WSBK, championnat du monde – Australie (Philip Island)

Une entame sur les chapeaux de roue

Jonathan Rea n’a pas fait dans la demi-mesure en Australie pour la première épreuve du championnat du monde Superbike 2017. Vainqueur des deux courses du week-end, le double champion du monde a confirmé qu’il était bien le patron de la discipline.

 

Les courses

Comme la saison passée, Jonathan Rea s’est adjugé la victoire à l’issue des deux courses organisées sur le circuit de Phillip Island. Le pilote Kawasaki est d’ailleurs le premier à s’imposer quatre fois de rang sur le tracé australien.

photoactu

 

 

 

 

 

 

Ce week-end, la victoire était affaire de stratégie, a-t-il commenté. On était un peu comme dans une course de vélo, tout le monde attendant de voir ce que les autres avaient sous le coude…  Il faisait plus chaud que lors des tests du début de semaine et nous étions un peu en aveugle au niveau des réglages, sans trop savoir à quoi s’attendre pour les derniers tours… Personne ne voulait prendre les commandes de la course.

Jonathan Rea

Le Britannique a très bien géré la situation en portant son attaque au moment. Avec désormais quarante victoires à son crédit, Rea n’est plus très loin des quarante-trois succès de Noriyuki Haga. Sur un circuit qui n’a jamais été l’un de ses préférés, Tom Sykes a pour sa part enchaîné une troisième place avec une sixième place.

Un podium à Phillip Island, c’est pour moi comme une victoire sur un autre circuit .

Tom Sykes

Pour ses débuts en Superbike, Randy Krummenacher s’est lui classé dixième de la première course. Le pilote suisse a malheureusement dû sortir de la piste le lendemain pour éviter Russo tombé sous ses roues. Krummenacher n’a pu ensuite revenir qu’à la seizième place.

En Supersport, Kenan Sofuoglu n’a pas en mesure de s’aligner à l’épreuve australienne. Touché à un poignet cet hiver, le quintuple champion du monde s’est luxé un pouce lors des tests en début de semaine et a dû renoncer à courir à Phillip Island. Kyle Ride s’est classé quatrième et Canducci quatorzième.

 

 

Le championnat

Fort de ses deux victoires, Jonathan Rea est reparti d’Australie avec dix points d’avance sur Chaz Davies. Tom Sykes pointe pour sa part à la quatrième place du classement général à égalité de points avec le troisième, Alex Lowes. Avec six points inscrits, Randy Krummenacher se retrouve en quatorzième positon. En Supersport, le classement du championnat demeure pour l’heure celui de la première course de la saison. Ryde occupe la sixième place et Canducci la quatorzième.

 

L’histoire

Pour favoriser le spectacle, les promoteurs du championnat du monde Superbike ont décidé que la grille de départ de la course du dimanche ne serait plus cette année composée à partir du classement de la Superpole mais à partir de celui de la course du samedi. Mais attention, ce n’est pas le vainqueur qui s’élance de la pole position. Le top trois récupère en effet la troisième ligne, le premier et le troisième échangeant leurs positions. Ce sont les pilotes ayant terminé la première course aux quatrième, cinquième et sixième positions qui sont promus sur la première ligne, et ceux qui ont fini septième, huitième et neuvième qui s’installent sur la deuxième ligne. A partir du dixième, les positions de départ continuent à s’appliquer à partir du classement de la Superpole.

Sur certains circuits, cela risque de compliquer la vie du vainqueur de la première course.

Jonathan Rea

Cela n’a pas été le cas pour lui en Australie.

 

Enregistrer

José Maria Lopez gagne dix places à Buenos AIres !

Communiqué de presse – Résumé du week-end, Buenos Aires, le 19 février 2017


  • DS Virgin Racing a montré sa compétitivité durant les essais de l’ePrix de Buenos Aires, sans parvenir à concrétiser.
  • Vainqueur l’an passé, Sam Bird n’a pas été en mesure de défendre ses chances après un contact en début de course.
  • Parti en dernière position, le héros local José María López a gagné dix places au coeur du peloton pour marquer le point du dixième rang.

DS Virgin Racing arrivait avec de grandes ambitions au départ de la troisième course de la saison. Sam Bird s’était imposé à Buenos Aires l’an passé, tandis que le triple Champion du Monde WTCC José María López était le seul Argentin sur la grille de départ.

Dès les premières séances d’essais, l’équipe montrait sa compétitivité. José María López signait le temps de référence de la première session, avant que Sam Bird ne lui succède durant la seconde. Mais les conditions d’adhérence changeantes empêchaient Sam Bird d’entrer en Super Pole. Le Britannique se contentait de la dixième place des qualifications. En heurtant un mur, José María López terminait avec le dix-huitième temps.

À l’extinction des feux, les deux pilotes DS Virgin Racing entamaient leur remontée. Sam Bird commençait sa course en s’emparant de la neuvième position, pendant que José María López passait de la vingtième à la dix-septième place avant une neutralisation dès le deuxième tour.

Deux tours plus tard, la DSV-02 de Sam Bird était tassée contre un mur. Malgré une suspension arrière gauche endommagée, le pilote britannique rentrait au stand au cinquième tour avec l’intention de décrocher le meilleur tour en course. Il réussissait son entreprise, avant que Felix Rosenqvist ne soit encore plus rapide en fin de course. Sam continuait d’attaquer jusqu’à ce que la piste glissante ne l’envoie dans un mur durant l’ultime boucle.

De son côté, José María López animait la course. Il passait un à un ses rivaux. Nick Heidfeld et Daniel Abt s’inclinaient, alors que l’Argentin se montrait capable de rester en piste jusqu’au 20e tour avec seulement 1% de batterie, quand la majorité du peloton s’était déjà arrêtée.

Avec sa seconde monoplace, José María López reprenait la piste en quatorzième position, avant de s’attaquer à Stéphane Sarrazin et Antonio Felix Da Costa. L’Argentin faisait lever les foules en réussissant ces dépassements puis en passant avec succès à Robin Frijns et Mitch Evans dans l’avant-dernière rotation, pour faire son entrée dans un top 10 finalement dominé par Sébastien Buemi, Jean-Eric Vergne et Lucas di Grassi.

Alex Tai, Team Principal, commente :
« Ce fut une journée compliquée pour Sam. Il a montré son niveau de compétitivité lors des premiers essais, mais un fait de course l’a empêché de signer un bon résultat. Je suis heureux de constater la progression de Pechito. C’est un vrai compétiteur. Je sais que nous allons le voir briller cette saison. Je voudrais également remercier DS Performance et notre équipe d’ingénierie pour nos avancées sur les performances de notre voiture. Si nous continuons comme ça, les résultats vont venir. »

« Ce fut une course positive pour Pechito »,
ajoute Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance.
« Sa gestion de l’énergie avec un arrêt parmi les derniers montre sa progression rapide en Formula E, pour ce qui n’est que sa troisième course. Même si Sam n’a pas été chanceux, son rythme, comme celui de Pechito, témoigne de la compétitivité de notre DSV-02. »

À l’arrivée de la course, José María López explique :
« Je suis heureux d’avoir été en mesure de remonter au classement devant mes supporters. J’ai pris confiance dans ma gestion de l’énergie et je me sens de mieux en mieux au fil des tours que je boucle avec la DSV-02. »

« Ce sont des choses qui arrivent », enchaine Sam Bird.
« Je reste néanmoins satisfait par la vitesse de la voiture durant les premiers tours. Espérons que je pourrai en faire davantage à Mexico !
»

btn-communique-presse

DS Performance préfère TOTAL !

Communiqué de presse – Versailles, le 14 février 2017


  • Dans le cadre de l’accord global reconduit jusqu’en 2021 entre Total et le groupe PSA, TOTAL accompagnera DS Performance dans son engagement en Championnat FIA Formula E.
  • L’expertise de Total va profiter à la monoplace DSV-02, conçue par DS Performance et alignée en compétition.
  • Ce partenariat est centré sur le développement de produits dédiés, lubrifiants et fluides, permettant une optimisation du rendement de la monoplace en matière de puissance, ainsi qu’une meilleure gestion de sa consommation énergétique.

Initiée dans les années 1960 sous le signe de l’innovation lorsque Total a élaboré différents lubrifiants et fluides pour la DS, la collaboration entre DS et Total voit s’ouvrir un nouveau chapitre.

En effet, dès le prochain ePrix de Buenos Aires (18 février 2017), la DSV-02 bénéficiera d’un lubrifiant de transmission formulé sur mesure par les ingénieurs du Centre de Recherche de Total à Solaize (CReS). Ce produit permet l’optimisation du rendement de la boîte de vitesses et ainsi améliore l’efficacité énergétique de la voiture. A court terme, Total proposera également à l’équipe d’autres produits, actuellement en cours de développement, dont des fluides destinés à optimiser le refroidissement du moteur et de son contrôleur. Ils permettront une réduction sensible de la consommation électrique de la DSV-02, et offriront dès lors une meilleure gestion de la performance en course.

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance :
« Si DS Performance a choisi la Formula E, c’est qu’il y existe un extraordinaire terrain de recherches qu’aucune autre discipline de sport automobile n’offre actuellement. À chaque stade du développement de notre DSV-02, nous découvrons des solutions à de nouvelles contraintes. Ce partenariat avec Total, dont la réputation n’est plus à faire, nous a déjà permis de gagner en efficience. Les lubrifiants, fluides et graisses élaborés par leurs chercheurs vont nous apporter un gain significatif en termes de performances et nous autoriser à pousser encore plus loin nos recherches. »

« Formula E incarne l’expression sportive de l’évolution de l’industrie automobile au regard du mix énergétique », estime pour sa part Pierre-Gautier Caloni, Directeur Total Compétition & Sponsoring.
« Les valeurs de ce championnat sont partagées par Total. Ce partenariat avec DS Performance va ainsi permettre à nos ingénieurs d’élaborer, développer et tester dans des conditions de sollicitation extrêmes des lubrifiants, fluides et graisses spécifiques. A terme, un transfert de technologies permettra aux propriétaires de véhicules électriques de bénéficier de ces produits. En effet, chez Total, ce sont les mêmes chercheurs qui formulent les gammes compétition et celles destinées au grand public. Véritable laboratoire du «mieux rouler», la Formula E apporte une réelle valeur ajoutée à la mobilité de tous. »

btn-communique-presse

Enregistrer

Rallye de Suède – Jour 3

En terminant cinquièmes à bord de leur Citroën C3 WRC, Craig Breen et Scott Martin ont atteint l’objectif fixé pour ce Rallye de Suède. Quatrièmes de la Power Stage, Kris Meeke et Paul Nagle ouvrent quant à eux leur compteur de points, tout en permettant à Citroën Total Abu Dhabi WRT de marquer avec deux voitures. Stéphane Lefebvre et Gabin Moreau concluent quant à eux un week-end prometteur à la huitième place.

– La dernière étape du Rallye de Suède était un véritable sprint, avec trois spéciales totalisant moins de 60 km. Après deux passages par Likenäs, l’épreuve s’achevait avec Torsby 2, théâtre de la Power Stage.

– Après s’être hissés dans le top 5 lors de la deuxième journée, Craig Breen et Scott Martin avaient pour ambition de conserver cette position. Ils s’y employaient en adoptant un rythme pondérant la performance et la prise de risques.

– À l’arrivée de la Power Stage, Craig Breen pouvait afficher sa satisfaction d’avoir atteint l’objectif fixé par l’équipe avant le départ. Avec deux cinquièmes places au Monte-Carlo et en Suède, l’Irlandais conserve la même position au Championnat du Monde ‘Pilotes’.

– Évoluant hors du top 10, Kris Meeke visait une place parmi les cinq premiers de la Power Stage. Le Britannique démontrait sa pointe de vitesse avec le quatrième temps, ce qui se traduisait par ses deux premiers points de la saison. En ralliant l’arrivée de ce Rallye de Suède, Kris Meeke et Paul Nagle permettaient à Citroën Total Abu Dhabi WRT de scorer avec les deux C3 WRC engagées.

– Stéphane Lefebvre et Gabin Moreau concluaient quant à eux un week-end solide en huitième position du classement général. Malgré une chaleur au début de l’ES16, les jeunes Français atteignaient l’arrivée avec le sourire. À bord d’une voiture de la génération précédente, Stéphane Lefebvre a emmagasiné une précieuse expérience pour sa seconde participation au Rallye de Suède.

– Lors du Rallye du Mexique (9-12 mars), Citroën Total Abu Dhabi WRT engagera deux C3 WRC pour les équipages Kris Meeke / Paul Nagle et Stéphane Lefebvre / Gabin Moreau.

YVES MATTONYVES MATTON (DIRECTEUR DE CITROËN RACING)
« Il faudra retenir de ce Rallye de Suède le bon travail de nos jeunes pilotes. Compte tenu de leurs niveaux d’expérience respectifs, ils se sont montrés à la hauteur de nos attentes. Même s’ils ont commis quelques petites erreurs, cela ne les a pas empêchés de concrétiser à l’arrivée. Nous sommes tous conscients de ce qui nous attend pour progresser et nous hisser au niveau de la concurrence. Nous allons intensifier nos efforts en vue des prochaines épreuves. »

CRAIG BREENCRAIG BREEN
« Je suis heureux d’être à l’arrivée et de marquer mes premiers points pour un constructeur officiellement engagé ! C’était un week-end plutôt cool, même si nous n’avons pas toujours été à un niveau de performance totalement satisfaisant. Nous allons de l’avant, il y a énormément de potentiel dans cette Citroën C3 WRC et je suis impatient d’en retrouver le volant ! »

KRIS MEEKEKRIS MEEKE
« Nous ne terminons pas où nous aurions voulu être. Nous avons beaucoup de travail et nous devons analyser toutes les informations qui sont en notre possession pour avancer. Après deux évènements hivernaux, nous allons passer sur la terre et la prochaine séance d’essais sera évidemment très utile. Il m’est difficile d’être confiant après deux rallyes aussi difficiles, mais je ne baisserai pas les bras. »

STÉPHANE LEFEBVRESTÉPHANE LEFEBVRE
« Je crois avoir véritablement appris à piloter sur la neige ce week-end. La première journée m’a permis de prendre mes marques. Hier, j’étais handicapé par le balayage mais j’ai encore progressé avant de confirmer aujourd’hui. Je retiens notamment notre travail sur l’exploitation des pneumatiques et la gestion des pressions. C’était un week-end très positif, avec des enseignements très utiles pour l’avenir. »

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

1. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) 2:36:03.6
2. Tanak / Jarveoja (Ford Fiesta RS WRC) +29.2
3. Ogier / Ingrassia (Ford Fiesta RS WRC) +59.5
4. Sordo / Marti (Hyundai i20 WRC) +2:11.5
5. Breen / Martin (Citroën C3 WRC) +2:51.2
6. Evans / Barritt (Ford Fiesta RS WRC) +5:26.6
7. Paddon / Kennard (Hyundai i20 WRC) +5:31.2
8. Lefebvre / Moreau (DS 3 WRC) +7:14.7
9. Tidemand / Andersson (Skoda Fabia R5) +9:11.1
10. Suninen / Markkula (Ford Fiesta R5) +10:02.9
11. Veiby / Skjaermoen (Skoda Fabia R5) +10:18.5
12. Meeke / Nagle (Citroën C3 WRC) +10:28.7

CHAMPIONNATS DU MONDE (OFFICIEUX)

PILOTES
1. Jari-Matti Latvala – 48 points
2. Sébastien Ogier – 44 points
3. Ott Tanak – 33 points
4. Dani Sordo – 25 points
5. CRAIG BREEN – 20 points
6. Elfyn Evans – 18 points
7. STEPHANE LEFEBVRE – 10 points
8. Thierry Neuville – 8 points
9. Hayden Paddon – 7 points
10. Andreas Mikkelsen – 6 points
11. Jan Kopecky – 4 points
12. Juho Hanninen – 3 points
13. Pontus Tidemand – 2 points
14. KRIS MEEKE – 2 points

CONSTRUCTEURS
1. M-Sport WRT – 73 points
2. Toyota Gazoo Racing WRT – 53 points
3. Hyundai Motorsport – 40 points
4. Citroën Total Abu Dhabi WRT – 26 points

Rallye de Suède – Jour 2

Depuis le début de la saison, chaque étape du WRC apporte son lot de rebondissements. Cette avant-dernière journée du Rallye de Suède n’a pas dérogé à la règle ! Dans le clan Citroën Total Abu Dhabi, Kris Meeke a perdu du temps et il est relayé dans le top 5 par son équipier Craig Breen. Les deux Citroën C3 WRC restent en course, tout comme Stéphane Lefebvre qui occupe la huitième place provisoire.

– Sept spéciales figuraient au programme de cette journée : deux passages dans Knon, Hagfors et Vargåsen, ainsi qu’un aller-retour à Karlstad pour la super spéciale de fin de journée. Après un premier passage bouclé à plus de 137 km/h de moyenne, les organisateurs décidaient toutefois d’annuler Knon 2 pour raisons de sécurité.

– Quatrième à l’aube de cette étape, Kris Meeke perdait une place dès l’ES9. Tout en se montrant satisfait de son pilotage et de sa Citroën C3 WRC, le Britannique n’était pas en mesure de suivre le rythme des leaders. Il se maintenait à la cinquième place jusqu’à l’ES14.

– Ratant un virage dans la spéciale de Vargåsen, Kris plongeait dans un fossé rempli de neige et il fallait huit minutes à quelques valeureux spectateurs pour le remettre sur le droit chemin ! Kris Meeke et son copilote Paul Nagle occupent ce soir la 12e place du classement général.

– Parti avec la ferme intention de réaliser une journée sans faute, Craig Breen et Scott Martin grimpaient en septième position dès l’ES7. Montant progressivement en puissance, l’équipage voyait sa régularité récompensée au cours de l’après-midi. Les problèmes de leurs équipiers puis du leader Thierry Neuville leur permettaient de se hisser dans le top 5 du classement général !

– Engagé sur une voiture de la génération précédente, Stéphane Lefebvre occupait la deuxième position dans l’ordre des départs. Il était donc contraint de jouer le rôle du balayeur tout au long de la matinée. Neuvième à mi-étape, il perdait une position dans l’ES13, après avoir visité un mur de neige dans le dernier virage ! Les rebondissements de la fin de journée permettaient toutefois à Stéphane et Gabin Moreau de remonter jusqu’au huitième rang.

– La dernière étape du Rallye de Suède se déroulera demain, avec trois spéciales dont la Power Stage – récompensée par des points de bonus pour les cinq premiers. L’arrivée sera jugée à Torsby à partir de 13h00.


 

YVES MATTONYVES MATTON (DIRECTEUR DE CITROËN RACING)
« Craig avait pour but de réaliser une journée sans faute et il y est parvenu en remontant jusqu’au top 5. Il est donc en passe d’obtenir un résultat probant, en phase avec les objectifs fixés avant le rallye. Avec son ordre de départ, Stéphane devait balayer la poudreuse sur la trajectoire. C’était intéressant pour son expérience mais il ne lui était pas facile de se mettre en avant. Malgré une petite erreur, il réalise une journée positive. L’erreur de Kris est regrettable, mais il est toujours en course pour marquer des points au Championnat du Monde ‘Constructeurs’. »

 

CRAIG BREENCRAIG BREEN
« C’était une bonne journée d’apprentissage. J’ai essayé d’avoir un pilotage propre pour ne pas faire de petites erreurs. L’après-midi a été plus contrasté : je me sentais bien dans la spéciale de Hagfors, au contraire de Vargåsen où je devais me battre pour garder la voiture sur la route. Je suis content d’être dans le top 5 et j’essaierai de poursuivre ainsi jusqu’à l’arrivée. »

 

KRIS MEEKEKRIS MEEKE
« Ce matin, j’avais l’impression de faire de bonnes spéciales mais mes temps n’étaient pas suffisamment bons pour conserver ma quatrième place. Je me suis fait piéger au second passage dans Vargåsen : l’arrière m’a échappé dans un virage à gauche que je n’ai pas pu négocier. Nous avons plongé en contrebas de la route pour nous enliser dans la neige. Merci aux spectateurs qui nous ont aidé pour que nous puissions finir la journée ! »

 

STÉPHANE LEFEBVRESTÉPHANE LEFEBVRE
« La première boucle a été difficile, car je devais balayer une bonne partie des cinq centimètres de poudreuse. Mes notes étaient également perfectibles et j’en ai profité pour faire quelques corrections. L’après-midi, j’ai perdu une trentaine de secondes en tapant un mur de neige. La suite s’est mieux passée et je suis satisfait de ma huitième place au classement général. »


 

CLASSEMENT APRÈS JOUR 2

1. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) 2:04:59.3
2. Tanak / Jarveoja (Ford Fiesta RS WRC) +3.8
3. Ogier / Ingrassia (Ford Fiesta RS WRC) +16.6
4. Sordo / Marti (Hyundai i20 WRC) +1:39.5
5. Breen / Martin (Citroën C3 WRC) +2:04.5
6. Evans / Barritt (Ford Fiesta RS WRC) +3:44.7
7. Paddon / Kennard (Hyundai i20 WRC) +5:00.2
8. Lefebvre / Moreau (DS 3 WRC) +5:37.0
9. Tidemand / Andersson (Skoda Fabia R5) +6:36.7
10. Suninen / Markkula (Ford Fiesta R5) +7:52.9
11. Veiby / Skjaermoen (Skoda Fabia R5) +7:58.2
12. Meeke / Nagle (Citroën C3 WRC) +9:09.2

Rallye de Suède – Jour 1

La première étape du Rallye de Suède a été d’une totale intensité, avec de multiples changements au sein du top 5. Dans le groupe de tête depuis le départ, Kris Meeke et Paul Nagle occupent la quatrième place du classement général, tandis que Craig Breen et Scott Martin placent l’autre Citroën C3 WRC en huitième position.

– Le rallye débutait jeudi soir, avec un premier passage dans la super spéciale tracée sur l’hippodrome de Karlstad. Kris Meeke était le meilleur représentant du clan Citroën, avec un septième chrono.

– Revenues à Torsby pour y passer la nuit en parc fermé, les voitures s’élançaient de bon matin pour une première boucle comprenant trois spéciales : Röjden, Hof-Finnskog et Svullyra. L’après-midi, le parcours passait à nouveau par ces secteurs, puis l’étape s’achevait avec un passage dans la spéciale de Torsby.

– Kris Meeke commençait bien la journée : avec le deuxième temps de l’ES2, le Britannique remontait en troisième position. Il se maintenait à cette place tout au long de la matinée, avant d’être passé par Tanak à cause d’une petite erreur dans l’ES5.

– Le pilote de la C3 WRC n°7 mettait deux spéciales à récupérer son bien. Avec des pneus ayant perdu une grande partie de leurs clous en fin de journée, il ne parvenait toutefois pas à se maintenir dans le trio de tête et il regagnait l’assistance au quatrième rang, à 2’’1 de son prédécesseur.

– Neuvième après l’ES2, Craig Breen gagnait encore une place dans la spéciale suivante. Il restait à cette position jusqu’à la fin de la journée, malgré quelques péripéties comme un amortisseur cassé lors d’un choc avec une pierre (ES4) ou un tête-à-queue (ES6).

– La journée s’avérait également positive pour Stéphane Lefebvre et Gabin Moreau, qui se hissaient dans le top 10 à bord de leur voiture de précédente génération. Auteur d’un sans-faute, le pilote français affichait une courbe de progression ascendante pour son premier Rallye de Suède au volant d’une WRC.

– Demain, la journée comprendra à nouveau sept spéciales, pour un total de 125 km chronométrés. Quelques dizaines de milliers de spectateurs sont attendus du côté de Colin’s Crest, la mythique bosse de la spéciale de Vårgasen !


 

YVES MATTONYVES MATTON (DIRECTEUR DE CITROËN RACING)
« Nous pouvons être satisfaits d’avoir nos trois voitures dans le top 10 ce soir. Le rythme était effréné, les uns et les autres ont fait quelques erreurs mais nous restons en bonne position pour obtenir un bon résultat en Suède. Kris est dans la bagarre pour le podium et je pense que Craig a le potentiel pour remonter en se montrant plus constant. Stéphane a également fait une bonne journée compte tenu de sa faible expérience ici. »

 

KRIS MEEKEKRIS MEEKE
« Après une bonne matinée, j’ai lâché du temps au cours de l’après-midi. Dans l’ES5, j’ai perdu une quinzaine de secondes dans un mur de neige. La voiture s’est délestée sur une bosse et nous avons globalement eu de la chance. Lors de la dernière spéciale, je n’avais plus aucun grip après qu’une bonne partie de mes clous se soient arrachés. Mais nous sommes en lice pour une place sur le podium, donc je reste positif. »

 

CRAIG BREENCRAIG BREEN
« C’est loin d’être ma meilleure journée ! En enchaînant les erreurs, j’ai abîmé certaines parties de la carrosserie et j’ai perdu en potentiel aérodynamique. C’est d’ailleurs bluffant de voir à quel point la C3 WRC est efficace dans ce domaine. Malgré tout cela, nous sommes toujours en course, à moins d’une minute de la sixième place. »

 

STÉPHANE LEFEBVRESTÉPHANE LEFEBVRE
« Le bilan de la journée est positif, je pense avoir bien progressé sur cette surface. Ce matin, je roulais peut-être un peu trop au milieu de la route, sans oser m’appuyer sur les petits murs de neige qui bordaient la route. Je me suis un peu plus amusé au second passage. Je voudrais attaquer encore plus pour réduire l’écart, mais cela risque d’être au détriment de l’efficacité. Il faut trouver le bon compromis, nous sommes sur la bonne voie. »


 

 

CLASSEMENT APRÈS JOUR 1

1. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) 1:16:24.7
2. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +28.1
3. Tanak / Jarveoja (Ford Fiesta RS WRC) +49’’7
4. Meeke / Nagle (Citroën C3 WRC) +51’’8
5. Ogier / Ingrassia (Ford Fiesta RS WRC) +55’’7
6. Paddon / Kennard (Hyundai i20 WRC) +1’17’’8
7. Sordo / Marti (Hyundai i20 WRC) +1’40’’3
8. Breen / Martin (Citroën C3 WRC) +1’54’’3
9. Evans / Barritt (Ford Fiesta RS WRC) +3’01’’6
10. Lefebvre / Moreau (DS 3 WRC) +3’23’’6

Rallye de Suède

Pour la deuxième manche de la saison, les concurrents du Championnat du Monde FIA des Rallyes vont affronter la seule épreuve 100% hivernale. Sur les routes glacées du Rallye de Suède, Kris Meeke / Paul Nagle et Craig Breen / Scott Martin seront chargés de faire glisser les Citroën C3 WRC !

RALLYE DE SUÈDE : LA GLISSE SINON RIEN

Présent au calendrier du Championnat du Monde dès sa création en 1973, le Rallye de Suède figure parmi les manches incontournables de la saison. Même quand le mercure frôle la barre des -30°C – ce qui ne devrait toutefois pas être le cas cette année – les spectateurs sont toujours nombreux au bord des routes pour voir passer les équilibristes du volant. Lancées en dérive à pleine vitesse, les WRC frôlant les murs de neige constituent un spectacle inoubliable ! De l’aveu des pilotes, le grip procuré par les pneus cloutés procure des sensations tout aussi uniques…

L’édition 2017 comporte de nombreuses nouveautés, avec un parc d’assistance désormais implanté à l’aéroport de Torsby. Cette configuration a permis de renouveler plus de la moitié du parcours et les concurrents découvriront des portions inédites. Après la traditionnelle super spéciale – jeudi soir sur l’hippodrome de Karlstad – l’itinéraire visitera la Norvège lors de l’étape du vendredi. La spéciale de Röjden sera la seule de la saison à se dérouler à cheval sur deux pays ! Samedi, le temps fort sera évidemment Vargåsen et son concours de saut en longueur à Colin’s Crest. Le rallye s’achèvera dimanche midi, à l’issue de la Power Stage de Torsby.

LES ENJEUX : LE DÉBUT D’UNE NOUVELLE ÈRE POUR LE WRC

Émaillé par de nombreux rebondissements, le Rallye Monte-Carlo a notamment confirmé l’homogénéité du plateau 2017 et le caractère très spectaculaire de la nouvelle génération de World Rally Cars. Pour Citroën Total Abu Dhabi WRT, ce premier rendez-vous n’a cependant pas été à la hauteur des ambitions affichées. Deux petites semaines ont permis d’analyser les raisons de ce résultat et d’affiner la préparation pour la Suède.

Après avoir effectué une première séance d’essais début janvier, l’équipe poursuivra – comme prévu – la mise au point de la Citroën C3 WRC, ce week-end sur un terrain aussi proche que possible de celui du rallye.

À nouveau, deux voitures nominées pour le Championnat du Monde des Constructeurs sont engagées sur cette manche. Aux côtés de Kris Meeke et Paul Nagle, le duo constitué de Craig Breen et Scott Martin effectuera ses débuts en compétition sur la C3. Stéphane Lefebvre / Gabin Moreau évolueront quant à eux sur une voiture de la génération précédente.

Après s’être hissé au niveau des meilleurs l’an passé, Kris Meeke prendra le départ avec la victoire pour objectif. Huitième de l’édition 2016, lors de son tout premier rallye avec une WRC de Citroën Racing, Craig Breen visera lui aussi un très bon résultat sur un de ses terrains préférés.


18 spéciales totalisant 331,74 km chronométrés
57,8 % des spéciales sont nouvelles par rapport à l’édition 2016
45 mètres pour le record du plus long saut à Colin’s Crest, établi par Eyvind Brynildsen en 2016
384 clous par pneumatique Michelin X-Ice North 3. Leur implantation prend 45 minutes par enveloppe.
113,44 km/h de moyenne pour le vainqueur du Rallye de Suède 2016.
Moins bien que les 114,84 km/h de la Citroën Xsara WRC de Sébastien Loeb en 2004 !


YVES MATTONYVES MATTON, DIRECTEUR DE CITROËN RACING
« Dès notre retour de Monaco, l’équipe s’est remise au travail avec sérénité et détermination. L’analyse du Rallye Monte-Carlo a démontré que notre contre-performance était liée à une accumulation de faits isolés et le plus souvent imprévisibles, plutôt qu’à un problème majeur. De ce point de vue, c’est plutôt rassurant et nous restons confiants dans notre potentiel. En Suède, nous espérons évidemment un meilleur résultat. À nouveau, Kris Meeke aura la victoire pour objectif, tandis que Craig Breen devra apprendre et progresser pour son premier rallye avec la C3 WRC. Nous n’aurons toujours que deux voitures nominées, mais nous espérons réduire l’écart au Championnat du Monde des Constructeurs. »

 

LAURENT FREGOSILAURENT FREGOSI, DIRECTEUR TECHNIQUE
« Au fil des années, nous avons appris à maitriser les spécificités de ce rallye. Les réglages sont dérivés de ceux que nous utilisons sur la terre et nous avons constaté en essais que la C3 WRC réagit bien avec nos solutions habituelles. Si les conditions se dégradent avec moins de neige et de glace, il faut être en mesure d’adapter le setup, avec des suspensions adaptées aux rails qui se creusent dans la trajectoire. Dans ces conditions, les clous des pneumatiques ont tendance à casser et il faut également limiter ce phénomène en jouant sur certains paramètres. Au fil des kilomètres, la neige s’accumule sur la voiture et le poids ainsi embarqué nuit à la performance. Nous en avons tenu compte en dessinant la carrosserie, mais ce phénomène reste inéluctable. »

 

KRIS MEEKEKRIS MEEKE
« Après un Monte-Carlo décevant, pour moi comme pour l’équipe, il est difficile d’être totalement confiant à la veille du Rallye de Suède. Nous avons tiré les leçons de cette première manche et nous serons plus forts lors des prochaines échéances de cette longue saison. Je suis heureux de retrouver un de mes rallyes favoris. En théorie, je me présente au départ avec la victoire pour objectif, mais nous savons que le niveau de performance des uns et des autres dépendra beaucoup des conditions météo. S’il neigeait avant le rallye, ma position de départ pour la première étape serait idéale. En revanche, une vague de redoux faisant fondre la glace réduirait mes chances. Nous ferons de notre mieux. »

Nombre de participations à l’épreuve : 3
Meilleur résultat : 7e (2015)

 

CRAIG BREENCRAIG BREEN
« Je serai sans doute le pilote avec le moins de pression ce week-end ! Je suis satisfait de commencer ma saison au volant d’une ancienne voiture, car je n’ai pas beaucoup d’expérience au Monte-Carlo. Cette participation me donnera donc l’occasion d’apprendre ce rallye. Ce sera aussi l’occasion de constater l’écart entre les deux générations de World Rally Cars. Ma priorité est d’accumuler des kilomètres, mais je serai également satisfait si je parviens à marquer quelques points. Peut-être seront-ils utiles à l’heure des comptes en fin de saison. »

Nombre de participations à l’épreuve : 4
Meilleur résultat : 8e (2016)

 

STÉPHANE LEFEBVRESTÉPHANE LEFEBVRE
« Le Rallye de Suède est sans doute celui où j’ai le plus à apprendre, puisque je ne compte qu’une participation, il y a deux ans sur la DS 3 R5. Dans ce contexte, je ne serai pas frustré d’être au volant d’une ancienne voiture. Sans pression, je pourrai progresser à mon rythme et j’aurai pour objectif de rebondir après un Monte-Carlo difficile. J’ai du mal à me projeter et à me fixer un objectif précis, mais nous saisirons la moindre opportunité de marquer des points. »

Nombre de participations à l’épreuve : 1


 

LA QUESTION TOTAL : L’ESSENCE DU COMMERCE EST-ELLE DIFFÉRENTE EN ÉTÉ ET EN HIVER ?

En fonction des saisons, certaines caractéristiques évoluent en effet pour s’adapter aux différences de température. En période hivernale, l’essence doit être plus volatile, c’est-à-dire plus inflammable. En revanche, l’incorporation de bases légères est limitée en été, pour éviter les émissions polluantes liées à l’évaporation ainsi que la formation de tampons de vapeur perturbant le démarrage du moteur.


 

PROGRAMME RALLY SWEDEN

JEUDI 9 FÉVRIER

08h00 : shakedown (Skalla)
20h04 : Départ jour 1 (Karlstad)
20h08 : ES1 – Karlstad 1 (1,90 km)
21h54 : Arrivée jour 1 (Torsby)

VENDREDI 10 FÉVRIER
06h50 : Départ jour 2 et assistance A (Torsby – 15’)
07h59 : ES2 – Röjden 1 (18,47 km)
09h06 : ES3 – Hof-Finnskog 1 (21,26 km)
10h20 : ES4 – Svullrya 1 (24,88 km)
11h56 : Assistance B (Torsby – 30’)
13h20 : ES5 – Röjden 2 (18,47 km)
14h27 : ES6 – Hof-Finnskog 2 (21,26 km)
15h51 : ES7 – Svullrya 2 (24,88 km)
17h15 : ES8 – Torsby 1 (16,43 km)
17h55 : Assistance C (Torsby – Flexi 45’)

SAMEDI 11 FÉVRIER
06h54 : Départ jour 3 et assistance D (Torsby – 15’)
08h08 : ES9 – Knon 1 (31,60 km)
09h17 : ES10 – Hagfors 1 (15,87 km)
10h08 : ES11 – Vargåsen 1 (14,27 km)
11h29 : Assistance E (Torsby – 30’)
12h58 : ES12 – Knon 2 (31,60 km)
14h17 : ES13 – Hagfors 2 (15,87 km)
15h08 : ES14 – Vargåsen 2 (14,27 km)
17h45 : ES15 – Karlstad 2 (1,90 km)
19h41 : Assistance F (Torsby – Flexi 45’)

DIMANCHE 12 FÉVRIER
06h35 : Départ jour 4 et assistance G (Torsby – 15’)
07h55 : ES16 – Likenäs 1 (21,19 km)
09h58 : ES17– Likenäs 2 (21,19 km)
12h18 : ES18 – Torsby 2 (16,43 km)
13h00 : Podium (Torsby)