HISTORIC ONE-TWO FOR HANSEN BROTHERS IN BARCELONA

Barcelona, 28 April 2019 – Team Hansen MJP recorded a sensational FIA World Rallycross Championship result, with Timmy Hansen winning every single qualifying session, his semi-final and the final, while championship leader Kevin Hansen made it a Hansen family 1-2 in the final for a unprecedented result in FIA World Rallycross history.

Timmy Hansen claimed his first 2019 WRX victory – the sixth of his career – with younger brother and Abu Dhabi winner Kevin Hansen finishing second. The Hansen name topped every session from the start of qualifying as they dominated in Barcelona. The incredible performances from Timmy and Kevin are reflected in the championship standings, with Team Hansen MJP leading the 2019 WRX Team Standings by 18 points, while Kevin remains on top of the 2019 WRX Driver Standings and Timmy climbs to third with his victory.

After a devastating first round in Abu Dhabi for Timmy, which required a complete rebuild of his Peugeot 208 WRX after a collision with Andreas Bakkerud, he proved himself as the driver to beat from the start of Q1 in Barcelona. Timmy won the opening qualifying session and every one after that, seizing a maximum allocation of qualifying points, while Kevin emerged second after the qualifying heats with impressive and consistent speed.

Their qualifying performances meant that the brothers were seeded separately for the semi-finals, as Timmy and Kevin lined up for semi-final 1 and semi-final 2 respectively. Both drivers took dominant victories in their semi-finals, with healthy leads of 2.148s and 2.525s for Timmy and Kevin respectively.

Timmy produced a faultless performance in the final to claim an untroubled victory, taking his mandatory joker visit on the last lap. Rounding off the Hansen one-two finish, Kevin put on a brilliant display of driving while employing some fine race craft to hold off his rivals. Kevin took his joker while running second on the fifth lap, passing Niclas Gronholm afterwards to take third with one lap remaining. On the final lap, Andreas Bakkerud took his joker, handing Kevin the opportunity to close in and pounce, claiming second in the closing stages of a nail-biting final.

WORLD RX OF CATALUNYA-BARCELONA RESULTS

1st -Timmy Hansen

Qualifying 1   –  1nd
Qualifying 2   –  1th
Qualifying 3   –  1st
Qualifying 4   –  1st
Semi-Final   –  1st
Final   –  1st

2st – Kevin Hansen

Qualifying 1   –  2nd
Qualifying 2   –  2th
Qualifying 3   –  5st
Qualifying 4   –  4st
Semi-Final   –  1st
Final   –  2st

TALKING POINTS

Timmy bounced back from a disappointing Abu Dhabi to deliver a dominant and unbeatable weekend in Barcelona, becoming the third driver in WRX history to deliver a clean sweep.

The Hansen name will go down in history as the first siblings to claim a one-two finish on an FIA World Rallycross Championship event.

Timmy and Kevin also ensured that the Hansen name joins an elite club of families to have scored a sibling one-two in an FIA World Championship event: the other two are Michael and Ralf Schumacher in Formula 1, as well as Colin and Alister McRae in the European Rally Championship.

An enormous effort to simply be on the WRX grid at all this year has blossomed into incredible success, with Hansen leading both the drivers’ and teams’ championships after Barcelona.

The big number

100

The percentage of points available from a single FIA World Rallycross Championship event that Team Hansen MJP scored at Barcelona this weekend.

TIMMY HANSEN

“I think this has been the best weekend of my career so far. We got off to the best possible start on Saturday, winning the qualifying heats, and then we won the semi-final too. For the final I lined up against Kevin, and we played a good team game as we agreed that we would give each other plenty of room. The final was perfect as well, and when I saw in my mirror that Kevin was behind me to finish second, that was a really special moment as well. I was actually feeling very emotional: this was the perfect revenge after everything that happened in Abu Dhabi. Now I’m just going to enjoy the moment and head to Spa with even more confidence.”

KEVIN HANSEN

“We had a really good Q1 and Q2; then I had to get my elbows out a bit more in Q3 and Q4, but I really enjoyed it. I got the fastest lap of the weekend too, which made me really happy, as the ultimate pace compared to Timmy is perhaps the area where I’ve been lacking before, but now we’re getting there. Timmy did an amazing job this weekend; he really deserved to win. I wouldn’t say that he was completely uncatchable as there were times that I was close to him, but we drive each other on, which is perfect as it’s all about the team. Now I’ve extended my championship lead but this is not something that I’ve been thinking about much: we’re only on round two out of 10 so there’s a really long way to go.”

KENNETH HANSEN

« I’ve been fortunate enough to have a lot of success in my career as a driver, winning many races and championships, but actually I think this feeling right now is even better. I can’t actually believe that it’s happened, so it’s going to take a while to sink in. There’s no way that we could have done better – so the expectation is even higher now, as the very best we could do from now on is equal what we have achieved now. And I think that will be very difficult to do, but of course we will try.

« I feel so happy and most of all so proud, both of what we have created with the Hansen MJP team but also as a dad. It’s hard to describe what it’s like seeing your boys finishing first and second, fighting so hard but so fairly. They think of the team first and they’re great friends. I think Timmy had something extra this weekend, while Kevin had to fight a bit harder, but they learn from each other all the time and that’s the biggest strength of our family team. »

NEXT ROUND: WORLD RX OF BELGIUM

Round three of the FIA World Rallycross Championship will be held at the iconic Circuit de Spa-Francorchamps, which makes its WRX debut in 2019. Belgium has a long history in rallycross, with Spa replacing the Mettet round. Already a host to some of the greatest races in the world, Spa will be a new experience for all teams and drivers arriving at the atmospheric Belgian venue. Eau Rouge, perhaps the most famous corner in the world, is set to have a starring role in the Spa World RX of Benelux: will anybody dare to take it flat?

5e PODIUM CONSÉCUTIF POUR C3 WRC, AVEC LA 3E PLACE D’OGIER-INGRASSIA EN ARGENTINE

Une nouvelle fois héroïques, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia sont allés chercher leur quatrième podium cette saison, le cinquième pour Citroën Total World Rally Team en 2019, au terme d’un dernier chrono de haute volée ! 

Une pénalité pour non respect de la route de course ayant été infligée tardivement à l’un de leurs concurrents directs pour le podium, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia attaquaient cette dernière étape en 3e position. Avec une marge minime de 6’’0 au moment de négocier les spéciales toujours très cassantes d’El Condor et Giulio Cesare. Fidèles à leur tempérament de battants, les sextuples champions du monde opposaient une farouche résistance à bord de C3 WRC, tout en gardant en permanence à l’esprit l’importance de marquer de gros points au championnat, et ils allaient être récompensés de leurs efforts : un scratch dans la Power Stage, leur troisième du week-end, leur permettait de conserver leur bien pour 1’’4 ! 

La 3e position finale de Sébastien et Julien, assortie aux cinq points bonus glanés dans la Power Stage, leur vaut de conforter leur deuxième place au classement provisoire du championnat du monde, à dix unités du leader. Il s’agit de leur quatrième podium cette année, après les victoires du Monte-Carlo et du Mexique, et la deuxième place corse. C’est également la cinquième fois cette saison que Citroën Total World Rally Team figure dans les trois premiers, en autant d’événements.

Malgré des conditions d’adhérence particulièrement changeantes le premier jour, suite aux fortes pluies d’avant rallye, le duo français, très régulier, avait réalisé une excellente entame, en se classant 2e à seulement 11’’9 du leader. Mais la deuxième étape s’était avérée plus compliquée : induits en erreur sur la boucle matinale (ES 11) par un portail resté ouvert, alors que le roadbook prévoyait qu’il soit fermé, Sébastien et Julien avaient alors endommagé la direction assistée de C3 WRC dans un contact et chuté en 6e position, à 21’’8 du podium. Ils avaient ensuite réagi en champions sur la deuxième boucle, avec notamment deux scratches, qui leur avait permis de conserver toutes leurs chances de podium à l’orée de cette ultime journée.

Auteurs d’une bonne entrée en matière avec un 5e temps sur la première véritable spéciale du rallye (ES 2), Esapekka Lappi et Janne Ferm étaient hélas ralentis dans la foulée par une crevaison (ES 4) après s’être appuyés sur un talus. Pour leur deuxième participation en Argentine seulement, ils étaient en train de monter progressivement en régime, en attestent leurs temps intermédiaires prometteurs, lorsque le décoinçage soudain d’un pneu suite à une crevaison, les envoyait en tonneaux (ES 8) et les contraignait à un retrait prématuré dès le premier jour de course.

Engagés en WRC2 Pro avec C3 R5, Mads Ostberg et Torstein Eriksen s’adjugeaient leur deuxième victoire de catégorie consécutive après la Suède, non sans s’être emparé de dix meilleurs temps sur dix-sept possibles. Preuve de la compétitivité du produit compétition clients phare de Citroën Racing sur ce terrain très exigeant où C3 R5 roulait pour la première fois.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT « Le bilan comptable est assez bon mais on ne peut pas se réjouir de notre niveau de performance pure. Il y a certaines conditions comme celles rencontrées au Mexique ou ici sur les deuxièmes tours, où nous sommes plutôt compétitifs. Mais nous devons progresser lorsqu’il y a moins de grip ou bien que c’est technique. Je suis content de voir notre abnégation récompensée, car nous n’avons encore une fois jamais rien lâché ce week-end. »

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT « Malgré ma faible connaissance du terrain, j’espérais clairement mieux de ce rendez-vous, mais après une crevaison, je me suis fait surprendre par le décoinçage soudain du pneu, ce qui nous a fait souvirer, taper un talus et nous a envoyé en tonneaux. Je suis désolé évidemment pour l’équipe, mais après quelques jours de repos en famille, nous serons à nouveau d’attaque avec Janne pour réaliser le meilleur rallye du Chili possible, où nous serons tous à égalité en termes d’expérience.»

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Quelle est votre analyse de votre prestation argentine ?

C’était clairement un week-end difficile, dont on ne peut se satisfaire. Les points de la troisième place et de la Power Stage sont plutôt positifs dans l’optique du championnat, mais nous avons manqué de rythme sur ces pistes. C’est avant tout Sébastien et Julien qui sont allés chercher ce résultat, au prix d’un engagement de tous les instants. Esapekka et Janne quant à eux, auraient mérité de voir le terme du rallye, pour continuer à engranger de l’expérience. Peut-être à l’avenir gèreront-ils différemment une crevaison, toujours est-il que nous sommes à 200 % derrière eux afin de leur permettre de repartir du bon pied dès le Chili.

Comment abordez-vous l’enchaînement avec le rallye du Chili ?

Nous allons tout d’abord expédier au Chili la voiture de secours prévue pour Esapekka et Janne, afin qu’ils disposent d’une monture entièrement neuve. Malgré le peu de temps dont on dispose, nous allons également nous mettre en ordre de marche pour optimiser autant que possible C3 WRC dans des conditions bien identifiées, et définir ainsi le meilleur set-up pour cet événement nouveau pour tous, qui sera aussi assez différent de ce que l’on a connu ce week-end. Nous sommes en tout cas gonflés à bloc pour continuer à batailler ferme pour le championnat.

LE TEMPS FORT DU WEEK-END

Chef mécanicien de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, Jean-Luc Gaucher était l’homme orchestre lors de l’assistance du samedi midi qui a vu les mécaniciens des Rouges remettre à neuf la C3 WRC flanquée du numéro 1. Il raconte comment ils ont réparé en seulement quarante minutes la direction assistée brisée par l’équipage tricolore dans une touchette.

« Nous avions tout un tas d’éléments à remplacer, la direction assistée complète évidemment, mais également la boîte de vitesses, le bloc hydraulique ou encore l’embrayage. Or ce genre d’interventions nécessite d’être bien réfléchie en amont, pour que tout le monde sache dans quel ordre procéder et que les choses soient fluides une fois dans le feu de l’action. Avec plus qu’une seule voiture en course, nous avions la possibilité de mettre nos huit mécaniciens autorisés à contribution, mais d’un autre côté, on ne pouvait pas physiquement être plus de quatre à travailler sur l’avant de la voiture, dans la zone critique. Même si l’on est entraînés à ce genre de situation, c’est toujours une satisfaction de voir que les choses se passent bien le jour J. Il était important de remettre la voiture en route au plus vite, car quand on touche ainsi à l’hydraulique, la procédure de redémarrage nécessite tout de même un peu de temps, et c’est ce que nous sommes parvenus à faire. Mais après une telle assistance, il y a toujours la crainte d’avoir laissé passer quelque chose, du coup cela nous a fait plaisir à tous, et rassuré aussi, de voir Sébastien et Julien, enchainer avec deux scratches consécutifs derrière ! »

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE
1. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) 3h20’54’’6
2. Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) +48’’4
3. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) +1’04’’8
4. Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) +1’06’’2
5. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +1’21’’1
6. Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) +1’26’’7
7. Suninen / Salminen (Ford Fiesta WRC) +4’57’’3
8. Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC) +14’24’’8
9. Ostberg / Eriksen (Citroën C3 R5) +14’28’’5

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES
1. Thierry Neuville – 110 points
2. Sébastien Ogier – 100 points
3. Ott Tänak – 82 points
4. Kris Meeke – 54 points
5. Elfyn Evans – 43 points
6. Andreas Mikkelsen – 30 points
7. Jari-Matti Latvala – 28 points
8. Esapekka Lappi – 26 points
9. Dani Sordo – 26 points
10. Sébastien Loeb – 22 points

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS
1. Hyundai WRT – 157 points
2. Toyota Gazoo Racing – 120 points
3. Citroën Total WRT – 117 points
4. M-Sport Ford WRT – 78 points

DS TECHEETAH, LEADER DU CHAMPIONNAT ET ANDRÉ LOTTERER JOUENT LES PREMIERS RÔLES À PARIS

La quatrième édition de l’E-Prix de Paris – épreuve à domicile pour DS Automobiles – restera la première course de l’histoire de la Formule E disputée sous la pluie. DS TECHEETAH décroche un nouveau podium avec la deuxième position d’André Lotterer.  Jean-Éric Vergne termine sixième.

André Lotterer et son équipier Jean-Éric Vergne avaient pris le départ des troisième et sixième lignes. Dès les premiers tours, les pilotes des DS E-TENSE FE19 commençaient à progresser au classement avant une première averse dès la quinzième minute. L’arrivée de la grêle entrainait la neutralisation de la course. Relancé pour un peu moins de trente minutes, l’E-Prix de Paris était ensuite marqué par de nombreux accrochages.

Grâce à ce résultat, DS TECHEETAH reste en tête du classement Teams et André Lotterer remonte au deuxième rang des pilotes. Jean-Éric Vergne se replace en sixième position.

André Lotterer : « Nous réalisons une très bonne opération aujourd’hui à Paris. Cette course si particulière pour l’équipe se termine par une deuxième place et de gros points dans la lutte pour le titre. Je rattrapais Robin et j’étais prêt à jouer la victoire, mais il a commencé à pleuvoir et l’adhérence n’était plus la même. Ça devenait vraiment compliqué et j’ai décidé d’assurer. Avec ces conditions, il n’était plus possible d’attaquer sans prendre de risques. L’équipe a fait du bon travail et Jean-Éric a fait une belle course. Nous sommes en tête du classement Teams et je suis deuxième à un point du leader des Pilotes. Nous verrons ce qu’il sera possible de faire lors de la prochaine course à Monaco. »

Jean-Éric Vergne : « Bravo à André pour cette nouvelle deuxième place. C’est positif pour l’équipe, car nous accentuons notre avance au championnat. De mon côté, c’est un mélange de sensations. Les qualifications se sont mal passées, mais la course fut très bonne. Partir 12e et revenir 6e était le maximum que je puisse faire. Je prends ces points avec bonheur. Ils seront importants lorsque nous terminerons le championnat à New York. Je suis impatient d’être à Monaco pour tenter d’améliorer les choses. L’objectif sera de marquer des points et de viser ma seconde victoire de la saison. »

Mark Preston, Team Principal de DS TECHEETAH : « Une belle performance signée par nos deux pilotes. Ils ont réussi à gagner des positions sur une piste où il est quasiment impossible de dépasser. Monter sur le podium pour notre seconde course à domicile nous procure une belle émotion. Félicitations à André. Sa première victoire se rapproche ! »

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance : « Paris fut certainement l’une des courses les plus difficiles depuis le début de la saison. Les conditions météorologiques ont extrêmement perturbé cet E-Prix ! Dans ce contexte, le Team ainsi que les deux pilotes ont signé une magnifique performance. André Lotterer a réalisé une course exemplaire pour décrocher comme à Rome la 2e place. C’est désormais la position qu’il occupe au championnat à 1 point du leader ! Grâce à l’incroyable remontée de Jean-Eric Vergne au sein d’un peloton très agité, DS Techeetah consolide sa position en tête du championnat Teams. Tous ces points marqués sont essentiels pour la suite car le niveau est très relevé et la moindre erreur coûte très cher. Nous sommes déjà focalisés sur Monaco dans 15 jours et je tiens à saluer le travail remarquable de nos pilotes et de toute l’équipe DS Techeetah.»

Prochaine épreuve : E-Prix de Monaco, le 11 mai.

E-Prix de Paris
1 Robin Frijns (Envision)
2 André Lotterer (DS TECHEETAH)
3 Daniel Abt (Audi)
4 Lucas Di Grassi (Audi)
5 Maximilian Günther (Dragon)
6 Jean-Éric Vergne (DS TECHEETAH)
7 Antonio Felix Da Costa (BMW)
8 Gary Paffett (HWA)
9 Felipe Massa (Venturi)
10 Pascal Wehrlein (Mahindra)
11 Sam Bird (Envision)
12 Oliver Rowland (Nissan)
13 José Maria Lopez (Dragon)
14 Oliver Turvey (NIO)
15 Sébastien Buemi (Nissan)
16 Mitch Evans (Jaguar)
17 Jérôme D’Ambrosio (Mahindra)

Championnat Pilotes
1 Robin Frijns (Envision) 81 points
2 André Lotterer (DS TECHEETAH) 80 points
3 Antonio Felix da Costa (BMW) 70 points
4 Lucas di Grassi (Audi) 70 points
5 Jérôme D’Ambrosio (Mahindra) 65 points
6 Jean-Eric Vergne (DS TECHEETAH) 62 points
7 Mitch Evans (Jaguar) 61 points
8 Daniel Abt (Audi) 59 points…

Championnat Teams
1 DS TECHEETAH 142 points
2 Envision 135 points
3 Audi 129 points
4 Mahindra 103 points
5 BMW 88 points…

Herrero et Parisy ouvrent la saison en beauté

Avec des courses intenses et disputées jusqu’au drapeau à damier, l’Alpine Elf Europa Cup a enthousiasmé le public des Coupes de Pâques ! Vainqueurs des deux premières manches de la saison à Nogaro, Mateo Herrero (Milan Compétition) et Mike Parisy (CMR) en profitent pour s’installer en tête du classement général.

Après la séance de répétition organisée le mois dernier, le peloton se retrouvait samedi à Nogaro pour les essais libres. Gaël Castelli (CMR) donnait le ton d’entrée en signant le meilleur temps dans la première session en 1’34’’271, un nouveau record pour la catégorie sur le Circuit Paul Armagnac.


COURSE 1 : LA PREMIÈRE POUR HERRERO
En qualifications, Mateo Herrero soufflait la pole position avec trente-trois millièmes d’avance sur Nicolas Milan (Milan Compétition) au terme d’une séance interrompue prématurément par la sortie de Mike Parisy.

Malgré quelques gouttes de pluie, les concurrents conservaient les slicks au départ. Mateo Herrero gardait l’avantage tandis que Gaël Castelli débordait Nicolas Milan dans un peloton marqué par l’accrochage entre Julien Neveu (Autosport GP), Rodolphe Wallgren (Milan Compétition) et Mike Parisy.

Au fil des passages, les débats gagnaient en intensité et une véritable bataille à cinq se dessinait pour la victoire entre Mateo Herrero, Gaël Castelli, Nicolas Milan, Laurent Hurgon (Autosport GP) et Marc Guillot (Milan Compétition).

Appliquant une pression de tous les instants sur le leader, Gaël Castelli ne trouvait pas l’ouverture. Derrière, le ton montait entre Laurent Hurgon et Marc Guillot. Les deux hommes reléguaient Nicolas Milan au cinquième rang avant que Marc Guillot ne tente de ravir la troisième place à Laurent Hurgon, sans succès.

Du haut de ses dix-sept ans, célébrés trois jours plus tôt, le Junior Mateo Herrero s’imposait avec six dixièmes de seconde d’avance sur Gaël Castelli. Laurent Hurgon complétait le podium devant Marc Guillot et Nicolas Milan.

Yann Zimmer (CMR) remportait son duel pour la sixième position face à Antoine Miquel (Milan Compétition) tandis que Mike Parisy, Vincent Beltoise (Racing Technology) et Julien Fébreau (Racing Technology) – vainqueur chez les Gentlemen – formaient la suite du top dix dans cet ordre.


COURSE 2 : PARISY PREND SA REVANCHE
La deuxième séance de qualifications était encore plus disputée que la première puisque Mike Parisy signait la pole position avec moins d’un dixième de seconde d’avance sur Yann Zimmer, Mateo Herrero et Vincent Beltoise. Preuve du niveau de compétitivité de l’Alpine Elf Europa Cup, les neuf premiers se tenaient en moins d’un quart de seconde !

Au départ, Mike Parisy conservait l’avantage sur Yann Zimmer tandis que Vincent Beltoise surprenait Mateo Herrero. Deux boucles plus tard, le peloton se resserrait lorsque Mike Parisy passait dans le bac à graviers. Yann Zimmer tentait alors une manœuvre pour prendre les commandes, mais Vincent Beltoise, Mateo Herrero et Marc Guillot profitaient de son optimisme pour le dépasser.

À son tour, Vincent Beltoise plaçait Mike Parisy sous pression, mais le leader résistait fermement. Le retour de Mateo Herrero derrière son rival lui permettait même de reprendre ses distances, mais le vainqueur de la première course était débordé par Marc Guillot, Yann Zimmer et Nicolas Milan dans la foulée.

Gérant son avance d’une main de maître, Mike Parisy s’imposait devant Vincent Beltoise tandis que Yann Zimmer s’offrait la troisième marche du podium aux dépens de Marc Guillot dans le dernier tour.

Promu au cinquième rang après l’abandon de Nicolas Milan et Laurent Hurgon au dixième tour, Gaël Castelli se classait cinquième devant Mateo Herrero, à nouveau meilleur Junior. Julien Neveu prenait la septième place face à Antoine Miquel alors que Jean-Baptiste Mela et le Gentleman Rodolphe Wallgren intégraient le top dix.

L’Alpine Elf Europa Cup se poursuivra le mois prochain au Hockenheimring (24-26 mai).


ET AILLEURS…
Tout au long du week-end pascal, Alpine a brillé sur le Circuit Paul Armagnac de Nogaro. Outre les courses intenses et disputées opposant les Alpine A110 Cup, l’Alpine A110 GT4 de Stéphane Lémeret et Pierre-Alexandre Jean s’est offerte un retentissant doublé pour prendre les commandes du classement général en Championnat de France FFSA GT.


ILS ONT DIT

Mateo Herrero (vainqueur course 1, leader du classement général)
« Le bilan de ma première manche en Alpine Elf Europa Cup est vraiment positif. J’ai gagné ma première course dimanche et j’en étais vraiment fier vu l’expérience de mes adversaires. La deuxième était un peu plus compliquée, mais j’avais un bon rythme. Je pensais que les différences avec la monoplace seraient plus importantes, mais j’ai réussi à m’adapter rapidement. Il est désormais temps de bien préparer le prochain rendez-vous à Hockenheim. Vu mes résultats, j’ai peut-être une cible dans le dos maintenant, mais le plus important est que les performances soient au rendez-vous ! »

Mike Parisy (vainqueur course 2) 
« Nous étions plutôt à l’aise en essais, mais nous sommes entrés dans une spirale défavorable avec un problème technique causant une sortie de piste en qualifications, puis un accrochage dans la première course. Nous avions à cœur de remonter la pente pour montrer notre rythme et c’est exactement ce que nous avons fait avec la pole. J’ai pu user de toute mon expérience pour gérer le trafic et creuser l’écart au moment opportun. Une fois en sécurité, j’ai pu m’atteler à maîtriser le reste de la meute et remporter cette victoire qui compense notre première journée assez négative. Malgré mon expérience, je suis un peu novice dans ce championnat très relevé, excitant et sympathique. Je prends extrêmement de plaisir avec l’Alpine A110 Cup. Nous allons désormais poursuivre notre travail sur la voiture avec l’équipe CMR avant d’attaquer les circuits internationaux. Ce sont donc des débuts encourageants, mais la saison est encore longue ! »

Julien Fébreau (pilote invité) 
« C’était un week-end fantastique et vraiment génial. J’ai su dès mon premier tour que ce ne serait que du plaisir. J’avais juste peur de ne pas progresser autant que je le voulais, mais j’y suis parvenu et c’est un grand motif de satisfaction, tout comme ma victoire chez les Gentlemen ! J’ai découvert l’Alpine A110 Cup samedi matin. C’est une voiture très facile à prendre en main et jamais vicieuse. Au fil des trois jours, j’ai réduit l’écart sur les meilleurs temps de 4’’0 à 1’’4. Cela reste un monde en sport automobile, mais on peut vraiment aller chercher ses limites d’entrée, même sur un circuit redoutable comme celui de Nogaro. Que l’on soit débutant, gentleman ou pilote professionnel, je crois que chacun peut y trouver du plaisir et du défi. C’est à la fois une voiture-école et une voiture de compétition pure quand on voit le niveau exceptionnel des pilotes aux avant-postes… Et je ne parle même pas de la cote de popularité ! »

Endurance – 24h Motos

Une victoire sur les chapeaux de roues

Pour la sixième fois de son histoire, le team SRC Kawasaki s’est imposé au Mans à l’arrivée des 24H Motos. Un succès obtenu de haute lutte face à l’équipage de l’écurie Honda Endurance Racing.

 

Jusqu’à cinq minutes du passage du drapeau à damier, l’issue de la course est restée incertaine. Une dernière sortie en piste de la voiture de sécurité a même totalement brouillé les cartes à un quart d’heure de l’arrivée… Et puis la Honda 111 s’est engouffrée dans les stands pour un dernier ravitaillement, libérant Jeremy Guarnoni d’un dernier coup de pression. En tête dès la quatrième heure, les pilotes de Gilles Stafler auront donc réussi à conserver leur première place jusqu’à la fin des deux tours d’horloge. « C’est notre sixième victoire au Mans, peut-être l’une des plus difficiles, glisse le patron de l’équipe Kawasaki SRC. Les trois Safety Cars que l’on a eu en début de course nous ont fait perdre à chaque fois un demi tour, mais mon équipe de guerriers n’a rien lâché. » Malgré le remplacement de Randy de Puniet par Erwan Nigon depuis la dernière épreuve au Bol d’Or, le team Kawasaki SRC n’a rien perdu de son efficacité. « On a créé un bloc super soudé durant les tests hivernaux, note le pilote auvergnat de retour en vert. La course s’est déroulée sur un rythme incroyable, mais nous n’avons pas fait d’erreur et la moto a tenu le choc. » Sous la pression de la Honda 111 dans les deux dernières heures de course, l’équipe de la Kawasaki 11 a fait mieux que résister. « On avait un plan pour la fin de course, explique Gilles Stafler. Jérémy était très fatigué, mais c’était lui le plus rapide. Alors le kiné l’a remis sur pied et j’ai pu le relancer à quarante minutes de l’arrivée pour aller chercher la Honda, même si nous savions qu’elle allait devoir ravitailler avant le drapeau à damier. Cette victoire, je ne voulais pas la perdre. » Mission accomplie pour le team Kawasaki SRC qui s’empare par ailleurs des commandes du championnat du monde avec seize points d’avance sur le Suzuki Endurance Racing Team.

KEVIN HANSEN TAKES UNFORGETTABLE MAIDEN WORLD RX WIN IN ABU DHABI

Abu Dhabi, 06 April 2019 – Team Hansen MJP experienced the highest of highs and the lowest of lows in Abu Dhabi during an emotional opening round of the FIA World Rallycross Championship. Kevin Hansen scored his first ever WRX victory in spectacular style, with victory in qualifying and his semi-final in addition to his final win, while Timmy Hansen’s weekend was cruelly curtailed early on by an enormous shunt which destroyed his car’s rollcage.

Both Timmy and Kevin had started the World RX of Abu Dhabi in brilliant fashion, finishing 1-2 in Q1. Timmy took the top spot once again in Q2 but his weekend ended shortly afterwards, being on the receiving end of a heavy shunt with Andreas Bakkerud. Crossing the start/finish line to begin the final lap, Timmy had just rejoined the track from taking his joker lap and was hit side-on by Bakkerud, who was disqualified for his part in the collision. A heroic effort from Timmy meant he nursed the car to seventh place in Q3 but rollcage damage to his Peugeot 208 WRX was too extensive to compete in Q4 or the semi-finals.

The whole team was understandably shaken by Timmy’s huge accident but regrouped around Kevin, who showed incredible resilience to press on and win both Q3 and Q4. With Timmy looking on from the spotters’ position in the Abu Dhabi grandstands, Kevin then scored a semi-final victory put him on pole for the final.

Kevin led most of the final, until being spun out at the hairpin by Niclas Grönholm in the latter half of the fourth lap. Grönholm was then given a three second penalty post-race for pushing and overtaking, restoring the lead which Kevin had held for much of the final to seal his first ever WRX win, and provide Team Hansen MJP a happy ending for a rollercoaster first weekend as a privateer team.

WORLD RX OF ABU DHABI RESULTS

DNF – Timmy Hansen

Qualifying 1   –  1st
Qualifying 2   –  1st
Qualifying 3   –  7th
Qualifying 4
Semi-Final
Final

1st – Kevin Hansen

Qualifying 1   –  2nd
Qualifying 2   –  6th
Qualifying 3   –  1st
Qualifying 4   –  1st
Semi-Final   –  1st
Final   –  1st

TALKING POINTS

Having come into the opening round with so many question marks as to the relative pace, Team Hansen now knows that it can run in the front, having won all the sessions it participated in: a promising start to the season!

The brand-new Abu Dhabi track proved to be an excellent rallycross venue, with plenty of exhilarating drama captivating the fans.

The competitive order around Team Hansen has shifted somewhat: GRX Taneco was Hansen’s closest rival in Abu Dhabi, scoring one point more for the teams’ championship in part due to Timmy’s absence from Q4 and the subsequent finals.

The big number

30

The number of points Kevin Hansen scored at Abu Dhabi by winning the Final, his Semi Final and also being Top Qualifier, the maximum possible from a single FIA World RX round.

TIMMY HANSEN

“I’d describe today as an extremely abrupt end to what had been a perfect weekend. I was fastest in Q1, fastest in Q2 and for what it’s worth I think I would have been fastest in Q3. But then everyone saw what happened: Bakkerud thought it was the last lap, so he went flat out after the joker and basically drove into my driver’s door. It was a massive impact and the roll cage was pushed in towards my left leg, but I am OK, just a bit of bruising. It makes you realise how tough these cars are. Then, once I was out, Kevin saved my day. I was supporting him from the spotters’ tower: cheering him on and helping as much as I could. I’m incredibly proud of him, so a day of very mixed emotions. Mostly, I’m just really happy for him.”

KEVIN HANSEN

“I think this was the craziest weekend of my career…so many emotions! Straight away we could see that we had good pace and that we were in the fight; then we had Timmy’s crash, which was a big low, then I had to focus on the semi-final and final, where we finished second. I was leading with a good margin over Niclas until the corner where he passed me: I felt a hit at the rear and I nearly spun. Straight away I thought it should be a penalty, but when it is with the stewards you never know how it will work out…and then after about an hour, I found out I had won; my first win! Of course you never want to win in the stewards’ room but in the end it wasn’t about that: it was all about the pace that we had right from the start of the weekend, which is a great sign for the future. Now we come away with 30 points, which is the best way to start the season.”

THE BOSS – KENNETH HANSEN

To come here and achieve what we did, as a private team again with so many question marks before the start of the season, is an amazing achievement and I’m so proud of everyone in the team. Now we know that we’re on the pace, which we could see from the very first session. But then I think nobody could have predicted what happened next, with the big crash for Timmy and then such a dramatic final for Kevin. In the end, he completely deserves this victory and I’m so happy for him. The damage to Timmy’s car was very bad, but now that we’ve had a chance to look at it, it’s definitely fixable, so we should see him out in the same car for Barcelona. Abu Dhabi certainly provided us with a start to the season that we’ll always remember!

NEXT ROUND: 
WORLD RX OF CATALUNYA

Round Two of the FIA World Rallycross Championship will be held at the Circuit de Barcelona-Catalunya, which had previously been the season opener for the past two years. It’s a circuit that Kevin Hansen knows particularly well, securing the FIA European Rallycross Championship title here in 2016 with a round victory. Elder brother Timmy is definitely no slouch around here either, with two podium finishes in WRX to his name. Can he make it three this year? We’ll find out in three weeks time, as the WRX world tour rolls on to Barcelona in just three weeks time, kicking off on April 27.

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix des Amériques

De nouveaux points pour Oliveira

En terminant quatorzième sur le circuit des Amériques, Miguel Oliveira a empoché deux nouveaux points qui lui permettent d’occuper désormais la seizième place du classement du MotoGP.

Après avoir terminé sur les talons de Pol Espargaro en Argentine, Miguel Oliveira a bouclé le Grand Prix des Amériques dans le sillage de Johann Zarco, l’autre pilote officiel KTM. Une performance encourageante pour le Portugais. « Ce week-end a été compliqué, résume-t-il. Au-delà du fait que ce circuit est très difficile à appréhender, la météo ne nous a pas aidés. L’annulation de la troisième séance libre a réduit notre temps en piste et nos possibilités de régler au mieux la moto. La piste étant très bosselée, nous n’avons pas pris le départ dans les meilleures conditions. » Cela n’a pas empêché le pilote KTM Tech 3 de boucler une course solide pour contenir jusqu’à l’arrivée les deux Ducati de Tito Rabat et de Karel Abraham.  Hafizh Syahrin a été un peu plus à la peine, le Malaisien terminant dix-huitième à plus de vingt secondes de son coéquipier. En Moto2, Alex Marquez a réussi à se hisser en tête en début de course. Parti de la première ligne, l’ancien champion du monde Moto2 a enchaîné les premiers tours sur un bon tempo avant de commettre quelques petites erreurs qui lui ont fait perdre le contact des leaders. Il se classe finalement cinquième. Moins de réussite en revanche pour Xavi Vierge. Mal placé sur la grille, le pilote du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS s’est retrouvé par terre juste après le départ en se faisant percuter à l’entrée du premier virage par Fabio Di Giannantonio. Marco Bezzecchi est lui aussi tombé en début de course alors que Philipp Oettl est passé sous le drapeau à damier en dix-huitième position.

Le championnat

S’il rétrograde à la cinquième place du classement général Moto2 après le Grand Prix des Amériques, Alex Marquez ne compte toutefois que quatorze points de retard sur le leader, Lorenzo Baldassari, victime d’une chute au Texas. Bien malchanceux en ce début de saison, Xavi Vierge se retrouve lui en dix-huitième position au soir de la troisième course de la saison. Marco Bezzecchi et Philipp Oettl courent toujours après leurs premiers points. En MotoGP, Miguel Oliveira perd une place malgré les deux points marqués à Austin. Le Portugais se retrouve seizième à égalité de points avec Jorge Lorenzo.

Championnat du monde Superbike – Pays-Bas

Kawasaki devance Honda

Grâce aux deuxième et troisième places obtenues par Jonathan Rea aux Pays-Bas, Kawasaki passe devant Honda au nombre de podiums enregistrés en Mondial Superbike.

Les caprices de la météo ont quelque peu chamboulé le déroulement de la quatrième épreuve du championnat du monde Superbike organisée sur le circuit d’Assen aux Pays-Bas. La neige et le froid ont en effet contraint les organisateurs à reporter la première course prévue samedi après-midi. Le Sprint de la Superpole a donc lui été annulé et les départs des deux courses ont été donnés dimanche, la grille étant établie pour les deux manches à partir du classement des essais. Qualifié en huitième position, Jonathan Rea n’a mis que deux tours pour se hisser à la troisième place de la première course. Il l’a conservée jusqu’au drapeau à damier en ferraillant avec Michael Van der Mark. Lors de la deuxième course, le pilote Kawasaki a bouclé cinq tours en tête avant de s’incliner face à Alvaro Bautista. Deuxième à l’arrivée, Rea a offert à Kawasaki son 393e podium, permettant à la marque japonaise de passer devant Honda et de se hisser à la deuxième place des constructeurs ayant enregistré le plus grand nombre de podiums en Mondial Superbike. « Avec ces deux courses organisées dimanche, on a vécu un week-end à l’ancienne, glisse le quadruple champion du monde. J’avais une bonne moto et j’ai pu me bagarrer de bout en bout des deux courses. J’avais un bon grip malgré le froid, il n’y a que dans les derniers tours où la moto est devenue un peu plus difficile à piloter. » Cinquième aux essais, Leon Haslam s’est classé cinquième de la première course après une belle bagarre avec Alex Lowes. Un problème de pneu dans la deuxième course l’a ensuite contraint à se contenter d’une huitième place. Malgré une grosse chute aux essais, Toprak Razgatlioglu est parvenu à terminer deux fois neuvième. En Supersport, Lucas Mahias s’est classé cinquième et Hikari Okubo septième.

Le championnat

Sur les onze courses disputées depuis le début de la saison, Jonathan Rea en a terminé dix en deuxième position et une à la troisième place. Bien installé à la deuxième place du championnat MotoGP, le pilote Kawasaki compte aujourd’hui cinquante-cinq points de retard sur le leader Alvaro Bautista. Cinquième du classement général, Leon Haslam a jusqu’à présent inscrit 93 points. Toprak Razgatlioglu gagne lui une position en se hissant à la onzième place du classement général. En Supersport, Hikari Okubo glisse en cinquième position tandis que Lucas Mahias remonte à la septième place.

DS TECHEETAH SE REPLACE EN TÊTE DE LA FORMULE E

Grâce à André Lotterer deuxième sous le drapeau à damier après avoir signé la pole position de l’E-Prix de Rome, DS TECHEETAH reprend la tête du classement Teams du Championnat de Formule E FIA ABB. La prochaine manche se déroulera sur les terres de DS Automobiles, en plein Paris, le 27 avril.

Qualifié en Super Pole avec le meilleur temps, André Lotterer a signé sa première pole position en Formule E sur une piste rendue humide par une averse. Son équipier Jean-Éric Vergne, ralenti par un problème de suspension avant, s’est contenté d’une place sur la huitième ligne.

Au terme d’une course encore une fois haletante, André Lotterer s’est classé en deuxième position derrière Mitch Evans qui a pris l’avantage grâce à l’Attack Mode.

André Lotterer, deuxième : « Je suis assez partagé à l’heure du bilan. Je décroche ma première pole et je marque de gros points, mais je voulais vraiment gagner et j’ai la sensation que j’avais la voiture pour y arriver. Il va falloir regarder ce qu’il s’est passé, car j’ai commencé à avoir des problèmes de pneumatiques dès la moitié de la course. Je ne pouvais pas rester devant Mitch. Ce fut un beau duel. Enfin, nous avons dû gérer notre énergie aujourd’hui. Nous sommes en bonne position au classement, alors j’espère que ma première victoire approche. Je suis plus motivé que jamais et je pense que nous serons compétitifs lors de la seconde partie de la saison. »

Jean-Éric Vergne, quatorzième : « Ça a été une journée difficile. Après une mauvaise qualification à cause d’un petit souci technique, j’ai pris un bon départ de la seizième place. J’étais en train de remonter avec le meilleur tour en course, mais j’ai eu une pénalité qui m’a sorti des points. Je devrais être en tête du championnat ce soir, mais il reste encore beaucoup de courses au calendrier. Heureusement, André a fait une belle performance avec sa deuxième place et il marque des points importants pour l’équipe. Maintenant, il faut placer nos deux voitures sur le podium à Paris. Ce serait génial ! »

Mark Preston, Team Principal de DS TECHEETAH : « Quelle course d’André aujourd’hui ! Il est encore passé très près de la victoire, il la méritait. Nous avons une monoplace très performante, de quoi nous mettre en confiance pour la suite de la saison. Jean-Éric n’a pas eu de chance avec un problème technique en qualifications. Mais il a fait du très bon travail pour revenir au septième rang avant sa pénalité. Après sept courses, sept équipes différentes ont gagné. Ça montre l’extraordinaire niveau de compétitivité du championnat, c’est incroyable. »

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance : « André Lotterer a été magistral. Son tour pour décrocher la pole position, puis sa deuxième place en course ont montré sa hargne et mis en avant l’excellente performance de notre DS E-TENSE FE19. Son duel avec Evans fut haletant et il a basculé en faveur de notre adversaire. Cet excellent résultat et le travail remarquable de l’équipe permettent à DS TECHEETAH de prendre la tête du Championnat juste avant l’E-Prix de Paris, la course à domicile de DS Automobiles, seul constructeur français engagé dans la compétition. »

Championnat du monde Superbike – Espagne

Rea ne lâche rien

Comme en Australie et en Thaïlande, Jonathan Rea n’a pas été en mesure de battre Alvaro Bautista pour le retour du championnat en Europe. Le pilote Kawasaki a néanmoins engrangé trois deuxième places, gardant ainsi le contact avec le leader du classement.

Les courses s’enchaînent et se ressemblent pour les deux hommes forts de ce début de saison, le transfuge du MotoGP Alavaro Bautista, et Jonathan Rea le quadruple champion du monde Superbike en titre. Au guidon d’une Kawasaki actuellement en retrait par rapport à la toute nouvelle Ducati Panigale V4, le Britannique garde malgré tout espoir en l’avenir. Pour la première épreuve organisée sur le sol européen, il a d’ailleurs enchaîné trois deuxième places malgré des essais compliqués et un départ le samedi après-midi de la quatrième ligne de la grille. S’il n’a jamais pu croiser le fer avec Bautista, le pilote Kawasaki s’est en revanche bien battu avec l’autre Ducati de Chaz Davies et la Yamaha d’Alex Lowes.
« Une fois de plus on ne pouvait pas espérer davantage ce week-end, estime Rea. Hormis ma petite erreur aux essais qui m’a contraint à partir d’assez loin, nous avons exploité au mieux la moto. Samedi après-midi, j’ai même réussi à revenir en deuxième position après seulement quatre tours. »
Pour la petite histoire, ce jour-là, le Britannique est devenu le cinquième pilote de l’histoire du Mondial Superbike à atteindre le cap des deux cent cinquante départs.
« Le Sprint du dimanche matin n’a pas été facile car il faisait frais et nous avons manqué de grip dans les derniers tours, poursuit-il. C’est ce qui m’a incité à la prudence pour la course de dimanche après-midi. J’ai ménagé mes pneus dans les premiers kilomètres pour pouvoir attaquer dans les derniers tours. »
Et ainsi prendre à nouveau l’avantage sur Chaz Davies et Alex Lowes. Leon Haslam a eu lui du mal en Espagne à régler sa moto sur les phases de freinage. Neuvième samedi, le pilote Kawasaki a tout de même rectifié le tir le lendemain en empochant une septième et une quatrième places. Toprak Razgatlioglu s’est lui classé septième et dixième avant d’être contraint à l’abandon dimanche après-midi. En Supersport, Lucas Mahias et Hikari Okubo ont réalisé un tir groupé aux septième et huitième places.

Le championnat

Avec trois deuxième places, Jonathan Rea inscrit à nouveau 49 points sur le sol espagnol. Bien installé à la deuxième place du championnat, le quadruple champion du monde compte désormais 39 points de retard sur Alvaro Bautista. Derrière, Leon Haslam gagne pour sa part une position. Le pilote anglais pointe désormais cinquième avec 74 points. Toprak Razgatlioglu glisse lui en revanche à la douzième place. Pas de changement en Supersport, Lucas Mahias et Hikari Okubo se maintiennent respectivement en cinquième et neuvième positions.