JEAN-ÉRIC VERGNE DÉCROCHE UN NOUVEAU PODIUM À BERLIN POUR ACCENTUER SON AVANCE AU CHAMPIONNAT

Les pilotes DS TECHEETAH Jean-Éric Vergne et André Lotterer ont signé une performance remarquable aujourd’hui en Allemagne en gagnant des places lors de l’E-Prix de Berlin. Qualifié en huitième position, Jean-Éric Vergne monte sur le podium de la dixième manche du Championnat de Formule E FIA ABB pour marquer quinze points supplémentaires et accentuer son avance au classement du championnat Pilotes.

Passé de la 21e à la 11e place en début de course après une erreur durant les qualifications, André Lotterer a été contraint à l’abandon par un problème de batterie. DS TECHEETAH compte vingt-cinq points d’avance au championnat Teams et Jean-Éric Vergne est en tête du classement voestalpine des courses européennes devant André Lotterer.

Mark Preston, Team Principal DS TECHEETAH : « Nos pilotes ont une nouvelle fois montré leur grand potentiel et nous sommes très fiers de leur prestation. Jean-Éric et notre équipe confortent les premières places des championnats, même si André a été contraint à l’abandon à cause d’un problème de batterie. Nous savons qu’il était en train d’aller marquer des points. Ce résultat aurait été positif après la déception de la matinée, lorsqu’il a manqué le début de son tour de qualification pour seulement un dixième de seconde. Nous sommes en confiance au moment d’aller à Berne. L’équipe est en tête du championnat et nos pilotes sont premier et troisième. »

Xavier Mestelan Pinon, Directeur DS Performance : « La Formule E nous a une nouvelle fois offert une course fantastique et pleine de rebondissements. Àl’issue de cette magnifique remontée de Jean-Eric qui termine une fois de plus sur le podium, nous sommes heureux d’être encore en tête des deux championnats. C’est un excellentrésultat pour DS Automobiles et pour notre équipe ici en Allemagne ! »

Jean-Éric Vergne, 3e : « C’est une belle journée à Berlin avec la troisième place pour conserver la première position du classement général. Merci à toute l’équipe qui a travaillé jusqu’à très tard pour solutionner les problèmes que nous avions durant les essais. Ma DS E-TENSE FE19 était incroyable et j’ai pris beaucoup de plaisir à passer de la huitième à la troisième place pour monter sur le podium. »

André Lotterer, abandon : « Cette journée n’a pas été la meilleure de ma carrière. Le week-end avait bien débuté avec le meilleur temps des essais. Malheureusement, nous avons fait une erreur durant les
qualifications et j’ai dû prendre le départ de la dernière ligne. Le début de course s’est bien passé. J’ai pu dépasser pour m’installer au onzième rang avant de devoir m’arrêter à cause d’une surchauffe de la batterie. Je reste en bonne position au championnat et nous avons une monoplace très rapide. Je suis impatient d’être à Berne. »

TIMMY HANSEN SCORES WORLD RX OF GREAT BRITAIN WIN IN THRILLING FASHION

Silverstone, 26 May 2019 – Timmy Hansen took a thrilling World RX of Great Britain victory at Silverstone, defeating Andreas Bakkerud thanks to a great strategy with a perfectly timed joker lap. Team HANSEN MJP team-mate and younger brother Kevin showed great speed all weekend but a small mistake cost him a chance to make the Final.
Saturday began in the best possible way, with Timmy and Kevin going fastest and second fastest respectively in Qualifying 1. It was a close fight, with Kevin sticking a stunning move around the outside to take the lead, only for Timmy to claw back time and resume the lead after joker laps had been taken. There was another formation finish in Qualifying 2, where both Timmy and Kevin were in the same heat once again, the former scoring Q2 victory and the latter going third fastest in the aggregate Q2 times.
Rain had fallen on Silverstone overnight, which meant both drivers being in the first heat would be a disadvantage. Timmy and Kevin were still 1-2 in their heat for a third consecutive time but ultimately would only place second and fourth in the session. Their positions then switched in Q4, which put both on the front row for Semi Final 1.
All appeared well in the Semi Final, with both Hansens running 1-2 yet again. Timmy and Kevin pulled away out front and both took their jokers on the last lap but a small mistake from Kevin when entering the hairpin, turning in slightly too early, put him nose-first into the tyre barrier and cost him 10 seconds. A second place had become sixth at the penultimate corner of the race.
Despite the setback, Team HANSEN MJP turned its focus straight to the final, in which Timmy was starting on the front row. His race was nearly over at the first turn when Timmy’s Peugeot 208 WRX was squeezed into the inside tyre barrier by Andreas Bakkerud, which inflicted minor damage to his car and dropped him to second place.
But a focused, determined Timmy regrouped and, with the help of a clever strategy from the team, jokered early and set the fastest lap of the weekend, taking the lead with one lap to go and delivering a stunning comeback victory.
A great weekend for Timmy put him straight into the lead of the World RX drivers’ championship, with Team HANSEN MJP still first and second, Kevin only four points behind Timmy in the standings. It was also a strong weekend in the teams’ championship, extending the lead to 25 points over GRX Taneco. After the disappointment of Sweden losing to Finland on Thursday in the IIHF World Championship ice hockey tournament, it was a nice bonus for the Swedish World RX team to beat the Finns three days later!

WORLD RX OF GREAT BRITAIN RESULTS 

 

1th – Timmy Hansen

Qualifying 1   –  1st
Qualifying 2   –  1st
Qualifying 3   –  2nd
Qualifying 4   –  4th
Semi-Final –  1st
Final  –  1st

7th – Kevin Hansen

Qualifying 1   –2nd
Qualifying 2   –  3rd
Qualifying 3   –  4th
Qualifying 4   –  2nd
Semi-Final   –  6th
Final 

TALKING POINTS

Timmy Hansen becomes the first driver in 2019 to take two World RX Final victories, following on from Team HANSEN MJP’s 1-2 finish at Barcelona.

Despite winning several World RX events during his career, this is the first time that Timmy has led the world championship.

Team HANSEN MJP has been on tour so far this year but the next two rounds are much closer to home: Hell awaits the Hansens in Norway, followed by Höljes in the team’s native Sweden.

The big number

0.472

The crucial time in milliseconds Timmy gained on Andreas Bakkerud between their respective joker laps in the Final, which put Timmy into first place to start the final lap.

TIMMY HANSEN

“It was definitely hard today; Bakkerud found some good pace and won Q3 and Q4, as well as his Semi Final, so for sure it was tough to line up next to him. He squeezed me into the tyres at the first corner, so I was happy to be able to continue. I came out second and when I took my joker I did a great lap, so once he took his I emerged in the lead. I definitely had to work hard to get it, but it tastes even sweeter when that happens. Of course there were mixed emotions, especially after the Semi Final. We’re in this together. Kevin’s going to come back stronger, mistakes happen sometimes and I would have enjoyed to be up on the podium with Kevin this weekend but I hope we get to do that in Norway.”

KEVIN HANSEN

“Saturday was really good, I think I had really good pace. The starts were amazing, I really felt at home and that I have upped my level quite a lot on Saturdays. Then on Sunday I was having good pace in qualifying but was struggling a bit with the reverse grid, it didn’t feel in our favour as in the end I was P3. The Semi Final was going really well and I had good speed behind Timmy, he was on fresh rubber and I wasn’t. I think it was a good Semi but just a small mistake in the end cost me a lot. It’s been a long time since I led a championship so it was nice to have it for four races, but now I want to take it back! Now I have led once, I know how it works so let’s take that lead back and keep it.”

THE BOSS – KENNETH HANSEN

« Saturday was really good, we had a strong performance, were 1-2 in Q1 and finished the day 1-2 which was perfect. Bakkerud came back quite strongly today and won Q3 and Q4 but we also had a very good day. The only bad thing was the small mistake from Kevin in the Semi-Final that cost him second place and he finished sixth.

“We had a big fight in the Final with a big push to try to overtake Bakkerud with a joker gamble, which we managed to do. This time the joker decision was very late. Timmy normally can feel when he wants to take the joker but won’t know what it looks like behind him. It’s my decision as I am the spotter for Timmy and I didn’t have time to see the time gap, but suddenly there was a big gap. In turn seven, before the split with the joker, I just had a feeling that we needed to call it and Timmy took the joker. We knew that Bakkerud had some hot tyres and was losing performance and it went very well for us.”

NEXT ROUND: 
WORLD RX OF NORWAY

Team HANSEN MJP’s next stop on the World RX tour is closer to home in Hell, Norway. Unlike the first four rounds of the championship, it’s more of a traditional rallycross circuit, with plenty of history behind it. Those years were spent developing the circuit with good kerbs and no tyre stacks. In the words of Kenneth Hansen, it’s “proper racing” there and there’s a little evolution in the circuit. More than anything, though, it’s a track that drivers almost universally love, with plenty of undulation. We’ll see you in Hell on June 15-16.

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix de France

Marquez vainqueur au Mans

Privé de victoire depuis le mois d’octobre 2017, Alex Marquez a retrouvé le chemin du succès à l’occasion du Grand Prix de France organisé sur le circuit Bugatti.

« Je suis tellement heureux ! C’est vraiment savoureux de gagner à nouveau après avoir attendu si longtemps. »

A l’arrivée de la cinquième course de la saison, Alex Marquez est aux anges. Privé de victoire depuis le Grand Prix du Japon 2017, l’ancien champion du monde Moto3 s’est remis au Mans dans le sens de la marche grâce à un judicieux choix de pneu arrière sur la grille de départ.

«Une victoire d’équipe qui récompense le travail de tous depuis les essais hivernaux »

souligne Marquez. Qualifié sur la première ligne de la grille de départ, le Catalan s’est emparé des commandes de la course au quatrième tour. Il ne les a plus quittées.

« J’ai fait sept bons premiers tours et à partir de là j’ai géré en essayant de rester bien concentré. J’essayais de ne pas trop penser, juste piloter proprement. »

Cinquième sous le drapeau à damier, Xavi Vierge était lui aussi satisfait de son Grand Prix de France.

« On progresse à chaque fois, se félicite l’Espagnol. J’espère pouvoir me battre pour la victoire très rapidement. »

Du côté de l’équipe Tech 3, Marco Bezzecchi et Philipp Oettl se sont classés dix-huitième et dix-neuvième, juste devant Jorge Martin, autre pilote KTM. Hafizh Syahrin et Miguel Oliveira, les deux pilotes d’Hervé Poncharal engagés en MotoGP, sont en revanche rentrés tous les deux dans les points en se classant quatorzième et quinzième. Une première cette saison pour la structure française.

Le championnat

Grâce à sa victoire dans la Sarthe, Alex Marquez remonte à la quatrième place du classement général à seulement quatorze points du leader Lorenzo Baldassari, victime d’une chute au Mans. Xavi Vierge passe lui de la quatorzième à la onzième place. En MotoGP, Miguel Oliveira glisse en dix-huitième position alors que Hafizh Syahrin, qui empoche ses deux premiers points de la saison, rentre au classement à la vingt-et-unième place.

SOLID POINTS HAUL PUTS HANSEN 1-2 IN WORLD RX DRIVERS’ CHAMPIONSHIP

Spa-Francorchamps, 12 May 2019 – A challenging first visit to Spa-Francorchamps for the World RX of Belgium gave mixed emotions for Team Hansen MJP. While Kevin Hansen missed out on a berth in the Final by less than a tenth of a second – colliding with Liam Doran mid-air while crossing the finish line – Timmy turned in a brillaint recovery drive in his Semi Final to make the Final and finish fourth overall.

A repeat of Barcelona, where a Hansen car topped every session on the way to a one-two finish in the Final, was always unlikely to be reproduced, though Timmy and Kevin’s pace was still very much on show. Timmy won his heat in Q1 but ultimately was only sixth quickest, while Kevin bogged down off the line and finished 10th. It was then 8th and 10th for Kevin and Timmy respectively in Q2, as trademark Ardennes rainfall made conditions very tricky.

Both Kevin and Timmy ended up in the same heat for Q3, with Kevin showing some great speed after a slow launch to go second fastest, even passing Timmy at the end of the second lap. Meanwhile, Timmy had spent the early part of Q3 in an intense battle with eventual Final winner Timur Timerzyanov, falling to fifth place after taking his Joker and going 10th fastest.

A brillaint Q4 performance from Timmy helped him rebound, going fastest to jump to fourth in the combined qualifying standings, while Kevin earned a second row slot for the first Semi Final by placing seventh in the aggregate qualifying standings.

Kevin started fourth in his Semi Final and was immediately battling Liam Doran, who took an early joker lap. Kevin’s strategy was the opposite, pulling off on the very last lap and coming out of the joker side-by-side with the Audi. With the two on different lines they collided in mid-air, Doran beating Kevin to third place by the narrowest of margins and pitching Kevin into the wall.

Timmy had started his Semi Final from second but was pushed wide into the wall at turn one by Janis Baumanis, dropping to fifth and forcing Timmy to do what he does best: mount an epic comeback. He passed Anton Marklund and Cyril Raymond when they took their jokers on consecutive laps, followed later by Baumanis, then turned in the fastest lap of the race to ensure he came out ahead of the Renaults and book a place in the Final.

Fourth place was Timmy’s reward in the Final, passing Doran after he crashed at the Raidillon hairpin and then taking Baumanis for fourth down the inside of the long final left hander on the penultimate lap. Though not able to finish on the podium, Timmy jumped from third to second in the World RX drivers’ championship, nine points behind Kevin who still leads. And while Team Hansen MJP was outscored by its main rival, it still leads the teams’ championship by one point, keeping them atop both championships after three rounds.

SPA WORLD RX OF BELGIUM RESULTS

4th – Timmy Hansen

Qualifying 1   –  6st
Qualifying 2   –  10st
Qualifying 3   –  10th
Qualifying 4   –  1st
Semi-Final –  3rd
Final  –  4th

7th – Kevin Hansen

Qualifying 1   – 10th
Qualifying 2   –  8th
Qualifying 3   –  2nd
Qualifying 4   –  8th
Semi-Final   –  4th
Final 

TALKING POINTS

Team Hansen MJP might not have got the result it wanted at Spa-Francorchamps but the brand new RX track has become an instant favourite for drivers and fans alike.

Though a podium in the Final eluded both Kevin and Timmy, they’re now one-two in the drivers’ championship after Spa-Francorchamps!

While the team’s closest rival scored a 1-3 finish in Belgium, thanks to strong performances in Abu Dhabi and Barcelona Team Hansen MJP is still atop the teams’ standings.

The big number

2.039

The margin of victory for Timmy Hansen in his dominant Qualifying 4 performance, with his 2m14.772s also the fastest qualifying time of the entire weekend.

TIMMY HANSEN

“It was a tough race in Belgium, but I think we’ve caught up now after my accident on the first round of the season, as we’re up to second in the drivers’ championship. Our potential was really good all weekend – as we saw in Q4, which was the only opportunity I had to drive in clear air – but we didn’t completely maximise on it. But that can happen in rallycross sometimes; after the high of Spain, where we had a perfect weekend, it’s back to the real world now! The overall feeling is still great: we know that we’ve got the pace and a really quick car so we just need to make sure we take every opportunity. Finally, I’d like to congratulate Timur for his first win: it’s really deserved and I’m very happy for him.”

KEVIN HANSEN

“The highlight of my weekend was definitely Q3, which was our strongest session. We had two really fast laps at the end, which I’m going to take away as a fantastic experience. Apart from that it wasn’t an especially good round for us: we didn’t quite have the performance and we made some small mistakes as well, especially with the tyre choice on Saturday. There were times perhaps where we should have been a bit braver, but it’s very easy to be wise after the event. In the end, I’ve kept the lead of the drivers’ championship so it was a good damage limitation exercise. We just need to learn from this now and try to make sure that we don’t create more situations where we are running in the pack and a bit vulnerable. Like they say, you make your own luck!”

THE BOSS – KENNETH HANSEN

« On a weekend that wasn’t especially strong for us, we still took away some good points and that’s the most positive thing about this weekend. We made some wrong decisions with tyre choice on Saturday, which meant that we had a lot of catching up to do on Sunday, and we also had a couple of bits of bad luck. But if you think that we were 10th and 11th on Saturday night, to end up where we did is quite good. And of course Kevin and Timmy are first and second in the drivers’ championship now, which is great. The track was a proper rallycross course: very challenging, and the organisers have a really positive attitude; there are already some things that they are learning for next year. I think that Spa is here to stay!”

NEXT ROUND: 
WORLD RX OF GREAT BRITAIN

The fourth stop on the FIA World Rallycross Championship tour is Great Britain, which takes centre stage at Silverstone’s SpeedMachine festival on May 25-26.

Making its debut on the calendar last year as a replacement for Lydden Hill, it’s an almost entirely flat circuit, bar a large jump early in the lap acting as the track’s centrepiece. That’s no surprise when you consider Silverstone was an airfield before being repurposed as a race track!

But it’s a good track for Team Hansen MJP, as Timmy holds the lap record and Sébastien Loeb scored a podium here last year.

Endurance – Huit Heures du Slovakia Ring

Cruel abandon

Trois semaines après avoir remporté les 24 Heures Motos sur le circuit du Mans, le team Kawasaki SRC a été contraint à l’abandon en Slovaquie. David Checa, Jeremy Guarnoni et Erwan Nigon occupent désormais la deuxième place du championnat EWC.

Pour l’équipe de Gilles Stafler, les courses se suivent et ne ressemblent pas. Superbes vainqueurs dans la Sarthe, David Checa, Jeremy Guarnoni et Erwan Nigon ont dû jeter l’éponge après moins de deux heures de course sur le Slovakia Ring. Aux essais, la Kawasaki n°11 s’était qualifiée sur la cinquième place de la grille de départ. « On a eu des conditions très difficiles, expliquait David Checa. Avec de la pluie, du froid, une revêtement qui n’a cessé d’évoluer au fil des minutes… Il fallait être en piste avec les bons pneus au bon moment. »
Parti dans le groupe de tête, Jeremy Guarnoni a assuré un bon premier relai. « Il faisait beaucoup plus chaud au départ de la course, raconte le pilote Kawasaki. J’ai rapidement compris que les premières heures seraient plus difficiles pour nous que pour nos adversaires direct. J’ai donc bouclé mon premier relai sur un rythme régulier mais sans prendre de risque. Nous étions décidés à attendre notre heure, sachant que nous serions beaucoup plus performants vers la mi-course. » Tel était le plan. Malheureusement, celui-ci ne pourra jamais être mis en œuvre pat le team Kawasaki SRC. Peu après avoir repris le guidon de la numéro 11 des mains de Jérémy Guarnoni, David Checa a dû regagner le garage de son équipe. « On a eu un problème sur le moteur qu’il nous faudra diagnostiquer à notre retour à l’atelier, commentait alors Gilles Stafler. Ainsi va la course, il faut savoir accepter ce genre d’incident. » Malgré cet abandon, le team Kawasaki conserve la deuxième place du classement général à dix points seulement de la Suzuki du SERT. Avant la finale du championnat EWC au Japon, fin juillet, la prochaine course en Allemagne sera déterminante pour les hommes de Gilles Stafler.

C3 WRC S’OFFRE UN SIXIÈME PODIUM CONSÉCUTIF, GRÂCE À LA 2E PLACE DE OGIER-INGRASSIA !

Une nouvelle fois à la pointe du combat pour leur découverte des difficultés chiliennes, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia ont continué leur impressionnante série de podiums, avec une deuxième place acquise de haute lutte au volant d’une C3 WRC encore optimisée par les hommes du Citroën Total World Rally Team depuis l’Argentine. Cette performance leur vaut de retrouver les commandes du championnat. De plus en plus à l’aise au fil des kilomètres, Esapekka Lappi et Janne Ferm, sixièmes au final, sont venus compléter la belle prestation d’ensemble de l’équipe.

Avec de nouvelles spéciales étroites et rapides à découvrir au rythme de course, cette dernière étape ne manquait déjà pas de difficultés, mais elle était encore davantage corsée par l’importante humidité, consécutive à la tombée d’une fine bruine depuis la veille. Dans ces conditions, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia voyaient le troisième revenir d’emblée à 1’’1. Les sextuples champions du monde allaient alors produire le genre de performances dont seuls eux ont le secret : à la faveur d’un engagement de tous les instants sur les 18,06 kilomètres de Lircay, soit l’ES la plus étroite du rallye, ils signaient leur deuxième scratch du week-end avec 4’’2 de marge sur leur rival. Le duo tricolore gérait dès lors l’écart, pour terminer à la deuxième place, et signer ainsi son cinquième podium en six courses, après les victoires du Monte-Carlo et du Mexique, la deuxième place corse et la troisième argentine.

Avec les quatre points également glanés dans la Power Stage, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia repartent du Chili aux commandes du championnat, nantis de dix unités d’avance sur le deuxième. Ce sixième podium en autant de manches cette saison, assorti à la 6e position de Lappi-Ferm, vaut également au Citroën Total World Rally Team de rester au contact du deuxième au classement constructeurs. • Sur des pistes en sous-bois gorgées d’humidité par les précipitations d’avant départ, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia s’étaient immédiatement positionnées en dauphins le premier jour. Et si la matinée du deuxième s’était révélée plus difficile, ils avaient, en collaboration avec l’équipe, parfaitement su réagir l’aprèsmidi venue, avec notamment un scratch et un troisième temps, pour doubler leur avantage sur le troisième. C’était hélas sans compter sur le brouillard et la pluie apparus tardivement dans la dernière spéciale d’hier, qui avait ainsi remis leur rival dans le match à l’orée de cette dernière journée.

Après une entame de course prudente et appliquée, Esapekka Lappi et Janne Ferm étaient revenus à seulement 10’’3 du cinquième suite à un 3e temps dans l’ultime ES d’hier. Ils confirmaient leur montée en puissance régulière aujourd’hui, en s’emparant notamment d’un cinquième puis d’un quatrième temps. Leurs temps partiels étaient également prometteurs dans la Power Stage avant une petite erreur, il n’empêche qu’ils finissaient sixièmes. Soit un résultat encourageant sur lequel ils vont désormais pouvoir capitaliser, afin d’entamer la prochaine manche au Portugal dans de meilleures dispositions.

En bagarre à la seconde pour la suprématie en WRC2 Pro jusqu’à ce qu’un petit souci de freins ne les handicape sur la boucle matinale du samedi, Mads Ostberg et Torstein Eriksen devaient finalement se contenter de la 2e place de catégorie. Mais les Norvégiens n’en ont pas moins signé douze meilleurs temps sur seize possibles, preuve encore de la compétitivité de C3 R5.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT «Avec ce nouveau podium, nous confirmons notre très bon début de saison, très régulier et effectuons une belle opération pour le championnat. Cela n’a pas été un week-end facile néanmoins, même si les choses sont allées dans le bon sens après l’assistance du samedi midi. Nous avons encore une fois tiré le meilleur parti de C3 WRC. Nous devons désormais la faire évoluer encore pour être plus compétitifs dans les situations de faible niveau d’adhérence. »

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT « Le début de course a été difficile pour nous, mais nous sommes parvenus à progresser étape par étape, nous avons également su améliorer avec l’équipe les réglages de C3 WRC, si bien que notre rythme commençait à être correct aujourd’hui. J’ai bon espoir que nous continuions dans cette voie dès nos prochains essais. En tout cas, ce week-end est positif pour ma confiance.»

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Quel bilan dressez-vous de cette sixième manche ?
Il est clairement positif, avec cette belle deuxième place conquise par Sébastien et Julien à l’issue d’une prestation encore tout à l’attaque, sur ce terrain complètement nouveau qui nécessitait une bonne dose d’adaptation. Ils sont récompensés de leur persévérance en reprenant ainsi la tête du championnat. L’autre motif de satisfaction concerne aussi les sensations retrouvées d’Esapekka et Janne, lesquels ont su preuve faire d’intelligence et de maturité pour terminer, après une course menée crescendo. C’est de bon augure pour la suite, d’autant que l’on va désormais arriver sur des épreuves qu’ils connaissent mieux. Je retiens également que nous avons su réagir et apporter quelques petites évolutions concluantes dans le court laps de temps dont nous disposions depuis l’Argentine. Nous avons toutefois pleinement conscience que ce n’est pas encore suffisant pour lutter avec les plus rapides dans toutes les conditions, et nous allons encore intensifier nos efforts pour continuer à progresser.

Qu’avez-vous pensé de cette première édition du rallye du Chili ?
Cette épreuve a fait une entrée réussie dans le championnat ! Pour avoir parcouru les spéciales en reconnaissances, je dois reconnaître qu’elles sont particulièrement jolies et offrent un superbe terrain de jeu à la fois roulant et très varié. De surcroît, nous avons eu un excellent accueil de la part de la population locale, qui s’est particulièrement enthousiasmée pour les cérémonies de départ et d’arrivée, mais s’est aussi déplacée en nombre sur le parc d’assistance.

LE TEMPS FORT DU WEEK-END

En creusant un écart de 4’’2 et entérinant ainsi leur deuxième place ce dimanche dans l’ES 14 de Lircay, soit le chrono le plus étroit du rallye, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia ont une nouvelle prouvé leur faculté à prendre des notes d’une précision ultime, en même temps que leur capacité à frapper fort au moment opportun. Le pilote de la C3 WRC flanquée du numéro 1 raconte…
« Avec Julien, on s’est donnés à fond dans toutes les spéciales, ça c’est évident. Si on n’est pas forcément encore capables de rivaliser avec les meilleurs quand c’est technique et à faible grip, je savais en revanche que les ES 14 et 15 avaient un profil qui nous convenaient mieux. Elles étaient rapides, les moyennes horaires étaient d’ailleurs pour la première fois du week-end supérieures à 100 km/h, or on sait que C3 WRC marche bien dans ces conditions et il ne fallait donc pas laisser passer l’occasion ! D’autant que l’on venait de concéder 4’’ d’un coup dans le premier chrono du jour. On devait réagir et on l’a fait. »

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

1. Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC) 3h15’53’’8
2. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) +23’’1
3. Loeb / Elena (Hyundai i20 WRC) +30’’2
4. Evans / Martin (Ford Fiesta WRC) +1’36’’7
5. Suninen / Salminen (Ford Fiesta WRC) +3’15’’6
6. Lappi / Ferm (Citroën C3 WRC) +3’45’’4
7. Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) +4’39’’0
8. Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) + 7’33’’4
9. Rovanperä / Halttunen (Skoda Fabia R5) + 7’52’’5
10.Ostberg / Eriksen (Citroën C3 R5) +8’16’’1

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES

1. Sébastien Ogier – 122 points
2. Ott Tänak – 112 points
3. Thierry Neuville – 110 points
4. Kris Meeke – 59 points
5. Elfyn Evans – 55 points
6. Sébastien Loeb – 39 points
7. Andreas Mikkelsen – 36 points
8. Esapekka Lappi – 34 points
9. Jari-Matti Latvala – 32 points
10. Teemu Suninen – 30 points

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS

1. Hyundai WRT – 178 points
2. Toyota Gazoo Racing – 149 points
3. Citroën Total WRT – 143 points
4. M-Sport Ford WRT – 100 points

Championnat du monde Superbike – Italie

Rea retrouve le chemin de la victoire

Régulièrement devancé depuis le début de la saison par Alvaro Bautista, Jonathan Rea a retrouvé le chemin de la victoire en Italie, remportant ses deux premiers succès de la saison sur le circuit d’Imola.

Sans parler de délivrance, Jonathan Rea ne cachait pas sa joie sur le circuit d’Imola. Lassé de finir derrière la Ducati d’Alvaro Bautista depuis l’ouverture du championnat en Australie, le quadruple champion du monde avait à cœur de réagir en Italie. Il l’a fait en retrouvant brillamment le chemin de la victoire. Un premier succès samedi et un autre dimanche matin dans le sprint de dix tours.
« Je me sens de mieux en mieux sur la moto et nous étions ce week-end très performants, a commenté Jonathan Rea. Je ne peux regretter que la troisième course ait dû être annulée à cause de la météo, mais malheureusement les conditions météos n’ont guère laissé le choix aux organisateurs. Je suis très heureux d’avoir gagné en Italie. » Comme aux Pays-Bas, le programme du week-end a donc été écourté, cette fois à cause de la pluie. Quoi qu’il en soit, Imola sourit décidément à Kawasaki.
En 2010, Tom Sykes avait décroché sur ce circuit la première pole position de la marque japonaise. Et depuis 2013, cela fait désormais neuf victoires qui ornent le tableau de chasse Kawasaki.
Cette année, Toprak Razgatlioglu a ajouté sa touche en décrochant un joli podium samedi après-midi avant de se classer septième dimanche matin. Leon Haslam a lui enchaîné une cinquième et une sixième places alors qu’en Supersport, Hikari Okubo a signé le meilleur résultat de sa carrière en décrochant une méritoire quatrième place. A la lutte pour le podium, Lucas Mahias est malheureusement tombé après avoir percuté un adversaire qui, devant lui, venait de rater une vitesse. L’ancien champion du monde a pu néanmoins repartir pour rallier l’arrivée en huitième position.

Le championnat

Régulièrement présent sur le podium depuis la première course à Phillip Island, Jonathan Rea s’accroche à la deuxième place du classement général et profite même de ses deux premières victoires de la saison pour réduire à quarante-trois points son retard sur Alvaro Bautista. Leon Haslam se maintient lui en cinquième position alors que Toprak Razgatlioglu remonte à la huitième place. En Supersport, Hikari Okubo gagne lui aussi une position, il est désormais quatrième avec cinquante points alors que Lucas Mahias reste septième avec quarante points.

JEAN-ÉRIC VERGNE S’OFFRE UNE FANTASTIQUE VICTOIRE À MONACO

Après avoir conquis la pole position de l’E-Prix de Monaco, Jean-Éric Vergne s’est offert sa seconde victoire de la saison 2018/2019 du Championnat de Formule E FIA ABB, en menant la course de bout en bout.

DS TECHEETAH est la première équipe de l’histoire à mener le Championnat Teams tout en plaçant ses deux pilotes aux deux premières positions du classement Pilotes. Grâce à sa victoire en Principauté, Jean-Éric Vergne s’empare de la première place devant André Lotterer. L’Allemand reste leader du classement voestalpinedes courses européennes.

Mark Preston, Team Principal de DS TECHEETAH Team Principal : « Jean-Éric a encore été exceptionnel aujourd’hui pour gagner l’E-Prix de Monaco. Et je crois que nous avons tous apprécié le retour d’André dans les points. Notre équipe est la première à placer ses deux pilotes aux deux premières places du championnat dans l’histoire de la Formule E. Nous sommes donc en tête du classement Teams avec quatre courses à disputer. Ça ne veut pas dire que nous allons nous relâcher, bien au contraire. Nous avons vu à quel point la fin de saison avait été serrée l’an passé. Notre objectif est de rester devant jusqu’au bout et dans les deux classements cette fois-ci… »

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance : « Dès le début de la saison, nos pilotes savaient que les DS E-TENSE FE19 et l’équipe DS TECHEETAH leur permettraient de se battre pour les titres. Au terme de ce neuvième E-Prix, nous sommes en tête des deux championnats grâce à nos deux pilotes et au travail exceptionnel de toute l’équipe. Le classement reste très serré et New York est encore loin, mais nous avons déjà réalisé de grandes choses et nous en sommes fiers.»

Jean-Éric Vergne, vainqueur : « Quelle journée ! Je ne pourrais pas être plus heureux après avoir décroché ma première victoire à Monaco. Je voudrais vraiment remercier toute l’équipe qui a préparé une monoplace fantastique aujourd’hui. Je crois que nous avons bien utilisé son potentiel. Maintenant, nous sommes en tête du championnat et André est deuxième. Il faut continuer sur cette voie et c’est ce que nous allons faire !»

André Lotterer, septième : « Félicitationsà Jean-Éric et à toute l’équipe. Nous avons marqué de gros points aujourd’hui. J’ai raté ma qualification, mais j’ai pu me rattraper en course pour marquer des points. C’était assez fou, mais j’ai réussi à gagner des places au départ. Quand j’ai vu que les positions commençaient à être figées, j’ai été plus patient. J’ai encore pu faire un ou deux dépassements et j’ai profité des problèmes des autres. C’est toujours positif de faire une bonne course, mais j’aurais préféré mieux me qualifier. La septième place offre quelques points. Nous avons une bonne monoplace, alors je viserai un meilleur résultat lors des prochaines courses. »

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix d’Espagne

Vierge dans le top six

Malchanceux depuis le début de la saison, Xavi Vierge a signé à Jerez son meilleur résultat depuis son arrivée dans l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS. Sixième sous le drapeau à damier, l’Espagnol se réjouit d’avoir enfin lancé sa saison.

Victime d’un problème mécanique dans le tour de chauffe en Argentine, accroché au départ du Grand Prix des Amériques par un adversaire, Xavi Vierge n’avait jusqu’à présent bouclé que la première course organisée au Qatar. « Un manque de roulage qui nous a fait prendre du retard sur la mise au point et la compréhension de la moto », regrette le Catalan. A Jerez, Vierge a enfin pu boucler un nouveau week-end sans encombre. Douzième sur la grille, il a réalisé une belle remontée en course pour terminer sixième. « Ça n’est pas le genre de résultat pour lequel nous courons, mais compte tenu de ce que nous avons vécu lors des deux derniers Grands Prix, je suis plutôt content de ce résultat. Nous sommes dans la bonne direction, nous devons juste continuer à travailler comme nous le faisons pour rattraper le temps perdu. » Alors qu’il espérait jouer la victoire après s’être qualifié en deuxième position, Alex Marquez a été victime d’une chute à la sortie du premier virage quand Remy Gardner est tombé devant lui. S’il a eu le temps de ramener sa moto au garage pour que les mécaniciens la remettent en état avant le second départ, l’Espagnol a dû s’élancer de la voie des stands sans plus aucun espoir de succès. « Je suis allé au bout pour l’équipe et pour les fans, confiait-il après s’être classé vingt-quatrième. Je suis très déçu car nous méritions beaucoup mieux. Mais cela fait partie de la course, nous devons l’accepter. » Marco Bezzecchi a lui aussi été l’une des victimes collatérales de la chute de Gardner. L’Italien a pu toutefois reprendre le départ de la grille et terminer vingt-deuxième devant son coéquipier Philipp Oettl. En MotoGP, Miguel Oliveira et Hafizh Syahrin disposaient à Jerez de nouvelles pièces de châssis fournies par l’usine KTM. Malheureusement, ils ont manqué de temps pour en prendre la mesure et ils se sont respectivement classés dix-huitième et dix-neuvième.

Le championnat

Faute d’avoir pu rentrer dans les points, Alex Marquez glisse à la sixième place du championnat Moto2 au soir du Grand Prix d’Espagne et compte désormais trente-neuf points de retard sur le leader Lorenzo Baldassari. Xavi Vierge gagne lui quatre places. Il est désormais quatorzième avec seize points au tableau d’affichage. En MotoGP, Miguel Oliveira rétrograde à la dix-septième place.

Signatech Alpine Matmut reprend la tête du championnat après un nouveau podium à Spa

  • Signatech Alpine Matmut s’offre son septième podium d’affilée dans la catégorie LMP2 du Championnat du Monde FIA WEC.
  • André Negrão, Pierre Thiriet et Nicolas Lapierre ont pris la troisième place dans des conditions apocalyptiques à Spa-Francorchamps.
  • L’Alpine A470 n°36 reprend les commandes du championnat avant la grande finale aux 24 Heures du Mans (15-16 juin).

Dès jeudi, l’équipe Signatech Alpine Matmut et l’ensemble du peloton étaient accueillis à Spa-Francorchamps par un temps extrêmement difficile et imprévisible. 

Après une première séance d’essais consacrée aux réglages, l’Alpine A470 n°36 était piégée par l’apparition de la pluie dans l’après-midi. Les Bleus faisaient toutefois le plein d’informations dans la dernière session avant qu’André Negrão et Pierre Thiriet ne se qualifient au cinquième rang du LMP2. 

Samedi à 13h30, le départ était donné sous un ciel menaçant. Premier en action, André Negrão gagnait rapidement une place, mais les premières gouttes étaient signalées dès la fin du deuxième tour. 

Très vite, les conditions devenaient dantesques avec l’arrivée de la neige fondue et des températures descendues à 1°C. Le Brésilien rentrait pour chausser les pneumatiques pluie de Michelin, puis l’équipe ajustait sa stratégie grâce à un ravitaillement éclair à la fin de la première intervention de la voiture de sécurité.

Les adversaires d’Alpine rechaussaient les gommes slicks lors d’une accalmie et de la seconde neutralisation, mais André Negrão émergeait en tête du peloton toutes catégories confondues avant de passer le témoin à Pierre Thiriet au début de la troisième heure.

Sur une piste sèche, le Français réalisait un double relais solide en associant performance et régularité à mi-course, mais Ho-Pin Tung réussissait à le surprendre juste avant le retour des intempéries.

Nicolas Lapierre le relayait pour mettre le Chinois sous pression. Alors que la grêle s’invitait sur Spa-Francorchamps, le pilote Platinum repassait par les stands un tour plus tôt que son concurrent pour reprendre les commandes.

L’avance qu’il s’était rapidement construite était réduite à néant par une nouvelle intervention de la voiture de sécurité. Pastor Maldonado en profitait à l’amorce de la dernière heure, mais le Français restait au contact. Après une dernière neutralisation, Nicolas Lapierre poursuivait son triple relais en étant troisième à quinze minutes de l’arrivée, devancé par deux voitures devant encore s’arrêter. 

Les conditions diluviennes et la visibilité précaire contraignaient finalement la direction de course à brandir le drapeau rouge onze minutes avant le damier. Malgré une course sans faute de la part des pilotes en piste et de l’équipe sur la stratégie, l’Alpine A470 devait se contenter de la troisième place et prolongeait ainsi sa série avec un septième podium consécutif lui permettant de prendre le dessus sur ses rivales au championnat. 

La dernière étape de la reconquête aura lieu le mois prochain aux 24 Heures du Mans.

Ils ont dit

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut

« En vingt-neuf ans de métier, je n’avais jamais connu de course sous la neige ! Dans ces conditions dantesques, il était difficile d’appréhender l’usage et la bonne exploitation des pneumatiques, d’autant que nous découvrons encore les Michelin. Nous nous en sommes très bien sortis puisque notre stratégie de l’undercut nous a permis de reprendre la tête en LMP2 – et même au général – après des qualifications plutôt moyennes. Nous avons mené plus de la moitié de la course, les pilotes n’ont commis aucune erreur et l’équipe a été fantastique en étant de loin la plus rapide aux stands. Je suis toutefois un peu amer, car la victoire nous tendait les bras sans les deux dernières interventions de la voiture de sécurité… Outre le regroupement, une équipe n’a pas eu à s’arrêter et une autre n’a pas atteint le temps de roulage de son pilote Silver, ce qui restera sans conséquence avec le drapeau rouge. L’équipe méritait d’être mieux récompensée, mais l’essentiel est d’avoir rempli notre principal objectif : nous arriverons au Mans en étant aux commandes des deux championnats. Tout se jouera aux 24 Heures comme nous l’avions toujours dit et nous avons déjà hâte d’y être ! »

Nicolas Lapierre

«L’essentiel est assuré, car nous voulions conserver la tête du championnat pilotes tout en reprenant les commandes du côté des équipes. Nous avons également beaucoup appris sur les Michelin dans toutes les conditions. Cela n’empêche pas une pointe de déception puisque les deux voitures devant nous n’étaient pas en mesure de finir la course sans repasser par les stands. Toute l’équipe a fait de l’excellent travail sur la stratégie et n’a commis aucune faute. Cette course était pour nous sans le drapeau rouge, mais nous nous tournons déjà vers Le Mans, où nous arriverons plus sereins et en position de force. »

 

 

 

André Negrão 

«La course a été très piégeuse avec cette alternance entre neige, pluie et soleil du départ à l’arrivée. Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, mais nous n’avons commis aucune erreur. Nous avons tous très bien travaillé et nous nous battrons pour le titre jusqu’au bout. Je me réjouis de notre performance et de notre résultat, même s’il aurait pu être meilleur sans le drapeau rouge. Le sport automobile est parfois fait ainsi et il est temps de passer en mode Le Mans ! »

 

 

 

 

 

 

Pierre Thiriet

«Je suis très heureux, car j’ai pris beaucoup de plaisir dans mon double relais. J’étais en confiance et la voiture était performante. Nous avons aussi réalisé un formidable travail d’équipe, notamment sur la stratégie et aux stands. Notre prise de risque a été payante et mes deux équipiers ont réussi à exploiter tout le potentiel de la voiture dans des conditions extrêmement difficiles. Nous méritions d’être mieux récompensés, mais le drapeau rouge a tout changé. Il y a toutefois beaucoup de points positifs à retenir de cette course et une seule équipe devant nous est éligible aux points. Tout se jouera donc au Mans et nous arriverons dans les meilleures conditions. »

 

 

 

 

Total 6 Heures de Spa-Francorchamps – LMP2
1. DragonSpeed n°31 129 tours
2. G-Drive Racing n°26 +3’’955
3. Signatech Alpine Matmut n°36 +4’’432
4. Jackie Chan DC Racing n°38 +8‘’627
5. TDS Racing n°28 + 1 tour
6. Racing Team Nederland n°29 + 2 tours 
7. Jackie Chan DC Racing n°37 + 2 tours
8. Larbre Competition n°50 + 3 tours

Trophée FIA LMP2 Pilotes
1. Nicolas Lapierre / André Negrão / Pierre Thiriet – 143 points
2. Gabriel Aubry / Stéphane Richelmi / Ho-Pin Tung – 139 points
3. Roberto Gonzalez / Pastor Maldonado – 117 points
4. Jazeman Jaafar / Nabil Jeffri / Weiron Tan – 98 points
5. Anthony Davidson – 83 points

Trophée FIA LMP2 Équipes
1. Signatech Alpine Matmut n°36 – 143 points
2. Jackie Chan DC Racing n°38 – 139 points
3. Jackie Chan DC Racing n°37 – 138 points
4. DragonSpeed n°31 – 117 points
5. Racing Team Nederland n°29 – 70 points
6. Larbre Competition n°50 – 67 points
7. TDS Racing n°28 – 42 points