Championnat du monde MotoGP – Grand Prix d’Italie (Mugello) Mai 2016

Cruel Mugello

La réussite n’a pas été pas au rendez-vous pour les pilotes du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS sur le circuit du Mugello. C’est Franco Morbidelli qui a obtenu le meilleur résultat avec une huitième place en Moto2.

Les courses

Huitième sous le drapeau à damier, Franco Morbidelli n’a pas obtenu le podium qu’il rêvait de conquérir devant son public. Après avoir enchaîné deux quatrièmes places à Jerez au Mans, l’Italien n’a malheureusement pas réussi à passer la vitesse supérieure au cours d’une épreuve Moto2 réduite à dix tours après qu’une chute a contraint la direction de course à stopper les débats. Victime d’un accrochage avec Luca Marini avant que ne soit sorti le drapeau rouge, Alex Marquez a dû pour sa part prendre le second départ du fond de la grille, et malgré une belle remontée l’Espagnol a échoué en seizième position, à la porte des points.

En MotoGP, la malchance s’est montrée encore plus cruelle pour les pilotes de Michael Bartholemy. Tito Rabat s’est en effet fracturé une clavicule aux essais et Jack Miller s’est retrouvé dans le bac à gravier au premier virage après avoir été percuté par Alvaro Bautista. La maladresse du pilote espagnol qui s’est emporté au freinage a également coûté une fracture du pied à Loris Baz.

Le championnat

Forfait au Mugello, Tito Rabat glisse à la dix-huitième place du classement général MotoGP. Jack Miller demeure en vingt-deuxième position avec ses deux petits points inscrits au Qatar.

En Moto2, Franco Morbidelli conserve sa neuvième place alors qu’Alex Marquez rétrograde en vingt-deuxième position. L’Espagnol compte désormais sur la prochaine épreuve en Catalogne pour remettre sa saison sur les rails.

L’histoire

Circuit unique planté entre deux verdoyantes collines sur la commune toscane de Scarperia, le Mugello fait l’unanimité parmi les pilotes et le public. Ce tracé, aujourd’hui propriété de Ferrari, offre il est vrai un incroyable éventail de difficultés avec du relief, des enchaînements de virages à couper le souffler et une ligne droite interminable au bout de laquelle les pilotes frôlent les 350 km/h.

Le Mugello a accueilli son premier Grand Prix en 1976. Cette année-là, Barry Sheene avait remporté la course des 500 avec sa Suzuki devant Phil Read. Le Britannique était alors en route vers son premier titre de champion du monde.

Il est à noter qu’en quarante ans, la piste italienne longue de 5,245 km n’a pratiquement pas changé.

Laisser un commentaire