GCK atteint la finale lors de la deuxième épreuve à MontalegreRX

Le 19 Avril, Montalegre, Portugal.

La deuxième manche du Championnat du monde de rallycross de la FIA, au circuit de Montalegre, a permis à GC-Kompetition de présenter avec succès les deux Mégane R.S. RX GCK, qui ont rejoint la piste dans les montagnes portugaises. Guerlain Chicherit a atteint sa première finale du Championnat pour l’équipe et s’est classé 5ème, alors que Jérôme Grosset-Janin a malheureusement raté d’une place la demi-finale, et a fini le week-end en P14 après la Q4.

Le samedi était une journée pour faire connaissance avec le circuit de Montalegre, circuit complètement inconnu pour les deux pilotes. Ils étaient impressionnants avec un rythme de plus en plus rapide alors que le soleil se couchait sur la piste poussiéreuse. Guerlain se classait 2ème en Q1 et affichait le premier top 5 des qualifications pour GCK. Jérôme est parti en tête dans sa qualification mais un tir de Johan Kristoffersson dans le premier virage l’a poussé à l’écart, ce qui l’a classé 15ème au classement général après la Q1.

Jérôme a ensuite remporté sa Q2, tandis que Guerlain a terminé 5ème de sa qualification, terminant, respectivement, le jour 1 en 14ème et 8ème places. Le dimanche les conditions météorologiques étaient extrêmement difficiles avec un mélange de soleil, de grêle, de pluie et même de neige. Tout au long de la journée c’était un vrai test pour les pilotes qui devaient sans cesse s’adapter.

Guerlain et Jérôme, alignés ensemble en Q3, sur une piste très humide, ont terminés en 1ère et 2ème position. Toutefois, Guerlain a reçu une pénalité de 5 secondes pour un contact dans le premier virage, sur une piste qui séchait, entraînant de meilleur temps pour les qualifications suivantes. Les pilotes se sont positionnés, respectivement, 10ème et 14ème au classement général.

Tandis que Guerlain et Jérôme s’alignaient à nouveau ensemble pour la Q4, et que leur confiance était de plus en plus forte sur la nouvelle piste, Chicherit a terminé 2ème derrière Timur Timerzyanov, et Grosset-Janin s’est classé 4ème. Guerlain a donc accédé à la demi-finale, en se positionnant 11ème au classement général. Jérôme a fini 14ème du classement général suite à la Q4, manquant de peu l’accès en demi-finale.

Les montagnes portugaises offraient une belle toile de fond, le soleil revenait pour la première demi-finale, séchant la piste, pendant que Guerlain s’alignait au 3ème rang sur la grille de départ. Il a couru proprement, battant ainsi Kevin Hansen, Mattias Ekström et Niclas Grönholm en demi-finale, terminant troisième derrière Johan Kristoffersson et Andreas Bakkerud.

En route pour la finale, en troisième ligne aux côtés de Petter Solberg pour la première course du Championnat sur neige épaisse. Des conditions de course inédites dans l’histoire du World
Rallycross ont permis à Guerlain de se hisser en 5ème position derrière Johan Kristoffersson, Sébastien Loeb, Petter Solberg et Andreas Bakkerud.

Guerlain Chicherit a commenté : « Ce fut un week-end vraiment incroyable pour GC-Kompetition et pour moi personnellement lorsque j’ai atteint ma première place dans une finale du Championnat lors de la deuxième épreuve pour l’équipe, avec la nouvelle Mégane R.S. RX GCK. C’est un début de saison très prometteur et je suis impatient de voir ce que nous pourrons accomplir au fur et à mesure que notre confiance et notre expérience avec la voiture augmenteront. J’ai vraiment aimé courir sur cette piste et j’ai hâte d’être de retour l’année prochaine. Je suis vraiment fier de l’équipe qui travaille très dure pour s’assurer que nous continuons de nous améliorer à chaque fois que nous sommes dans la voiture. »

Jérôme a ajouté : « C’était un début difficile ce week-end ; il fallait vite faire connaissance avec un circuit que nous ne connaissions pas auparavant. Nos chronos sont en constante amélioration, et nous nous battons contre les habitués du Championnat, je suis vraiment content des résultats. Le contact en Q1 et le temps écoulé mon obligé à me battre, mais je suis de plus en plus confiant dans la voiture alors que nous apprenons à nous adapter aux différentes
conditions. J’attends avec impatience la Belgique et je vais continuer de me dépasser pour obtenir cette place sur le podium. »

Citroën Total Abu Dhabi WRT en manque de réussite

Citroën Total Abu Dhabi WRT a joué de malchance au cours de cette deuxième véritable journée de course : alors qu’ils se dirigeaient vers un nouveau podium, Kris Meeke et Paul Nagle étaient victimes d’une crevaison qui les faisaient chuter à la huitième place. Plus tôt, c’est Craig Breen et Scott Martin qui avaient été contraints au retrait suite à un tonneau, tandis que Khalid Al Qassimi et Chris Patterson, quatorzièmes ce soir, continuent d’emmagasiner les kilomètres.

Les prévisionnistes avaient vu juste : le brouillard s’invitait à la fête dès la boucle de spéciales matinales, or dans ces conditions de visibilité aléatoire, on a vite fait de tomber dans un faux rythme. D’autant plus de nos jours, avec l’impossibilité pour les équipages de bénéficier de temps intermédiaires dans l’habitacle. C’est donc à celui qui saura le mieux s’adapter et faire une confiance aveugle à ses notes.

Kris Meeke s’en sortait avec les honneurs à bord d’une C3 WRC assurément performante : auteur d’un deuxième temps d’entrée à seulement 3’’8 de l’indéfectible leader, il s’accrochait farouchement au podium. Crédité également de deux troisièmes chronos consécutifs dès la reprise l’après-midi, le Britannique détenait une solide troisième place lorsqu’il était victime d’une crevaison dans la plus longue ES du rallye (40,48 km). Crevaison qui le contraignait au changement et lui valait de rétrograder au huitième rang, après avoir concédé près de 2’30’’.

Craig Breen s’appliquait de son côté à poursuivre sa montée en puissance, et affichait le même tempo que le futur auteur du scratch dans le premier passage de Cuchilla Nevada – Rio Pintos (40,48 km), lorsqu’il se faisait hélas surprendre sur une bosse en virage et partait en tonneau. À son retour à l’assistance de mi-journée, l’analyse approfondie de l’arceau, endommagé dans la mésaventure, le contraignait hélas à l’abandon.

Handicapé quant à lui par sa position d’ouvreur, Khalid Al Qassimi n’en conservait pas moins sa démarche réfléchie pour progresser dans le maniement de sa C3 WRC entre les deux tours, et ralliait le terme de cette deuxième véritable étape au quatorzième rang.

Pour conclure ce rallye d’Argentine, les concurrents en découdront demain sur les célèbres spéciales d’El Condor et Giulio Cesare, face à une foule de passionnés toujours présente en masse.

ILS ONT DIT


Pierre Budar
, Directeur de Citroën Racing

« C’est une journée évidemment frustrante car après avoir une nouvelle fois démontré le niveau de performance et de fiabilité de notre C3 WRC, Kris était bien parti pour nous ramener un podium mérité. Il était dans une démarche de préservation de sa troisième place, et ne tentait en aucun cas de revenir sur le deuxième. C’est l’option que nous avions retenue après la sortie de route de Craig ce matin. Ce dernier a effectivement commis une erreur, mais jusque là il n’avait pas eu à rougir de la comparaison face aux meilleurs sur un terrain qui lui est pourtant peu familier. Khalid enfin, a su passer au travers des embûches pour emmagasiner du roulage supplémentaire.»


Kris Meeke

« Il y avait une pierre en pleine trajectoire que je ne pouvais pas éviter, vu la largeur de la piste, et elle a hélas entraîné une crevaison à l’arrière droit. C’est dommage car j’étais à la fois rapide et constant, et je me sentais clairement en mesure d’entériner cette troisième place.»


Craig Breen

« J’ai malheureusement braqué un peu trop tôt dans un virage à droite en bosse, or en réalisant que j’allais toucher le talus, j’ai essayé de corriger ma trajectoire mais c’était trop tard et à la réception, on est partis en tonneau. Je suis évidemment désolé pour le team qui méritait un autre résultat, et frustré de ne pas avoir pu engranger davantage d’expérience sur une épreuve où j’en manquais déjà. Mais je préfère retenir la vitesse affichée par moments, et je suis déjà focalisé sur le Portugal pour rebondir.»


Khalid Al Qassimi

« Ce n’était pas une journée facile pour nous, en raison principalement de notre position d’ouvreur sur la route qui nous valait de balayer pour les suivants. J’ai pris plus de plaisir l’après-midi au volant d’une C3 WRC plus précise, malgré une petite faute de pilotage heureusement sans grandes conséquences.»

CLASSEMENT JOUR 2

1. Tänak / Jarveoja (Toyota Yaris WRC) 2h58’33’’9
2. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) + 46’’5
3. Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) + 1’08’’2
4. Ogier / Ingrassia (Ford Fiesta WRC) + 1’59’’0
5. Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) + 2’13’’8
6. Lappi / Ferm (Toyota Yaris WRC) + 2’42’’9
7. Evans / Barritt (Ford Fiesta WRC) + 2’49’’1
8. Meeke / Nagle (Citroën C3 WRC) + 3’20’’4
9. Suninen / Markkula (Ford Fiesta WRC) + 4’17’’6

14. Al Qassimi / Patterson (Citroën C3 WRC) + 17’17’’2

Nouveau podium WRX pour Sébastien Loeb sous la neige, au Portugal !

World RX #2 – Montalegre, 28&29.04.2018

La légende Sébastien Loeb est habitué à la neige du Rallye de Suède, mais ne s’attendait sans doute pas à en trouver pendant ce week-end WRX ! Le pilote du Team PEUGEOT Total a une nouvelle fois fait preuve de son talent pour emmener sa PEUGEOT 208 vers le podium : il signe une 2ème place consécutive sur la manche portugaise du Championnat du Monde FIA, qui s’est déroulée en altitude, dans les montagnes de Montalegre. Les 3 pilotes PEUGEOT ont fait valoir leur compétitivité et celle de leur voiture dans des conditions difficiles, lors d’une course qui restera gravée dans les mémoires.


Sébastien Loeb a démarré en trombe à Montalegre, en remportant la manche qualificative Q1, puis en terminant 2ème de Q2
– une performance qui le plaçait meneur aux points à l’issue de la journée du samedi. Moins confiant dans les conditions détrempées et glissantes des manches Q3 et Q4 le dimanche matin, il réussissait pourtant à accéder confortablement aux demi-finales et qualifiait sa 208 WRX de 600 chevaux pour la finale. Finalement, dans une bataille épique disputée en glissade alors qu’une neige épaisse tombait sur le circuit, l’Alsacien décrochait la 2ème place – même résultat qu’à Barcelone – renforçant ainsi sa position au classement général du championnat.

En se plaçant en tête de la manche qualificative Q2 devant son illustre coéquipier, Timmy Hansen était le seul à battre Sébastien Loeb en course le samedi et terminait 2ème au classement intermédiaire à l’issue de la 1ère journée. Le Suédois se qualifiait facilement pour les demi-finales et réalisait un tour de force en remportant sa manche, toujours devant Loeb. Un enchainement remarquable qu’il ne parviendrait pourtant pas à confirmer en finale, en partant à la faute alors qu’il attaquait pour tenter de décrocher la victoire. Timmy repart du Portugal sans trophée, mais avec de précieux points cumulés au classement pilote.

Kevin Hansen a réalisé des premiers runs prometteurs samedi, et fait preuve de sa combativité avec une 5ème et une 9ème place dans les manches qualificatives Q3 et Q4 dimanche matin, alors que les conditions de course devenaient de plus en plus difficiles. En demi-finale, le jeune pilote perdait cependant tout espoir d’accéder à la finale suite à la casse de l’échangeur d’air de sa PEUGEOT 208 WRX au contact de l’un des concurrents. Forcé à l’arrêt pour préserver le moteur, Kévin repart du Portugal avec l’ambition de prendre sa revanche lors de la prochaine course en Belgique.

ILS ONT DIT…

Bruno Famin, Directeur de PEUGEOT SPORT
«C’est un très bon week-end pour le team PEUGEOT Total ! Même si les résultats bruts sont similaires à ceux de la première manche à Barcelone, c’est encore plus positif car nous marquons beaucoup de points aux championnats pilotes et teams. Sébastien marque 25 points, ce qui fait de lui le deuxième meilleur performeur derrière Johan Kristoffersson, qui prend 26 points. Côté team, nous sommes meilleurs performeurs ex-aequo avec Volkswagen. Par ailleurs, nous n’avons pas eu de problème technique et les voitures ont montré un rythme très performant tout au long du week-end, mieux sur le sec que sur le mouillé mais néanmoins encourageant. C’est une performance solide ! »

Sébastien Loeb, PEUGEOT 208 WRX #9
« Les sensations de pilotage avec la 208 WRX étaient très bonnes dès le départ. Sur le sec, la voiture était facile à piloter et j’étais en confiance. Je pouvais me concentrer davantage sur l’attaque que sur la manière de placer la voiture. Les deux premières manches qualificatives Q1 et Q2 se sont bien passées mais les conditions météo ont beaucoup changé ensuite, ce qui a ajouté de la complexité à la course. J’ai eu plus de mal à trouver la bonne ligne en Q3 et Q4. En demi-finale, c’était à nouveau plus sec mais la finale s’est déroulée sous la neige ! Au final, nous avons eu un bon rythme ce week-end dans des conditions plus sereines qu’à Barcelone. La bataille avec les autres teams est serrée mais nous sommes en bonne position. En rallycross, il faut être à l’attaque sans relâche pour marquer des points. Ce n’est pas facile mais très satisfaisant quand on parvient à ce résultat. »

Timmy Hansen, PEUGEOT 208 WRX #21
« Dans la finale, j’étais sur un bon rythme mais Kristoffersson était plus rapide et je suis parti à la faute. La météo avait également changé juste avant cette course, et nous n’avons pas eu le temps de modifier le set-up pour adapter la voiture à ces conditions plus glissantes. C’est l’une des explications, mais c’est également dû à mon erreur. Je suis arrivé trop vite dans un virage, j’ai touché le rail et fait un tête-à-queue. Cela peut arriver quand on est à l’attaque. Globalement, nous avons eu un bon week-end de course avec des bonnes performances dans les manches qualificatives et une victoire en demi-final, alors qu’il a commencé à neiger au milieu du run. Je suis déçu de ne pas être sur le podium mais les performances sont là sur la piste ; il n’y a pas de raison d’être négatif ! »

Kevin Hansen, PEUGEOT 208 WRX #71
« J’ai pris un très bon départ en demi-finale, juste derrière Mattias Ekström. J’étais persuadé qu’il prendrait le tour joker. Mais il a freiné pour tourner, je n’ai pas pu réagir suffisamment vite. Je l’ai touché et j’ai cassé l’échangeur d’air. Et c’était fini. Je suis déçu bien sûr ; c’est difficile de s’arrêter net de cette manière sans rien pouvoir faire. Le positif, c’est que nous avons une bonne vitesse et que j’ai fait des meilleurs départs qu’à Barcelone. Dans ces deux premières épreuves, j’ai accédé aux demi-finales. J’ai de très bonnes sensations avec la voiture et je me sens en confiance, en particulier sur ce genre de course où il faut beaucoup glisser. Sans cet incident en demi-finale, je pense que j’aurais pu me battre en finale !»

CLASSEMENT PILOTES APRES LE ROUND #2/12

1. Johan KRISTOFFERSSON / Volkswagen Polo R – 53 pts
2. Andreas BAKKERUD / Audi S1 – 44 pts
3. Petter SOLBERG / Volkswagen Polo R – 43 pts
4. Sébastien LOEB / PEUGEOT 208 WRX – 39 pts
5. Timmy HANSEN / PEUGEOT 208WRX – 36 pts
6. Mattias EKSTRÖM / Audi S1 – 36 pts
7. Niclas GRÖNHOLM / Hyundai i20 – 28 pts
8. Janis BAUMANIS / Ford Fiesta – 22 pts
9. Guerlain CHICHERIT / Renault Mégane RS – 20 pts
10. Timur TIMERZYANOV / Hyundai i20 – 17 pts
11. Kevin HANSEN / PEUGEOT 208WRX – 16 pts
12. Robin LARSSON / Ford Fiesta – 15 pts
13. Kevin ERIKSSON / Ford Fiesta – 14 pts
14. Jérome GROSSET-JANIN / Renault Mégane RS – 12 pts
15. Grégoire DEMOUSTIER / Peugeot 208 – 3 pts

CLASSEMENT PILOTES APRES LE ROUND #2/12

1. PSRX Volkswagen Sweden – 96 pts
2. EKS Audi Sport – 80 pts
3. Team PEUGEOT Total – 75 pts
4. GRX Taneco – 45 pts
5. GC Kompetition – 32 pts
6. Olsbergs MSE – 29 pts


PROCHAINE MANCHE – Mettet, Belgique
La 3ème épreuve du Championnat du Monde FIA de Rallycross se tiendra à Mettet en Belgique les 12 et 13 mai. Le circuit Jules Tacheny, à proximité de Charleroi, présente un tracé de 1,149 kilomètre, composé à 61% d’asphalte et 39% de terre. C’est un circuit assez technique, comparé aux autres circuits du calendrier, avec des sections sinueuses et des virages à basse vitesse. Le joker, situé à la fin du tour – à l’inverse du Portugal – garantit des fins de courses spectaculaires ! La Belgique, nation de rallycross, est l’un des rendez-vous incontournables du championnat et attire chaque année des milliers de fans à Mettet.

Podium Parisien pour Sam bird et DS Virgin Racing

Communiqué de presse – Paris, le 28 avril 2018

Troisième place finale de l’e-Prix de Paris pour Sam Bird au terme d’un dernier tour chaotique.

DS Virgin Racing et Sam Bird conservent la deuxième place des championnats de Formula E.

Prochaine étape le 19 mai à Berlin. 

Sam Bird a décroché la troisième place de l’E-Prix de Paris. Ce troisième podium consécutif permet au pilote britannique et à DS Virgin Racing de consolider leur deuxième place aux classements des pilotes et des équipes.

Sam Bird s’est montré rapide dès le début de journée en signant le meilleur temps de la première séance d’essais, tandis que son équipier Alex Lynn s’est placé en sixième position. Durant les qualifications, Sam Bird a décroché la deuxième place sur la grille de départ aux côtés de Jean-Eric Vergne. À seulement une demi-seconde du meilleur temps, Alex Lynn s’est contenté du quinzième rang.
À l’extinction des feux, Sam Bird est parvenu à contrer une attaque d’André Lotterer pour conserver la deuxième position juste derrière Jean-Eric Vergne.
Durant la seconde moitié de la course, André Lotterer est parvenu à passer Sam Bird au prix d’une attaque musclée, juste avant que Lucas di Grassi ne trouve également l’ouverture. Quatrième au moment d’aborder le dernier tour, Sam Bird semblait devoir interrompre sa série de podiums. Mais André Lotterer terminait la course en roue libre. À pleine vitesse, Sam Bird heurtait la Techeetah dans le dernier virage, mais il parvenait à passer la ligne en troisième position pour décrocher son quatorzième podium en Formula E. Sur un bon rythme, Alex Lynn se classait au quatorzième rang.

Sam Bird : « Nous avons été compétitifs ce week-end, mais Jean-Eric Vergne a réalisé une course très intelligente et nous n’avons pas été en mesure de le battre. Il mérite sa victoire et je sais que c’est un moment très spécial de s’imposer à domicile. La course a été très spectaculaire et je suis heureux de terminer en troisième position pour marquer des points importants pour l’équipe et pour moi. »

Alex Lynn : « Malheureusement, ça n’a pas été une bonne journée pour moi. J’ai été assez déçu par ma qualification qui a rendu ma course plus difficile. Nous avons réussi à gagner quelques places, mais sans parvenir à remonter davantage. Nous savons que nous sommes rapides et l’objectif est de rebondir dès Berlin.  »

Alex Tai, Team Principal DS Virgin Racing : « Paris a été un fabuleux rendez-vous, autant en piste qu’en dehors. Sam décroche un nouveau podium pour la course à domicile de notre constructeur DS Automobiles. Nous avons également organisé notre Innovation Summit et nous avons annoncé un nouveau partenaire avec STANLEY Black & Decker, ainsi que l’arrivée d’un nouvel actionnaire majoritaire avec Envision. Il ne reste que quatre courses et notre équipe conforte sa deuxième place au classement. Nous sommes prêts pour le prochain rendez-vous. »

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance : « Sam décroche un troisième top 3 consécutif. Il poursuit notre série de podiums à domicile à Paris. Ces performances nous permettent d’être dans la course aux titres dans ces championnats très relevés.»

Yves Bonnefont, Directeur Général de DS Automobiles : « Ce fut une belle course à Paris avec des rebondissements. Nous sommes ravis du spectacle donné à tous les fans de DS présents aujourd’hui. Sam Bird a été capable de terminer la course sur trois roues, comme savait le faire la DS de 1955… C’est une tradition pour notre marque ! »

La prochaine course de Formula E se déroulera à Berlin le 19 mai. Pour davantage d’informations, rendez-vous sur www.ds-virginracing.com. Le résumé de l’E-Prix de Paris est à découvrir en vidéo.

CHAMPIONNAT FORMULA E FIA ABB 2018 E-PRIX DE PARIS (8E MANCHE) – RESULTATS (49 TOURS) :

1. JEAN ERIC VERGNE, TECHEETAH (28PTS, P)
2. LUCAS DI GRASSI, AUDI SPORT ABT SCHAEFFLER (19, FL)
3. SAM BIRD, DS VIRGIN RACING (15PTS)
4. MARO ENGEL, VENTURI FORMULA E (12PTS)
5. SEBASTIEN BUEMI, RENAULT E.DAMS (10PTS)
6. ANDRE LOTTERER, TECHEETAH (8PTS)
7. DANIEL ABT, AUDI SPORT ABT SCHAEFFLER (6PTS)
8. FELIX ROSENQVIST, MAHINDRA RACING (4PTS)
9. OLIVER TURVEY, NIO FORMULA E (2PTS)
10. JOSE MARIA LOPEZ, DRAGON (1PTS)
14. ALEX LYNN, DS VIRGIN RACING

CLASSEMENT PILOTES

1. JEAN ERIC VERGNE, 147PTS
2. SAM BIRD, 116PTS
3. FELIX ROSENQVIST, 86PTS
4. SEBASTIEN BUEMI, 70PTS
5. LUCAS DI GRASSI, 58PTS
14. ALEX LYNN, 17PTS

CLASSEMENT TEAMS

1. TECHEETAH, 188PTS
2. DS VIRGIN RACING, 133PTS
3. AUDI SPORT ABT SCHAEFFLER, 114PTS
4. MAHINDRA RACING, 107PTS
5. PANASONIC JAGUAR RACING, 88PTS

Championnat du monde MotoGP, USA

Grand Prix des Amériques

Le podium pour Marquez, l’exploit pour Mir

Il ne s’en est pas fallu de beaucoup pour qu’Alex Marquez ne décroche au Texas sa première victoire de la saison. L’Espagnol s’est finalement classé deuxième tandis que Joan Mir a obtenu son meilleur résultat en Moto2 en terminant en quatrième position.

Les courses

Leader du premier au douzième tour après avoir décroché la pole position, Marquez a finalement cédé en fin de course quand Bagnaia l’a rejoint. « Avec le vent et une température de piste plus élevée, les conditions étaient assez différentes de celles des essais, raconte le pilote de l’équipe Marc VDS. Je ne suis finalement pas mécontent d’avoir pu monter sur le podium car j’ai rattrapé deux ou trois fois la moto de justesse. Les prochains Grands Prix en Europe se dérouleront sur des circuits qui me conviennent mieux. » Bousculé au premier virage et vingt-quatrième à l’issue du premier, Mir a quant à lui effectué une superbe remontée pour passer sous le drapeau à damier en quatrième position. Une sacrée performance pour le champion du monde Moto3 en titre qui ne disputait au Texas que sa troisième course en Moto2. Dans la catégorie MotoGP, Tom Lüthi et Franco Moribelli ont eu plus de mal à prendre la mesure d’un circuit des Amériques où les bosses sont de plus en plus nombreuses. Le Suisse s’est classé dix-huitième et l’Italien vingt-et-unième.

Le championnat

Fort de son nouveau podium, Alex Marquez revient à la deuxième place du classement général Moto2 à égalité de points avec Mattia Pasini et seulement dix points de retard sur le leader Francesco Bagnaia. Joan Mir gagne pour sa part deux positions, le voilà désormais septième. En MotoGP, Tom Lüthi court toujours après ses premiers points alors que Franco Morbidelli glisse à la dix-septième place du classement général.

L’histoire

Le chaotique déroulement du Grand Prix d’Argentine n’est pas resté sans suite. La panique sur la grille quand l’ensemble des pilotes a décidé de changer de monte pneumatique, le faux départ de Marquez et les différents accrochages qui ont émaillé la course ont provoqué différentes polémiques dont les pilotes ont décidé de s’emparer dès le rendez-vous du Texas. Une fois n’est pas coutume, la traditionnelle réunion de la Commission de Sécurité a donc fait le plein. Carmelo et Carlos Ezpeleta, Loris Capirossi et Franco Uncini ont géré une séance où, bien que vifs, les échanges sont finalement restés plutôt courtois. Pour finir, tous sont tombés d’accord pour dire qu’il faudrait qu’un ancien pilote puisse assister Mike Webb à la direction de course. Peut-être l’occasion pour Loris Capirossi de prendre de nouvelles responsabilités. En attendant, les instances dirigeantes ont prévenu les pilotes qu’elles feraient preuve désormais de plus de sévérité…

Championnat du monde Superbike – Pays-Bas

Rea conforte son leadership

Jonathan Rea et Tom Sykes se sont partagés les deux victoires à l’occasion de l’épreuve du Mondial Superbike organisée aux Pays-Bas sur le circuit d’Assen. Un nouveau triomphe pour l’équipe Kawasaki.

Les courses

En empochant samedi après-midi sa douzième victoire aux Pays-Bas, Jonathan Rea a encore démontré que la piste d’Assen n’avait plus aucun secret pour lui. Contraint le lendemain à s’élancer de la troisième ligne de la grille de départ, le triple champion du monde n’a cependant rien pu faire pour signer le doublé, son coéquipier n’ayant pas décidé de lui faire de cadeau. « Tom avait un très bon rythme et en partant dans le paquet je savais que ça serait compliqué, raconte le Britannique. D’autant plus que j’ai eu une petite vibration sur la moto qui ne m’a pas incité à en faire trop. » Au pied du podium à l’arrivée de la première course, Sykes a donc obtenu le lendemain sa première victoire de la saison. « Une bonne course avec une super moto », résumait le pilote Kawasaki. En Supersport, la réussite n’a pas été dans le camp des pilotes de l’équipe Pucetti. C’est en voulant le doubler qu’Hiraki Okubo a accroché et fait tomber son coéquipier Sheridan Morais dès le deuxième tour de course. Malgré tous leurs efforts, les deux pilotes Kawasaki n’ont pas pu repartir pour reprendre la course.

Le championnat

Comme en Espagne une semaine plus tôt, Jonathan Rea a inscrit quarante-cinq nouveaux points aux Pays-Bas. Le triple champion du monde conforte ainsi sa première place au classement général. Il compte désormais trente points d’avance sur Chaz Davies. Tom Sykes remonte lui à la cinquième place avec un capital de cent-un points. En Supersport, Sheridan Morais rétrograde en seizième position alors qu’Hiraki Okubo glisse à vingt-sixième place.

L’histoire

Depuis la première course de l’épreuve néerlandaise du championnat du monde Superbike 2014 remportée par Sylvain Guintoli, Jonathan Rea semblait invincible sur le circuit d’Assen. Le week-end dernier, le triple champion du monde pensait bien allonger sa série de succès. Vainqueur samedi après-midi pour la huitième fois de suite, le pilote Kawasaki est malheureusement tombé sur un os le lendemain. C’est en effet Tom Sykes, son coéquipier, qui s’est imposé devant le public hollandais après avoir mené la course de bout en bout. Le Britannique, qui n’avait plus gagné à Assen depuis cinq ans a décroché aux Pays-Bas sa première victoire de la saison. De quoi lancer à l’arrivée : « Le vieux Sykes est de retour ! » Même s’il a bien profité de la mauvaise place sur la grille de Rea, le pilote Kawasaki a parfaitement géré sa course et l’usure de ses pneumatiques. « Quand j’ai pris la tête, j’ai fait en sorte de prendre soin de mes gommes en contrôlant mon avance, explique-t-il. Je suis vraiment le plus heureux aujourd’hui, et je dois dire un grand merci à mon équipe pour m’avoir permis de retrouver la première place. »

Le SRC dans le top cinq

Contraint à l’abandon au Bol d’Or en septembre dernier, le team Kawasaki SRC a décroché sur le circuit du Mans une méritoire cinquième place au terme d’une héroïque remontée.

 

Tout avait pourtant bien commencé pour l’équipe de Gilles Stafler… A la veille du départ, Randy de Puniet faisait en effet parler la poudre en signant le meilleur temps des essais. L’ancien pilote de Grands Prix démontrait ainsi qu’il faudrait encore compter sur la Kawasaki ZX-RR n°11 sur la piste sarthoise.

Dès son premier relai, de Puniet concrétisait les ambitions du team SRC en ferraillant en tête de la course en compagnie de Kenny Foray, pilote de la BMW n°48. Chaussées en Pirelli, les deux machines assuraient le spectacle devant les 76 000 personnes présentes autour du circuit Bugatti. Et puis venait l’heure du premier ravitaillement. Randy de Puniet laissait alors le guidon à Mathieu Gines qui, malheureusement, allait chuter dès son premier tour de piste. Le temps de revenir vers les stands et d’effectuer les réparations nécessaires, Randy de Puniet reprenait la course en quarante-sixième position, très loin de la GMT 94 qui venait alors de s’emparer des commandes de la course.

N’écoutant que leur courage, les pilotes de la Kawasaki n°11 vont alors remonter au fil des tours jusqu’à ce qu’un problème de radiateur ne les fasse à nouveau plonger dans les profondeurs du classement général.

Malgré ce deuxième coup dur, Randy de Puniet, Jeremy Guarnoni et Mathieu Gines cravacheront leur machine durant les deux tours d’horloge pour revenir dans le top cinq. Une persévérance qui vaudra à l’équipe Kawasaki SRC de recevoir le Trophée Anthony Delhalle EWC Spirit qui récompense l’esprit combatif et sportif. Cinquième à dix tours du vainqueur, le team FCC TSR Honda France, le team Kawasaki SRC inscrit par ailleurs au Mans ses premiers points au championnat du monde d’Endurance 2017/2018.

Voilà l’équipe de Gilles Stafler onzième du classement général avec vingt-sept points au compteur. Prochaine épreuve en Slovaquie les 12 et 13 mai.

Après Rome, DS Virgin racing vise encore la victoire à Paris

Communiqué de presse – Versailles, le 20 avril 2018

La Formula E arrive à Paris pour la huitième manche de la saison, le samedi 28 avril.
DS Virgin Racing est en course pour les titres Pilotes et Constructeurs.
Durant l’évènement, l’équipe organisera un Sommet de l’Innovation au sujet du réchauffement climatique.
Fondateur de Virgin, Sir Richard Branson sera présent durant la course.

 

Après une brillante victoire dans les rues de Rome, DS Virgin Racing vise un nouveau succès à Paris, pour le retour de la Formula E dans la capitale française le samedi 28 avril.

Sam Bird s’est rapproché de la première place du championnat en s’imposant pour la seconde fois de la saison. Le Britannique compte un déficit de 18 points avant la huitième des douze manches du calendrier 2017/2018. DS Virgin Racing occupe également la deuxième place du classement des constructeurs.
Avec la Tour Eiffel en arrière-plan, le Circuit des Invalides est long de 1,920 kilomètres. Le tracé serpente en plein cœur de la capitale avec un mélange de virages serrés, de lignes droites et plusieurs zones de dépassements à des vitesses supérieures à 200 km/h.
Sir Richard Branson sera présent à Paris pour soutenir l’équipe. Le fondateur de Virgin sera l’un des intervenants du Sommet de l’Innovation organisé par DS Virgin Racing. Cette rencontre réunit des décideurs pour discuter des actions à mener contre le réchauffement climatique et du besoin d’énergies plus vertes. L’évènement sera diffusé en direct sur la page Facebook de l’équipe.

 

Sam Bird : « Arriver à Paris quelques jours après avoir conquis une nouvelle victoire est extrêmement motivant et toute l’équipe est impatiente d’être au départ. C’est un circuit compliqué, mais nous avons une monoplace rapide et fiable. Si tout se passe bien, nous devrions être capables de décrocher un nouveau bon résultat. »

Alex Lynn : « Tout ne s’est pas passé comme je l’aurais aimé la dernière fois, mais je suis prêt pour la course de Paris. Ce sera encore un nouveau circuit pour moi. La préparation a été positive dans le simulateur. Je sais que nous pouvons nous battre pour marquer de gros points. »

Alex Tai, Team Principal : « Paris promet d’être un rendez-vous à part pour l’équipe aussi bien sur la piste que tout autour du circuit. Notre constructeur automobile DS jouera à domicile et Sir Richard Branson nous fera l’honneur d’être présent pour le Sommet de l’Innovation. D’autres annonces sont attendues en marge de l’E-Prix de Paris… Après notre victoire à Rome, toute l’équipe est très motivée et nous voulons poursuivre sur notre lancée en continuant de nous battre pour la première place. »

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance : « L’idée de montrer notre savoir-faire et notre technologie au cœur de Paris est évidemment spéciale pour toute notre équipe. DS Performance a mis au point une monoplace extrêmement compétitive qui s’est encore imposée à Rome la semaine dernière. Même si notre course à domicile a une signification particulière pour chacun d’entre nous, notre rigueur et notre détermination restent les mêmes que pour toutes les autres épreuves. Nous voulons nous battre pour récupérer la tête des deux championnats avec notre DSV-03. »

L’engagement et la compétitivité de DS Performance en Formula E participent au développement de l’électrification de la gamme DS Automobiles. DS 7 CROSSBACK E-TENSE 4×4 sera très prochainement commercialisé et tous les prochains modèles de DS Automobiles bénéficieront d’une motorisation hybride et/ou 100 % électrique. L’E-Prix de Paris sera aussi l’occasion de révéler une surprise…

Yves Bonnefont, Directeur Général de DS Automobiles : « Un week-end passionant en perspective puisqu’à Paris, nous jouons à domicile et que l’équipe DS Virgin Racing est toujours montée sur le podium parisien. L’engagement de DS en Formula E sougligne notre volonté d’être précursseurs dans tous les domaines, et nous sommes heureux de voir que les plus grandes marques nous rejoingent dans cette compétition. Notre désir est de continuer à être à l’avant-garde. A cette occasion, nous dévoilerons DS X E-TENSE – notre vision du luxe automobile en 2035. »

La course sera retransmise en direct sur tous les continents et en France sur C8, Canal + Sport et Eurosport.

 

E-Prix de Paris – Programmée-Prix de Paris  -PROGRAMME
8E Manche : Samedi 28 avril (CET)

08H00-08H45   – Essais libres
110H30-11H00 – Essais libres 2
12H00-12H36 – Qualifications
12H45-13H00 – Superpole
16H00 – Course (49 tours)

LONGUEUR 1,92 KM
VIRAGES 14
SENS HORAIRE
HASHTAG #PARISEPRIX

CLASSEMENT PILOTES

1. JEAN-ERIC VERGNE 119 POINTS
2. SAM BIRD 101 POINTS
3. FELIX ROSENQVIST 82 POINTS
4. SEBASTIEN BUEMI 60 POINTS
5. DANIEL ABT 50 POINT
6. ALEX LYNN 17 POINTS

CLASSEMENT TEAMS

1. TECHEETAH 152 POINTS
2. DS VIRGIN RACING 118 POINTS
3. MAHINDRA RACING 103 POINTS
4. AUDI SPORT ABT SCHAEFFLER 89 POINTS
5. PANASONIC JAGUAR RACING 88 POINTS

Championnat du monde Superbike – Espagne

Rea conforte son leadership

Avec deux nouveaux podiums dont une victoire, Jonathan Rea a parfaitement négocié la première épreuve européenne de la saison organisée à Alcañiz sur le circuit d’Aragon. Le pilote Kawasaki consolide ainsi sa première place au classement général.

Les courses

Avec une victoire et une deuxième place récoltées lors du premier rendez-vous européen de la saison, Jonathan Rea semble avoir trouvé sa vitesse croisière. Seul pilote à avoir tenu tête aux Ducati sur le circuit d’Alcañiz, le champion du monde en titre a pris l’avantage, samedi, à cinq tours de l’arrivée. Laissant sur place Forez, Melandri et Davies, Rea a joliment décroché sa cinquante-sixième victoire en Mondial Superbike. « On a eu des problèmes aux essais mais le fait que la température se soit rafraîchie nous a aidés en course, expliquait alors le Britannique. L’équipe a encore fait un super boulot. » Le lendemain, une petite faute dans le dernier tour alors qu’il bagarrait avec Davies l’a contraint à accepter la deuxième place. « Au final, ce week-end en Espagne aura très positif, analyse le pilote Kawasaki. J’ai pris des points importants et augmenté mon avance en tête du championnat. » Avec deux sixième places, Tom Sykes a fait une moins bonne affaire. Dans la catégorie Supersport, Sheridan Morais a empoché ses premiers points de la saison. Appelé pour remplacer Kenan Sofuoglu, toujours blessé, le Portugais s’est classé septième. Hikari Okubo, son coéquipier, a dû lui abandonner avant la ligne d’arrivée.

Le championnat

Avec quarante-cinq points de plus au compteur, Jonathan Rea consolide sa position de leader. Le triple champion du monde devance désormais Chaz Davies de douze points. Septième au général, Tom Sykes ne compte que trois points de retard sur Van der Mark. En Supersport, Sheridan Morais intègre le classement à la quatorzième place. Kenan Sofuoglu est désormais vingtième et Hikari Okubo vingt-troisième.

L’histoire

Le nouveau règlement technique du championnat du monde Superbike ne fait décidément pas les affaires de Tom Sykes. Gros freineur, le pilote Kawasaki a toujours été l’un de ceux sachant le mieux tirer la quintessence du moteur de sa machine. Souvent moins rapide au point de corde que ses adversaires, Sykes ouvre en revanche les gaz avant tout le monde. Manque de pot, aujourd’hui, avec un régime moteur limité, le Britannique ne profite plus autant de la puissance de son moteur. Et surtout de son allonge. « Quand je me retrouve en paquet, mes chronos sont moins bons que lorsque je roule seul, déplore-t-il. Les gars me gênent au freinage et en entrée de courbe, et il m’est impossible de les doubler quand je ressors des virages. Et même en bout de ligne droite, je ne parviens à profiter de leur aspiration. Il va falloir que l’on trouve des solutions pour contourner ces difficultés. » Depuis sa deuxième place à Phillip Island en début de saison, Tom Sykes n’est plus remonté sur le podium. Cela faisait six ans que l’ancien champion du monde n’avait plus connu pareille série.

Deuxième place pour le team Peugeot total dans une manche d’ouverture du championnat du monde de rallycross pleine de rebondissements

WRX #1 – Barcelone, 14&15.04.2018

Le Team PEUGEOT Total a dû faire face à des conditions de course exceptionnelles pour son lancement en championnat du Monde de Rallycross, alors que des pluies diluviennes ont inondé le circuit de Barcelone-Catalogne samedi, lors des deux premières manches qualificatives. Dimanche, sous un ciel plus clément, le nonuple Champion du Monde des Rallyes Sébastien Loeb s’est emparé de la deuxième place à l’issue d’une finale âprement disputée – un accomplissement largement mérité pour toute l’équipe PEUGEOT qui a consacré des mois de travail acharné à préparer son arrivée dans la discipline en tant qu’équipe constructeur officielle.

Sébastien Loeb a emporté sa PEUGEOT 208 WRX en finale à l’issue de deux journées de compétition particulièrement difficiles. Le Français termine sur la deuxième marche du podium (au lieu de la troisième, suite à la disqualification de Matthias Ekström en finale) et remporte la meilleure place du trio de pilotes PEUGEOT Total pour les débuts de l’équipe en World RX. Cette performance, qui vient saluer les efforts du team, a également été permise grâce à son coéquipier Kevin Hansen qui ne marque pas de points pour l’équipe et qui lui a donc cédé sa place sur la grille de départ des demi-finales. Le Français démontre une nouvelle fois son habilité à accrocher des podiums, même s’il a récemment été plutôt habitué aux dunes de sable d’Amérique latine ou à l’asphalte de la Corse.

Timmy Hansen a fait preuve d’une vitesse incroyable tout au long du week-end mais n’a pas eu la chance de convertir cette performance en résultat, contraint à l’arrêt par un problème électrique dans les demi-finales alors qu’il menait avec une avance notable. Le Suédois a remporté deux deuxièmes places et une victoire dans les manches qualificatives, malgré des conditions météo effroyables, pour atteindre confortablement les demi-finales, confirmant par là même qu’il est un adversaire de taille à considérer. En dépit de la déception de ne pas remporter le maximum de points à Barcelone, le pilote s’est montré très satisfait de la compétitivité de sa voiture et des avancées réalisées cet hiver. Il lui reste à prendre sa revanche lors de la prochaine épreuve au Portugal.

Kevin Hansen, au volant d’une troisième PEUGEOT 208 WRX non-éligible aux points pour le Team PEUGEOT Total, a terminé douzième des manches qualificatives mais s’est retiré pour laisser sa place dans les demi-finales à son coéquipier Sébastien Loeb. Le pilote le plus jeune du plateau a réalisé des performances prometteuses lors de la journée du samedi avant de rencontrer un problème technique au départ des manches qualificatives du dimanche. Kevin Hansen a néanmoins prouvé sa vitesse et celle de sa PEUGEOT 208 WRX.

ILS ONT DIT

Bruno Famin, Directeur Peugeot Sport

« C’était un week-end très compliqué, plein de surprises et de rebondissements. Les conditions météo samedi de pluie torrentielle n’ont pas facilité les choses. Quand la piste a séché, on a beaucoup gagné en vitesse avec la voiture. Globalement, nous sommes satisfaits de la vitesse dont nous avons pu faire preuve dans ces conditions diverses et terminer le week-end avec une deuxième place est une très bonne nouvelle. Nous avons montré que nous sommes très proches de nos concurrents et à vrai dire, je ne m’attendais pas à cela. Évidemment, je suis très heureux pour l’équipe, qui est nouvelle et qui a fourni un excellent travail. Je crois que nous avons réussi notre premier défi en rallycross, qui visait à avoir les voitures sur les grilles de départ de chaque manche. Le problème électrique rencontré par Timmy alors qu’il menait avec une bonne avance est regrettable, mais ce genre de situation arrive parfois dans le sport automobile. Nous devons identifier le problème et le résoudre. En tout cas, nous sommes confiants pour attaquer la saison. »

Kenneth Hansen, Team Manager PEUGEOT Total
« Nous avons eu ce week-end beaucoup de hauts et de bas : des tête-à-queue, des accidents, une météo épouvantable mais également de belles victoires. Timmy a été très rapide et Sébastien a eu un début de course difficile avant de décrocher la 2ème place du podium, ce dont nous sommes très fiers. Kevin a également eu quelques difficultés au début mais je pense que nous pouvons résoudre cela avec quelques réglages. Globalement, c’est très encourageant de voir que Timmy dominait les demi-finales avant de devoir s’arrêter et je suis convaincu qu’il avait des chances de l’emporter aujourd’hui. Je savais que l’ensemble du team PEUGEOT Total avait réalisé un très bon travail mais je ne m’attendais pas à être au coude-à-coude avec les constructeurs les plus expérimentés dès le début de saison. »

Sébastien Loeb,   Peugeot 208 WRX #9
« A Barcelone, nous sommes passés par toutes les émotions qu’il est possible de vivre en rallycross en un week-end. Le début de course ne s’est pas très bien passé pour moi et après avoir cassé une suspension à deux reprises en qualif, je ne m’attendais pas à me retrouver dans les demi-finales. J’ai pu y accéder grâce au retrait de Kevin et à partir de ce moment là, tout s’est passé plutôt bien. J’ai eu un peu de chance mais en tout cas, ce grand-huit d’émotions n’est pas facile à gérer ! Les performances de vitesse réalisées par Timmy sont encourageantes car elles montrent que la voiture est compétitive et que nous avons fait un pas en avant cet hiver. Et nous allons continuer dans ce sens.  »

Timmy Hansen, Peugeot 208 WRX #21
« Le plus frustrant ce week-end est de ne pas être parvenus à capitaliser sur tout ce qu’il y a eu de très positif ! Le feeling avec la voiture était très bon tout le week-end. Dans les demi-finales, j’étais en train de prendre une bonne avance et pourtant, cela semblait simple, presque sans réel effort. Puis la voiture s’est arrêtée, comme ça, ce qui est un peu difficile à accepter. Mais au final, ce que je retiens, c’est que la voiture a été très rapide, avec de vraies performances dès le début du week-end. C’est une voiture avec laquelle je sais que je peux gagner. Maintenant je suis impatient d’être au Portugal et de pouvoir prendre ma revanche. »

Kevin Hansen, Peugeot 208 WRX #71
« Pour une manche d’ouverture, tout s’est plutôt bien passé. Entre coéquipiers, nous nous connaissons bien depuis l’année dernière et même si l’équipe est nouvelle, je me suis senti très à l’aise. J’ai été assez satisfait de la journée du samedi avec une bonne vitesse en Q1 et Q2. J’ai pris beaucoup de plaisir à piloter. Ce dimanche matin, nous avons eu un problème au départ et avons beaucoup perdu au général pour finir 12ème. Sébastien était juste derrière, c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de lui laisser ma place, au bénéfice de l’équipe. C’était une éventualité qui existait déjà l’an passé et à laquelle j’étais préparé. J’aurai d’autant plus envie d’attaquer lors de la prochaine course dans deux semaines !»

Classement pilotes après la 1ère manche

1. Johan KRISTOFFERSSON / Volkswagen Polo R – 27 pts
2. Petter SOLBERG / Volkswagen Polo R – 24 pts
3. Andreas BAKKERUD / Audi S1 – 20 pts
4. Mattias EKSTRÖM / Audi S1 – 19pt
5. Niclas GRÖNHOLM / Hyundai i20 – 18 pts
6. Timmy HANSEN / PEUGEOT 208WRX – 16 pts
7. Sébastien LOEB / PEUGEOT 208 WRX – 14 pts
8. Janis BAUMANIS / Ford Fiesta – 12 pts
9. Timur TIMERZYANOV / Hyundai i20 – 11 pts
10. Robin LARSSON / Ford Fiesta – 11 pts
11. Jérome GROSSET-JANIN / Renault Mégane RS – 9 pts
12. Guerlain CHICHERIT / Renault Mégane RS – 8 pts
13. Kevin HANSEN / PEUGEOT 208WRX – 5 pts

Classement constructeurs après la 1ère manche

1. PSRX Volkswagen Sweden – 51 pts
2. EKS Audi Sport – 39 pts
3. Team PEUGEOT Total – 30 pts
4. GRX Taneco – 29 pts
5. GC Kompetition – 17 pts
6. Olsbergs MSE – 14 pts

Prochaine manche – Montalegre, Portugal

La prochaine épreuve du Championnat du Monde FIA World RX se tiendra au Portugal les 28 et 29 avril sur le Circuit de Montalegre au Nord du pays, à proximité de la frontière espagnole. Située dans les collines de la région Vila Real, la piste portugaise est culmine à 1800 mètres – l’altitude la plus élevée du calendrier. A la différence de Barcelone, le complexe est destiné spécifiquement au rallycross avec un circuit long de 0,95 kilomètre composé à 60,4% d’asphalte et 39,6% de terre.