MotoGP, Grand Prix du Qatar

Morbidelli première

Après une préparation hivernale prometteuse, Franco Morbidelli a confirmé au Qatar qu’il faudrait cette année compter sur lui. Candidat déclaré au titre de champion du monde Moto2, l’Italien a brillamment remporté la première course de la saison.

Les courses

S’il était déjà monté à huit reprises sur le podium, Franco Morbidelli n’avait encore jamais réussi à se hisser sur la première marche. Le pilote Total a mis fin à cette regrettable abstinence de la plus belle des manières en s’offrant la victoire sur le circuit de Losail après y avoir obtenu sa première pole position. Le temps de se débarrasser de Tom Lüthi, l’Italien a filé seul devant pour franchir la ligne d’arrivée avec près de trois secondes d’avance sur son rival suisse. Deuxième sur la grille, Alex Marquez a longtemps figuré en troisième position avant de rétrograder en cinquième position. Jack Miller a de son côté entamé le championnat MotoGP du bon pied. Sur un circuit pourtant peu favorable aux Honda, l’Australien a réussi à prendre l’avantage en fin de course sur Alex Rins pour s’octroyer la huitième place d’une course remportée par Maverick Viñales. Encore convalescent après sa terrible chute aux tests en Malaisie, début février, Tito Rabat a décroché quant à lui le point de la quinzième place. En Moto3, Jakub Kornfeil s’est classé vingtième alors que Patrik Pulkkinen est tombé à quatre tours de l’arrivée.

Le championnat

A l’attaque de cette nouvelle saison, le Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS peut se féliciter d’avoir placé ses quatre pilotes dans les points. En MotoGP, Miller et Rabat repartent du Qatar aux huitième et quinzième places du classement général alors qu’en Moto2, Morbidelli et Marquez s’installent aux première et cinquième positions du classement provisoire.

L’histoire

L’an dernier, les carénages des MotoGP avaient vu fleurir tout un arsenal d’appendices aérodynamiques transformant les machines de Grands Prix en avions de chasse. Jugeant la plupart de ces ailerons dangereux, et soucieuse de juguler l’inflation au niveau des coûts de développement, la direction de course a décidé de les interdire. Cette année, les équipes ne peuvent donc plus développer à leur guise les carénages de leurs motos. Un premier modèle doit être homologué lors du premier Grand Prix, et une seule évolution est ensuite autorisée en cours de saison. Celle-ci doit bien évidemment recevoir l’aval du directeur technique du MotoGP. Tout cela n’empêche cependant pas les ingénieurs des services course de phosphorer. Ainsi a-t-on vu fleurir cet hiver de nouvelles idées, avec des ailerons glissés dans les double-flancs, des nez de carénage équipés de tuyères ou encore d’extracteurs.

Le MotoGP, c’est le sommet de la compétition moto, ce championnat doit demeurer un champ d’expérience pour les marques et leurs ingénieurs.

Michael Bartholemy,
Patron du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS

Kris Meeke et Paul Nagle décrochent la 1ère victoire de la Citroën C3 WRC !

Rally Guanajuato Mexico (7-12 mars 2017)

Sur leur lancée, Kris Meeke et Paul Nagle n’ont (presque) pas tremblé lors de la dernière étape du Rallye du Mexique. Malgré une excursion hors de la route à quelques virages de l’arrivée de la Power Stage, l’équipage Citroën Total Abu Dhabi WRT offre à la C3 WRC sa toute première victoire !

– Pour cette dernière journée, seules deux spéciales figuraient au programme : La Calera (32,96 km) et la Power Stage de Derramadero (21,94 km).

– Au moment de quitter le parc d’assistance, la pluie faisait son retour. Le choix des pneumatiques dans le clan Citroën Total Abu Dhabi WRT s’orientait différemment. Kris Meeke embarquait quatre Michelin LTX Force tendres et deux durs, tandis que Stéphane Lefebvre profitait de six pneus tendres.

– Dans l’avant-dernière spéciale, Kris Meeke obtenait son cinquième temps scratch du week-end. Il prenait 6’’3 supplémentaires à Sébastien Ogier, tandis que Stéphane Lefebvre réalisait un excellent troisième chrono.

– L’équipe retenait son souffle pour la Power Stage, diffusée en direct à la télévision. Et elle n’allait pas être déçue ! À quelques virages de l’arrivée, la Citroën C3 WRC du Britannique se déportait sur l’extérieur d’un long virage à droite. La voiture basculait dans le dévers pour se retrouver… dans un parking de spectateurs !

– Grâce à son sang-froid, Kris parvenait à remonter sur la route en quelques secondes. Il franchissait la ligne d’arrivée en vainqueur, pour 13’’8 !

– Après être passée par toutes les émotions, l’équipe pouvait laisser exploser sa joie et fêter ses champions lors de leur retour au parc d’assistance de León.

– Cette victoire est la quatrième de Kris Meeke et Paul Nagle en WRC, après l’Argentine 2015, le Portugal et la Finlande 2016. Il s’agit aussi de la 97e victoire de Citroën en Championnat du Monde des Rallyes.

YVES MATTONYves Matton
Directeur de Citroën Racing
« Ce qui s’est passé dans la Power Stage est à peine croyable, même si ce genre de scénario s’est déjà produit par le passé. Sur le moment, la situation était confuse, entre les caméras embarquées laissant penser que c’était une grosse sortie de route et le ‘tracking’ qui indiquait que la voiture était toujours en mouvement. Lorsque la voiture a coupé la ligne d’arrivée, nous avons laissé éclater notre joie à la hauteur du suspense et de l’événement ! Cette première victoire sur terre nous permet de démontrer que la C3 WRC est une bonne base de travail et que l’équipe Citroën Racing a fait du bon travail lors de son développement. Nous allons pouvoir travailler sereinement pour continuer notre progression. »

 

KRIS MEEKEKris Meeke
« Je crois que je devrai raconter cette histoire quelques dizaines de fois… Je regrette d’avoir fait cette erreur, la voiture est partie en glisse après une grosse compression et nous avons eu de la réussite. J’ai aussitôt cherché à revenir sur la route car je savais que nous pouvions encore gagner. C’est ça l’essentiel : nous avons démontré le potentiel de la Citroën C3 WRC en lui offrant sa première victoire. C’est une grande fierté d’obtenir ce résultat pour toute l’équipe. »

 

STÉPHANE LEFEBVREStéphane Lefebvre
« Nous avons pris énormément d’expérience ce week-end. Aujourd’hui encore, ma onzième place sur la route m’a permis de rouler avec un grip équivalent à celui des leaders et de prendre la mesure de la voiture dans ces conditions. Bravo à Kris, Paul et à toute l’équipe, cette victoire est un grand moment pour Citroën Racing. »

Enregistrer

Enregistrer

Championnat du monde de Superbike – Thaïlande

Rea sur la lancée

Comme en Australie deux semaines plus tôt, Jonathan Rea a remporté les deux courses du week-end thaïlandais. Intouchable à Buriram, le double champion du monde compte d’ores et déjà trente points d’avance sur Chaz Davies

Les courses

Une fois de plus, Jonathan Rea n’a pas fait de détails. Le pilote Kawasaki s’est en effet adjugé deux nouvelles victoires sur le circuit de Buriram qui accueillait la deuxième épreuve du championnat du monde Superbike. Après avoir signé le meilleur temps des qualifications, Rea a largement devancé ses adversaires dans les deux courses. Celle du dimanche a d’autant plus été impressionnante que le pilote Kawasaki était contraint de s’élancer de la neuvième position après avoir gagné la veille. Au-dessus du lot, il n’a pas mis longtemps à doubler ceux qui le précédaient. Après quatre tours d’une course réduite à seize tours à la suite d’une interruption due à de l’huile sur la piste, Rea était en tête et pouvait filer vers son cinquième succès sur la piste de Buriram.

 C’est le meilleur début de saison que j’ai jamais réalisé, assure le double champion du monde. Je me sens vraiment bien sur la moto, et tout s’enchaîne bien. J’étais pourtant nerveux au départ de la deuxième course car ça n’est pas facile de doubler sur ce circuit et avec la vitesse des Ducati… Melandri est aussi très coriace au freinage. Mais tout s’est bien passé.

Jonathan Rea

Derrière, Tom Sykes a fait le métier en décrochant deux podiums malgré des petits soucis de freins. Douzième samedi après-midi, Randy Krummenacher n’a malheureusement pas franchi la ligne d’arrivée le lendemain.

En Supersport, Thitipong Warokorn a dignement assuré le remplacement de Kenan Sofuoglu, toujours convalescent. Le Thaïlandais s’est en effet classé quatrième d’une course marquée par de nombreux abandons. Kyles Smith a quant à lui franchi la ligne d’arrivée en cinquième position alors que Canducci a été contraint à l’abandon sur problème mécanique.

Le championnat

Avec quatre victoire en quatre courses, Jonathan Rea va attaquer la tournée européenne du championnat du monde fort d’une avance de trente points sur Chaz Davies. Troisième du classement, Tom Sykes ne compte que huit points de retard sur le pilote Ducati. En Supersport, Kyle Ryde se hisse à la quatrième place du classement général tandis que Michael Canducci rétrograde en vingtième position.

L’histoire

Avec quatre victoires en quatre courses, Jonathan Rea ne pouvait pas mieux négocier les deux premières épreuves outremer de la saison 2017. Le double champion du monde Superbike qui pourrait devenir cette année le premier pilote à décrocher trois titres d’affilée affirme ne s’être jamais aussi bien senti sur sa moto. Pourtant, cette saison encore, le règlement technique de plus en strict a sérieusement limité le travail des ingénieurs Kawasaki.

On ne peut plus toucher à grand-chose sur la moto, et notamment au niveau du moteur. C’est pour cela que cet hiver nous nous sommes concentrés sur le châssis afin d’optimiser le travail des pneumatiques sur la longueur des courses.

Marcel Duinker,
le chef mécanicien de Tom Sykes.

Un travail qui a visiblement porté ses fruits. En Australie comme en Thaïlande, Jonathan Rea a fini les deux manches sur un très bon rythme  :

 On a un excellent package technique avec une moto très bien équilibrée .

Le Silk Way Rally dans le viseur des Peugeot DKR

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 02 MARS 2017

  • Après le triplé historique de la Dream Team PEUGEOT Total au Dakar en janvier*,PEUGEOT SPORT annonce l’engagement de trois PEUGEOT DKR officielles au Silk Way Rally 2017 (SWR) du 7 au 22 juillet prochain. Elles seront pilotées par le trio DESPRES / LOEB / PETERHANSEL.
  • Vainqueur de l’édition 2016 du Silk Way Rally**, le Team PEUGEOT Total aura à coeur de confirmer ses performances ainsi que la solidité, la robustesse et la sportivité de son deux-roues motrices PEUGEOT DKR.
  • De la Place Rouge de Moscou (Russie) à Xi’an (Chine), en passant par les steppes du Kazakhstan et les dunes de Mongolie, l’engagement sportif des PEUGEOT DKR dans cette aventure extrême viendra renforcer l’offensive SUV de PEUGEOT à l’international ; une stratégie commerciale qui connaît déjà un franc succès, tant en Europe qu’en Chine.

* 1er S.PETERHANSEL / J-P.COTTRET ; 2ème S.LOEB / D.ELENA ; 3ème C.DESPRES / D.CASTERA.

** C.DESPRES / D.CASTERA sur PEUGEOT 2008DKR

ILS ONT DIT…

Bruno FAMIN, Directeur de PEUGEOT SPORT
« Le SWR c’est une nouvelle opportunité pour PEUGEOT SPORT d’exprimer sa compétitivité en rallye-raid, sur une épreuve très longue et très intense qui s’annonce d’ores et déjà difficile mais passionnante ! Le Team PEUGEOT TOTAL s’engage avec l’ambition de gagner. Le SWR présente des atouts à la fois dans sa géographie, dans le calendrier sportif et le format proposé. La Russie et la Chine sont des marchés très importants pour la marque PEUGEOT ; l’épreuve du Silk Way Rally l’est donc tout autant pour PEUGEOT SPORT. »

Jean Philippe IMPARATO, Directeur Général PEUGEOT
« PEUGEOT s’engage au Silk Way Rally avec l’envie de démontrer tout son savoir-faire et son expertise. Elle sera représentée par nos talentueux pilotes français Stéphane PETERHANSEL, Sébastien LOEB et Cyril DESPRES. Nous avons déjà démontré la performance et la fiabilité des autos que PEUGEOT fabrique, que ce soit les modèles de série ou de compétition. Je suis convaincu que le Team PEUGEOT TOTAL saura relever ce nouveau défi sportif avec l’esprit d’équipe qui fait sa force. »

Frédéric LEQUIEN, Directeur du Silk Way Rally
« Pour nous, organisateur, c’est une immense fierté et beaucoup d’honneur d’accueillir l’un des constructeurs les plus célèbre au monde sur notre épreuve, qui plus est l’un des plus titré en rallye-raid. Les 3 équipages PEUGEOT ont une personnalité et un palmarès extraordinaires. C’est un spectacle magnifique qui va être proposé sur cette édition 2017 : un parcours varié et équilibré, une grande diversité de terrain, de nombreux challenges et une nouveauté avec l’arrivée à Xi’an. Nous avons signé de nouveaux gros partenariats de diffusion avec les médias, ce qui contribuera à développer la renommée et les retombées du Silk Way Rally. »

Enregistrer

Enregistrer