Championnat du monde Superbike – Espagne

Rea conforte son leadership

Avec deux nouveaux podiums dont une victoire, Jonathan Rea a parfaitement négocié la première épreuve européenne de la saison organisée à Alcañiz sur le circuit d’Aragon. Le pilote Kawasaki consolide ainsi sa première place au classement général.

Les courses

Avec une victoire et une deuxième place récoltées lors du premier rendez-vous européen de la saison, Jonathan Rea semble avoir trouvé sa vitesse croisière. Seul pilote à avoir tenu tête aux Ducati sur le circuit d’Alcañiz, le champion du monde en titre a pris l’avantage, samedi, à cinq tours de l’arrivée. Laissant sur place Forez, Melandri et Davies, Rea a joliment décroché sa cinquante-sixième victoire en Mondial Superbike. « On a eu des problèmes aux essais mais le fait que la température se soit rafraîchie nous a aidés en course, expliquait alors le Britannique. L’équipe a encore fait un super boulot. » Le lendemain, une petite faute dans le dernier tour alors qu’il bagarrait avec Davies l’a contraint à accepter la deuxième place. « Au final, ce week-end en Espagne aura très positif, analyse le pilote Kawasaki. J’ai pris des points importants et augmenté mon avance en tête du championnat. » Avec deux sixième places, Tom Sykes a fait une moins bonne affaire. Dans la catégorie Supersport, Sheridan Morais a empoché ses premiers points de la saison. Appelé pour remplacer Kenan Sofuoglu, toujours blessé, le Portugais s’est classé septième. Hikari Okubo, son coéquipier, a dû lui abandonner avant la ligne d’arrivée.

Le championnat

Avec quarante-cinq points de plus au compteur, Jonathan Rea consolide sa position de leader. Le triple champion du monde devance désormais Chaz Davies de douze points. Septième au général, Tom Sykes ne compte que trois points de retard sur Van der Mark. En Supersport, Sheridan Morais intègre le classement à la quatorzième place. Kenan Sofuoglu est désormais vingtième et Hikari Okubo vingt-troisième.

L’histoire

Le nouveau règlement technique du championnat du monde Superbike ne fait décidément pas les affaires de Tom Sykes. Gros freineur, le pilote Kawasaki a toujours été l’un de ceux sachant le mieux tirer la quintessence du moteur de sa machine. Souvent moins rapide au point de corde que ses adversaires, Sykes ouvre en revanche les gaz avant tout le monde. Manque de pot, aujourd’hui, avec un régime moteur limité, le Britannique ne profite plus autant de la puissance de son moteur. Et surtout de son allonge. « Quand je me retrouve en paquet, mes chronos sont moins bons que lorsque je roule seul, déplore-t-il. Les gars me gênent au freinage et en entrée de courbe, et il m’est impossible de les doubler quand je ressors des virages. Et même en bout de ligne droite, je ne parviens à profiter de leur aspiration. Il va falloir que l’on trouve des solutions pour contourner ces difficultés. » Depuis sa deuxième place à Phillip Island en début de saison, Tom Sykes n’est plus remonté sur le podium. Cela faisait six ans que l’ancien champion du monde n’avait plus connu pareille série.