100ème victoire de Citroën en WRC, signée par Sébastien Ogier et Julien Ingrassia !

Héroïques sur cette ultime étape à bord de leur C3 WRC, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia sont sortis vainqueurs de l’édition du Monte-Carlo ayant connu le plus petit écart final de son histoire. Signe de l’intensité de la bataille livrée, comme autant de la performance réalisée, qui permet à Citroën Racing d’accrocher sa centième victoire en WRC, à l’occasion de l’anniversaire du centenaire de la marque !

Attaquer les 13,58 derniers kilomètres d’un Monte-Carlo en comptant quelque trois-cent-vingt-quatre, avec seulement quatre dixièmes d’avance, nécessite un sacré sang-froid. D’autant plus lorsqu’un problème de pédale d’accélérateur vient perturber la concentration dans l’habitacle. Avec six titres mondiaux à leur actif, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia sont passés maître dans l’art de gérer ce genre de situation, riche en montée d’adrénaline, et en ont encore fait l’illustration aujourd’hui. Auteurs du deuxième temps dans cet ultime chrono tracé entre La Cabanette et le Col de Braus, les Français entérinaient du même coup pour 2’’2, leur septième victoire en Principauté, la sixième consécutive également, pour leur première sortie avec la C3 WRC ! Ce résultat fait aussi d’eux les co-recordmans du nombre de succès sur cette manche prestigieuse et confirme combien Sébastien et Julien sont déjà en osmose avec leur nouvelle monture. 

Cette prestation hors norme est aussi le centième succès de Citroën Racing en championnat du monde des rallyes, près de vingt ans après le premier remporté, sur la Xsara Kit-Car au rallye de Catalogne 1999, par le regretté Philippe Bugalski et Jean-Paul Chiaroni, devenu depuis coordinateur reconnaissances et météo au sein de l’équipe. Une performance historique qui témoigne d’une longévité au plus haut niveau dont peu de constructeurs peuvent se targuer.

Particulièrement conscients des pièges que recèle un Monte-Carlo, la paire tricolore a d’emblée adopté une approche réfléchie, se positionnant dès les deux chronos nocturnes du jeudi soir au deuxième rang. Avant de se porter en tête le lendemain après-midi (ES 7), à la faveur notamment à deux meilleurs temps (ES 5 et 6) sur les spéciales pourtant inédites de Curbans – Piegut (18,47 km) et Valdrome – Sigottier 2 (20,04 km). Crédités de 2’’0 d’avance le vendredi soir, Sébastien et Julien faisaient mieux que doubler leur capital dans Agnières en Devoluy – Corps (29,82 km), première ES du samedi et plus longue du week-end, et ce malgré un verglas présent en abondance. Une avance qu’ils allaient ensuite gérer pour attaquer la dernière journée de course avec 4’’3 de marge et rendre coup pour coup à leur adversaire, puis le coiffer sur les tous derniers hectomètres chronométrés.

Contraints à l’abandon samedi matin suite à un petit souci moteur, Esapekka Lappi et Janne Ferm avaient quant à eux effectué une entame de course prometteuse, au point d’occuper une brillante quatrième place le jeudi soir. Preuve que Citroën Total WRT a fait le bon choix en décidant de les associer à Sébastien Ogier et Julien Ingrassia. Avec un ordre de départs qui leur sera du coup sûrement favorable en Suède, il faudra à nouveau compter avec eux.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT
« Ce n’était pas gagné d’avance, cette dernière étape a notamment été particulièrement stressante et difficile avec notre petit souci, qui faisait que la voiture continuait à accélérer, même en phase de freinage. Mais bien conseillés par l’équipe, nous avons réussi à effectuer une réparation de fortune et nous nous sommes battus sans relâche, avec succès finalement. Nous avons vécu un week-end hyper intense, avec une victoire conquise au terme d’une bagarre de tous les instants. Elle nous rend forcément fiers, pour notre première course avec la C3 WRC, d’autant plus que, comme je l’ai souvent dit, ce rallye est celui qui me tient le plus à cœur, puis elle nous permet aussi de célébrer avec la manière le centenaire de Citroën. Autant dire que l’on ne pouvait rêver meilleurs débuts pour nos retrouvailles ! »

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Quel est votre sentiment au soir de cette victoire historique ?
C’est effectivement une victoire sensationnelle, c’est un symbole fort et extrêmement important pour nous que d’arriver à accrocher ce centième succès en WRC dès la première course de la saison, qui plus est sur une épreuve aussi mythique que le Monte-Carlo, qui se court de surcroit majoritairement sur notre territoire. C’est également une vraie satisfaction d’ajouter une huitième victoire à notre palmarès commun avec Sébastien et Julien, en cette année de centenaire de Citroën. En nous retrouvant cette année, nous nourrissions l’espoir d’écrire ensemble de nouvelles pages de l’histoire de la discipline et notre première course ne pouvait pas connaître meilleur dénouement.

Comment décririez-vous la performance de Sébastien et Julien ?
Dans un rallye aussi fou que celui-ci, avec des choix de pneus encore très difficiles, des conditions de route particulièrement piégeuses, ils se sont tout simplement montrés impériaux. Impériaux de maîtrise et de sérénité. C’est très intéressant de travailler avec eux, car ils vont droit au but et savent pertinemment sur quoi nous devons nous concentrer. Ils nous permettent de progresser vite et il va d’ailleurs nous falloir continuer à travailler sans relâche car cette première manche laisse clairement présager d’une saison encore plus disputée que jamais. Au-delà de Sébastien et Julien, qui ont évidemment été exceptionnels, je te tiens à saluer la performance de tous les membres de l’équipe. Ils ne se sont jamais démobilisés, même dans nos quelques moments de doute de l’an passé, et n’ont pas compté leurs heures pour parvenir à lancer aussi idéalement notre campagne 2019. Ce succès, c’est aussi clairement le leur !

TEMPS FORTS

Indispensable binôme de Sébastien Ogier, et témoin privilégié de son aisance derrière le volant, le copilote Français raconte l’état d’esprit qui était le leur au moment d’entamer la dernière ES.

« Avant l’ultime spéciale, notre ingénieur m’a demandé ce qu’il pouvait faire pour nous et je lui ai simplement recommandé d’allumer des cierges, tout en préparant la remorque et des sangles sait-on jamais… Car on n’avait pas l’intention de faire dans le détail ! En l’espace d’une boucle de quatre chronos ce matin, j’ai encore pris quelques années d’un coup, tant c’était tendu. Une fois partis, on a attaqué très fort, sans faire d’erreurs, ce qui est quand même exceptionnel de la part de Seb, pour une découverte de la C3 WRC. Pour autant, une fois la ligne d’arrivée franchie, on ne savait pas trop à quoi s’en tenir, ça ne s’agitait pas trop au point stop, puis j’ai vu sur la gauche le père de Seb qui avait le sourire. C’est là que j’ai compris que c’était bon, Seb sur le moment lui n’a pas capté, il a fallu qu’il baisse la tête pour réaliser et là il y avait pas mal d’émotion dans l’habitacle. »

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

1. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) 3h21’15’’9

2. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +2’’2

3. Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC) +2’15’’2

4. Loeb / Elena (Hyundai i20 WRC) +2’28’’2

5. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +2’29’’9

6. Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) +5’36’’2

7. Greensmith / Edmondson (Ford Fiesta R5) +13’04’’6

8. Bonato / Boulloud (Citroën C3 R5) +13’56’’5

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES

1 Sébastien Ogier – 29 points

2. Thierry Neuville – 21 points

3. Ott Tänak – 17 points

4. Kris Meeke – 13 points

5. Sébastien Loeb – 12 points

6. Jari-Matti Latvala – 10 points

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS

1 Hyundai WRT – 30 points

2. Citroën Total WRT – 25 points

3. Toyota Gazoo Racing – 25 points

4. M-Sport Ford WRT – 14 points

La C3 WRC face au défi princier

87ème Rallye Monte-Carlo (22-27 janvier 2019) – Présentation

Traditionnelle manche inaugurale de la saison WRC, le Rallye Monte-Carlo est aussi l’une des plus dures à négocier en raison de son caractère hivernal et imprévisible. Avec Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi – Janni Ferm aux commandes des deux C3 WRC engagées, le Citroën Total World Rally Team pourra respectivement compter sur les sextuples Champions du Monde et sur le duo le plus prometteur de la discipline pour faire briller ses couleurs.

L’équipe technique de Citroën Racing a mis tout en œuvre pour que ses nouveaux équipages puissent accumuler le maximum de roulage possible et démarrer la saison en confiance. Chacun a réalisé trois jours et demi d’essais spécifiques avec la C3 WRC – à raison de plus de deux cent kilomètres généralement parcourus par journée – afin de balayer la palette de réglages à disposition. Au programme des séances préparatoires : de l’asphalte sec, gras ou détrempé, de la neige et de la glace, soit autant de difficultés que la classique monégasque peut réunir sur un seul et même chrono. Les efforts menés confirment la volonté des Rouges de hausser le ton et de dépasser le cap des 100 victoires en WRC rapidement cette saison.

C’est sur Sébastien Ogier, sextuple champion du monde sortant, et vainqueur notamment des cinq dernières éditions du Rallye Monte-Carlo, que reposeront logiquement les plus hauts espoirs de l’équipe. Enfant du pays, le Haut-Alpin, dont la faculté d’adaptation n’est plus à démontrer, est passé maître dans l’art de lire les routes locales et leurs innombrables variations de grip.

Avec trois participations à son actif sur cette manche, Esapekka Lappi n’a pas le même niveau d’expérience que son coéquipier tricolore. Dans la foulée d’une année 2018 probante, ponctuée de trois podiums, le Finlandais de 28 ans compte bien poursuivre sa progression pour ce qui sera seulement sa deuxième saison complète en WRC.

RÉACTIONS DE…

Pierre Budar, Directeur de Citroën Racing
« Si Sébastien et Julien retrouvaient quelques têtes connues dans l’équipe, ce n’était pas le cas d’Esapekka et Janne, pour autant leur intégration s’est faite naturellement. Nous avons bien mis l’intersaison à profit pour préparer sereinement 2019, apprendre les uns des autres et leur permettre de s’approprier la voiture du mieux possible. Car au Monte-Carlo, c’est primordial d’évoluer en confiance au volant. Sébastien et Julien étant quintuples vainqueurs sortants de cette course, il faudra forcément encore compter avec eux, tandis qu’Esapekka et Janne, bien moins expérimentés sur ce terrain atypique, adopteront sans doute une approche plus progressive. »

 

Olivier Maroselli, Directeur technique de Citroën Racing
« La C3 WRC a pas mal évolué depuis le Rallye Monte-Carlo 2018, au niveau amortissement et épures de suspension, et nous avons désormais une base de réglages que nous maîtrisons. Nous avons donc travaillé autour pour disposer d’une voiture facile à piloter, et avoir ainsi la capacité à s’adapter aux conditions d’adhérence variées typiques de cette épreuve. Nous avons quasiment tout eu durant nos essais : du sec, de la neige et de la glace de très bonne qualité, de la neige fondante, de la soupe, ce qui nous a permis de balayer tout un tas de paramètres, comme les montes de pneus croisées, qui imposent de porter une attention particulière au set-up afin de conserver une voiture prévisible. Nous avons aussi planché sur des réglages ajustables par les équipages entre des ES d’une même boucle. Je pense que nous sommes bien préparés. »

 

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT
« J’ai eu une belle variété de conditions sur mes trois jours et demi de roulage, c’est plutôt bien, et ça nous a permis de travailler sur les meilleurs compromis possibles. Les sensations sont bonnes, néanmoins c’est toujours difficile d’estimer son niveau de performance pour une première course avec une nouvelle voiture. Je vais procéder comme je l’ai toujours fait, en faisant confiance à mon feeling. D’autant que le Monte-Carlo est un rallye qui se gagne en roulant d’avantage avec sa tête, qu’à la limite, tant les pièges y sont nombreux. C’est un terrain qui m’a en tout cas toujours bien réussi et j’espère que mon expérience m’aidera à nouveau ! »

Nombre de participations à l’épreuve : 9
Nombre de victoire : 6 (2009 en IRC, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018)

 

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT
« Je suis satisfait de nos tests puisque nous avons tout passé en revue, à part du bitume complètement sec. Avec l’équipe, on a pu trouver des réglages qui me conviennent et je me sens à l’aise au volant. Après, le Rallye Monte-Carlo est toujours un sacré défi et il faudra l’aborder avec humilité, d’autant que ce n’est jamais véritablement la même épreuve d’année en année vu que les conditions évoluent en permanence. J’espère avoir engrangé suffisamment d’expérience dans le passé pour me battre avec les meilleurs. Un top cinq constituerait pour moi un bon début de saison. »

Nombre de participations à l’épreuve : 3
Meilleur résultat : 7eme (2018)

CHIFFRES-CLÉS

16 spéciales totalisant 323,83 km chronométrés
43 le nombre maximum de pneumatiques Michelin autorisés par voiture, à choisir parmi 24 slicks supers tendres (Pilot Sport SS6), 20 slicks tendres (Pilot Sport S6), 12 neige non cloutés (Pilot Alpin A41) et 24 neige cloutés (Pilot Alpin A41 CL)
7 le nombre de succès signés par Citroën au rallye Monte-Carlo (2003, 2004, 2005, 2007, 2008, 2012 et 2013)
1h10 au plus tard avant le départ de la première voiture de course, les ouvreurs (Simon Jean-Joseph-Jack Boyère pour Sébastien Ogier-Julien Ingrassia, Mikko Heikkila-Jan Lonegren pour Esapekka Lappi-Janne Ferm) sont autorisés à passer en spéciale. Munis d’un double des notes de leur équipage respectif, ils lui décrivent ensuite l’état de la route, et ont une importance capitale sur un Monte-Carlo.

PROGRAMME DU RALLYE MONTE-CARLO (GMT+1)

Bien que plus ramassé cette année, le parcours, qui sillonnera les Alpes de Haute-Provence, les Hautes Alpes, la Drôme, l’Isère et les Alpes Maritimes, promet encore son lot de difficultés et d’incertitudes. D’autant qu’il a été renouvelé à près de 47 %, et que les spéciales disputées le jeudi soir notamment, à la lueur de la rampe de phares, sont inédites. Au même titre que celles de Valdrome – Sigottier (20,04 km) et Curbans – Piegut (18,47 km) au menu du vendredi.
• Avec une météo toujours instable à cette période de l’année, qui peut évoluer du tout au tout d’un versant à l’autre de la montagne, le challenge sera à coup sûr encore de taille.  »Rallye de pneus et de pilotes », tel est le qualificatif qui colle à la peau du Monte-Carlo, en raison de l’impérieuse nécessité d’y procéder aux bons choix de gommes, comme autant d’être en osmose avec sa voiture, afin d’anticiper ses réactions sur les incessants changements d’adhérence au programme

JEUDI 24 JANVIER
10h00 : Shakedown (Gap)
18h50 : Départ jour 1 (Gap – Place Desmichels)
19h38 : ES 1 – La Breole – Selonnet (20,76 km)
20h41 : ES 2 – Avançon – Notre Dame du Laus (20,59 km)
21h41 : Flexi assistance A (Gap – 48′)

VENDREDI 25 JANVIER
07h30 : Départ jour 2 et assistance B (Gap – 18′)
09h11 : ES 3 – Valdrome – Sigottier 1 (20,04 km)
10h14 : ES 4 – Roussieux – Laborel 1 (24,05 km)
11h37 : ES 5 – Curbans – Piegut 1 (18,47 km)
12h27 : Assistance C (Gap – 33′)
14h23 : ES 6 – Valdrome – Sigottier 2 (20,04 km)
15h26 : ES 7 – Roussieux – Laborel 2 (24,05 km)
16h49 : ES 8 – Curbans – Piegut 2 (18,47 km)
17h44 : Flexi assistance D (Gap – 48′)

SAMEDI 26 JANVIER
07h37 : Départ jour 3 et assistance E (Gap – 18′)
08h48 : ES 9 – Agnières en Devoluy – Corps 1 (29,82 km)
10h06 : ES 10 – St Léger les Mélèzes – La Batie Neuve 1 (16,87 km)
11h21 : Assistance F (Gap – 33′)
12h47 : ES 11 – Agnières en Devoluy – Corps 2 (29,82 km)
14h08 : ES 12 – St Léger les Mélèzes – La Batie Neuve 2 (16,87 km)
15h18 : Assistance G (Gap – 48’)
20h06 : Parc fermé (Monaco)

DIMANCHE 27 JANVIER
06h22 : Départ jour 4
08h20 : ES 13 – La Bollène Vésubie – Peira Cava 1 (18,41 km)
09h08 : ES 14 – La Cabanette – Col de Braus 1 (13,58 km)
10h55 : ES 15 – La Bollène Vésubie – Peira Cava 2 (18,41 km)
12h18 : ES 16 – La Cabanette – Col de Braus 2 – Power Stage (13,58 km)
13h58 : Parc fermé (Monaco – Quai Albert 1er)
15h00 : Remise des prix (Monaco – Quai Albert 1er)

 

La saison 2019 du Citroën Total WRT est lancée !

Théâtre du lancement officiel de la saison WRC 2019, le salon Autosport de Birmingham voit le Citroën Total World Rally Team dévoiler aujourd’hui la nouvelle livrée des C3 WRC dévolues cette année à Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi – Janne Ferm. Une livrée inédite, pensée pour célébrer l’anniversaire des cent ans de la marque, et avec le retour de Red Bull aux côtés de Total et Michelin.

Il y a cent ans, André Citroën donnait naissance à la marque éponyme. Une véritable épopée industrielle où le sport a toujours occupé depuis une place prépondérante. Pour célébrer cet anniversaire, la C3 WRC revêt cette année des chevrons reprenant le design originel, ainsi qu’un rappel symbolique de l’année 1919, date de la création de la marque, confirmant du même coup son attachement à la compétition.

La C3 WRC arborera toujours les couleurs de Total. Fruit d’un partenariat technique et sportif entre Citroën et le pétrolier tricolore, qui dure depuis cinquante-et-un ans maintenant. Les liens tissés avec Michelin sont tout aussi forts, c’est pourquoi le manufacturier clermontois s’affichera également en bonne place à ses côtés, tandis que Red Bull, célèbre boisson énergisante déjà partenaire des Rouges en WRC de courant 2008 à fin 2012, fera son retour sur les tenues et les montures issues des ateliers de Satory.

À l’issue de ce rendez-vous médiatique d’Autosport, les hostilités débuteront véritablement sur les routes toujours piégeuses du prochain Rallye Monte-Carlo (22-27 janvier) pour Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi – Janne Ferm. Suivront treize autres épreuves, toutes aussi exigeantes, jusqu’au terme de la saison en Australie (14-17 novembre). Une nouvelle saison que Citroën Total WRT, récompensé par 99 victoires en WRC depuis 1999, attaque avec l’ambition de passer le cap des cent succès en Championnat du Monde des Rallyes et de se battre pour le titre mondial.

DS TECHEETAH accentue son avance au championnat

Placé en première ligne de la grille de départ de l’E-Prix de Marrakech, Jean-Éric Vergne a tenté de prendre la tête dès le premier virage. Malheureusement, la manœuvre du pilote DS TECHEETAH s’est conclue par un tête-à-queue. Reparti en dernière position, le champion en titre de la Formule E a fait un retour tonitruant pour décrocher les points de la cinquième place sous le drapeau à damier.

Moins en réussite lors des qualifications, André Lotterer a pris le départ du vingtième rang. Quatorzième à l’issue du premier tour, il s’emparait de la huitième place à mi-parcours.

En pleine course-poursuite, Jean-Éric et André étaient sixième et huitième à dix minutes de la fin de la course. Après une période de neutralisation derrière une voiture de sécurité, les deux pilotes utilisaient leur second ATTACK MODE pour préparer l’ultime sprint et décrocher les cinquième et sixième positions. Avec huit points marqués aujourd’hui, André Lotterer s’empare de la quatrième place du championnat avec 19 points, juste derrière son équipier Jean-Éric Vergne, troisième avec 28 points. Grâce aux 18 points marqués aujourd’hui, DS TECHEETAH accentue son avance au championnat avec un écart de sept points avant la première manche, à Santiago du Chili, le 26 janvier.

Jean-Éric Vergne n°25 :  « Tout ne s’est pas passé comme prévu. Nous sommes des pilotes et nous nous battons pour gagner. Lorsque j’ai vu qu’il y avait une ouverture, j’y suis allé. Mais j’ai réalisé que ça ne passerait pas et j’ai mis la voiture en tête-à-queue pour éviter de ruiner la course de Sam. C’est de ma faute. Et même si c’est ma plus grosse erreur depuis mes débuts en Formule E, je termine quand même cinquième. Il y a du positif. J’ai dépassé quinze pilotes et j’ai repris seize secondes aux leaders. J’étais revenu à seulement quatre secondes avant la neutralisation. Cette course montre l’énorme potentiel de notre équipe. »

André Lotterer  n°36 : « Se qualifier en fond de grille n’est pas le meilleur moyen d’aller chercher un résultat, mais nous nous sommes battus jusqu’au bout pour cette sixième place. J’ai fait une petite erreur en qualification, mais je suis satisfait d’être dans le top 5 du championnat et d’accentuer l’avance de l’équipe avant de partir en Amérique du Sud. Vous pouvez être sûrs que nous allons nous battre pour conserver cette position. Nous avons de bons souvenirs de Santiago, car nous y avions signé le premier doublé de l’histoire de la Formule E. Même si le circuit sera nouveau, nous ferons tout pour rééditer cette performance. »

Mark Preston, Team Principal de DS TECHEETAH : « Nos deux pilotes ont réalisé une course exceptionnelle aujourd’hui. Les voir tous les deux remonter tout le peloton pour se placer dans le top 6 montre le potentiel de nos voitures et la qualité de leur pilotage. Nous avons réussi à combler la moitié de notre retard sur les leaders, c’est une grande performance.

C’est dommage de ne pas avoir gagné, mais nous marquons des points importants. L’an passé, nous avons appris qu’il ne fallait laisser échapper aucun point pour gagner un championnat. Nous accentuons notre avance avec un écart de sept points et nous sommes prêts à aller chercher d’autres succès lors de l’E-Prix de Santiago. »

Mark Preston, Team Principal de DS TECHEETAH : « Nous confortons notre avance au classement Teams et nous confirmons l’excellente performance de DS E-TENSE FE19 en course. Cela valide les choix techniques qui ont été faits. Un grand bravo à Jean-Éric et André qui ont fait une remontée impressionnante ! Nous sommes dans le match pour les deux titres de ce championnat extraordinaire, c’est ce qui compte. »