Bol d’Or (Castellet) 20 septembre 2015

Une victoire historique

Malchanceux depuis l’ouverture du championnat du monde, le team Kawasaki SRC a renoué avec le succès à l’occasion du 79e Bol d’Or. Une épreuve qui effectuait cette année son retour sur le mythique circuit Paul Ricard.

TEAM SRC KAWASAKI Gregory LEBLANC / Matthieu LAGRIVE / Fabien FORET Kawasaki ZX10R Formula EWC  Bol d'Or 2015 (Circuit Paul Ricard) 19-20/09.2015 PSP/ Lukasz Swiderek www.photoPSP.com

Après quinze éditions organisées à Magny-Cours, le Bol d’Or retrouvait cette année le circuit Paul Ricard, un site historique qui avait déjà accueilli la plus célèbre des courses d’Endurance entre 1978 et 1999. Pour célébrer cet événement, le team Kawasaki SRC s’est adjugé la victoire au terme de deux tours d’horloge rondement menés. Parti de la pole position, l’équipage composé de Gregory Leblanc, Fabien Foret et Matthieu Lagrive a su éviter de nombreux pièges pour décrocher sa première victoire de la saison et s’offrir un succès bienvenu après les galères des trois premières épreuves : une chute au Mans les privant de la lutte pour la victoire, des problèmes de pneus à Suzuka, et un moteur cassé à Oschersleben.

Avec onze victoires au Bol d’Or, Kawasaki s’empare ainsi du record dans la plus célèbre des courses d’Endurance.

Pour Gilles Stafler, c’est le quatrième succès de rang. Un succès à domicile qui tenait à cœur au manager installé au Cannet des Maures, à quelques dizaines de kilomètres du circuit Paul Ricard.

« C’est vrai que celle-ci je la voulais vraiment, confie le patron du team SRC. Non seulement parce qu’on est à la maison, mais aussi parce qu’il fallait effacer les déceptions d’une saison où la réussite n’a pas été vraiment à nos côtés. Depuis que cette moto est sortie en 2011, nous n’avions jamais eu le moindre problème. Pour nos partenaires, il était important de gagner ici. »

Fabien Foret n’en pense pas moins :

« Après ma chute au Man, j’avais à cœur de me racheter, confie le vétéran de l’équipe Kawasaki. Je suis ravi de l’avoir fait. »

Mais comme le dit Grégory Leblanc, ce succès n’a pas été acquis facilement.

« On avait une moto fiable et rapide, ce qui nous a été favorable avec cette longue ligne droite, souligne le pilote Kawasaki, mais à chaque fois que nous pensions avoir fait la différence et qu’on se croyait à l’abri, un pépin nous arrivait. Une consommation excessive sur un relais, un problème de pneu sur un autre, un phare défaillant dans la nuit… Au final on s’impose, et je dois dire que ça fait vraiment du bien de remporter notre première victoire de la saison. »

Laisser un commentaire