Mud and puddles in Poland

Rally Poland (29 June – 2 July 2017) – Shakedown

After thunderstorms during the night, the Rally Poland shakedown quickly turned into a something of a quagmire this morning. Andreas Mikkelsen, Craig Breen and Stéphane Lefebvre took advantage of the session to work on the set-up of their Citroën C3 WRC in the muddy conditions.

– Whereas recce was held in glorious sunshine, thunderstorms struck overnight, leaving the shakedown road and the stages contested this weekend soaked.

– On his first run, Andreas Mikkelsen had a minor electronical problem, which forced him to return to the service park. The Norwegian set off again quickly, but by then the road was already full of holes and ruts following the repeated passes of the cars.

– Throughout the morning, the three Citroën Total Abu Dhabi WRT drivers reviewed the various suspension settings for these tricky new conditions.

– Andreas Mikkelsen set the quickest time of the C3 WRCs on the fourth of his five passes, with a 2:15.2. Stéphane Lefebvre clocked a 2:16.0, just ahead of Craig Breen, who set a time of 2:16.6.

– This afternoon, the crews will head for the main square in Mikolajki for the ceremonial start. They will then complete a first run on the Mikolajki Arena super special stage, from 7.08pm.

 

Andreas Mikkelsen
“We were unable to do our first run properly due to a minor technical problem. By the time we made our second attempt, the road was already rutted and it wasn’t easy to test our set-up because the conditions were so different to those we had experienced in testing. We nonetheless made a few adjustments. If it keeps raining, then the work we did this morning will be useful.”                                                                                              

Stéphane Lefebvre 
“I feel comfortable in the car, but we still lack a bit of traction and out-and-out performance. We did a lot of work this morning testing the various suspension configurations. The engineers are now going to work on defining the best settings. I’d rather that fine weather returned and that the stages dried out; we’d undoubtedly be more comfortable.”  

                                                                                 

Craig Breen
“With the overnight rainfall, the road quickly became full of holes and rutted. On our final pass, it looked more like a battlefield than a rally stage! We tried out quite a few options for these kinds of conditions, but I think we are preparing ourselves for a tough rally. It’ll all depend on what happens with the weather over the weekend…”

 

Enregistrer

MAXIMUM ATTACK for Peugeot as the Peugeot 3008DKR Maxi is launched

PRESS RELEASE 06/28/2017

  • New Peugeot 3008DKR Maxi aims to build on Dakar-winning success of its predecessors

  • Improvements to suspension deliver extra stability and performance

  • Sebastien Loeb to give the new car its debut on the Silk Way Rally next month

Following 2 victories on the epic Dakar Rally in 2016 and 2017, Peugeot Sport reveals the successor to the Peugeot 3008DKR that conquered South America back in January: the racing version of Peugeot’s new SUV 3008 that was named as the 2017 ‘Car of the Year’.

The new Peugeot 3008DKR Maxi is – as the name suggests – bigger: with a wider track designed to help it conquer the gravel roads, dunes and mountains of the most famous endurance rallies in the world.

The new car is 20 centimetres wider than its illustrious predecessor, due to the suspension track on each side being increased by 10 centimetres. To achieve this, the upper and lower wishbones are new, as well as front and rear track rod ends and driveshafts. As a result, the stability and dynamics of the car are improved, expecting increased performance.

This latest evolution designed by Peugeot Sport’s engineers is still undergoing development, but will make its debut on the 2017 Silk Way Rally that goes from Russia to China next month in the hands of nine-time world rally champion Sebastien Loeb, who finished second on the Dakar this year and is contesting the Silk Way Rally for the second time.

He will be joined on the adventure, which runs from July 7-22, by team mates Stephane Peterhansel and last year’s Silk Way Rally winner Cyril Despres: but they will be driving the current specification of Peugeot 3008DKR, as seen locking out the Dakar Rally podium earlier this season.

Carlos Sainz, the fourth member of Peugeot’s ‘dream team’ that will reunite to tackle the Dakar again next year, has also helped to develop Peugeot’s newest off-road challenger, with the Spaniard’s experience proving to be crucial.

Loeb’s role on the Silk Way Rally will be to assess the latest evolutions brought to the new car, in order to steer the development direction. However, as team director Bruno Famin points out, there can only be one overall objective on this arduous 15-day event: victory.

QUOTE / UNQUOTE

Bruno Famin, Peugeot Sport Director

“As soon as we crossed the finish ramp of the Dakar in January, we started to work on the next generation of car to take on this monumental challenge. Of course, there’s only one thing more difficult than winning and that’s carrying on winning, against very strong opposition. That’s why our engineers have a mission to
continually improve the car, using their know-how to constantly raise the level and give our drivers the best chance of success. The latest evolutions we have brought to the car improve both stability and performance. Sebastien Loeb will be the driver giving our Peugeot 3008DKR Maxi its competitive debut on the Silk Way
Rally, after a number of test sessions that have been carried out already by all the drivers. The data that will now be collected in real competition will help us define the definitive specification for next year’s Dakar.”

Sebastien Loeb, Team Peugeot Total driver

“I think the car is much more stable now that it is wider, and so it feels a bit different to drive. In the very narrow and technical parts that does mean it’s more cumbersome of course, but in terms of stability and driving it’s definitely a step forward. The car has less of a tendency to roll on its suspension now, so that gives you more confidence to attack and get it sideways. I’d say the strongest point of the Peugeot 3008DKR Maxi is the off-road ability that it has. With its wide track and big wheels, it can go more or less anywhere.
It’s maybe not so agile on stage-type roads: that’s more the territory of four-wheel drive cars. But the advantage of our car is the fact that it can tackle anything, especially the dunes.”

Carlos Sainz, Team Peugeot Total driver

“The new Peugeot 3008DKR Maxi felt good in testing it and it’s definitely an improvement over the previous one: I feel we’ve made some steps forward. The main change is obviously a wider track, which should allow us to push a bit more in the corners, and the car also feels more stable on fast and rough gravel roads. After a few years, improving the package always becomes harder but the work that Peugeot Sport’s engineers do is great and I obviously try to help as much as possible. It’s fantastic to see how our engineers try to extract the maximum possible all the time, and how they immediately think of the next steps just as soon as one Dakar has finished.”

 

 

Enregistrer

MotoGP World Championship, Dutch Grand Prix

Morbidelli makes his comeback

After extending his contract with Marc VDS Racing to start MotoGP, Franco Morbidelli took advantage of the Dutch Grand Prix to return to his winning ways and consolidate his lead in the Moto2 rankings.

The Races

It was his fifth win in eight races, but certainly the finest. To win on the Assen circuit, Franco Morbidelli had to attack like crazy but think very wisely. From the first to the last lap, the Italian rider had to go “toe to toe” with Lüthi, Pasini, Nakagami and Oliveira.

“I gave everything in the last lap to make sure nobody could overtake me when we braked for the last chicane,” said Franco.

“This victory tastes all the better because I hadn’t made it to the podium for the previous two races.”

For a long time among the lead group, Alex Marquez lost contact at the end of the race to take the chequered flag in sixth position. Last year, Jack Miller chalked up his first MotoGP win on the Assen circuit. It was raining cats and dogs. This year, he took the chequered flag in sixth position, his best result of the season. Only thirteenth on the grid, the Australian made a good comeback ignoring the raindrops that had decided to play with the nerves of the riders in the final laps. Tito Rabat saved a very complicated weekend by finishing twelfth after starting from the last row of the starting grid. Never at ease in the practice test sessions because of the cold and the rain, the Spaniard had great difficulty in gaining confidence on the fast, technical Dutch track. In Moto3, Kornfeil finished seventeenth and Pulkkinen fell.

The Championship

Thanks to his victory, the fifth in eight races, Morbidelli has gained a little breathing space in the overall standings. The leader of the championship is twelve points ahead of Lüthi. Marquez retains his third place thanks to the ten points he chalked up in Holland. In MotoGP, Miller won has gained places, and is now eleventh overall. Rabat hasn’t moved from his seventeenth place, nor has Kornfeil in Moto3. The Peugeot rider has kept his twenty-fourth position.

The Background

Next year, Franco Morbidelli will make his big debut in MotoGP with the team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS. The leader of the Moto2 world championship has signed the contract offered him by the Belgian team allowing him to move up to the premier-class category during the weekend of the Dutch Grand Prix. A two-season contract with a third year on option should easily allow the Italian to find his feet in the premier-class category.

“I’m glad we’ve reached an agreement because I will now be able to concentrate on winning the Moto2 world championship title,” said Morbidelli, who is really pleased with the confidence shown in him, but also with the opportunity given him by Marc van der Straten and Michael Bartholemy. In less than two seasons, the Roman has succeeded in gaining the unanimous approval of the VDS staff. Last year, which marked his debut, he made it to the podium eight times before finishing the Moto2 World Championship in fourth place. This season, Morbidelli has been leading the dance since his victory in Qatar.

Enregistrer

Enregistrer

Alpine remonte sur le podium LMP2 des 24 Heures du Mans

  • Le classement final des 24 Heures du Mans a été modifié après la disqualification de la Vaillante Rebellion n°13.
  • Les équipages Signatech Alpine Matmut progressent donc au classement général : l’Alpine A470 n°35 termine sur le podium du LMP2, tandis que la n°36 est huitième.

À l’issue des vérifications techniques, des irrégularités ont été constatées pour le concurrent n°13 (modification sur la carrosserie et intervention non autorisée dans le parc fermé à l’issue de la course). Le collège des commissaires a donc prononcé l’exclusion de cette voiture, avec une conséquence directe sur le classement de l’épreuve.

Pilotée par Nelson Panciatici, Pierre Ragues et André Negrão, l’Alpine A470 n°35 termine donc l’épreuve en quatrième position du classement général et troisième de la catégorie LMP2.

Huitième de sa catégorie, la n°36 – partagée par Romain Dumas, Gustavo Menezes et Matt Rao – marque en outre les points de la cinquième place au Championnat du Monde FIA WEC. L’équipage se hisse ainsi en troisième position du Trophée FIA LMP2.

Bernard Ollivier, Directeur général-adjoint d’Alpine
« Bien que tardive, cette décision illustre l’équité sportive qui règne en Championnat du Monde FIA WEC et aux 24 Heures du Mans. Nous regrettons simplement que notre équipe n’ait pas pu fêter le résultat de la n°35 sur le podium. Après la victoire de l’A442B en 1978, la quatrième place de l’A470 n°35 constitue désormais le deuxième meilleur résultat au scratch d’Alpine aux 24 Heures du Mans. »

Philippe Sinault, Team Principal Signatech Alpine Matmut
« La décision des commissaires nous permet de décrocher le troisième podium LMP2 d’Alpine au Mans en quatre ans. C’est une petite consolation pour l’équipe. Une partie des irrégularités sanctionnées avait été relevée et questionnée dès la fin de la matinée et il est donc dommage que la décision n’ait été prise qu’après l’arrivée. Je n’aime pas refaire les courses avec des hypothèses, mais il faut se souvenir qu’André Negrão était en bagarre avec la n°13 et qu’il a été obligé d’attaquer très fort, dégradant un peu plus les freins qui ont lâché à 50 minutes de l’arrivée. C’est sans doute là que notre rêve d’un podium absolu aux 24 Heures du Mans s’est envolé. »

Classement final LMP2 (sous réserves)

1. Jackie Chan DC Racing n°38 – 90 pts
2. Vaillante Rebellion n°31 – 52 pts
3. Signatech Alpine Matmut n°36 – 42 pts
4. Jackie Chan DC Racing n°37 – 41 pts
5. Signatech Alpine Matmut n°35 – 38 pts
5. CEFC Manor TRS Racing n°24 – 38 pts
5. G-Drive Racing n°26 – 38 pts
8. TDS Racing n°28 – 17 pts
9. Vaillante Rebellion n°13 – 14 pts
10. CEFC Manor TRS Racing n°25 – 10 pts

Aston Martin and Total victorious at le Mans

Total lubricants contributed to the #97 Aston Martin Vantage V8 GTE’s victory in the LM GTE Pro category in the 85th Le Mans 24 Hours.

A THRILLING SPECTACLE!
This weekend in the Sarthe the Grand Touring category lived up to its reputation, and gave the 258 500 spectators who flocked to the race a thrilling spectacle as the gap between the leaders was never more than 30 seconds. It was a great show and led to a nail-biting finish between the Aston Martin Racing and Corvette Racing – GM teams. With 45 minutes to go to the chequered flag the #63 Corvette C7.R and the #97 Aston Martin Vantage V8 GTE both pitted at the same moment, and this led to a spectacular battle between American Jordan Taylor and Brit Jonathan Adam that went down to the wire. The latter came out on top on the last lap after a superb duel to give Aston Martin Racing, Total and his teammates Darren Turner and Daniel Serra a fabulous victory in the LM GTE Pro category.

TOTAL LUBRICANTS PLAY A PREPONDERANT ROLE
“The Aston Martin engineers had absolute confidence in the reliability of their V8 and they asked us to give them performance,” explains Romain Aubry, the Total Sponsoring & Competition technical coordinator. “We gave them a Grade 40 for the engine lubrication and this produced instant results with a significant power gain compared to the product they used previously. This proved decisive in qualifying with Darren Turner’s pole position and also in the race. The characteristics of our product enabled the team to divide the engine oil consumption by two, and there was only a single top-up during the night when we took advantage of an intervention on #97’s brakes so we had no negative effects on the strategy. Between free practice and the race we carried out around 50 analyses of the engine and gearbox lubricants to give Aston Martin Racing diagnoses in real time – there were no alerts!”

Aston Martin Racing will be back on track on 16th July at the Nürburging 6 Hours, the fourth round of the FIA World Endurance Championship.

Les Alpine A470 au cœur d’une édition de légende

  • Signatech Alpine Matmut place ses deux Alpine A470 à l’arrivée des 24 Heures du Mans.
  • Sur le podium du classement général à moins d’une heure de la fin, la n°35 (Panciatici / Ragues / Negrão) termine finalement quatrième des LMP2.
  • À l’issue d’une superbe remontée, la n°36 (Dumas / Menezes / Rao) se classe dans le top 10 de sa catégorie.

Passionnante de la première à la dernière minute, la 85e édition des 24 Heures du Mans restera certainement parmi les plus marquantes de l’histoire. Sous une chaleur suffocante, les 258 500 spectateurs ont assisté à une succession de rebondissements et de faits de course, éliminant la plupart des favoris pour la victoire absolue. Les LMP2 ont été placées sous les feux de la rampe, puisque deux d’entre elles terminent sur le podium du classement général.

Samedi après-midi, le premier coup de théâtre impliquait l’Alpine A470 n°36. Après une vingtaine de minutes, Gustavo Menezes tirait tout droit au bout de la ligne droite des Hunaudières. L’Américain ne pouvait s’extraire du bac à graviers et il devait attendre l’intervention des commissaires pour repartir. L’équipe décidait alors de modifier la stratégie et de confier un quadruple relais à Matt Rao.

Comparativement, le début de course de la n°35 était plus calme. Huitième sur la grille de départ, Nelson Panciatici s’emparait immédiatement de la septième place. Appliquant à la lettre le tableau de marche de l’équipe, il s’ancrait au sein du groupe de tête des LMP2.

Dans la soirée, la n°36 était de nouveau ralentie. Romain Dumas devait s’arrêter une demi-heure, le temps de changer la pompe à huile de la boîte de vitesses endommagée en début de course. Vers 23 heures, Matt Rao devait lui aussi stopper pour que l’équipe solutionne un problème électronique.

À minuit, la n°36 était pointée en vingtième position des LMP2. Dans le même temps, l’équipage n°35 était récompensé de sa régularité par une cinquième place provisoire. Dans le même tour que les leaders, le trio Panciatici / Ragues / Negrão conservait toutes ses chances de victoire !

Rythmée par des sorties de piste provoquants des neutralisations par ‘slow zone’ ou voiture de sécurité, la nuit était bénéfique à l’équipe Signatech Alpine Matmut. Lorsque le soleil se levait, la n°35 s’était hissée en quatrième position, tandis que la n°36 était douzième.

La remontée héroïque se poursuivait au cours de la matinée : le trio Panciatici / Ragues / Negrão prenait le meilleur sur les Vaillante Rebellion, qui avaient imprimé leur rythme pendant la première moitié de la course. À deux heures de la fin, la n°35 pointait non seulement en deuxième position de la catégorie LMP2, mais aussi au troisième rang du classement général !

Malgré la pression exercée par son compatriote Nelson Piquet, André Negrão gérait parfaitement la situation. Toutefois, à 40 minutes de l’arrivée, le Brésilien se retrouvait sans freins à l’avant et il échouait dans un bac à graviers. Il repartait puis s’arrêtait au stand, pour que les mécaniciens puissent changer les disques. La n°35 terminait finalement quatrième du LMP2 et cinquième du classement général.

Au volant de la n°36, Romain Dumas arrachait la neuvième position des LMP2, grâce à un rythme soutenu et à un ultime arrêt parfaitement programmé. Ce résultat s’accompagnait de points, potentiellement précieux pour le Championnat du Monde FIA WEC en fin de saison.

Bernard Ollivier, Directeur général-adjoint d’Alpine
« C’est une course dont nous nous rappellerons très longtemps. En vingt-quatre heures, nous sommes passés par tous les états. Malgré les difficultés, l’équipe s’est soudée comme un seul homme pour défendre les valeurs d’Alpine, telles que la combativité et le panache.
Jusqu’au bout, nous n’avons rien lâché, comme le démontre la place gagnée par Romain Dumas dans les derniers tours. Les mécaniciens, les ingénieurs, les pilotes : tout le monde a fait un travail extraordinaire. Au bout du chemin, le résultat brut n’est pas à la hauteur de ce que nous étions venus chercher, mais le sport est une leçon permanente d’humilité et notre détermination sera encore plus forte lors des prochaines courses. »

Philippe Sinault, Team Principal Signatech Alpine Matmut
« Nous avons vécu un moment presque irréel en voyant, sur les moniteurs de chronométrage, notre Alpine A470 classée en deuxième position absolue des 24 Heures du Mans. Le rêve n’a pas duré jusqu’au bout et je suis évidemment frustré par le résultat final. Mais je n’ai aucun regret sur la façon dont nous avons géré cette course. Très vite, nous avons su que nous n’étions pas le plus rapides. Dès lors, il fallait trouver des solutions pour rester au contact. En économisant le carburant et les pneumatiques, nous avons réussi à passer notre stratégie sur des relais de dix tours au lieu de neuf. Je dois féliciter les ingénieurs qui ont bâti cette stratégie, ainsi que les mécaniciens qui ont été impériaux lors des arrêts ou des interventions non programmées. L’essentiel de ma déception vient du fait que le résultat ne récompense pas l’équipe à la hauteur de son implication. »

Signatech Alpine Matmut n°35​

Nelson Panciatici
« Ça aurait été fantastique de terminer troisièmes, d’autant que cette opportunité ne se représentera peut-être pas de sitôt. Nous n’avions pas le rythme le plus rapide pour la course, mais nous roulions sans faire d’erreur et cela était en passe de payer. J’ai passé un très bon week-end avec Pierre et André, nous formons un bon équipage et je crois que nous avons le potentiel pour obtenir d’autres bons résultats. »

André Negrão
« Je garderai toujours le souvenir de cette course, avec cette équipe fantastique. Nous n’avons pas fait d’erreur : les changements de pilote, les pneumatiques, le carburant, tout s’enchaînait bien jusqu’à ce que ce problème de freins ne nous prive du podium. C’est dommage, mais à nous de nous servir de cette expérience pour être encore plus forts. Je suis déjà impatient d’être au Nürburgring pour montrer à nouveau ce dont nous sommes capables. »

Pierre Ragues
« C’est un peu difficile de passer à côté d’un podium au classement général. Ça aurait été un moment unique, pour nous pilotes comme pour l’équipe. Nous savions que nous étions un peu moins performants la journée, lorsqu’il faisait très chaud, et nous avons essayé de pousser pendant la nuit. Nous savions aussi que les freins constituaient un point critique, mais nous devions attaquer. Rien ne laissait présager qu’ils allaient nous lâcher de la sorte. »

Signatech Alpine Matmut​ n°36

Gustavo Menezes
« Ces vingt-quatre heures m’ont semblé plus longues que l’an passé ! Je me sens vraiment désolé pour tous les membres de l’équipe, ils méritaient mieux que ce résultat. J’ai fait une petite erreur en début de course et elle a été lourde de conséquences. Puis nous avons rencontré d’autres
problèmes techniques, mais cela ne nous a jamais découragés. Nous étions presque derniers et pourtant nous terminons dans le top 10 à l’issue d’un véritable marathon ! »

Romain Dumas
« C’est toujours bien de finir les 24 heures du Mans. Notre équipage a connu
une course frustrante, puisque nous avons été retardés dès les premières minutes. Nous nous sommes battus jusqu’à la fin, pour les mécaniciens, pour Alpine et aussi pour soutenir la n°35 qui a fait une course incroyable. Cela fait partie du sport automobile, on ne peut jamais prévoir le déroulement des évènements. Cette expérience avec Alpine restera positive, car l’équipe représente des valeurs qui me tiennent à cœur. »

Matt Rao
« Il y a forcément un peu de déception après nos problèmes du début de course. Je suis néanmoins satisfait de notre niveau de performance : nous étions régulièrement parmi les plus rapides et je pense que nous avions le potentiel pour nous mêler à la bagarre en tête. Tout le monde a travaillé sans relâche ces dernières semaines et je tiens à féliciter chaque membre de l’équipe. »

Classement final LMP2 (sous réserves)

1. Jackie Chan DC Racing n°38 – 366 tours
2. Vaillante Rebellion n°13 +2 tours
3. Jackie Chan DC Racing n°37 +3 tours
4. Signatech Alpine Matmut n°35 +4 tours
5. United Autosports n°32 +4 tours
6. Graff n°40 +5 tours
7. CEFC Manor TRS Racing n°24 +6 tours
8. Cetilar Villorba Corse n°47 +13 tours
9. Signatech Alpine Matmut n°36 +15 tours
10. Tockwith Motorsports n°34 +15 tours…

Trafic chargé pour Alpine

  • Les qualifications des 24 Heures du Mans se sont achevées ce soir, après deux nouvelles séances de deux heures.
  • L’Alpine A470 n°35, partagée par Panciatici / Ragues / Negrão sera placée en 8e position sur la grille de départ.
  • Signatech Alpine Matmut place la n°36 de Dumas / Menezes / Rao au 11e rang.
  • Piégées par le trafic et les multiples neutralisations, les deux voitures n’ont pu afficher leur plein potentiel sur un tour.
  • Le départ de la 85e édition des 24 Heures du Mans sera donné samedi à 15h00.

Dans la continuité de la veille, une chaleur suffocante régnait sur la Sarthe. En début de soirée, l’air se rafraichissait tout de même avant la reprise des qualifications. La première session débutait à 19h00, mais elle était rapidement interrompue à cause de la sortie de route d’un concurrent. Il fallait plus d’une heure pour réparer les rails de sécurité avant de relâcher les voitures.

Au volant de l’Alpine A470 n°35, Nelson Panciatici profitait des conditions de piste favorables pour passer sous la barre des 3’30’’. Il occupait alors la troisième place provisoire des LMP2.

À un quart d’heure de la fin de la deuxième séance, Gustavo Menezes améliorait la position de la n°36, en 3’28’’856. Peu après, la session était écourtée après une nouvelle sortie de piste.

Les hostilités reprenaient à 22h00, pour deux heures supplémentaires. Parmi les premiers à s’élancer, Romain Dumas améliorait le chrono de la n°36 d’un dixième de seconde. Malheureusement, une nouvelle série d’accidents empêchait les pilotes Alpine de poursuivre leurs efforts.

Dans la dernière heure, Nelson Panciatici repartait à l’assaut du chrono. En 3’27’’794, il battait son meilleur temps de la Journée Test mais restait encore loin des leaders de la catégorie.

Jusqu’aux dernières minutes, Nelson Panciatici et Gustavo Menezes tentaient d’améliorer les positions des Alpine A470. Encore et toujours, le trafic avait raison de leurs efforts et ils ne parvenaient pas à faire mieux que 8e (n°35) et 11e (n°36).

Philippe Sinault, Team Principal Signatech Alpine Matmut
« Les qualifications font partie de la semaine des 24 Heures du Mans, mais elles ne nous ont pas réussi cette année. Je partage la frustration de nos pilotes, qui n’ont pas trouvé les tours clairs qui nous auraient permis d’être mieux placés sur la grille. Nos positions nous permettront tout de même de prendre le départ au sein du peloton de tête, c’est l’essentiel. Nous devons rester sereins, car nous avons été en mesure d’effectuer de longs relais avec des temps au tour constants. C’est ce qui comptera plus que tout pendant la course. »

Signatech Alpine Matmut n°35​

Nelson Panciatici
« Les qualifications des 24 Heures du Mans se jouent surtout avec le trafic. Mais je n’ai pas eu la moindre réussite, puisque mes trois tentatives ne m’ont pas permis de trouver le tour clair. Nous restons positifs, car la voiture fonctionne parfaitement. C’est frustrant sur le moment, mais nous savons que nous avons le potentiel pour faire un bon résultat ce week-end. »

Signatech Alpine Matmut​ n°36

Gustavo Menezes
« C’est à peine croyable : Romain et moi nous sommes retrouvés dans le trafic à chacun de nos tours rapides. Toutefois, je ne pense pas que notre écart avec les premiers s’explique totalement de cette façon. Nous n’avions sans doute pas le niveau de performance pour jouer la pole position. Cela veut dire que nous devons analyser toutes les données et continuer à travailler avant la course. »

 

 

Suivez-nous sur Twitter :
@Alpine_cars / @SignatechAlpine

Suivez-nous sur Facebook :
/alpinesportscars /SignatureRace

Signatech Alpine Matmut poursuit sa préparation

  • La semaine des 24 Heures du Mans a débuté ce mercredi, avec les essais libres suivis d’une première séance de qualifications.
  • À l’issue de cette première confrontation, l’équipe Signatech Alpine Matmut place ses A470 en sixième (n°36) et septième (n°35) positions.
  • La grille de départ sera figée demain soir, à l’issue de deux autres séances chronométrées.

Au moment où une vague de chaleur caniculaire s’étendait sur toute la France, la 85e édition des 24 Heures du Mans débutait sur un bitume surchauffé à plus de 50°C. À 16h00, les soixante concurrents entraient en piste pour quatre heures d’essais libres.

L’équipe Signatech Alpine Matmut répartissait le travail entre ses voitures, avec l’objectif de préparer la course. Lors de cette session, les Alpine A470 effectuaient des tests d’endurance des pneumatiques, avec deux types de gommes différents.

Après deux heures de pause, la première séance de qualifications débutait avec une vingtaine de minutes de retard. Aussitôt, Nelson Panciatici (n°35) et Gustavo Menezes (n°36) s’élançaient pour signer un temps de référence. Malgré le trafic, Nelson prenait la troisième place provisoire de la catégorie LMP2. Quelques minutes plus tard, Gustavo faisait mieux pour quelques dixièmes, avec un tour en 3’31’’065.

En seconde partie de séance, Romain Dumas tentait lui aussi un run de qualifications au volant de l’Alpine A470 n°36. Là encore, le trafic était si dense que l’Alésien ne parvenait pas à améliorer le temps de Gustavo.

Lorsque le drapeau à damiers s’abaissait, les Alpine A470 achevaient cette première séance aux sixième et septièmes rangs du LMP2. Demain, les qualifications se poursuivront avec deux autres séances de deux heures, programmées à 19h00 et 22h00.

Philippe Sinault, Team Principal Signatech Alpine Matmut
« À l’issue de la Journée Test, nous savions que nous étions performants sur un tour, puisque nous avions réalisé les meilleurs temps de chaque séance. Aujourd’hui, nous avons donc décidé de nous focaliser sur la préparation de la course. Au début des essais libres, la piste était encore sale et glissante, mais elle s’est améliorée et nous avons adapté les réglages en conséquence. Nous avons effectué de longues séries de tours avec le même train de pneumatiques et les pilotes se sont montrés satisfaits du comportement des Alpine. Lors de la première séance de qualifications, nous avons cherché à assurer des temps pour le cas où la pluie s’inviterait demain. Le trafic a empêché nos pilotes de passer sous la barre des 3’30’’, mais nous espérons y parvenir demain. »

Signatech Alpine Matmut n°35​

Nelson Panciatici
« Les essais libres ont été productifs, nous avons effectué un bon travail d’équipe en essayant deux types de pneus distincts et en croisant les informations récoltées. Avec moins de trafic, mon temps des qualifications aurait été meilleur de plus d’une seconde. C’est un peu frustrant mais cela fait partie des qualifications au Mans. S’il ne pleut pas, je pense que la pole position se jouera demain car nous sommes encore loin de nos chronos de la Journée Test. »

Signatech Alpine Matmut​ n°36

Gustavo Menezes
« On ne peut pas dire que nos chronos du jour soient très rapides. Romain et moi avons été pris dans le trafic lors de nos tours les plus rapides. Par exemple, j’ai perdu presque deux secondes entre les Virages Porsche et la ligne de chronométrage. Il est par conséquent difficile de dégager une véritable hiérarchie ce soir. Avec un tour clair, nous serions à coup sûr dans le top 3. Nous verrons demain si nous y parvenons ! »

DS Virgin Racing continue strong points haul in Berlin

Press Realse, Berlin, 11th June 2017


  • Double points finish for Jose Maria Lopez and Sam Bird with 5th and 7th
  • Drivers face challenging conditions in longest ever Formula E race
  • Team heads to next rounds in New York in comfortable fourth place

Following on from Saturday’s double points score, DS Virgin Racing once again picked up an impressive points haul during the second race of this weekend’s FIA Formula E Berlin ePrix.

Held at the city’s Tempelhof Airport, Jose Maria Lopez and Sam Bird finished fifth and seventh respectively to leave the team in fourth place overall heading into the next event in New York – 40 points clear of its nearest rival.

The morning practice sessions once again showed the pace of the DSV-02 with Lopez topping the timesheets in the second session and setting the quickest lap of the entire weekend. This continued into qualifying where Bird and Lopez ended first and second, promoting them to the Super Pole shootout. However, the two narrowly missed out on a front row spot, instead settling for P3 and P4.

It was a clean getaway for Lopez and Bird as the 46-lap race got underway where energy consumption would prove to be crucial. Running fourth and fifth, Bird attempted a move on Lopez into Turn 1 on lap 17 but the Argentinean defended his line costing him time, as well as a couple of places.

Bird was able to gain a place back during the pit stops with the two now running sixth and seventh as the race entered the final stages. Lopez then moved into fifth after a great move around the outside of Techeetah driver Jean-Eric Vergne at the hairpin, holding the place until the chequered flag. Meanwhile, Bird worked frantically to also pass Vergne but was unable to get by to cross the line seventh.

“The team have been doing a great job over the last few races and we know there’s more to come from the race pace,” said Lopez.

“Everyone worked really hard and we’ve been able to come away with some good points.”

Team-mate Bird said: “It’s shame we didn’t come away with more today but overall I’m happy with yet more points. The team gave me a good car but we’ll look to work on our energy consumption and look to improve in the coming races.”

DS Virgin Team Principal Alex Tai said: “Today’s rising track temperatures and race distance certainly made for challenging conditions for both car and driver but we’re pleased to come away with yet more championship points. Clearly the pace is there, as we’ve consistently shown in qualifying, so I know the team can work on this and convert it into podium finishes.”

Xavier Mestelan Pinon, DS Performance Director, added: “It’s been a good weekend for the team and great to have the drivers in the Super Pole on both days, helping us to strengthen our position in the championship. We will now work to improve on our race pace for New York to allow us to fight for better results.”

The next rounds (nine and 10) of the FIA Formula E Championship take place for the first time in New York on July 15 and 16.

Enregistrer

MotoGP World Championship – Catalunya Grand Prix

Marquez Marks

As in Jerez, Alex Marquez rode in scintillating form in Barcelona to clinch his second Moto2 victory. In so doing, the Spaniard has reduced the lead held by Franco Morbidelli who keeps first place in the overall standings

The Races

After taking pole position, Marquez built his success by escaping the pack to snatch the lead right from the start of the race. With a three-second lead after five laps, the Spaniard then focused on keeping his rivals at bay to gain a new victory in front of his supporters, and to offer the Marc VDS Racing team a historic victory in Barcelona as they celebrated their 250th start in the Grand Prix intermediate class. In trouble on a slippery track, Morbidelli was unable to compete with his team-mate, or even with Lüthi and Pasini, who were ahead of him at the finish. The Italian had to settle for fourth place. In MotoGP, Miller fell while a new top ten seemed within his reach. Tito Rabat managed to clinch a point with his fifteenth place after a rather cautious start to the race. In Moto3, Kornfeil and Pulkkinen ranked twenty-second and twenty-seventh.

 

 

The Championship

Although he managed to keep his first place in the Moto2 championship, Morbidelli now is only seven points ahead of Thomas Lüthi. In third place, Marquez is thirteen points behind the Swiss rider. In the MotoGP category, Miller is now thirteenth and Rabat seventeenth. Kornfeil keeps his twenty-fourth place in Moto3.

The Background

This year, the Peugeot MC Saxoprint team entered the Moto3 competition flying the flag for the Total brand. A partnership that seems obvious for Jean-François Thouin:

Total and PSA have been working together for more than twenty years,” summarizes the PSA relations manager. “And for even longer if you include the Citroën brand. Now that we are starting to renew our contracts, it was logical that we were also interested in the two-wheel industry.

Jean-François Thouin
Total Lubricants

Especially since many car dealers also sell Peugeot scooters, especially in Europe, Vietnam and North Africa, plus the fact that the company today has links with Mahindra, the Indian giant – a partnership that Total engineers see as a tremendous opportunity.

There is technical cooperation with the supply of lubricants for first-fill products and the endorsement that goes with them. As for motorsports, our presence in Moto3 has a dual interest. The first is that we can demonstrate the quality of our products. The second is that we can set up operations with our customers and create a closer relationship than is possible during working hours alone.

Jean-François Thouin
Total Lubricants