MotoGP : Grand Prix d’Aragon, septembre 2016

Un double podium historique

Cela faisait deux ans que le Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS n’avait plus savouré un double podium. En terminant deuxième et troisième en Aragon, Marquez et Morbidelli ont régalé l’équipe de Michael Bartholemy.

Les courses

Pour Alex Marquez, ce Grand Prix d’Aragon était une course très importante.

Tout mon fan club sera présent dans les tribunes ce week-end, je me dois d’y être à la hauteur.

Alex Marquez

Mission accomplie. Après s’être qualifié sur la première ligne, l’ancien champion du monde Moto3 a pris un très bon départ derrière Sam Lowes, le futur vainqueur. Il a ensuite géré sa position en contrôlant parfaitement en fin de course le retour de son coéquipier. Revenu à la hauteur de l’Espagnol dans le dernier virage, Morbidelli a dû se contenter de la troisième place. Un très bon résultat compte tenu du fait que l’Italien ne s’était qualifié qu’en huitième position. Félicité à l’arrivée par son frère Marc, Alex était tout heureux de monter sur son premier podium en Moto2.

Cela va me mettre en confiance pour la suite, je n’ai pas eu la partie facile jusqu’à présent, et je dois remercier l’équipe de m’avoir soutenu malgré toutes mes chutes.

Alex Marquez

ALEX MARQUEZ SPA / SAM LOWES GBR / FRANCO MORBIDELLI ITA  Podium Moto2  GP Aragon 2016 (Circuit Motorland Aragon) 23-25/09.2016   PSP/ Lukasz Swiderek  www.photoPSP.com

 En MotoGP, Rabat est tombé à sept tours de l’arrivée alors qu’il précédait Nicky Hayden. Remplaçant de Jack Miller, ce dernier est passé sous le drapeau à damier en quinzième position.

Le championnat

Grâce à son nouveau podium, le quatrième de la saison, Morbidelli se retrouve désormais cinquième au classement général de la catégorie Moto2. L’italien réduit par ailleurs à treize points son retard sur Tom Lüthi. Marquez gagne lui trois positions grâce aux vingt points de sa deuxième place. Le voilà douzième au provisoire. Pas de changement en MotoGP. Miller et Rabat se maintiennent aux dix-septième et vingtième places du championnat.

L’histoire

Champion du monde MotoGP en 2006, Nicky Hayden n’avait plus piloté de MotoGP depuis le mois de novembre dernier. Après deux saisons au guidon de machines peu compétitives, le pilote américain a en effet décidé cette année de relancer sa carrière en Mondial Superbike. C’est Michael Bartholemy qui lui a permis de retrouver l’adrénaline des Grands Prix à l’occasion de la quatorzième épreuve du championnat du monde 2016. Jack Miller étant contraint au repos jusqu’à la prochaine course au Japon, Nicky Hayden a été choisi pour assurer le remplacement de l’Australien sur le circuit d’Alcañiz.

Nous avions déjà pensé à lui à Silverstone quand la participation de Jack était incertaine, Le choix de Nicky était pour nous une évidence. Il a été champion du monde MotoGP et, à 35 ans, il possède une immense expérience qui peut aider à Tito à progresser en nous permettant de recouper ses informations et en explorant par ailleurs de nouvelles pistes au niveau des réglages.

Michael Bartholemy
Responsable du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS.

Cerise sur le gâteau, Hayden a conclu sa pige en rentrant dans les points.

Championnat du monde Superbike Allemagne (Lausitzring), Septembre 2016

Rea chute et gagne

Après une chute samedi après-midi, Jonathan Rea s’est remis dans le sens de la marche en renouant avec la victoire le lendemain sur une piste détrempée. Le champion du monde en titre se redonne ainsi un peu d’air en tête du classement provisoire.

 

REA Jonathan (GBR) Kawasaki Racing Team Kawasaki ZX-10R Superbike  WSBK Lausitzring 2016 (Circuit Lausitzring)  16-18.09.2016  PSP / Mateusz Jagielski  www.photoPSP.com

Les courses

Après un long break estival, les pilotes du Mondial Superbike retrouvaient le week-end dernier la compétition sur le circuit du Lausitzring. Jonathan Rea a enchainé une victoire sur un résultat blanc.

 Je suis tombé peu après le départ à cause d’un faux point-mort,  J’ai heureusement pu me racheter le lendemain en gagnant sous la pluie.

Jonathan Rea

Tom Sykes a fait le contraire. Après une belle deuxième place obtenue le samedi après-midi dans la foulée d’une nouvelle Superpole, le pilote Kawasaki s’est fait piéger par la pluie allemande. Il a tout de même pu repartir pour se classer douzième. En Supersport, Kenan Sofuoglu a remporté sa cinquième victoire de la saison, la trente-septième de sa carrière en Supersport. Krummenacher a lui fini la cours en sixième position.

Le championnat

En Superbike comme en Supersport, les pilotes Kawasaki poursuivent leur implacable domination. En remportant la deuxième course du week-end allemand, Jonathan Rea a porté à quarante-sept points son avance au classement général. Le voilà avec désormais 393 points au compteur. Deuxième, Tom Sykes suit avec 346 points. En Supersport, ce sont cinquante-trois points qui séparent désormais Sofuoglu de Krummenacher aux deux premières places du classement provisoire. Troisième, l’Américain Jacobsen compte neuf points de retard sur le pilote suisse.

L’histoire

Pourtant d’habitude mesuré, Jonathan Rea n’a pas hésité à qualifier sa victoire à l’arrivée de la deuxième course organisée sur le Lausitzring de plus belle course de sa vie.

C’est plus exactement la victoire la plus importante de ma carrière,  Après deux résultats blancs à Laguna Seca puis hier lors de la première course, j’étais dos au mur. Je n’avais plus le choix, il me fallait gagner pour reprendre de l’avance et me donner de l’air au classement général. C’est au warm up ce matin que nous avons trouvé des solutions et amélioré la moto. Malheureusement, la pluie a tout chamboulé et je n’étais plus sûr de rien. L’équipe a dû modifier complètement les réglages pour s’adapter aux conditions et ils ont fait du super boulot. Sans eux, je n’aurais pas pu gagner.

Jonathan Rea

Pas plus qu’il n’aurait pu porter à quarante-sept points son avance au classement général sur son coéquipier.

Endurance Moto : Bol d’Or (Castellet), Septembre 2016

Un podium pour entamer la saison

Désormais organisée à cheval sur deux années calendaires, la nouvelle saison du championnat du monde d’Endurance a démarré avec le Bol d’Or sur le circuit Paul Ricard. Le team Kawasaki SRC est parti du bon pied en terminant deuxième.

 

TEAM SRC KAWASAKI  LEBLANC Gregory FRA DE PUNIET Randy FRA FORET Fabien FRA KAWASAKI ZX-10R Formula EWC Endurance  80 Bol d'Or 2016 (Circuit Paul Ricard) 17-18/09.2016   PSP/ Lukasz Swiderek  www.photoPSP.com

Cette saison, l’équipe SRC Kawasaki ne disputera pas l’intégralité du championnat du monde d’Endurance. Gilles Stafler a en effet décidé de se concentrer sur les deux seules courses de 24 heures organisées en France, sur le circuit Paul Ricard et au Mans. La première s’est plutôt bien déroulée puisque la ZX-RR n°11, pilotée par un trio inédit composé de de Puniet, Leblanc et Foret est passée sous le drapeau à damier du 80e Bol d’Or en deuxième position derrière la Suzuki du SERT. Handicapés en début de course par leurs pneumatiques quand la température de piste était la plus élevée, puis trahi par un axe de bras oscillant, les pilotes du SRC ont dû faire le dos rond avant de tout donner pour remonter jusqu’à la deuxième place. Une performance que Randy de Puniet a savouré à sa juste valeur. Lorsqu’il avait terminé deuxième aux Huit Heures de Suzuka il y a deux ans, le Parisien avait beaucoup moins apprécié l’exercice.

 Je n’avais roulé que deux heures, rappelle-t-il. De plus, on pouvait gagner la course mais l’équipe avait préféré faire rouler Josh Waters pour assurer la deuxième place. J’avais passé quinze jours au Japon pour préparer ce rendez-vous, j’étais là pour gagner, pas pour finir deuxième.

Randy de Puniet

Au Bol d’Or, le Parisien était là pour se faire plaisir et tout a bien fonctionné :

Ça a été une belle expérience. Je me suis régalé et j’ai été l’un des pilotes les plus rapides, aussi bien le jour que la nuit.

De quoi en redemander.

Si l’équipe veut de moi au Mans, je crois que je dirai oui.

A en croire Gilles Stafler, on ne voit pas trop comment il pourrait en être autrement :

Je suis enchanté de Randy, aussi bien par son travail que par son attitude.

Gilles Stafler
Team Manager SRC

T

MotoGP : Grand Prix de Saint-Marin (Misano) – Septembre 2016

Doublé dans les dix

Franco Morbidelli et Alex Marquez ont terminé le Grand Prix de Saint-Marin dans le top dix, consolidant ainsi leurs positions au championnat Moto2.

Les courses

Après la pluie de Silverstone, la chaleur de Misano. Changement de décor pour la treizième épreuve de la saison 2013.

Et pas mal de problèmes de grip pour nos pilotes.  Au final, nous pouvons être satisfaits de leur performance d’ensemble.

Michaël Bartholemy, le manager du Team Estrella
Galicia 0,0 Marc VDS.

Cinquième sur la grille, Franco Morbidelli a franchi la ligne d’arrivée du Grand Prix de Saint-Marin dans la même position. Un résultat obtenu à la force du poignet, l’Italien ayant dû batailler ferme avec Zarco, Nakagami, Lüthi ou encore Lowes. Manquant de feeling avec son train avant, Alex Marquez a lui sagement assuré la dixième place d’une course remportée par Lorenzo Baldassari. Seul représentant de l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS en MotoGP, Tito Rabat est tombé au deuxième tour alors qu’il avait pris un très bon départ. Condamné à repasser par les stands pour réparer sa Honda RC213V qui souffrait d’un repose-pied cassé, l’ancien champion du monde Moto2 a repris la piste pour passer sous le drapeau à damier en dix-septième position.

photocr

Le championnat

En terminant cinquième à Misano, Morbidelli demeure à la sixième place du classement provisoire mais réduit à deux points son retard sur Folger. Marquez rentre lui dans le top quinze. En MotoGP, Miller glisse en dix-septième position alors que Rabat se retrouve désormais vingtième.

L’histoire

Depuis sa victoire au Grand Prix des Pays-Bas, Jack Miller manque cruellement de réussite. Sa chute au warm up sur le circuit de Spielberg n’ayant pas été sans conséquences, le pilote du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS peine à retrouver tous ses moyens. Ainsi a-t-il dû se résoudre à renoncer à prendre le départ du Grand Prix de Saint-Marin. L’Australien avait pourtant obtenu le dix-septième des essais. Une vive douleur au poignet l’a cependant rappelé à l’ordre.

Contrairement à Silverstone, ce circuit de Misano est très physique et j’ai du mal à contrôler la moto .

Jack Miller

Jack Miller n’étant toujours pas non plus remis de ses fractures aux vertèbres, Michaël Bartholemy pourrait bien avoir à remplacer le coéquipier de Tito Rabat lors des deux prochains Grands Prix.

MotoGP : Grand Prix de Grande-Bretagne, Septembre 2016

Morbidelli retrouve le podium

Franco Morbidelli a retrouvé le chemin du podium à l’occasion de la douzième épreuve du championnat du monde Moto2. Deuxième sous le drapeau à damier, l’Italien égale sa meilleure performance de la saison.

Les courses

Une fois de plus, la météo a considérablement perturbé le week-end du Grand Prix de Grande-Bretagne. Si, contrairement à Assen, au Sachsenring et à Brno, la pluie a épargné la journée de course, elle a néanmoins joué des tours aux pilotes aux essais. Ceux-ci ont en effet manqué de temps pour mettre au point leur machine. Dans ces conditions, Franco Morbidelli a parfaitement tiré son épingle du jeu. Absent l’an dernier à Silverstone pour cause de blessure, le pilote du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS a brillamment pris l’ascendant sur Takaaki Nakagami pour monter sur la deuxième marche du podium. Aux avant-postes en début de course, Alex Marquez est malheureusement tombé alors qu’il occupait la troisième place. L’Espagnol a toutefois pu repartir pour se classer vingt-cinquième. En MotoGP, Tito Rabat et Jack Miller se sont respectivement classé quinzième et seizième. Le premier est parvenu à conserver un très bon rythme malgré des essais très compliqués, quant au second il a surmonté une vive douleur au poignet droit consécutive à sa chute en Autriche.

FRANCO MORBIDELLI ITA  ESTRELLA GALICIA 0,0 MARC VDS  KALEX Moto2  GP Great Britain 2016 (Circuit Silverstone) 02-04/09.2016   PSP/ Lukasz Swiderek  www.photoPSP.com

Le championnat

S’il ne marque pas de point pour son retour à la compétition, Jack Miller conserve toutefois sa quinzième place au championnat. Tito Rabat marque lui un point et demeure dix-neuvième au classement provisoire. En Moto2, Franco Morbidelli consolide sa sixième position et réduit cinq points son retard sur Jonas Folger. Alex Marquez perd une place, le voilà désormais seizième.

L’histoire

Cette année, le groupe Total assure la fourniture officielle du carburant pour les plateaux Moto2 et Moto3. Responsable sur le terrain de la distribution des produits Elf, Jacky Hutteau livre à chaque Grand Prix près de cinq mille litres de ce carburant réservé à la compétition, et conditionné dans des futs de cinquante litres.

« En Europe, nous acheminons le carburant sur les circuits avec un camion spécialement aménagé pour le transport de matières dangereuses. Le jeudi, à la veille de la première journée d’essais, nous livrons les équipes en fonction du nombre de leurs pensionnaires : cent litres pour un pilote, cent soixante-quinze pour deux. »

Jacky Hutteau
Responsable sur le terrain de la distribution des produits Elf

Et à la fin du week-end, Jacky récupère tous les futs vides pour les ramener en France où ils sont reconditionnés. Un bon moyen de limiter l’impact de la compétition sur l’environnement.