Championnat du monde Superbike Espagne (Jerez) – 20 septembre 2015

Rea champion du monde

Même si, pour la première fois de la saison, Jonathan Rea n’est pas monté sur le podium, le Britannique a logiquement coiffé en Espagne la couronne de champion du monde. Kawasaki s’assure pour sa part le titre constructeur alors qu’il reste encore deux épreuves à disputer.

 2015 Superbike World Championship, Round 11, Jerez, Spain, 18-20 September 2015, Kawasaki Racing Team

Les courses

Une fois n’est pas coutume, Jonathan Rea n’est pas monté sur le podium à l’arrivée des deux courses organisées sur le circuit de Jerez. Il est vrai que le pilote Kawasaki n’avait besoin que de six points pour s’assurer le titre de champion du monde. Il n’a donc pas tenté le diable et s’est contenté de deux quatrièmes places. Tom Sykes a lui remporté la première course avant de terminer cinquième dans la seconde.

« Je suis content car c’est la première fois que je m’impose sur ce circuit de Jerez, a commenté le champion du monde 2013. Je pense que j’aurais pu faire aussi bien dans la seconde course si je n’avais pas un mauvais choix de pneu. J’étais un peu moins bien, je manquais de feeling avec l’avant, et je n’ai pas réussi à tenir la même cadence. Ce qui est positif, c’est que Kawasaki est d’ores et déjà assuré du titre de champion du monde constructeur. »

En Supersport, Kenan Sofuoglu a lui aussi conclu son week-end par une nouvelle victoire. Le pilote Kawasaki s’impose avec plus d’une seconde d’avance sur Jacobsen alors que Marc Faccani obtient une méritoire sixième place.

Le championnat

Auteur d’une saison irréprochable, Jonathan Rea décroche à Jerez son premier titre de champion du monde.

« C’est un rêve de gosse qui se réalise, affirme le pilote Kawasaki. Depuis que j’ai six ans, je cours après cet objectif, et j’ai du mal à réaliser qu’aujourd’hui il s’est concrétisé. J’ai fait beaucoup de sacrifices et j’ai énormément travaillé pour en arriver là. Il y a eu des hauts et des bas, des blessures… C’est fantastique. »

Avec 331 points au compteur, Tom Sykes demeure à la troisième place du classement général avec vingt-deux points de retard sur Chaz Davies.

En Supersport, Kenan Sofuoglu consolide sa place de leader. Le Turc compte désormais trente-trois points d’avance sur Jacobsen, son nouveau dauphin. Jules Cluzel s’étant sérieusement blessé en chutant aux essais, le pilote américain est le seul à pouvoir encore empêcher Sofuoglu de coiffer une nouvelle couronne de champion du monde. Belle opération également pour Marco Faccani qui se hisse dans le top dix.

 L’histoire

Avec seulement six points à marquer pour décrocher le Graal, Jonathan Rea était quasiment assuré de repartir du circuit de Jerez avec le titre de champion du monde en poche. Une récompense largement méritée pour le pilote Kawasaki, auteur d’une saison particulièrement remarquable. Depuis l’ouverture de la compétition en Australie, Rea n’était en effet jamais descendu du podium avec l’épreuve de Jerez. Avec douze victoires, six deuxièmes places, et deux troisièmes places, le Britannique a survolé les débats pour décrocher en Espagne la couronne mondiale alors qu’il reste encore deux épreuves disputer.

A 28 ans, Jonathan Rea obtient ainsi sa première récompense majeure. Vice-champion de Grande-Bretagne Superbike en 2007, vice-champion du monde Supersport l’année suivante, troisième du Mondial Superbike en 2014, le coéquipier de Tom Sykes aura dû attendre de rejoindre l’équipe Kawasaki pour concrétiser son immense talent. Pour le constructeur japonais, c’est le troisième titre depuis la création du Mondial Superbike en 1988. Scott Russel s’était imposé en 1993, imité vingt ans plus tard par Tom Sykes.

Laisser un commentaire