Signatech Alpine fait sa rentrée au Mexique avec de l’ambition

    • Après la trêve estivale, le Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC reprend ses droits avec les 6 Heures de Mexico.
    • Cette course marque le début d’une tournée « outre-mer » qui se poursuivra aux USA, au Japon, en Chine et à Bahreïn.
    • Actuellement troisième du classement Équipes LMP2, Signatech Alpine engage l’Alpine A470 n°36 avec un équipage composé de Nicolas Lapierre, Gustavo Menezes et André Negrão.

De Silverstone au Nürburgring en passant par Spa-Francorchamps et Le Mans, le Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC a débuté sur les circuits les plus célèbres d’Europe. Après sept semaines de pause – le temps de réviser les voitures avant de les expédier de l’autre côté de l’Atlantique – la rentrée aura lieu à Mexico City, sur l’autodrome des frères Rodriguez.

L’équipe Signatech Alpine retrouvera avec plaisir la ferveur et la passion des Mexicains pour le sport automobile. L’an passé, la course s’était déroulée dans une ambiance survoltée, avec un final à suspense pour la victoire en LMP2. L’Alpine A460 n°36 avait terminé deuxième… à moins de deux secondes des vainqueurs !

Douze mois plus tard, la bagarre est toujours aussi intense dans la catégorie. À mi-saison, Signatech Alpine occupe la troisième place du classement Équipes, à treize points du deuxième. Sachant qu’il reste 130 points lors de cette seconde moitié de saison, tous les scénarios restent envisageables pour les Champions du Monde en titre !

À Mexico, l’équipage n°36 sera constitué du Français Nicolas Lapierre, de l’Américain Gustavo Menezes et du Brésilien André Negrão. Après avoir débuté la saison sur l’Alpine A470 n°35, le Brésilien se voit récompensé de ses performances en rejoignant l’équipage tenant du titre. Nicolas, Gustavo et André aborderont le week-end mexicain avec des ambitions élevées et la victoire en ligne de mire !

Une des clés du succès reposera sur la capacité de l’équipe à adapter les réglages aux conditions atmosphériques : à 2200 mètres d’altitude, la raréfaction de l’oxygène influe sur la performance du moteur, mais également sur l’aérodynamique et le refroidissement des freins. Comme toujours, la gestion des pneumatiques sera également à prendre en compte, surtout s’il fait chaud !

Les concurrents du FIA WEC prendront la piste pour la première fois le vendredi après-midi. Après deux autres séances d’essais libres, les qualifications samedi en début de soirée. Le départ des 6 Heures de Mexico sera donné dimanche à 12h00 heure locale (GMT-5).

Ils ont dit

Bernard Olivier, Directeur général-adjoint d’Alpine
«Nous sommes toujours heureux de nous rendre au Mexique, un pays important dans l’histoire d’Alpine : entre 1964 et 1974, près de sept-cents Dinalpin y ont été fabriquées sous licence. Il nous reste cinq courses à disputer cette saison et nous allons nous bagarrer sur chacune d’entre elles, en étant prêts à saisir la moindre opportunité. J’ai le sentiment que les 6 Heures du Nürburgring ont marqué un tournant dans notre saison et que nous avions sensiblement progressé dans tous les domaines, y compris la gestion des pneumatiques. J’espère donc que nous nous appuierons sur cela pour poursuivre sur la même lancée. Nos pilotes, plus soudés et motivés que jamais, seront un atout de taille. L’opposition en LMP2 est telle que le challenge est difficile, mais c’est justement cela qui nous motive.»

 

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut
«Dès notre retour du Nürburgring, l’équipe a préparé le matériel pour cette longue tournée en Amérique, en Asie et au Moyen-Orient. En moins de trois mois, la seconde partie de la saison sera intense et nous nous sommes bien préparés pour cela. Pour commencer cette série de courses, le circuit de Mexico est à part Avec l’altitude, la raréfaction de l’oxygène impose d’adapter les réglages du moteur et du châssis. Nous nous attendons à une bagarre intense et à des écarts très serrés dès les qualifications. Les dépassements étant relativement difficiles sur ce tracé, il faudra être bien qualifié pour rester dans le bon wagon dès les premiers tours. Je suis confiant sur l’association entre Nicolas Lapierre, Gustavo Menezes et André Negrão. Depuis le début de la saison, André a non seulement brillé par son niveau de performance, mais aussi par de grandes facultés d’adaptation. Nos ambitions sont élevées et nous serions déçus de ne pas terminer sur le podium dimanche soir.»

 

Enregistrer

Championnat du monde MotoGP, Grand Prix de Silverstone (GB)

Rabat dans les points

Bien que seulement qualifié sur la dernière ligne de la grille de départ, Tito Rabat a réussi à Silverstone à remonter jusqu’à la douzième place pour ajouter quatre points à son compteur. Le pilote espagnol n’avait plus terminé dans le top quinze depuis le Grand Prix des Pays-Bas.

Les courses

En difficulté aux essais et seulement vingt-et-unième sur la grille de départ, Tito Rabat n’a pas démérité. Profitant d’un bon départ et d’un excellent premier tour, le pilote Marc VDS s’est rapidement installé au cœur du peloton avant de revenir à la douzième place, à deux tours de l’arrivée, en prenant le meilleur sur Karel Abraham. Souffrant d’un problème de motricité, Jack Miller a dû pour sa part se contenter de la seizième place. En Moto2, Alex Marquez et Franco Morbidelli ont fait le spectacle en se disputant la première place durant une dizaine de tours. Jusqu’à ce que l’Espagnol ne parte à la faute en faisant une erreur de trajectoire et que l’Italien ne soit victime d’un problème d’embrayage. Franco a tout de même pu assurer la troisième marche du podium alors qu’Alex est courageusement remonté jusqu’à la quatorzième place pour récolter deux points. Fornfeil et Pulkkinen ont eux fait choux blanc en Moto3. Le Tchèque s’est classé vingt-troisième, le Finlandais vingt-quatrième.

Le championnat

Si Tito Rabat se maintient en dix-huitième position, Jack Miller perd une place au classement général MotoGP. L’Australien est désormais quatorzième. En Moto2, Morbidelli augmente son avance en tête du championnat. L’Italien devance désormais de vingt-neuf points Thomas Lüthi. Marquez conserve sa troisième place mais son retard sur le pilote suisse passe à trente-neuf points. Pas de changement en Moto3. Kornfeil demeure vingt-septième alors que Pulkkinen ne figure toujours pas au classement.

L’histoire

Avec l’annonce de la signature de Thomas Lüthi faite à la veille du Grand Prix de Grande-Bretagne, la saison 2018 est désormais au clair pour le Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS.

C’était important de pouvoir finaliser les derniers contrats avant d’attaquer la dernière ligne droite du championnat . Nous allons désormais pouvoir nous concentrer sur la quête du titre de champion du monde Moto2 avec Franco.

Michael Bartholemy

Promu l’an prochain en classe reine, Morbidelli fera donc équipe avec son actuel rival dans la course au titre.

Nous avions plusieurs options pour trouver le pilote que nous cherchions pour compléter notre équipe MotoGP 2018, Thomas a été choisi à l’unanimité bien qu’il n’ait jamais couru dans cette catégorie. Il a été champion du monde en 125 et sa régularité durant ses sept saisons en Moto2 est simplement incroyable, puisque son plus mauvais résultat est une sixième place en 2013. Il est toujours dans le coup en Moto2, et cette année encore c’est lui qui donne le plus de mal dans notre quête du titre de champion du monde. Nous sommes très heureux de pouvoir lui permettre de débuter en classe reine.

Marc van der Straten, le président de VDS Racing

En Moto2, Alex Marquez fera lui équipe avec Joan Mir, l’actuel leader du championnat du monde Moto3.

MIKKELSEN DEUXIÈME DU RALLYE D’ALLEMAGNE

ADAC Rallye Deutschland (17-20 août 2017) – Jour 3

Au terme d’un Rallye d’Allemagne empreint de panache et de maîtrise, Andreas Mikkelsen et Anders Jæger offrent la deuxième place à Citroën Total Abu Dhabi WRT. Le résultat de l’équipe est complété par Craig Breen et Scott Martin, qui terminent cinquièmes pour la… sixième fois de la saison !
    • La troisième et dernière étape du Rallye d’Allemagne se composait de deux passages dans les spéciales de Losheim am See et St. Wendeler Land, enchaînés sans assistance.

    • Deuxième du classement général, Andreas Mikkelsen quittait l’assistance avec un esprit conquérant, bien décidé à maintenir la pression sur Ott Tänak et à contenir un éventuel retour de Sébastien Ogier.

    • Le Norvégien mettait aussitôt son plan en application : avec deux deuxièmes temps – à quelques dixièmes du scratch – lors du premier passage dans les spéciales, il revenait à 18’’ de Tänak et portait l’écart sur Ogier à 19’’3.

    • Le début de la matinée était également positif pour Craig Breen, qui se rapprochait de la cinquième position. Après l’ES19, l’Irlandais n’était plus qu’à 7’’1 d’Elfyn Evans.

    • Poursuivant son effort, l’Irlandais signait son premier scratch du rallye dans Losheim am See 2. Dans la Power Stage, il concluait sa remontée en prenant définitivement l’avantage sur son rival. Après le Monte-Carlo, la Suède, la Corse, le Portugal et la Finlande, Craig Breen et Scott Martin alignaient un sixième top 5 cette saison !

    • Sur une route fortement dégradée par le passage des voitures, Andreas Mikkelsen ne mettait pas en péril sa deuxième place. Au point stop de la Power Stage, le Norvégien alignait un large sourire en s’adjugeant le 21e podium de sa carrière en WRC.

    • La prochaine manche du Championnat du Monde des Rallyes se déroulera après une longue pause : le RallyRACC Catalunya – Rally de España est programmé du 6 au 8 octobre.

Yves Matton, Directeur de Citroën Racing
« Ce résultat est très important pour toute l’équipe et il vient récompenser l’énorme travail fourni pour préparer ce Rallye d’Allemagne. Cela faisait longtemps que nous attendions de placer deux voitures dans le top 5 et nous obtenons ainsi notre deuxième meilleur résultat de la saison grâce à Andreas Mikkelsen. Nous avons également atteint l’objectif de signer plusieurs scratches, aussi bien avec Andreas que Craig Breen. Cette nouvelle cinquième place vient récompenser sa régularité depuis le début de la saison. »

Andreas Mikkelsen
« Je suis très heureux, je crois qu’il s’agit de la plus belle deuxième place de ma carrière ! Je suis fier de ce que Citroën Racing, Anders et moi avons réussi à produire ce week-end. Malgré notre position de départ défavorable le premier jour, nous avons réussi à nous maintenir dans la bagarre pour la première place, au prix d’une grosse attaque. Nous avons fait quelques petites erreurs par la suite, mais je suis satisfait d’avoir maintenu Sébastien Ogier derrière nous. »



Craig Breen

« C’est presque incroyable d’être à nouveau cinquièmes, mais cela démontre notre constance. J’ai attaqué jusqu’au bout, jusqu’à la dernière bosse de la Power Stage. L’atterrissage a été si rude que le pare-brise s’est fendu ! Mais nous avons ainsi réussi à rentrer dans le top 5 et cela nous permet d’afficher un bilan positif à la fin de ce week-end. Nous avons beaucoup appris sur une épreuve que je connaissais peu et cela me sera utile à l’avenir. »

 

Championnat du Monde de Superbike, Grand Prix d’Allemagne

Pour Rea, deux fois deux font un

En enchaînant deux deuxièmes places au Lausitzring, Jonathan Rea conforte sa position de leader. Le pilote Kawasaki devance désormais son coéquipier de soixante-dix points.

Les courses

Sur un circuit qui a toujours été difficile pour Kawasaki, et dans des conditions rendues délicates par la pluie, Jonathan Rea a parfaitement tiré son épingle du jeu en terminant samedi comme dimanche sur les talons de Chaz Davies, intenable en Allemagne. Lors de la première course, Rea a mené la chasse de bout en bout au futur vainqueur pour terminer à deux secondes de sa roue arrière sous le drapeau à damier. Le lendemain, le champion du monde en titre est parvenu à mener les débats durant quelques tours avant de s’incliner derrière Davies.

Dès que mon pneu arrière s’est dégradé, la moto est devenue difficile à piloter et j’ai eu du mal à conserver mon rythme. Le scénario a été le même dans les deux courses. Au final, sur un circuit compliqué pour nous car très bosselé, je suis content du résultat.

Jonathan Rea

Troisième samedi, Sykes s’est classé quatrième dimanche.

Après avoir fait la pole, j’espérais beaucoup mieux ; Malheureusement, je n’ai certainement pas fait le meilleur choix de pneus, et Chaz comme Jonathan étaient plus rapides que moi en course.

Tom Sykes

Douzième à l’arrivée de la première manche, Randy Krummenacher a été victime d’une chute dans la seconde. En Supersport, Kenan Sofuoglu s’est classé deuxième d’une course arrêtée au drapeau rouge après la chute d’un concurrent que le pilote Kawasaki venait de doubler. Kyle Ryde s’est lui classé seizième, juste derrière Michael Canducci qui marque un point.

Le championnat

Même si Chaz Davies a réalisé une bonne opération, Jonathan Rea a conforté en Allemagne sa place de leader. Le double champion du monde en titre compte désormais soixante-dix points d’avance sur son coéquipier. Tom Sykes précède quant à lui Chaz Davies de trente-cinq points. Randy Krummenacher navigue en quinzième position avec cinquante points. En Supersport, Kenan Sofuoglu ne compte plus qu’un point de retard sur Lucas Mahias, toujours leader du classement général. Kyle Ryde est dixième à égalité de points avec le neuvième, Roberto Rolfo. Michael Canducci pointe pour sa part en quinzième position avec vingt-cinq points.

L’histoire

Pour la quatrième fois de suite, les pilotes Kawasaki ont décroché ce week-end les deux premières places de la grille de départ. Seul Ducati a fait mieux, en 1992, en obtenant cinq fois de rang les deux meilleurs temps en qualification. La performance réalisé par les deux Britanniques est d’autant plus remarquable que le circuit du Lausitzring n’est pas le jardin de prédilection de la Ninja ZX-10RR. La preuve, elle ne compte qu’une seule victoire sur le circuit allemand, celle décrochée l’an dernier par Jonathan Rea. Quant à la dernière pole de Kawasaki au Lausitzring, elle remontait à 2007. Cette année là, Fonsi Nieto et Régis Laconi avaient même signé un doublé aux essais. Comme Tom Sykes et Jonathan Rea ce week-end.

Championnat du Monde MotoGP, Grand Prix d’Autriche

Morbidelli reprend le large

Après une course décevante en République tchèque, Franco Morbidelli renoue avec la victoire en Autriche en s’imposant devant son coéquipier. L’Italien en profiter pour reprendre le large au classement du championnat Moto2.

 

Les courses

Qualifiés tous les deux sur la première ligne de la grille de départ, Morbidelli et Marquez ont dominé la onzième course de la saison Moto2. Leader dès le premier tour, l’Italien a franchi la ligne d’arrivée avec guère plus d’une seconde d’avance sur son coéquipier qui a lui longtemps bagarré avec le Suisse Lüthi. Morbidelli remporte ainsi sa septième victoire en onze courses alors que les deux pilotes Marc VDS montent de concert sur le podium pour la première fois de la saison. Moins de réussite en revanche pour les pilotes de Michael Bartholemy dans la catégorie MotoGP. Pas plus Miller que Rabat n’ont en effet réussi à marquer le moindre point sur le circuit de Spielberg. L’Australien est tombé au vingtième tour alors qu’il occupait la onzième place. Quant à l’Espagnol, il s’est classé dix-neuvième faute d’avoir réussi à trouver les bons réglages pour sa Honda RC213V aux essais. En Moto3, Kornfeil et Pulkkinen se sont classés vingtième et vingt-quatrième.

Le championnat

En s’imposant sur le circuit de Spielberg, Morbidelli porte à vingt-six points son avance sur Lüthi en tête du classement Moto2. Marquez consolide lui sa troisième place avec un capital de cent cinquante-trois points. En MotoGP, Miller perd une place et rétrograde en treizième position alors que Rabat se maintient à la dix-huitième place. En Moto3 Kornfeil est désormais vingt-septième, Pulkkinen courant toujours après son premier point.

L’histoire

Cela faisait près de trois ans que le team Marc VDS n’avait pas placé ses deux pilotes sur les deux premières marches du podium.

C’était en 2014 à Misano, au Grand Prix de Saint Marin

Michael Bartholemy

Ce jour là, Tito Rabat avait gagné devant Mika Kallio. L’Espagnol était alors en route vers le titre de champion du monde Moto2. L’an dernier, Franco Morbidelli et Alex Marquez était déjà monté ensemble sur le podium. Mais si l’Italien avait gagné la course, l’Espagnol ne s’était classé que troisième. Pour leur premier podium commun de la saison, les deux hommes ont cette fois réussi à devancer Thomas Lüthi, le seul pilote qui peut encore aujourd’hui espérer barrer la route du titre à Franco Morbidelli.

Ce Grand Prix d’Autriche aura été fantastique car on ne peut pas faire mieux qu’un et deux . C’est une très belle performance pour Franco comme pour Alex, et un bon résultat pour l’équipe dans la perspective du titre de champion du monde.

Michael Bartholemy

Championnat du monde MotoGP : Grand prix de la République tchèque

Marquez sur le podium

Après un mois de trêve estivale, Alex Marquez a donné le coup d’envoi de la seconde moitié du championnat en montant sur le podium du Grand Prix de la République tchèque. Une deuxième place que l’Espagnol a dédiée à la mémoire d’Angel Nieto, la légende de la course moto récemment disparue.

 

Les courses

La pluie ayant fait son apparition peu après le départ du Grand Prix Moto2, c’est sur seulement six tours que s’est courue la dixième épreuve de la saison. Alex Marquez a été l’un des plus habiles à négocier ce sprint, se hissant très vite en deuxième position derrière Tom Lüthi.

Je suis très content de retrouver le podium car les dernières semaines n’ont pas été faciles depuis ma chute en Allemagne ; j’ai encore des douleurs au niveau du cou et je n’ai pas pu m’entraîner cet été.

Alex Marquez

Dans le groupe de tête avant l’interruption de la course, Franco Morbidelli a eu beaucoup plus de mal avec les pneus pluie qu’il n’en avait eu avec les slicks au premier départ.

Je ne comprends pas ce qu’il s’est passé car j’avais eu de très bonnes sensations vendredi sous la pluie

Franco Morbidelli

regrettait l’Italien après avoir franchi la ligne d’arrivée en huitième position. En MotoGP, sur une piste séchant très vite après le départ, Jack Miller pensait tirer les marrons du feu en s’arrêtant très tôt pour changer de moto, comme le futur vainqueur Marc Marquez. Malheureusement, l’Australien a perdu du temps dans son passage au stand et il a connu des problèmes de grip par la suite. Il se classe quatorzième, trois places devant Tito Rabat, son coéquipier en proie lui aussi à un manque de feeling avec son pneu arrière. Dans la catégorie Moto3, Kornfeil s’est classé vingtième, Pulkkinen trentième.

Le championnat

Malgré sa modeste huitième place, Franco Morbidelli conserve la tête du classement général Moto2 avec dix-sept points d’avance sur Tom Lüthi. Alex Marquez profite de son podium pour remonter en troisième position. En MotoGP, Jack Miller conserve la douzième place et réduit à un point son retard sur Alvaro Bautista qui le précède. Tito Rabat perd en revanche une position, le voilà désormais dix-huitième. Kornfeil glisse quant à lui à la vingt-sixième place du championnat Moto3.

L’histoire

Comme tous les pilotes espagnols qui ont eu l’opportunité de monter sur le podium à l’occasion du Grand Prix de la République tchèque, Alex Marquez n’a pas manqué de dédier sa deuxième place à la mémoire d’Angel Nieto, disparu le 3 août dernier, à l’âge de 70 ans, des suites d’un accident de la circulation sur l’île d’Ibiza. Avec treize titres de champion du monde et quatre-vingt dix victoires en Grands Prix, Nieto était l’un des plus grands pilotes de l’histoire de la moto, mais aussi et avant tout une légende du sport espagnol, sa figure emblématique durant l’après-guerre étouffée par le Franquisme. De Rafaël Nadal à Fernando Alonso en passant par Pau Gasol ou encore Fernando Alonso, tous les sportifs espagnols ont tenu à saluer la mémoire d’Angel Nieto. Les clubs de football de Barcelone et du Real de Madrid, tout comme la Maison du roi d’Espagne ont également rendu hommage à cet illustre pionnier ayant ouvert la voie à des générations de champions.

KAMAZ-MASTER WINS SILK WAY RALLY

KAMAZ-master finishes the Silk Way rally 2017 with a full podium in Xi’an

EXCEPTIONAL TEAM PERFORMANCE

KAMAZ-master trucks won the championship in the Silk Way Rally 2017 after driving 9 608 km from Moscow to Xi’an. The team fought with competitors in 17 special distances. KAMAZ-master pilots, co-pilots and mechanics showed exceptional driving performance and navigation skills through twisting roads, boundless fields, sandy desert dunes and speedy sections. The finish line awarded the 1st place to Dmitry Sotnikov, who shared the podium with team-mates Anton Shibalov (2nd place) and Ayrat Mardeev (3d place).

TOTAL LUBRICANTS AS CRUCIAL COMPONENT OF VICTORY

Dmitry Sotnikov drove a new modification of KAMAZ-master truck. A part of its victory was guaranteed by an excellent performance of Total lubricants. Total products were specially selected by Total Vostok technical team in alliance with KAMAZ-master lub advisors. Giant dunes and great sand massifs, extreme temperatures, sudden changes of direction and hidden traps made the journey to Xi’an an extreme test for truck engines and gearboxes. Total lubricants provided advanced engine protection, reduced friction wear and helped cooling. KAMAZ-master team members had an incredible human and physical experience, while technical performance of the trucks was safely guarded by Total lubricants. KAMAZ-master recommends Total.

Le Team Peugeot Total remporte le Silk Way Rally

Six mois après un superbe triplé au Dakar, les lubrifiants Total ont contribué à la victoire de la Peugeot DKR #100 de l’équipage Despres-Castera.

10 SUR 13

Déjà vainqueurs de l’édition 2016, Cyril Despres et David Castera ont doublé la mise en s’imposant en à Xi’an au terme d’un rallye-raid long de 9333 kilomètres. Véritable référence de la spécialité, le Team Peugeot Total a remporté dix des treize étapes proposées en Russie, au Kazakhstan puis en Chine. Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret, vainqueurs en janvier dernier du Dakar, ont bouclé ce Silk Way Rally 2017 à la cinquième place sur la Peugeot DKR #106. Longtemps en tête de l’épreuve avant d’être contraints à l’abandon, Sébastien Loeb et Daniel Elena ont démontré tout le potentiel de la nouvelle DKR Maxi appelée à disputer le Dakar 2018.

LE RÔLE PRÉPONDÉRANT DES LUBRIFIANTS TOTAL

Les conditions d’exploitation du V6 diesel bi-turbo de la DKR sont extrêmes en rallye-raid. Doté d’un couple impressionnant, la mécanique atteint des températures de fonctionnement importantes, et ce sur des temps d’utilisation très long. La fiabilité constitue logiquement une priorité pour les ingénieurs motoristes de Peugeot Sport. Pour prévenir les frottements et l’usure des organes, mais aussi favoriser le refroidissement, Total leur propose un lubrifiant moteur à la viscosité importante : Total Quartz Racing 10W50. La robustesse a également dicté l’élaboration d’un lubrifiant « pression extrêmes » (80W140) destiné à la boîte de vitesse : la protection des ensembles mobiles doit être garantie sans pénaliser la puissance.

En collaboration avec leurs homologues de Peugeot Sport, les ingénieurs de Total développent actuellement de nouveaux lubrifiants en vue du prochain Dakar.