6 Heures du Nürburgring

SIGNATECH ALPINE
DANS LE TOP 5

L’écurie française prend la cinquième place de la catégorie LM P2 sur le mythique Ring, où Porsche signe un doublé LM P1 à domicile.

A deux tour du bonheur…

Deux tours, c’est après six heures de course ce qu’il a manqué à Nelson Panciatici, Paul-Loup Chatin et Vincent Capillaire pour offrir à l’écurie Signatec Alpine son tout premier podium dans le championnat du monde d’endurance. La victoire est revenue à l’écurie KCMG, déjà sur la plus haute marche lors du dernier rendez-vous du WEC aux 24 Heures du Mans.

36 CAPILLAIRE Vincent (FRA) CHATIN Paul Loup (FRA) PANCIATICI Nelson (FRA) ALPINE A450-B NISSAN team Signatech Alpine action during the 2015 FIA WEC World Endurance Championship 6 Hours of Silverstone, England, from April 9th to 12th 2015. Photo DPPI / Jean Michel Le Meur.

Porsche über alles !

Après son doublé dans la Sarthe à l’issue du légendaire double tour d’horloge, Porsche truste de nouveau les deux premières places, cette fois à domicile, à la grâce d’un nouveau package aérodynamique et d’appuis nettement supérieurs à ceux proposés par les prototypes de la concurrence. La #18 ne s’est inclinée qu’après avoir été pénalisée (consommation), permettant à l’équipage Bernhard-Webber-Hartley de remporter son tout premier succès 2015. Le constructeur allemand a également signé un doublé en GTE Pro avec les 911 RSR d’usine du team Manthey. La victoire pour la #91 devant la #92.

Prochain rendez-vous : 6 Heures du Circuit des Amériques (19 septembre)

 

Grand Prix de Grande-Bretagne, 30 août 2015

Silverstone réussit aux pilotes Marc VDS

Redding qui signe son meilleur résultat de la saison, Rabat et Marquez de nouveau dans le top quatre… L’Angleterre a réussi aux pilotes de Michael Bartholemy.

Les courses

Scott Redding s’était fixé pour objectif d’obtenir son meilleur résultat de la saison dans son jardin de Silverstone. Le Britannique a tenu parole. Un peu tendu en début de course à cause de la pluie, le pilote Honda a su augmenter la cadence au fil des tours en évitant les pièges dans lesquels nombreux de ses adversaires sont tombés. Sixième devant Bradley Smith, Redding termine même premier pilote britannique. En Moto2, Rabat et Marquez se sont disputés la troisième place jusqu’à l’arrivée. Le champion du monde en titre a fini par prendre l’avantage sur son jeune coéquipier qui confirme pour sa part sa montée en puissance entamée sur le circuit de Brno.

SCOTT REDDING GBR  ESTRELLA GALICIA 0,0 MARC VDS HONDA MotoGP  GP UK 2015 (Circuit Silverstone) 28-30/08.2015 PSP/ Lukasz Swiderek www.photoPSP.com

Le championnat

S’il avait déjà brillé aux essais au Texas, Redding n’avait encore jamais concrétisé en course. Il l’a fait en Angleterre en empochant dix points qui lui permettent de gagner une place au classement général. Le voilà désormais treizième. En Moto2, Rabat continue son chassé croisé avec Alex Rins. S’il repasse à la troisième place, le pilote du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS ne compte toutefois que quatre points de retard sur son compatriote. Marquez conserve lui la dixième position, mais il est désormais à égalité de points avec le neuvième, Dominique Aegerter.

L’histoire

Depuis la trêve estivale, les systèmes d’exploitation de la gestion électronique des MotoGP sont gelés. Il n’est plus possible aux équipes d’apporter la moindre évolution à leur logiciel comme elles le faisaient jusqu’à présent de course en course. Le championnat se trouve aujourd’hui dans une phase de transition entre une électronique libre et une électronique contrôlée. Après avoir imposé le même hardware à toutes les machines, le promoteur du championnat a exigé que l’an prochain tout le monde courre avec le même software. Il ne reste plus qu’à écrire son programme. Quel sera-t-il ? Depuis le mois de juillet, tous les constructeurs ont mis en commun leurs systèmes d’exploitation dans le but d’en faire une synthèse d’où sortira ce software unique. Les discussions au sein du MSMA sont animées, chacun essayant de tirer la couverture à lui. Chaque usine a en effet développé son système d’exploitation en fonction des spécificités de sa moto. Il ne reste plus qu’à trouver le meilleur compromis pour écrire ce fameux logiciel 2016 dont l’ambition est de permettre de réduire l’écart de performances entre motos officielles et motos satellites.

Grand Prix de Belgique (Spa-Francorchamps) 23 août 2015

UN PODIUM POUR GROSJEAN !

Le pilote français signe une superbe troisième place à Spa-Francorchamps, où Hamilton s’est imposé et donné de l’air au classement du championnat.

cr

La pugnacité selon Romain

Le Français s’est annoncé samedi avec le quatrième temps des qualifications, soit son meilleur résultat dans l’exercice depuis sa troisième position sur la grille du GP des Etats-Unis 2013. Pénalisé pour un changement de boîte de vitesse et rejeté en cinquième ligne, il a confirmé ses bonnes dispositions en course en ralliant l’arrivée en troisième position.

Ce dixième podium personnel, le Français est allé le chercher entre constance et opportunisme. Un excellent résultat qui lui vaut d’occuper désormais la neuvième place au championnat.

Hamilton souverain dans les Ardennes

Sixième victoire 2015 pour le n°1 mondial, une fois de plus sans égal dans la chasse à la pole position (10 après 11 Grands Prix). Il devance son coéquipier Nico Rosberg sur lequel il possède désormais 28 points d’avance en tête du championnat. Ils offrent à Mercedes son septième doublé de la saison.

Mauvaise opération, en revanche, pour Sebastian Vettel : le principal contradicteur des Flèches d’argent a été contraint à l’abandon après l’éclatement du pneu arrière droit de sa Ferrari.

Daniil passe Daniel

Fortunes diverses chez Infiniti Red Bull Racing : Daniil Kvyat, batailleur, boucle ce GP de Belgique à la quatrième place tandis que Daniel Ricciardo a été lâché par son groupe propulseur après 19 tours. Le Russe devance désormais son coéquipier australien au championnat.

Romain Grosjean (Lotus F1 Team) :

« Je me suis vraiment amusé ce week-end. J’ai senti dès les premiers tours de roue que la voiture était super. Cela s’est vérifié en qualifications et encore durant la course. Nous savions que le podium était jouable car nous étions très rapides ce week-end. Je ne peux pas encore expliquer concrètement les raisons de ces progrès. Je sais simplement qu’il y a une centaine de personnes qui bossent dur pour améliorer la voiture. J’ai fait mon possible pour les récompenser. Pour nous, ce podium a la goût d’une victoire. »

 Prochain rendez-vous : GP d’Italie (Monza – 6 septembre)

 

 

 

Rallye d’Allemagne 23 août 2015

OGIER POUR UNE PREMIERE

Le numéro 1 mondial offre une première victoire à domicile à Volkswagen, qui réalise même un triplé sur ses terres. Le Citroën Total Abu Dhabi WRT place Mads Østberg à la septième place.

cr14 scratches sur 21

Nettement au dessus du lot, Sébastien Ogier a remporté hier sa trentième victoire mondiale après avoir dominé le rallye d’Allemagne. Creusant samedi un écart définitif sur son coéquipier Jari-Matti Latvala dans la répétition de l’épreuve spéciale de Panzerplatte, le Français a offert à Volkswagen Motorsport sa première victoire à domicile.

Le constructeur allemand réalise même un triplé avec la troisième place d’Andreas Mikkelsen.

Les DS 3 dans les points

Au terme d’une montée en puissance progressive sur ce rallye sur asphalte, Mads Østberg a bouclé l’épreuve à la septième place.

Parti à la faute le vendredi dans le sixième chrono alors qu’il occupait la quatrième place du classement général, Kris Meeke se classe douzième après avoir signé le deuxième temps de la Power Stage.

Lefebvre très prometteur

Champion Junior WRC en titre, le Français Stéphane Lefebvre a signé une performance de choix pour sa toute première sortie officielle au volant d’une DS 3 WRC avec une dixième place très satisfaisante. Il inscrit ainsi ses premiers points au championnat du monde.

Yves Matton (Directeur Citroën Racing) : 

« Kris Meeke a confirmé qu’il était compétitif sur asphalte comme sur terre. Malheureusement, son erreur est lourde de conséquences sur le résultat final. Après avoir perdu du temps le premier jour en cherchant le bon rythme, Mads Østberg a affiché sa capacité à se battre dans le peloton sur un terrain difficile à appréhender. Pour son premier rallye avec la DS 3 WRC, Stéphane Lefebvre a réalisé une course qui en a surpris plus d’un. Il a appliqué à la lettre les consignes et le résultat global dépasse nos attentes. Ses chronos et ses temps partiels sont très intéressants, cela nous encourage à l’accompagner dans sa progression. »

 

Prochain rendez-vous : rallye d’Australie (10 – 13 septembre)

 

 

Grand Prix de la République tchèque 16 août 2015

Une belle performance d’ensemble

Tito Rabat deuxième, Alex Marquez quatrième, les pilotes Moto2 du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS ont brillé en République tchèque.

Les courses

« C’est un excellent résultat d’ensemble »,

s’est réjoui Michael Bartholemy à l’arrivée de la onzième course Moto2 de la saison. Pour la première fois cette année, l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS place en effet ses deux pilotes dans le top quatre. Sans une petite faute en début de course, Tito Rabat aurait même peut-être pu bagarrer avec Johann Zarco pour la victoire.

TITO RABAT SPA  ESTRELLA GALICIA 0,0 MARC VDS Kalex  Moto2  GP Czech 2015 (Circuit Brno) 14-16/08.2015 PSP/ Lukasz Swiderek www.photoPSP.com

De son côté, Alex Marquez signe sa meilleure performance de la saison avec une belle quatrième place confirmant ainsi les progrès entrevus à Indianapolis.

Dans la catégorie MotoGP, Scott Redding a eu en revanche encore beaucoup de mal avec sa Honda RC213V. A la lutte avec Yonny Hernandez, le Britannique a dû se contenter de la douzième place.

« On a l’impression de tourner en rond en cherchant des solutions sans les trouver, regrette le patron de l’équipe belge. Nous avons tout essayé sur la moto pour que Scott se sente plus à l’aise, mais rien n’y fait. Nous ne baissons pas pour autant les bras. »

Le championnat

Malgré les trois points inscrits à Brno, Scott Redding conserve la quatorzième place du classement MotoGP. Le Britannique suit désormais Yonny Hernandez à quatre longueurs.

En Moto2, Rabat reprend la deuxième place du championnat à Alex Rins alors qu’Alex Marquez fait un bond de la quinzième à la dixième place. En deux Grands Prix, le champion du monde Moto3 en titre a ainsi gagné huit positions. 

L’histoire

L’an dernier, Alex Marquez fut couronné champion du monde Moto3 au terme d’une longue et âpre bataille avec Jack Miller, mais aussi avec son coéquipier Alex Rins. Cette saison, ce dernier pointe dans le top trois du classement Moto2 alors que le pilote du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS figure plus souvent au-delà qu’en dessous de la dixième place.

« C’est clair, nous devrions faire mieux, admet Michael Bartholemy, manager de l’équipe belge. Mais si Rins s’est très vite adapté à la Moto2, Alex n’a pas encore totalement trouvé ses marques avec sa Kalex. Les premiers tests hivernaux s’étaient pourtant très bien déroulés. Il était même plus vite à ce moment là que son ancien coéquipier. Une très grosse chute à Almeria a malheureusement altéré sa confiance avant le premier Grand Prix. Depuis, on progresse. Sur les circuits rapides, Alex est même très performant. Il lui a juste manqué un peu de réussite pour faire mieux au Mugello, à Barcelone et à Assen. Lors de ces trois Grands Prix, il était parmi les plus rapides, mais il s’est à chaque fois retrouvé impliqué dans des incidents de course. »

Alors que le championnat a entamé sa seconde moitié, Marquez s’est donné pour objectif de monter sur le podium d’ici la fin de la saison. Sa quatrième place à Brno laisse espérer qu’il y parvienne.

« Notre programme porte sur deux saisons, rappelle Bartholemy. Je suis certain que l’an prochain Alex rentrera régulièrement dans le top cinq. »

 

 

 

Grand Prix d’Indianapolis – 9 août 2015

Trois pilotes dans les points

Scott Redding, Tito Rabat et Alex Marquez ont tous les trois ramené des points de leur déplacement à Indianapolis. Une bonne façon d’entamer la seconde moitié de la saison.

crmotoGP

Les courses

Treizième sur la grille de départ, treizième sur la ligne d’arrivée, Scott Redding s’est racheté après son faux pas du Grand Prix d’Allemagne. Le pilote du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS a même réussi à se battre en début de course avec Cal Crutchlow dans le top dix.

« Malheureusement, comme c’est le cas depuis le début de la saison, j’ai dû rendre la main sur la seconde partie de la course quand mes pneus ont commencé à perdre du grip, raconte le Britannique. La moto est devenue lourde, et je perdais un coup l’avant un coup en l’arrière dès que j’essayais de forcer. »

Leader en début de course, Tito Rabat a lui aussi souffert d’une baisse de rendement de ses pneumatiques. Le champion du monde Moto2 en titre a terminé la dixième course de la saison en cinquième position. En difficulté en Allemagne, Alex Marquez a quant à lui mieux conclu la trêve estivale qu’il ne l’avait commencée. Le champion du monde Moto3 en titre est en effet passé sous le drapeau à damier en dixième position. 

Le championnat

En terminant à la treizième place pour la quatrième fois de la saison, Scott Redding porte son capital points à trente unités. Quatorzième du championnat MotoGP, le Britannique compte désormais trois points de retard sur le Colombien Yonny Hernandez.

En Moto2, Rabat rétrograde à la troisième place du championnat, Rins ayant remporté à Indianapolis sa première victoire en Moto2. Alex Marquez passe lui de la dix-huitième à la quinzième place. 

L’histoire

Seconde des deux épreuves du championnat du monde MotoGP organisées cette année aux Etats-Unis, le Grand Prix d’Indianapolis accueillait au sein de son programme l’avant-dernière manche du championnat de vitesse américain désormais baptisé MotoAmerica. Cette compétition qui, par le passé, avait permis aux Etats-Unis de former de glorieuses générations de pilotes de Grands Prix -Kenny Robert, Freddie Spencer, Eddie Lawson, Wayne Rainey, Kevin Schwantz, Roberts Jr et Nicky Hayden ont décroché quinze titres de champion du monde en classe reine- était l’an dernier pratiquement moribonde. Une poignée de pilotes sans aucun soutien des importateurs, un calendrier réduit à cinq épreuves…

« Il fallait faire quelque chose pour sauver le sport moto américain et espérer un jour ramener l’un des nôtres en MotoGP

explique Wayne Rainey. Encouragé par un duo d’industriels américains, mais aussi soutenu par le promoteur du MotoGP, l’ancien champion du monde américain a donc pris le problème à bras le corps pour tenter de remettre le navire à flot.

 « Il a fallu faire simple, résume le Californien. On s’est très vite rendu compte que ce serait trop compliqué de créer dans l’immédiat de nouvelles catégories comme le Moto2 ou le Moto3. On s’est donc contenté du Superbike et du Supersport en s’appliquant à revenir à un règlement proche de ce qui existe dans les autres championnats nationaux. Reconstruire les bases du sport moto américain va prendre du temps, mais c’est un projet exaltant. »

 

Grand Prix de Malaisie (Sepang) 01-02 Août 2015

Rea tout près du titre

Il s’en est fallu d’un rien pour que Jonathan Rea ne soit sacré champion du monde Superbike au soit de l’épreuve de Sepang. Battu lors de la deuxième manche par Chaz Davies pour moins d’un dixième de seconde, le pilote Kawasaki devra patienter jusqu’au mois de septembre pour coiffer une couronne qui lui semble aujourd’hui promise.

Les courses

Encore un excellent week-end pour Jonathan Rea en Malaisie. Le leader du championnat s’impose en première manche avant de s’incliner face à Chaz Davies pour 0.091 seconde dans la deuxième.

« J’ai bien faillé réussir le doublé, raconte le pilote Kawasaki. Je revenais fort sur Chaz en fin de course, et j’ai compris dans le dernier tour que je pouvais aller le chercher. Il ne m’a pas manqué grand-chose, mais on s’est touché et j’ai même failli tomber. Il m’a empêché de décrocher le titre à Sepang, mais ça n’est finalement pas plus mal car ma femme était absente ce week-end, et elle ne m’aurait pas parlé de plusieurs jours si j’avais décroché le titre sans qu’elle soit à mes côtés. »

Longtemps leader de la première manche, Tom Sykes a rétrogradé en fin de course jusqu’à la quatrième place suite à la brutale dégradation de son pneu arrière. La deuxième course s’est encore plus mal passé puisque que le pilote Kawasaki est tombé après s’être fait involontairement bousculé par Max Biaggi peu après le départ. L’ex-champion du monde a tout de même pu repartir pour arracher les deux points de la quatorzième place. En Supersport, Kenan Sofuoglu a lui aussi connu des problèmes techniques.

« On a souffert sur les bosses, confie le leader du championnat. La moto ressortait mal des virages, et j’étais également en difficulté sur les phases de freinage. »

Sofuoglu termine néanmoins quatrième alors que pour sa première sortie en Malaisie, Marco Faccani se classe seizième, à la porte des points.

20150802141425-1467a5a3

 

Le championnat

Une victoire, une deuxième place, et vingt podiums de rang. Voilà le bilan provisoire de la saison 2015 de Jonathan Rea à trois épreuves de la fin du championnat. Avec 452 points au compteur, le leader du classement général possède désormais une avance de 144 points alors qu’il n’en reste plus que 150 points à distribuer. Autant dire qu’à moins d’un véritable coup de théâtre, le Britannique devrait décrocher son premier titre de champion du monde le 20 septembre en Espagne. Malchanceux lors de la deuxième course en Malaisie, Tom Sykes a  lui perdu sa deuxième place. Le voilà désormais troisième du classement général à 13 points de Chaz Davies. En Supersport, Kenan Sofuoglu conserve son leadership même si Jules Cluzel n’est plus désormais qu’à 13 points du pilote Kawasaki.

L’histoire

Leader du championnat du monde Supersport, Kenan Sofuoglu traverse aujourd’hui l’une des périodes les plus difficiles de sa vie. Le pilote Turc vient en effet de perdre son fils, Hamza, des suites d’une hémorragie cérébrale. Un drame personnel qui affecte bien évidemment toute l’équipe Kawasaki. Hospitalisé début mai, et opéré quelques jours plus tard à Istanbul, Hamza Sofuoglu est décédé juste avant le départ de son père pour le circuit de Sepang.

« Je me suis demandé ce qu’il fallait faire, confie le triple champion du monde. Ma femme et ma famille m’ont encouragé pour que je parte courir en Malaisie. Mon fils s’est battu de longues semaines pour rester en vie, il faut que je sois à sa hauteur. Je ne peux pas laisser tomber mon travail. Je tiens en tout cas à remercier tous ceux qui m’ont apporté leur soutien. »

Nul doute que Kenan se relèvera de ce nouveau drame, lui qui a déjà perdu deux de ses frères dans de tragiques accidents.

Rallye de Finlande (Jyväskylä), 01-02 Août 2015

ØSTBERG SUR LE PODIUM

Le Citroën Total Abu Dhabi WRT place Mads  Østberg à la troisième place du légendaire rallye finlandais derrière les Volkswagen de Jari-Matti Latvala et Sébastien Ogier.

Latvala double la mise à domicile

Au coude à coude depuis l’ouverture des débats avec le N°1 mondial Sébastien Ogier, son coéquipier et leader au sein de Volkswagen Motorsport, le Finlandais Jari-Matti Latvalla a fait la différence samedi après-midi avant de tenir à distance, dimanche, le champion du monde français. Latvala signe ainsi son deuxième succès consécutif en Finlande, le troisième de sa carrière. Il n’empêche que Sébastien Ogier affermit son leadership en tête du classement à l’heure de basculer sur la seconde partie du championnat 2015.

Une moyenne record

Le Finlandais s’est imposé à 125,44 Km/h de moyenne, nouveau record alors que la référence était détenue par Sébastien Loeb depuis 2012 à 122,89 km/h.

rallye, finlande, WRC

Meeke à la faute, Østberg à la parade

Si Kris Meeke a perdu tout espoir de podium, samedi, en percutant un arbre, Mads  Østberg a immédiatement repris le flambeau pour placer sa DS3 WRC à la troisième place du rallye. Une performance qui permet au Norvégien de conserver la troisième place du championnat du monde, et au Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team de toujours pointer au deuxième rang du classement constructeurs.

Yves Matton (Directeur Citroën Racing) : « Nous avions laissé nos pilotes décider de leur propre stratégie. Ils ont su afficher leur capacité à rouler très vite sur ces routes qui servent de référence en Championnat pdu Monde. Aussi bien Kris que Mads ont montré qu’ils étaient en mesure de jouer les premiers rôles en Finlande avec la DS 3 WRC. Le travail de toute l’équipe a porté ses fruits. L’erreur de Kris ne remet pas en cause cette approche. Ils pourront à nouveau décider de leur propre tactique en Allemagne, puis en Australie. Ce nouveau podium est une preuve supplémentaire de la progression du Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team et nous donne confiance pour la suite de la saison. »