COMBATTIFS, LES ROUGES ARRACHENT DES POINTS PRÉCIEUX AVEC C3 WRC EN SARDAIGNE

Si le résultat final du Citroën Total World Rally Team était compromis depuis le premier jour de course, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia n’en ont pas moins rappelé que leur niveau de compétitivité restait intact, avec le deuxième temps dans la Power Stage synonyme de quatre points bonus, tandis qu’Esapekka Lappi et Janne Ferm ralliaient l’arrivée au septième rang après deux dernières étapes bien gérées.

Après leur erreur survenue le premier jour (ES 5), alors qu’ils tentaient de minimiser le handicap conséquent d’avoir à ouvrir la piste sur ces chemins techniques très sensibles au balayage, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, contraints de recourir au Rally 2, n’avaient d’autre ambition sur cette courte dernière étape (41,90 km) que d’essayer de glaner quelques points dans la Power Stage de Sassari – Argentiera. Une nouvelle fois particulièrement combattifs, les sextuples champions du monde français arrachaient quatre points, qui leurs valent de pointer désormais au deuxième rang du classement provisoire du championnat du monde, à quatre unités du premier.

Bien qu’en deçà des espérances du Citroën Total World Rally Team, ce résultat aura pour effet bénéfique de les voir disposer de routes balayées par un concurrent à la reprise des hostilités en Finlande (1-4 août), après une coupure estivale qui sera assurément mise à profit par l’équipe des Rouges pour redoubler d’efforts en vue de la deuxième partie de saison.

Sur terre, la première étape se révèle déterminante car elle détermine l’ordre des départs pour la suite, et Esapekka Lappi et Janne Ferm allaient hélas le constater à leurs dépens. Ils figuraient en 6e position et prenaient progressivement leurs marques, lorsqu’ils lâchaient près de 40’’ dans le décoincement d’un pneu (ES 4). Malgré tous les efforts déployés ensuite à bord de C3 WRC pour remonter (scratch dans l’ES5, 2e temps à seulement 0,1’’ dans l’ES 9), ils ne pouvaient faire mieux que 8e à l’issue de cette étape inaugurale, suite aussi à un problème de capteur (ES 6). Condamnés dès lors à un ordre de départs défavorable pour le samedi, ils n’en menaient pas moins une deuxième journée régulière, exempte de la moindre erreur, pour continuer à se familiariser avec C3 WRC sur terre et récupéraient la 7e position à la faveur des faits de course. C’est à cette même place qu’ils concluaient cette ultime journée. Cette course, abordée intelligemment dès lors qu’ils n’avaient plus la possibilité de s’exprimer, leur servira à coup sûr pour aborder le prochain rendez-vous, sur leurs terres finlandaises, dans de meilleures dispositions.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

« On a parfois des weekends sans en sport automobile, celui-ci en était clairement un, et il est maintenant temps de se concentrer sur l’avenir. En partant devant, on pouvait sans doute malgré tout espérer finir autour de la cinquième place, donc mes erreurs nous coûtent quelques points. Mais tout reste hyper serré au championnat, même si je ne suis pas du style à me réjouir des malheurs des autres, en particulier lorsqu’il s’agit d’Ott. Je vais désormais prendre des vacances, me ressourcer et on reviendra en Finlande en essayant de faire bien mieux. »

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

« Ce n’est évidemment pas le résultat que nous espérions. Notre première journée mal négociée a grandement conditionné le reste de notre week-end. Elle nous a empêché de disposer ensuite d’un ordre de départs permettant de nous mettre en valeur et de remonter sur ce terrain qui évolue énormément de voiture en voiture. D’autant que nous avons aussi fait un mauvais choix de pneus le samedi matin. Mais au moins voyons-nous l’arrivée et nous allons dès à présent nous remettre au travail pour revenir plus forts à domicile en Finlande. »

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Quelle analyse faites-vous de ce week-end de course en Sardaigne ?
Le résultat n’est évidemment pas celui escompté, même si nous savions qu’en partant premiers sur cette manche où le balayage est massif, Sébastien et Julien n’auraient pas la partie facile. On ne peut pas les blâmer pour leurs erreurs tant ils sont d’ordinaire irréprochables. D’autant qu’ils se sont bien repris en faisant preuve d’une sacrée pugnacité dans la Power Stage. La première journée en demi-teinte d’Esapekka et Janne a malheureusement eu des conséquences sur la suite de leur week-end, en les contraignant à faire la trace pour les suivants. En Sardaigne, c’est un handicap quasi insurmontable. Mais ils ont intelligemment su composer avec la frustration générée pour accumuler des kilomètres à bord de C3 WRC, voir l’arrivée et repartir du bon pied en vue de la Finlande, où on sait qu’ils ont clairement le potentiel pour faire de très belles choses.

Avec un championnat aussi serré, la trêve estivale s’annonce studieuse…
En effet, la combativité de Sébastien et Julien, associée à l’issue rocambolesque de cette épreuve, font que tout reste ouvert au championnat. Cela ne change en rien la manière dont nous appréhendons notre campagne en WRC, nous allons continuer à mettre toutes nos forces dans la bataille ! Nous sommes en essais dès la semaine prochaine, et vous pouvez compter sur nous pour redoubler d’efforts afin d’offrir à nos pilotes la meilleure arme possible pour la deuxième partie de saison.

LE TEMPS FORT DU WEEK-END

Décrite par certains comme une spéciale de rallye-raid, tant elle est cassante, la Power stage de Sassari – Argentiera (6,89 km) a une nouvelle fois vu Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, pourtant premier équipage WRC à s’élancer, effectuer une prestation majuscule.

Sébastien Ogier avait prévenu, la tâche s’annonçait ardue en Power Stage, tant le terrain, propice au balayage, devait gagner en adhérence au fil des passages. Sur pareil terrain sablonneux, où les rails se creusent, la prise de risques pouvait faire la différence. Sébastien et Julien y faisaient preuve d’un engagement extrême, que les images de caméras embarquées dirigées sur leurs visages ne pouvaient que trahir. Leur pilotage, d’ordinaire si propre, se révélait extrêmement agressif, mais cela faisait la différence à l’arrivée ! Seul Andreas Mikkelsen, pourtant parti cinq voitures après lui, se révélait plus rapide d’à peine plus de deux secondes. Les quatre points remportés de haute lutte à cette occasion pourraient se révéler déterminants à l’heure du bilan final.

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

1- Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) 3h32’27’’2
2- Suninen / Lehtinen (Ford Fiesta WRC) +13’’7
3- Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) +32’’6
4- Evans / Martin (Ford Fiesta WRC) +33’’5
5- Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC) +1’30’’1
6- Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +2’06’’7
7- Lappi / Ferm (Citroën C3 WRC) + 2’59’’6
8- Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) +4’40’’1
42- Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) +1h22’58’’5

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES

1- Ott Tänak – 150 points
2- Sébastien Ogier – 146 points
3- Thierry Neuville – 143 points
4- Elfyn Evans – 78 points
5- Teemu Suninen – 62 points
6- Kris Meeke – 60 points
7- Andreas Mikkelsen – 56 points
8- Dani Sordo – 52 points
9- Esapekka Lappi – 40 points
10- Jari-Matti Latvala – 40 points
* sous réserve de la publication du classement par la FIA

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS

1- Hyundai WRT – 242 points
2- Toyota Gazoo Racing – 198 points
3- Citroën Total WRT – 170 points
4- M-Sport Ford WRT – 152 points