MotoGP : Grand Prix d’Australie (Phillip Island)

Morbidelli à un centième de la victoire

En tête à la sortie du dernier virage du circuit de Phillip Island, Franco Morbidelli s’est fait souffler sur la ligne d’arrivée sa première victoire en Grand Prix. Ce n’est que partie remise.

 

FRANCO MORBIDELLI ITA  ESTRELLA GALICIA 0,0 MARC VDS  KALEX Moto2  GP Australia 2016 (Circuit Phillip Island) 21-23/10.2016   PSP/ Lukasz Swiderek  www.photoPSP.com

Les courses

Cette fois, Franco Morbidelli était tout près de monter sur la première marche du podium. Après deux journées d’essais compliquées et quelques chutes qui n’ont finalement pas réussi à ébranler sa confiance, le pilote italien a réalisé un Grand Prix d’Australie presque parfait. En tête à la sortie du dernier virage, Morbidelli s’est malheureusement fait souffler la victoire par Tom Lüthi.

L’expérience a parlé, mais on ne peut rien reprocher à Franco, il a très bien roulé et je suis certain que sa première victoire n’est plus très loin.

Michael Bartholemy

Son coéquipier n’a pour sa part pas pris le départ. Victime aux essais d’une grosse chute après avoir percuté Julian Simon qui était tombé en panne d’essence, Alex Marquez a passé la nuit de samedi à dimanche à l’hôpital de Melbourne. De retour sur le circuit pour le warm up malgré de vives douleurs au dos et à l’abdomen, l’Espagnol souffrait trop pour disputer la course. En MotoGP, Jack Miller a obtenu une belle dixième place alors que Tito Rabat a échoué en seizième position, à la porte des points.

 Le championnat

Avec vingt points empochés en Australie, Franco Morbidelli se hisse à la quatrième place du championnat Moto2. Ayant dû déclarer forfait, Marquez glisse lui en quatorzième position. Pas de changements en MotoGP. Miller et Rabat se maintiennent aux dix-huitième et vingtième places.

 L’histoire

Cette fois, Jack Miller a été à la hauteur. Devant ses supporters, le pilote du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS a parfaitement géré la pression de son Grand Prix national et réalisé sans nul doute son meilleur week-end depuis sa victoire aux Pays-Bas. Une performance d’autant plus méritoire que les conditions étaient particulièrement exécrables le week-end dernier à Phillip Island. Un froid polaire, des averses incessantes et des rafales de vent infernales.

C’était très compliqué, Surtout aux essais car l’état de la piste changeait sans arrêt. Il fallait avoir les bons pneus au bon moment.

Jack Miller

Cinquième sur la grille, Jack a signé sa meilleure qualification de la saison. Et en course, il s’est battu jusqu’au dernier tour pour la septième place en compagnie de pilotes tels que Bradley Smith, Scott Redding, Danilo Petrucci ou encore Stefan Bradl. Parti avec un pneu avant qu’il n’avait pas eu le temps d’évaluer aux essais, l’Australien a régalé le public en rendant coup pour coup à ses adversaires.

L’important était de franchir la ligne d’arrivée avec quelques points et j’y suis parvenu.

Jack Miller

Laisser un commentaire