Championnat du monde Superbike – Grande-Bretagne

Deux solides podiums

En montant à deux reprises sur le podium de Donington, Jonathan Rea a encore accru son avance au classement général. Le pilote Kawasaki compte désormais soixante-quatre points de plus que son adversaire le plus proche au classement général.

Les courses

Si la première marche du podium lui a cette fois échappé, Jonathan Rea n’a pas fait choux blanc pour autant lors de l’étape britannique du championnat du monde Superbike. Le champion du monde en titre a en effet enchaîné une deuxième et une troisième places. « J’ai pu mener quelques tours durant la première course avant de connaître des problèmes de motricité, raconte le pilote Kawasaki. La deuxième course a été difficile pour d’autres raisons. Tout le monde était très agressif durant les premiers tours et j’ai fini avec des crampes aux bras qui ne m’ont pas permis de rester au contact de van der Mark. » Troisième samedi après-midi, Tom Sykes a dû se contenter le lendemain d’une sixième place. Cela faisait sept ans que le pilote Kawasaki n’était pas descendu du podium de Donington… « Je manquais de grip lors de la première course et j’ai fait un mauvais choix de pneu pour la seconde », explique-t-il. En terminant deuxième de la deuxième course, Toprak Razgatlioglu est lui monté sur son premier podium dans la classe reine. Le pilote de l’équipe Pucetti est ainsi devenu le premier Turc de l’histoire à signer un top trois en Mondial Superbike. En Supersport, Sheridan Morais s’est classé neuvième alors qu’Hikari Okubo est tombé au cinquième tour.

Le championnat

Mission accomplie pour Jonathan Rea. Le leader du championnat souhaitait repartir de Donington avec plus de cinquante points d’avance sur Chaz Davies, ce sont désormais soixante-neuf points qui séparent les deux candidats au titre de champion du monde. Tom Sykes se retrouve pour sa part en quatrième position à égalité de points avec le troisième, Michael van der Mark, vainqueur à deux reprises en Angleterre. En Supersport, Sheridan Morais gagne une place, il est quinzième. Le Japonais Okubo lui en perd une, le voilà dix-neuvième.

L’histoire

Tom Sykes est désormais le recordman absolu du nombre de pole-positions en Mondial Superbike. A Donington, son circuit fétiche, surnommé par les siens “Doningtom”, le Britannique a obtenu sa quarante-quatrième Superpole. Fin février, en Australie, Sykes avait égalé le record jusque-là détenu par Troy Corser. Le voilà désormais seul devant. Clin d’œil de l’histoire, c’est Roger Burnett, l’homme qui avait signé la première pole position en Superbike, en 1988, sur ce même circuit de Donington, qui a décerné à l’ex-champion du monde son nouveau trophée. Sur les trente-quatre victoires qu’il compte aujourd’hui dans la catégorie, Tom Sykes en a obtenu neuf sur la piste anglaise. « Décrocher ce record à Donington, c’est juste extraordinaire, a commenté le coéquipier de Jonathan Rea. Sur mes terres, devant mes supporters, mes amis et ma famille… Je suis par ailleurs très fier d’avoir obtenu ses quarante-quatre Superpole avec Kawasaki. J’ai toujours accordé beaucoup d’importance à cette performance car elle signifie qu’on est le pilote le plus rapide de la grille. Décrocher le meilleur chrono d’une séance de qualification exige beaucoup de concentration. Il faut être capable de tirer le meilleur de son matériel, passer du calme absolu à la tempête en un claquement de doigt. Il faut avoir le bon feeling avec sa moto dès le tour de lancement, faire chauffer correctement ses pneus et faire une confiance aveugle à son matériel pour reculer les limites. Rentrer plus fort dans les virages, accélérer plus tôt… C’est un exercice très excitant. »

Nouveau podium WRX pour Sébastien Loeb & le Team Peugeot Total à Silverstone

World RX #4/12 – Silverstone, 26-27.05.2018

Auteur d’une 3ème place en finale, Sébastien Loeb a mené sa PEUGEOT 208 WRX sur le podium pour la 4ème fois consécutive en 4 courses, confirmant sa régularité et sa vitesse depuis le début de la saison FIA World RX. Devant près de 30 000 spectateurs à Silverstone, il renforce ainsi sa 2ème place au Championnat Pilote.

Sébastien Loeb, vainqueur du World RX en Belgique il y a 2 semaines, a de nouveau réalisé un week-end très consistant en Angleterre. Après deux 2èmes places en manches qualificatives, et une victoire en demi-finale, le 9 fois Champion du Monde WRC n’a pas relâché le rythme dans les 6 tours de l’ultime course, malgré un départ manqué qui rajoute autant de crédit au résultat final : 3ème.

Kevin Hansen signe un tournant dans sa carrière à Silverstone ce week-end, en se hissant en finale pour la 1ère fois cette saison ! Le « Junior » du team a mis en évidence tout son potentiel, de la ligne de départ jusqu’à l’arrivée. Il termine 6ème à l’issue d’une finale mouvementée, ponctuée par une crevaison engendrée à la réception de l’imposant saut qui l’empêcha de s’exprimer à 100%.

Le talentueux Timmy Hansen a une nouvelle fois démontré l’étendue de son talent en WRX ce week-end, mais a joué de malchance sur le mythique circuit anglais. Très en verve dès le début de la course, il a réalisé d’excellents résultats dans les manches qualificatives, avec notamment une victoire en Q2, mais une crevaison survenue en demi-finale l’a contraint à abandonner juste après le départ. Jusqu’ici, le suédois est le seul pilote à avoir gagné une manche qualificative sur chacune des courses du World RX 2018.

Avec au moins une PEUGEOT sur le podium à chacune des courses, depuis le début du championnat cette saison, le Team PEUGEOT Total affiche des résultats convaincants et figure 3ème au classement provisoire du Championnat Team – à 1 point du 2ème. Sébastien LOEB consolide sa 2ème place au Championnat Pilote provisoire.

TEAM PEUGEOT TOTAL - WRX SILVERSTONE

ILS ONT DIT…

Bruno Famin, Directeur de PEUGEOT SPORT
« Nous sommes satisfaits de ce nouveau podium et, de toute évidence, la vitesse est là. Les voitures sont performantes et les pilotes ont réalisé des performances solides, même si la dernière journée a été un peu compliquée. On ne va pas se plaindre d’une 3ème place, mais quand on a la possibilité de gagner, c’est un peu frustrant ! Nous devons regarder précisément les causes des crevaisons qui ont affecté Timmy et Kevin aujourd’hui, et qui ont privé Timmy d’une place en finale. C’est très dommage, car Timmy a gagné au moins une course dans chaque manche qualificative jusqu’à présent, ce qui prouve sa grande régularité. Kevin a également témoigné de son talent et de son potentiel, comme il l’avait déjà fait en Belgique. Sébastien a encore réalisé une très belle performance, bravo à lui ! En tête du championnat, les 3 équipes sont au coude-à-coude, et nous sommes dans le jeu. »

Sébastien Loeb, PEUGEOT 208 WRX #9
« C’était une vraie bataille en finale. J’ai fait un mauvais départ car il y avait beaucoup de grip et j’ai presque calé. Je suis donc parti en 6ème position ; ensuite il fallait absolument trouver le moyen de doubler. Heureusement, j’ai pris le tour joker au bon moment et cela m’a aidé à remonter de quelques places. C’était une bonne stratégie. Si je dois résumer, c’était une très bonne finale pour un très mauvais départ ! En 6 tours, il n’y a pas beaucoup d’opportunités de remonter si quelque chose se passe mal. Je suis très heureux, c’est notre 4ème podium consécutif et ça aurait été difficile de faire beaucoup mieux. Ici à Silverstone, nous aurions peut-être pu faire un résultat encore meilleur, mais ce qui est sûr, c’est que j’ai pris beaucoup de plaisir jusqu’à présent avec des courses engagées mais justes, et c’est une bonne chose de voir autant de concurrents s’affronter dans une lutte aussi serrée. »

Timmy Hansen, PEUGEOT 208 WRX #71
« Je préfère considérer ce qui s’est bien passé ce week-end plutôt que de rester figé sur les événements plus négatifs de la journée. Nous étions très rapides du début à la fin, et je sais que nous avions le potentiel pour jouer la victoire. Je pense que tout est en place pour atteindre ce but, à l’exception d’un peu de chance ! Dans la finale, il y a eu un problème sur la jante, pour lequel nous ne pouvions rien. Malgré tout, c’était un très bon week-end de course avec, comme point fort, ma victoire dans la manche qualificative Q2, qui montre bien ce dont nous sommes capables. C’est normal de ressentir cette forte déception en tant que pilote quand quelque chose se passe mal, mais ça ne durera pas. Je sais que nous avons une voiture très performante et je reviendrai plus motivé que jamais sur la prochaine épreuve à Hell en Norvège. »

Kevin Hansen, PEUGEOT 208 WRX #71
« Ce week-end a vraiment marqué un tournant pour moi. Nous avons essayé plusieurs réglages et j’ai mis le doigt sur certaines choses qui vont nous aider pour la suite. Grâce à tout cela, et au bon travail du Team, j’ai réussi à accéder à la finale pour la 1ère fois cette année – la 5ème fois de ma carrière. Bien sûr, la manière dont cela s’est passé aujourd’hui a été un peu étrange. En demi-finale, il y a eu un gros accrochage entre d’autres concurrents, ma voiture a été percutée, le volant est revenu brutalement et j’ai senti mon épaule se démettre. Cela ne m’a pas perturbé sur le coup, car en course, on est tellement concentré qu’on n’a pas le temps de faire pas attention à ce genre de choses. Et puis j’ai senti que mon épaule se remettait en place d’elle-même. C’est dommage que l’on ait eu cette crevaison à la réception du saut en finale. Malgré tout, c’était un très bon week-end pour moi ! »

CLASSEMENT PROVISOIRE PILOTE – APRÈS SILVERSTONE (ROUND 4/12)

1. Johan KRISTOFFERSSON / Volkswagen Polo R – 105 pts
2. Sébastien LOEB / PEUGEOT 208 WRX – 91 pts
3. Andreas BAKKERUD / Audi S1 – 83 pts
4. Mattias EKSTRÖM / Audi S1 – 80 pts
5. Petter SOLBERG / Volkswagen Polo R – 80 pts
6. Timmy HANSEN / PEUGEOT 208 WRX – 71 pts
7. Niclas GRÖNHOLM / Hyundai i20 – 52 pts
8. Kevin HANSEN / PEUGEOT 208 WRX – 41 pts
9. Janis BAUMANIS / Ford Fiesta – 35 pts
10. Timur TIMERZYANOV / Hyundai i20 – 34 pts
11. Robin LARSSON / Ford Fiesta – 30 pts
12. Guerlain CHICHERIT / Renault Mégane RS – 29 pts
13. Kevin ERIKSSON / Ford Fiesta – 25 pts
14. Jérome GROSSET-JANIN / Renault Mégane RS – 25 pts
15. Tommy RUSTAD / Volkswagen Polo R – 9 pts
16. Grégoire DEMOUSTIER / Peugeot 208 – 5 pts
17. François DUVAL / Audi S1 – 4 pts
18. Oliver BENNETT / BMW Mini Cooper – 3 pts
19. Mark HIGGINS / Peugeot 208 – 1 pt
20. Hervé « KNAPICK »-LEMONNIER / Citroën DS3 – 0 pt
21. Anton MARKLUND / Volkswagen Polo R – 0 pt
22. Joaquim SANTOS / Ford Focus – 0 pt
23. Mário BARBOSA / Citroën DS3 – 0 pt
24. Tamás KÁRAI / Audi A1 – 0 pt
25. Andrew JORDAN / Ford Fiesta – 0 pt
26. Ma QUINGHUA / Ford Fiesta – 0 pt

CLASSEMENT PROVISOIRE TEAM – APRÈS SILVERSTONE (ROUND 4/12)

1. PSRX Volkswagen Sweden – 185 pts
2. EKS Audi Sport – 163 pts
3. Team PEUGEOT Total – 162 pts
4. GRX Taneco – 86 pts
5. Olsbergs MSE – 55 pts
6. GC Kompetition – 54 pts


PROCHAINE MANCHE – Hell, Norvège
Après Silverstone, le Championnat du Monde FIA de Rallycross se dirigera vers les portes de l’enfer, à Hell ! La 5ème manche de la saison, est un rendez-vous incontournable du calendrier. Elle se tiendra les 9 et 10 juin près de Trondheim, sur la côte ouest de la Norvège. Le circuit Lankebanen, mesure 1,019 kilomètre et est composé à 63% d’asphalte et 37% de terre, avec des sections à haute vitesse et des virages spectaculaires. Le joker lap est situé juste en bout de 1ère ligne droite, ce qui rend hasardeux la phase de départ. Sensations fortes garanties ! Sébastien Loeb, 3ème à Hell en 2017, et ses coéquipiers du Team PEUGEOT Total tenteront de piloter leur PEUGEOT 208 WRX vers la plus haute marche du podium.

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix de France

Double podium pour les pilotes Marc VDS

Deuxième et troisième à l’arrivée du Grand Prix de France, Alex Marquez et Joan Mir ont offert au team Marc VDS son premier double podium de la saison.

 

Les courses

Après la déception du Grand Prix d’Espagne, l’équipe Marc VDS s’est remise dans le sens de la marche à l’occasion de l’étape mancelle du championnat du monde Moto2. Alex Marquez et Joan Mir ont en terminé deuxième et troisième du Grand Prix de France, montant ainsi pour la première fois de concert sur le podium de la catégorie intermédiaire des Grands Prix. Sixième sur la grille, Alex Marquez a fait toute la course dans la roue du futur vainqueur, Francesco Bagnaia. Bien décidé à ne pas répéter son erreur de Jerez, l’Espagnol n’a pas tenté le diable, préférant assurer une place sur le podium, comme il l’avait fait au Qatar et aux Etats-Unis. En terminant troisième, Joan Mir s’est quant à lui mis en valeur en décrochant son premier podium en Moto2. Un podium qui en appelle d’autres. En MotoGP, Franco Morbidelli est à nouveau rentré dans les points en passant sous le drapeau à damier en treizième position. Victime d’une chute au warm up, Tom Lüthi a dû pour sa part se contenter de la seizième place.

Le championnat

Profitant de son troisième podium de la saison ainsi que des faux-pas de Pasini et de Baldassari, Alex Marquez remonte à la troisième place du championnat Moto2. Mir demeure pour sa part septième mais il ne compte plus que dix points de retard sur le cinquième, Pasini, et seulement quatre points sur le sixième, Vierge. En MotoGP, Morbidelli occupe la quinzième position alors que se profile le cap du premier tiers de la saison.

L’histoire

En montant sur le podium de son cinquième Grand Prix dans la catégorie Moto2, Joan Mir a confirmé sur le circuit Bugatti qu’il avait l’étoffe des plus grands. Comme Marc Marquez et Maverick Viñales avant lui, le Majorquin n’aura pas mis bien longtemps à devenir l’un des hommes forts de la catégorie intermédiaire des championnats du monde de vitesse. Onzième au Qatar, septième en Argentine, quatrième au Texas… Joan Mir aurait certainement pu continuer sa progression sur le circuit de Jerez s’il n’avait pas été malade durant le Grand Prix d’Espagne. Le champion du monde Moto3 en titre n’a pas pour autant marqué très longtemps le pas. Au Mans, quatrième sur la grille de départ, il s’est bagarré durant les premiers tours avec les deux KTM de Miguel Oliveira et Brad Binder avant d’emboîter le pas à Francesco Bagnaia et Alex Marquez. Troisième sous le drapeau à damier, l’Espagnol peut désormais penser à aller chercher son premier succès en Moto2. Une chose est sûre, il ne devrait pas rester longtemps dans la catégorie intermédiaire. Honda et Suzuki lui font en effet déjà les yeux doux pour s’adjuger ses services en MotoGP.

La C3 R5 Décroche aussi son permis « Terre » !

Leaders pendant huit des vingt spéciales au programme ce week-end et auteurs également d’un scratch, Stéphane Lefebvre et Gabin Moreau ont démontré que la C3 R5 avait aussi le potentiel pour devenir la nouvelle référence de la catégorie sur terre. Classés finalement troisièmes du WRC2 pour la première sortie de la voiture sur cette surface, ils étaient tous proches de faire encore mieux…

Surface prédominante en championnat du monde des rallyes, la terre constitue un enjeu important pour la marque aux chevrons dans sa stratégie de compétition clients. D’où la satisfaction éprouvée ce soir, d’avoir vu la C3 R5, nouveau fleuron de sa gamme, réussir ses débuts sur les pistes exigeantes du Portugal, lesquelles firent pourtant de nombreuses victimes. En s’emparant du meilleur temps dès la première véritable spéciale (ES 2), longue de 26,73 kilomètres, Stéphane Lefebvre le pilote maison, confirmait qu’il était là pour jouer les tous premiers rôles, et il concluait le premier tour du vendredi aux commandes du WRC2, avec 27’’5 d’avance. L’après-midi se révélait en revanche plus difficile avec une crevaison (ES 5), qui entraînait la dégradation d’un flexible de freins (ES 6), et le Nordiste rétrogradait au troisième rang. Mais Stéphane ne s’avouait pas vaincu et son abnégation allait d’ailleurs être récompensée : il repassait en tête dès la première ES du deuxième jour et accroissait dès lors son avantage jusqu’à posséder 49’’4 d’avance sur le deuxième à l’issue de la première boucle du samedi. Mais une nouvelle crevaison dans l’ES 14 se révélait lourde de conséquences : en bloquant la roue, elle entraînait la casse d’une transmission dans Amarante, la plus longue ES du rallye (37,60 km). Là encore, Stéphane Lefebvre se montrait exemplaire en préservant la troisième place. Il allait même finir la course en trombe : décidé à ne rien lâcher, le Français de 26 ans reprenait 31’’3 au deuxième de la catégorie le dimanche venu, en l’espace seulement de 51,53 kilomètres chronométrés, pour finir à 17’’ de la deuxième place. Preuve que le binôme qu’il forme avec la C3 R5 est déjà très performant !

ILS ONT DIT

 

Pierre Budar, Directeur de Citroën Racing
« On espérait évidemment un peu mieux en termes de résultat, car nous avions le niveau de performance pour viser plus haut. Mais il y a plusieurs motifs de satisfaction, à commencer par la fiabilité de la voiture qui n’a connu aucun problème technique pour ce baptême du feu sur terre. Stéphane a signé un scratch, il a aussi mené la catégorie pendant plusieurs ES, preuve que la C3 R5 est également bien née sur cette surface. Je suis très satisfait en tout cas de la manière dont Stéphane a géré sa course, avec régularité et maturité, et nous allons désormais poursuivre nos efforts pour optimiser encore la mise au point de l’auto.»


Stéphane Lefebvre
« C’était une édition du Portugal particulièrement difficile, notamment le vendredi au deuxième tour, mais pour ses débuts sur cette surface, la C3 R5 s’est très bien comportée. Il était important d’accumuler les kilomètres pour cette première sortie, aussi nous n’avons pas pris tous les risques, mais nous avons quand même connu deux crevaisons, sans quoi notre résultat aurait été encore meilleur. Mais le potentiel est bien là, et c’est de bon augure pour la suite, avec l’affinement à venir du set-up. »

 

Des points pour Sam Bird à l’arrivée de l’E-Prix de Berlin

Communiqué de presse – Berlin, le 19 mai 2018

Le Britannique reste dans la course au titre avec la deuxième place du classement des pilotes.

DS Virgin Racing occupe la troisième position du classement des équipes.

Trois courses sont encore à disputer avant le terme de la saison de Formula E.

 

Sam Bird termine dans les points à l’arrivée de l’E-Prix de Berlin pour rester dans la course au titre. Le Britannique occupe la deuxième place du classement du Championnat Formula E avec trois courses encore à disputer.

Le pilote DS Virgin Racing a gagné trois places durant la course. Parti de la dixième position, il est passé sous le drapeau à damier au septième rang. Son équipier et compatriote Alex Lynn a terminé à une frustrante seizième position.

Disputé sur l’aéroport Tempelhof à Berlin, le tracé de 2,375 km – l’un des plus longs du calendrier de la Formula E – a permis à Sam Bird et Alex Lynn de montrer leur potentiel dès les essais. Alex Lynn s’est montré le plus rapide des deux lors des qualifications en décrochant le huitième rang.

À l’extinction des feux, Sam Bird a pris un meilleur départ que son équipier pour prendre l’avantage. Avec 45 tours à boucler et des températures en hausse, la consommation d’énergie s’est avérée cruciale pour tous les pilotes.

Après le changement de monoplace, Sam Bird était classé en huitième position avant de s’attaquer avec brio à Jérôme D’Ambrisio. Alex Lynn s’est aussi montré à l’aise durant la seconde moitié de la course pour effectuer quelques dépassements, sans pour autant revenir dans le top 10.

Sam Bird : « Il fallait surtout maximiser notre potentiel durant la course. Nous avons réussi à le faire pour marquer des points au championnat sur cette piste très difficile. Notre rythme de qualification était bon, mais nous savions que la course allait être compliquée. Heureusement, nous restons dans la course au titre après ce rendez-vous. »

Alex Lynn : « Le résultat n’est pas celui que nous voulions, mais il y a quand même des points positifs à relever. Nous avons du travail à faire avant la prochaine course et je suis déjà impatient de me remettre dans le baquet. »

Sylvain Filippi, Responsable Technique de DS Virgin Racing : « Le Circuit Tempelhof de Berlin a toujours été compliqué avec une gestion cruciale de l’énergie. Nos deux pilotes ont été performants, comme le reste de l’équipe. C’est un bon résultat de voir Sam marquer des points au championnat pour rester dans la course au titre. Nous viserons un meilleur score lors de la prochaine course à Zurich.»

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance : « Les résultats de l’E-Prix de Berlin ne sont pas à la hauteur de nos espérances. Sam conserve néanmoins sa deuxième place au classement des pilotes et nous restons dans le match pour le titre. C’est l’essentiel. Nous devons maintenant travailler pour préparer la prochaine course et nous battre au championnat. »

La prochaine course de Formula E se déroulera à Zurich le 10 juin.

Championnat Formula E
FIA ABB 2018 E-Pprix de Berlin  (9ème manche) – Résultats (45 tours)

1. Daniel Abt, Audi Sport ABT Schaeffler, (25, P, FL), 45-tours
2. Lucas di Grassi, Audi Sport ABT Schaeffler, (18), +6.758s
3. Jean Eric Vergne, Techeetah (15), +12.894s
4. Sebastien Buemi, Renault e.dams (12), +17.282s
5. Oliver Turvey, NIO Formula E (10), +19.620s
6. Mitch Evans, Panasonic Jaguar Racing (8), +24.586s
7. Sam Bird, DS Virgin Racing (6), +34.610s
8. Maro Engel, Venturi Formula E (4), +37.814s
9. Andre Lotterer, Techeetah (2), +44.359s
10. Nick Heidfeld, Mahindra Racing (1), +45.931s
16. Alex Lynn, DS Virgin Racing, +53.000s

Classement pilotes (après 9 tours)

1. Jean Eric Vergne, 162pts
2. Sam Bird, 122pts
3. Felix Rosenqvist, 86pts
4. Daniel Abt, 85pts
5. Sebastien Buemi, 82pts
14. Alex Lynn, 17pts

Classement équipe (après 9 tours)

1. Techeetah, 205pts
2. Audi Sport ABT Schaeffler, 161pts
3. DS Virgin Racing, 139pts
4. Mahindra Racing, 108pts
5. Panasonic Jaguar Racing, 96pts

 

Victoire pour Sébastien Loeb, Timmy Hansen 3ème! Double podium Peugeot en WRX

World RX #3 – Mettet (BEL), 12&13.05.2018

Le pilote du Team PEUGEOT Total Sébastien Loeb a foncé vers la victoire ce week-end, au volant de sa PEUGEOT 208 WRX à l’occasion de la manche belge du Championnat du Monde FIA de Rallycross. Le nonuple Champion du Monde des Rallyes a une nouvelle fois démontré tout son talent, terminant 4ème des manches qualificatives avant de s’imposer en demi-finale et en finale, dans des courses très disputées. Il partage le succès de PEUGEOT avec son co-équipier Timmy Hansen, 3ème. Ce très bon résultat permet au Team PEUGEOT Total de prendre la 2ème place du Classement Constructeurs, et à Sébastien Loeb de se rapprocher de la tête du Classement Pilotes (2ème)

Mettet Sunday 03

Sébastien Loeb assurait de bons résultats dans les manches qualificatives Q1 et Q2 samedi. Dimanche matin, dans des conditions de courses devenues délicates à cause de la pluie, il rencontrait davantage de difficultés en Q3, bloqué derrière ses concurrents avec peu de possibilités de doubler. Il revenait à l’attaque dans la Q4, et terminait 2ème. 4ème au général à l’issue des qualifications, Loeb réalisait une performance de taille en remportant sa manche en demi-finale, s’attribuant dans le même temps la pole position sur la ligne de départ de la finale. Continuant sur sa lancée, et dans une lutte serrée en finale, Loeb emportait sa PEUGEOT 208 WRX de 600 chevaux vers la toute 1ère victoire de la saison 2018. Il accède ainsi à la 2ème place du classement général du Championnat Pilotes.

Timmy Hansen réalisait un départ en trombe à Mettet samedi, en terminant respectivement 3ème et 2ème de la Q1 et Q2. Il enchainait dimanche matin en s’imposant dans la Q3 et terminait 7ème de Q4 – des résultats qui le plaçait 2ème au classement provisoire à l’issue des qualifications. En pole position dans la demi-finale 2, le Suédois se faisait violemment pousser par Bakkerud au départ et se retrouvait dernier après un tête-à-queue. Ne lâchant rien, il saisissait chaque occasion pour doubler ses adversaires et réussissait un retour en force. Terminant 3ème de la manche, il s’assurait une place en finale, où il réussissait une nouvelle fois à remonter de la 6ème place sur la grille de départ à la 3ème place sur la ligne d’arrivée ; un 1er podium pour Timmy Hansen cette saison !

Kevin Hansen a une nouvelle fois démontré son potentiel ce week-end en réalisant des performances prometteuses et de bons chronos dans les Q1 (5ème) et Q2 (6ème). Le jeune pilote assurait un départ remarqué dans la Q3 – au volant de sa PEUGEOT jaune – et menait toute la course en tête mais callait dans le dernier tour en prenant le joker – une erreur qui le faisait dégringoler à la 15ème place. 10ème de la Q4, le jeune Suédois terminait 9ème au général à l’issue des qualifications, décrochant son ticket pour sa toute 1ère demi-finale de la saison. Parti sur la dernière ligne, il ne parvenait pas accéder à la finale mais prouvait néanmoins sa capacité à concourir parmi les meilleurs.

Les 2 podiums de Barcelone et Montalegre, le double podium et la victoire de Sébastien Loeb à Mettet ce week-end, sont une récompense bien méritée pour l’ensemble du Team PEUGEOT Total. Dans les coulisses, les ingénieurs et mécaniciens de l’équipe ont fourni un travail considérable pour lancer ce nouveau programme officiel en Championnat du Monde FIA de Rallycross à peine rentrés d’un Dakar victorieux.

Mettet Sunday 07

ILS ONT DIT…

Bruno Famin, Directeur de PEUGEOT SPORT
« Un double podium pour la 3ème manche de la saison, c’est un excellent résultat ! Le week-end de course à été intense, et nos pilotes ont bien su tirer leur épingle du jeu. La bataille était très serrée entre les pilotes de têtes, avec de belles bagarres dans chacune des manches, auquel s’est ajouté des conditions météo difficiles ce dimanche. Nous avons fait les bons choix dans les réglages de la PEUGEOT 208 WRX et les pilotes ont réalisé de très belles performances, notamment en demi-finale et en finale, où il y a eu beaucoup d’incidents au départ des courses. Je suis très content de ce résultat, car il témoigne du niveau de performance de l’équipe et du travail important fourni depuis le début de la saison. Avec cette victoire dès la 3ème étape, nous devançons presque nos objectifs tels que nous les avions inscrits dans le calendrier. C’est une excellente source de motivation pour l’équipe. »

Sébastien Loeb, PEUGEOT 208 WRX #9
« Cela faisait très longtemps que je n’avais pas connu de victoire en rallycross ! La dernière c’était il y a 18 mois, en 2016, à Riga, et quand ce n’est pas tous les jours, on apprécie vraiment. Ça a été un week-end compliqué ! C’était sec le 1er jour, puis beaucoup de pluie le 2ème jour et des conditions vraiment délicates. Il a fallu s’adapter à toutes les situations. Quasiment toutes les voitures et tous les pilotes sont assez proches les uns des autres en niveau de performance, donc les bagarres sont toujours très intenses. On est 6 ou 7 à pouvoir prétendre à la victoire sur chaque week-end de course ; il faut vraiment se battre à chaque fois. Quand on finit un week-end comme celui-ci, avec une victoire en demi-finale et une en finale, c’est vraiment gratifiant pour toute l’équipe ! Le Team PEUGEOT Total s’est vraiment investi dans le championnat cette année. Décrocher une victoire dès la 3ème course, c’est un très beau résultat. J’ai pris beaucoup de plaisir ce week-end à Mettet. »

Timmy Hansen, PEUGEOT 208 WRX #21
« En partant en pôle dans une manche, on ne s’attend pas à se retrouver dernier, forcément. Mais quand j’ai fait un tête-à-queue dans le 1er virage de la demi-finale, je me suis dit qu’il était encore possible de revenir, car tous les pilotes devaient encore prendre leur tour joker, et je savais que nous avions la vitesse. Quand j’ai pris le joker, je suis ressorti en 6ème position et les concurrents devant moi avaient déjà pris leur joker. Pendant une fraction de seconde, j’ai pensé que tout était fini. Mais j’ai trouvé des opportunités pour doubler, partout. Dès qu’il y avait une petite ouverture, j’y suis allé. J’étais déjà ravi d’accéder à la finale ! Je suis parti 6ème et ressorti au premier virage en 2ème position derrière Sébastien, que j’ai chassé pendant toute la finale. On a pris le joker ensemble et en ressortant, Petter est arrivé entre nous. Je suis fier de cette 3ème place, pour moi et pour le team, qui mérite vraiment cette victoire et ce double podium. C’est une nouvelle équipe et compte-tenu de cela, le travail réalisé est impressionnant. »

Kevin Hansen, PEUGEOT 208 WRX #71
« Cette course à Mettet s’est très bien passée dans l’ensemble. Après le crash que j’ai eu ici l’an passé, j’ai eu besoin d’un peu de temps pour retrouver de la confiance. Tout au long du week-end, je me suis senti de mieux en mieux avec la voiture et cela m’a aidé à trouver un bon rythme. J’étais très heureux d’être en demi-finale et maintenant que les 3 premières courses sont passées, je suis impatient d’appréhender la mi-saison, de continuer à approfondir et à aller chercher des résultats encore meilleurs. J’ai hâte d’être à Silverstone. C’est une piste nouvelle pour tous et je pense qu’elle conviendra très bien à la PEUGEOT 208 WRX. »

 

CLASSEMENT PILOTES APRÈS LA 3EME MANCHE /12

1. Johan KRISTOFFERSSON / Volkswagen Polo R – 75 pts
2. Sébastien LOEB / PEUGEOT 208 WRX – 66 pts
3. Petter SOLBERG / Volkswagen Polo R – 65 pts
4. Andreas BAKKERUD / Audi S1 – 61 pts
5. Timmy HANSEN / PEUGEOT 208 WRX – 59 pts
6. Mattias EKSTRÖM / Audi S1 – 59 pts
7. Niclas GRÖNHOLM / Hyundai i20 – 37 pts
8. Janis BAUMANIS / Ford Fiesta – 32 pts
9. Guerlain CHICHERIT / Renault Mégane RS – 27 pts
10. Timur TIMERZYANOV / Hyundai i20 – 27 pts
11. Robin LARSSON / Ford Fiesta – 26 pts
12. Kevin HANSEN / PEUGEOT 208 WRX – 26 pts
13. Kevin ERIKSSON / Ford Fiesta – 15 pts
14. Jérome GROSSET-JANIN / Renault Mégane RS – 15 pts
15. Grégoire DEMOUSTIER / Peugeot 208 – 5 pts

CLASSEMENT CONSTRUCTEURS APRÈS LA 3EME MANCHE /12

1. PSRX Volkswagen Sweden – 140 pts
2. Team PEUGEOT Total – 125 pts
2. EKS Audi Sport – 120 pts
4. GRX Taneco – 64 pts
5. GC Kompetition – 42 pts
6. Olsbergs MSE – 41 pts


PROCHAINE MANCHE – Silverstone, Royaume-Uni
La 4ème épreuve du Championnat du Monde FIA de Rallycross se tiendra à Silverstone, sur le circuit du Grand Prix de Grande-Bretagne ! Après la manche d’ouverture à Barcelone, c’est la 2ème course cette année qui aura lieu sur un circuit de Formule 1. De nature toutefois très différente, la piste de rallycross a été entièrement renouvellée et devrait ainsi permettre à toutes les équipes de concourir sur un pied d’égalité. Le tracé de 0,972 kilomètre, composé à 60% de terre et 40% d’asphalte, a accueilli les essais IMG de pré-saison, en mars dernier, ainsi que la 1ère manche du Championnat Britannique de Rallycross, qu’a remportée Sébastien Loeb.

8 Heures de Slovaquie

Le SRC a eu chaud

En difficulté sur une piste surchauffée, les pilotes du team Kawasaki SRC ont dû se contenter d’une neuvième place à l’arrivée des Huit Heures de Slovaquie, troisième épreuve du championnat du monde d’Endurance 2017/2018.

Pour sa première sortie sur le Slovakia Ring, le team Kawasaki SRC n’a pas été à la fête. « Nous avons découvert un circuit rapide, physique et technique, raconte Gilles Stafler, Mais surtout un tracé extrêmement abrasif et exigeant pour les pneus. » Avec une allocation limitée à vingt pneumatiques, les pilotes du team Kawasaki SRC ont dû limiter au maximum leur roulage aux essais. « Et nous avons fait les qualifications avec deux pneus neufs, ajoute le team manager. D’où notre cinquième position sur la grille de départ. » Cela n’a toutefois pas empêché Randy de Puniet de faire son premier relais dans le groupe de tête, et même de s’emparer de la première place devant la Yamaha du GMT et la Honda du team FCC. Malheureusement, en voulant tenir tête à des machines mieux chaussées, l’ancien pilote de Grands Prix est parti à la faute juste avant de passer le guidon à Jeremy Guarnoni. Une petite chute sans gravité qui a fait plonger la Kawasaki n°11 dans le classement. « De toute façon, ajoute Stafler, il faisait beaucoup trop chaud pour nos pneus en début de course. Nous n’étions pas suffisamment performants sur nos trois premiers relais. » Remonté à la cinquième place, le team Kawasaki SRC est de nouveau sorti du top dix à cause d’une panne d’essence survenue après la cinquième heure. Au final, Randy de Puniet, Jeremy Guarnoni et Julien Da Costa, remplaçant de Gines, blessé au Mans, parviendront à franchir la ligne d’arrivée du Slovakia Ring en neuvième position. Une place qui est désormais la leur au classement du championnat du monde d’Endurance.

Championnat du monde Superbike – Italie

Rea sans rivaux

Vainqueur des deux courses organisées sur le circuit d’Imola, Jonathan Rea a fait de nouveau carton plein en Italie. Le tenant du titre augmente son avance au classement général tandis que Tom Sykes retrouve le podium.

Les courses

« C’est certainement ma plus belle victoire de la saison. » Dimanche soir, Jonathan Rea était aux anges. Vainqueur après s’être élancé de la neuvième place de la grille de départ, le triple champion du monde en titre a encore fait forte impression en Italie en revenant très vite sur le leader Chaz Davies. Deuxième après quatre tours, Rea s’est emparé des commandes de la course neuf tours plus tard. Puis il s’est envolé. A l’arrivée, ce sont plus de quatre secondes qui le séparaient de son dauphin. La veille, le pilote Kawasaki s’était imposé en partant de la pole position après avoir mené du premier au dernier tour. Tom Sykes a lui aussi brillé en Italie. Deuxième samedi, l’ex-champion du monde est de nouveau monté sur le podium dimanche après-midi, cette fois sur la troisième marche. « Malgré des problèmes de motricité je suis content de mon week-end, commentait le coéquipier de Sykes à l’arrivée. Nous sommes à nouveau dans le coup. » En Supersport, Sofuoglu a renoncé à participer à sa dernière course par crainte d’une nouvelle blessure alors qu’il avait signé le troisième des essais. Hiraki Okubo a pour sa part franchi la ligne d’arrivée en dixième position.

Le championnat

Avec un nouveau doublé qui le rapproche un peu plus d’un nouveau record, Jonathan Rea file vers un quatrième titre de champion du monde. Après cinq épreuves, le pilote Kawasaki compte désormais quarante-sept points d’avance sur Chaz Davies. Tom Sykes gagne pour sa part trois positions. Le Britannique est remonté à la troisième place du général Superbike avec cent trente-sept points de marqués. En Supersport, Morais conserve la seizième place alors que le Japonais Okubo gagne dix positions. Il est désormais dix-huitième du classement général.

L’histoire

Kenan Sofuoglu n’aura finalement pas disputé ce qui aurait dû être sa cent vingt-sixième et dernière course en Mondial Superbike. Jamais complétement rétabli de ses fractures du bassin consécutives à sa chute en fin de saison 2017, le quintuple champion du monde avait décidé de prendre sa retraite à l’issue de l’épreuve italienne organisée sur le circuit d’Imola. Troisième temps de la qualification, Sofuoglu a renoncé à prendre le départ de ce qui aurait dû être sa course d’adieux. Trop d’émotions sans doute pour le pilote Kawasaki. A 33 ans, le Turc tire donc sa révérence avec un palmarès qui n’est pas près d’être égalé. Fort de cinq titres de champion du monde, Kenan Sofuoglu sera monté à quatre-vingt-cinq reprises sur le podium, dont quarante-trois fois sur la plus haute marche. On ajoutera à cela ses trente-quatre pole positions et ses cent premières ligne. « Il y avait vingt ans, j’avais entamé ma carrière de pilote avec le seul objectif de courir un jour en championnat du monde, a confié Kenan à Imola. J’ai depuis remporté cinq titres, ce qui est bien plus que ce dont j’aurais pu rêver. Il était temps pour moi de me retirer, mais je ne voulais pas le faire sans saluer une dernière fois tous ceux qui ont toujours été derrière moi pour m’encourager et me supporter. »

GCK s’est battu contre toute attente à Mettet RX

13 Mai, Mettet, Belgique

La troisième manche du Championnat du Monde de Rallycross de la FIA, au circuit Jules Tacheny, à
Mettet, fût un week-end riche en émotion pour GC-Kompetition car les deux Mégane R.S. RX GCK
ont été présentées aux 27 000 spectateurs Belges, dans des conditions météorologiques
changeantes. Guerlain Chicherit a fini 5ème en demi-finale et Jérôme Grosset-Janin s’est retrouvé
sur le toit après avoir été poussé contre la barrière intérieure lors de la Q4, manquant de peu les
demi-finales.

GCK Belgique

Le soleil aveuglant du samedi n’a pas été le seul à chauffer la piste puisque Guerlain a été coincé par Kevin Hansen dans le premier virage, finissant 12ème en Q1, tandis que Jérôme a terminé 10ème, essayant de trouver son rythme.
Après la Q2, l’équipe GCK ressentait des émotions mitigées. Guerlain a propulsé sa Megane R.S. RX, terminant deuxième de sa course et 7ème au général. Jérôme, lui, fût victime d’une crevaison,
finissant alors à la 15ème place du classement général provisoire.

Le dimanche la température a chuté et la pluie a fait son apparition. Jérôme a montré une amélioration significative des chronos lors du Warm-Up, signant le 5ème meilleur temps. C’est alors confiant grâce à son expérience que Jérôme a abordé la Q3, où il a obtenu la 6ème place, terminant ainsi 11ème du classement général.
Guerlain a montré une poussée de confiance lors de la Q3 avec une forte performance qui aurait pu lui permettre de finir dans le top 5 s’il n’avait pas été victime d’un contact avec Kevin Hansen qui a
malheureusement calé dans le tour joker, laissant Chicherit avec un bras de suspension cassé à la 12ème place du classement général.

Le week-end de Jérôme s’est terminé au moment où il s’est retourné sur le toit avec la Megane R.S. RX quand Mattias Ekström l’a poussé contre la barrière intérieure dans le premier tournant de la Q4, laissant Jérôme frustré mais heureusement sain et sauf.
Le temps s’est dégradé pour la Q4, poussant l’équipe à faire un choix décisif concernant les pneus. Guerlain c’est alors battu en pneus slicks juste derrière François Duval, il s’est bien défendu sur une
piste mouillée, terminant 12ème pour les demi-finales.

Guerlain s’est aligné à l’extérieur de la 3ème ligne en demi-finale contre Sebastien Loeb, Timmy Hansen, Andreas Bakkerud, Timur Timerzianov et Janis Baumanis.
En prennant un bon départ et en évitant l’accident de ses concurrents, Guerlain a pu se lancer en premier dans le tour joker et en sortir 3ème, mais à la suite d’un combat acharné et une erreur de
pilotage, Guerlain a terminé 5ème derrière Loeb, Bakkerud, Hansen et Baumanis.

GCK

Guerlain Chicherit a prononcé : « Ce fût un week-end mitigé avec des moments frustrants causés par nos concurrents ou nous-même, comme lors de la demi-finale où j’ai commis quelques erreurs.
Toutefois, nous avons également vécu de très bons moments durant lesquels nous avons appris des choses essentielles – grâce à nos débriefings nous nous améliorons sur beaucoup de points et nous
pouvons maintenant nous concentrer sur les petits détails. Mais comme l’on dit après la pluie arrive le beau temps, alors rendez-vous à Silverstone  »

Jérôme Grosset-Janin a ajouté : « C’était bien de revenir ici en Belgique et de partager de bons moments avec les fans Belges venus en masse.
Même si j’ai dû faire face à quelques moments frustrants durant le weekend, je suis content d’avoir vécu cette expérience. La voiture est de plus en plus efficace et j’ai déjà hâte d’être à Silverstone. »

 

DS Virgin Racing dans la course aux titres à Berlin

Communiqué de presse – Versailles, le 11 mai 2018

Le Championnat Formula E retrouve Berlin pour la neuvième course de la saison le samedi 19 mai.

DS Virgin Racing occupe les deuxièmes places des classements Pilotes et Teams avec quatre courses à disputer.

Les deux pilotes britanniques Sam Bird et Alex Lynn auront l’objectif de saluer à leur manière le mariage royal programmé le même jour en Angleterre.

 

Pendant que le Prince Harry et Meghan Markle célébreront leurs noces, l’équipe DS Virgin Racing sera à Berlin pour la neuvième course de Formula E de la saison. Les deux pilotes britanniques Sam Bird et Alex Lynn viseront un bon résultat sur l’aéroport de Tempelhof.

DS Virgin Racing dispute la meilleure saison de son histoire en occupant la deuxième place du classement Teams et Sam Bird pointe également à la deuxième place du classement Pilotes. Une nouvelle grande performance de Sam Bird pourrait le rapprocher de son rival Jean-Éric Vergne, tandis qu’Alex Lynn, encore Rookie dans ce championnat, tentera de ramener de gros points pour l’équipe.

C’est la quatrième fois que la Formula E visite Berlin. Le circuit de dix virages s’étale sur 2,375 km sur le tarmac d’un ancien aéroport international.

Sam Bird : « Je suis impatient d’être à Berlin. Le championnat approche de son dénouement. Chaque point est désormais capital. Je ne pense pas au titre, il faut continuer de se concentrer sur chaque course comme si elle était unique. J’espère pouvoir signer un autre bon résultat pour l’équipe et pour moi. »

Alex Lynn : « Nous avons vécu quelques courses frustrantes dernièrement, mais nous savons que nous sommes compétitifs. Nous avons beaucoup travaillé dans le simulateur pour nous préparer. Ce circuit sera encore une découverte pour moi. L’équipe et moi sommes confiants et j’espère que nous serons en mesure de marquer de gros points. »

Alex Tai, Team Principal : « Nous sommes de plus en plus forts au fil des courses et nous voulons poursuivre sur cette lancée à Berlin. L’Allemagne possède un grand patrimoine en sport automobile et l’ambiance a toujours été fantastique dans la capitale. Être à la deuxième place des classements Teams et Pilotes est une très bonne position à quatre courses de la fin de la saison. Espérons que le mariage royal ne soit pas la seule chose à fêter le 19 mai. »

Xavier Mestelan Pinon, Directeur DS Performance : « La DSV-03 s’est montrée compétitive depuis le début de la saison et notre objectif sera de gagner à Berlin. L’an passé, nous avions placé nos monoplaces en Superpole des deux courses et nous avons beaucoup travaillé dans notre simulateur pour être prêts à réaliser la meilleure course possible. Nous visons bien sûr les titres pour la fin de la saison.»

CLASSEMENT PILOTES

1. JEAN-ERIC VERGNE 147 POINTS
2. SAM BIRD 116 POINTS
3. FELIX ROSENQVIST 86 POINTS
4. SEBASTIEN BUEMI 70 POINTS
5. LUCAS DI GRASSI 58 POINTS
ALEX LYNN 17 POINTS

CLASSEMENT TEAMS

1. TECHEETAH 188 POINTS
2. DS VIRGIN RACING 133 POINTS
3. AUDI SPORT ABT SCHAEFFLER 114 POINTS
4. MAHINDRA RACING 107 POINTS
5. PANASONIC JAGUAR RACING 88 POINTS