien a enchaîné un deuxième top dix en terminant neuvième sur les talons de Redding alors l’Espagnol a pris l’avantage sur un trio composé de Barbera, Espargaro et Smith pour finir douzième. En Moto3, les deux pilotes du team Peugeot MC Saxoprint n’ont malheureusement pas réussi à accrocher le wagon de tête. Jakub Kornfeil s’est classé dix-huitième à vingt secondes du vainqueur tandis Patrik Pulkkinen a franchi la ligne d’arrivée à la vingt-sixième place.

Le championnat

Grâce à sa nouvelle victoire, Morbidelli conforte sa place de leader du championnat du monde Moto2. L’Italien compte désormais quatorze points d’avance sur Tom Lüthi. Marquez pointe lui à la neuvième place avec onze points. En MotoGP, Miller se hisse en septième positon à seulement cinq points du troisième, Andrea Dovizioso. Rabat est dix-neuvième à égalité avec Jorge Lorenzo. Toujours pas de points en revanche pour les deux pilotes Moto3 du team Peugeot MC Saxoprint.

L’histoire

Plantée au cœur de la province de Santiago del Estero, au nord-ouest de l’Argentine, la petite ville de Termas de Rio Hondo accueille depuis trois ans le Grand Prix d’Argentine. Peuplée de 44 000 âmes, cette cité est davantage réputée pour ses thermes que pour son circuit de vitesse. Pourquoi donc alors organiser un Grand Prix MotoGP dans une petite ville distance de plus de mille kilomètres de Buenos Aires et qui exige plus de vingt-quatre heures de voyage quand on s’y rend au départ d’une capitale européenne ? Pas seulement parce que l’Argentine fut, en 1961, le premier pays hors Europe à accueillir une manche des championnats du monde de vitesse. A l’époque, le Grand Prix était d’ailleurs organisé à Buenos Aires. Il s’y est tenu à neuf reprises, la dernière en 1999. Non, si Termas de Rio Hondo accueille depuis trois ans le Grand Prix d’Argentine, c’est parce que le championnat MotoGP n’est pas qu’un spectacle. C’est aussi la garantie d’accueillir des dizaines de milliers de spectateurs et de bénéficier d’un formidable exposition médiatique. Durant les trois jours du Grand Prix d’Argentine, la province de Santiago del Estero enregistre ainsi plus de dix pour cent de ses recettes liées au tourisme. Voilà pourquoi les pouvoirs publics soutiennent corps et âme ce Grand Prix dont le contrat court jusqu’en 2019.

Course de Russie

Qing of Moscow

Encore un doublé pour Citroën Après la victoire de José Maria Lopez dans la première course, c’est une page d’histoire qui s’est écrite dans la deuxième avec la victoire de Ma Qing Hua qui disputait son premier week-end de course pour Citroën. Il est le premier Chinois vainqueur dans un Championnat du Monde. Quatrième doublé pour Citroën cette saison.

Les faits

Le WTCC faisait étape pour la deuxième fois sur le Moscow Raceway, un tracé associant longues lignes droites et parties techniques. Le champion en titre Yvan Müller avait remporté la première course l’année dernière, mais c’est le leader du Championnat actuel, Lopez, qui réussissait une deuxième pole position cette année. Müller (6e) et Sébastien Loeb (4e) étaient à l’affût. Ils ne pouvaient rien contre l’Argentin qui profitait du contact entre les Honda de Gabriele Tarquini et Tiago Monteiro pour prendre le large.

Neuvième des qualifications, Ma était sur la première ligne de la deuxième course conformément à la règle de la grille inversée. Un passage par les stands infligé au poleman Hugo Valente et une rude bagarre remportée contre Norbert Michelisz (Honda) lui permettaient de prendre les devants au 7e tour.

Derrière, Müller réalisait une course parfaite pour terminer sur les talons de son coéquipier et devant la Honda de Mehdi Bennani. Lopez faisait lui les frais de son premier abandon de la saison en calant sur la grille de départ, ce qui a resserré les positions au Championnat.

Le chiffre

200 – Ma, premier Chinois vainqueur dans un Championnat FIA, était aussi le 200e pilote à prendre part à une course de WTCC depuis que la série a été relancée en 2005. Le natif de Shanghai, 26 ans, était plus que ravi de commencer sa carrière avec un tel coup d’éclat. “J’ai pris beaucoup de plaisir à vivre cette course en tête”, a déclaré l’ancien pilote d’essais en F1 pour HRT et Caterham. Ma n’avait plus gagné depuis son titre de champion de Chine de Tourisme en 2011.

La phrase

“Je n’ai pas pu passer la première sur la grille, alors j’ai forcé et j’ai cassé la chaîne de transmission. C’est comme ça.” Lopez ne s’est pas appesanti sur le coup du sort qui l’a écarté de la deuxième course. À mi-saison, Pechito compte 40 points d’avance sur Müller et Loeb. Ma, 6e dans la première course, est 12e avec ses 25 points de la deuxième.

À suivre

Belgique (21-22 juin)

RESULTATS MOTOGP JEREZ

Kallio gagne à son tour

Mika Kallio a dignement fêté le retour du championnat sur le sol européen. Le pilote finlandais du team Marc VDS s’est offert à Jerez son premier succès de la saison.

Les courses

Depuis l’ouverture du championnat du monde au Qatar, l’équipe de Michael Bartholemy a toujours placé l’un de ses pilotes sur le podium de la catégorie Moto2. En Espagne, c’est Mika Kallio qui s’est à son tour imposé devant Dominique Aegerter et Jonas Folger. Le Finlandais a ainsi remporté son premier succès de la saison, le second de sa carrière en Moto2. Victime d’une chute aux essais et bousculé au premier virage de la course, Tito Rabat a dû quant à lui se contenter d’une quatrième place qui, pour la première fois de la saison, le prive du podium.

2014-04-GP-Espagne-04571

 

En MotoGP, Stefan Bradl a souffert de crampes aux avant-bras. Le protégé de Lucio Cecchinello n’a rien pu faire face à Bradley Smith et Pol Espargaro qui le devancent sur la ligne d’arrivée. Le pilote Honda LCR termine dixième à plus de trente secondes du vainqueur. Dans la classe Moto3, Livio Loi et Arthur Sissis ont été bien malchanceux. Le premier est tombé à six tours de l’arrivée alors que le second a abandonné dès le début de course sur problème technique. Miguel Oliveira s’est quant à lui classé quatorzième.

Le championnat

Grâce à sa belle victoire en terre andalouse, Mika Kallio conforte sa deuxième place au classement général du championnat Moto2 en revenant à seize points de son coéquipier, Tito Rabat. Malgré sa difficile course de Jerez, Stefan Bradl se maintient à la sixième place de la catégorie MotoGP à égalité de points avec Aleix Espargaro et à seulement une longueur de Jorge Lorenzo. En Moto3, Livio Loi et Miguel Oliveira figurent respectivement en onzième et douzième positions.

L’histoire

La nouvelle est tombée à la veille de la première journée d’essais du Grand Prix d’Espagne. En 2016, Bridgestone ne sera plus le fournisseur officiel du championnat MotoGP. « Nous avons décidé de ne pas prolonger notre contrat avec Dorna Sports, ont expliqué les responsables du manufacturier de pneumatiques japonais. Nous avons atteint l’ensemble de nos objectifs depuis notre arrivée dans cette compétition, et nous souhaitons aujourd’hui réorienter notre stratégie pour le futur. » Arrivé en MotoGP en 2002, Bridgestone était devenu le fournisseur officiel du championnat en 2009 après que Michelin eût choisi de se retirer des Grands Prix. Si une page s’apprête à se tourner, pas question pour le promoteur du championnat de revenir à une compétition multimarque. « Cela serait trop coûteux, » estime Lucio Cecchinello, le patron de l’équipe Honda LCR. « Si la compétition était à nouveau ouverte, Bridgestone récupérerait les trois équipes officielles et les autres devraient composer avec les nouveaux manufacturiers qui ne pourraient évidemment pas être au niveau », ajoute Hervé Poncharal, le président de l’Irta, l’association des teams de Grands Prix. Quoi qu’il en soit, quel que soit le prochain manufacturier du championnat MotoGP, son challenge sera de taille. Parvenir à fabriquer des pneus performants et fiables pour des pilotes et des motos différents n’est pas, en effet, une petite affaire.