Huit Heures de Suzuka (Japon) – 26 juillet 2015

Une fin prématurée

Alors qu’il se faisait une joie de retrouver le Japon pour participer aux Huit Heures de Suzuka, le team SRC Kawasaki n’y a pas récolté le résultat escompté. Loin de là. Une chute peu après la mi-course a mis en effet un terme prématuré aux ambitions des hommes de Gilles Stafler.

Ayant cette année réussi à trouver le budget pour boucler l’intégralité du championnat du monde d’Endurance, Gilles Stafler attendait avec impatience les Huit Heures de Suzuka.

Une épreuve prestigieuse,

organisée sur les terres des constructeurs japonais, et à laquelle l’équipe Kawasaki officielle n’avait plus participé depuis une vingtaine d’années. L’aventure a tourné court à cause de pneumatiques surclassés par la concurrence.

cr

Grégory Leblanc, Fabien Foret et Matthieu Lagrive

occupaient une inespérée septième place quand le premier des trois hommes est tombé à la fin de son relais.

« On approchait la cinquième heure de course et il me restait cinq tours à couvrir, raconte Leblanc. Je roulais sans forcer car depuis le début du week-end nous savions que nous ne pouvions pas espérer grand chose avec nos pneus. Et puis comme cela nous était déjà arrivé aux essais, l’avant a décroché, sans prévenir. La moto est partie en tonneaux dans les graviers, et elle était beaucoup trop abîmée pour que je puisse repartir. »

Un abandon synonyme de terrible déception pour Gilles Stafler :

 « Après quatre chutes dans le week-end, nous repartons de Suzuka avec deux épaves, déplore le manager du team SRC Kawasaki. C’est vraiment rageant car nous n’avons jamais pu exploiter la moto à cause de nos Pirelli totalement inadaptés à cette piste. Il n’y a pas eu d’essais organisés en amont, et nous avons donc dû composer avec ce que nous avions à notre disposition. On a tout essayé, même des ressorts de fourche très souples pour rendre la moto moins réactive, mais rien n’a fonctionné. Tu peux avoir la meilleure moto et les pilotes les plus rapides au monde, si tu n’as pas les pneus, il n’y a rien à faire. Il va maintenant falloir réagir d’ici la prochaine course en Allemagne. »

Grand Prix de Hongrie (Hungaroring) du 26 juillet 2015

LE PODIUM POUR KVYAT ET RICCIARDO

Les pilotes Infiniti Red Bull Racing prennent les deuxième et troisième places derrière Sebastian Vettel sur le Hungaroring.

cr

Et de deux pour Vettel !

Deuxième victoire de la saison pour Ferrari et Sebastian Vettel, lequel compte désormais 41 succès, autant que le Brésilien Ayrton Senna. La Scuderia roulait même vers son premier doublé depuis le GP d’Allemagne 2010 quand Kimi Räikkönen a été contraint de renoncer, suite à une panne de MGU-K. 

Les RB11 font le show

Deuxième sous le drapeau à damier, Danill Kvyat signe le meilleur résultat de sa carrière. Daniel Ricciardo, qui occupait cette deuxième place à quelques tours de l’arrivée, glisse en troisième position après un contact avec Rosberg. 

Mercedes hors sujet

Fin de série : le constructeur allemand restait sur 29 podiums consécutifs, mais a vécu un dimanche noir à Budapest : Hamilton se contente de la sixième place après une incursion hors piste au départ, un arrêt au stand trop long et une pénalité. Nico Rosberg, prétendant à la deuxième place, a finalement bouclé la course en huitième position après sa touchette avec Daniel Ricciardo. 

Daniil Kvyat (Infiniti Red Bull Racing):

« C’est une saison très difficile, et cette course n’a pas dérogé à la règle, mais je pense que notre équipe mérite ce podium. J’ai cru ma course terminée dès le premier virage car j’avais un énorme plat sur un pneu et j’avais du mal à rester en piste. Mais l’équipe m’a demandé de continuer à pousser et aujourd’hui, j’ai vraiment appris ce que signifiait vraiment le fait de ne rien lâcher, car les évènements peuvent toujours tourner en votre faveur. »

Prochain rendez-vous : GP de Belgique (23 août)

Grand Prix Etats-Unis (Laguna Seca), 18-19 JUILLET 2015

Sykes et Rea assurent le podium

Si Chaz Davies a remporté les deux courses américaines du week-end, Tom Sykes et Jonathan Rea sont montés à deux reprises et de concert sur le podium de Laguna Seca. A noter que cette année encore, seuls les pilotes Superbike ont fait le déplacement en Californie.

Les courses

Seul pilote du plateau Superbike 2015 à s’être déjà imposé à Laguna Seca avant ce week-end, Tom Sykes a réalisé deux très belles courses pour monter à deux reprises sur la deuxième marche du podium. S’il n’a rien pu faire pour aller chercher un Chaz Davies décidément en grande forme sur la piste californienne, le Britannique a réussi à contenir les assaut de son coéquipier jusqu’à la ligne d’arrivée.

« Je suis un peu déçu de ne pas avoir réussi à gagner aujourd’hui, a commenté le champion du monde 2013, mais il me manquait encore un petit quelque chose aujourd’hui. En première manche, je me suis retrouvé en difficulté avec mon pneu arrière dans les derniers tours, et dans la seconde Chaz a été capable de prendre un peu plus de risques quand sont tombées les quelques gouttes de pluie. »

Avec deux troisièmes places, Jonathan Rea signe sa moins bonne performance de la saison. Le leader du championnat enchaîne néanmoins son dix-neuvième podium de rang, ce qui le rapproche encore un peu plus du record que détient Colin Edwards depuis 2002 avec sa succession de vingt-cinq podiums d’affilée.

20150601113148-94406397

Le championnat

Bien que devancé par deux fois par son coéquipier, Jonathan Rea demeure solidement ancré à la première place du classement général. Alors qu’il ne reste plus que quatre épreuves à disputer, le pilote Kawasaki possède en effet 125 points d’avance sur Tom Sykes. Ce dernier voit pour sa part son avance sur Davies passer à 19 points. Du côté des constructeurs, Kawasaki mène la danse avec un avantage de 122 points. Prochain rendez-vous en Malaisie, le 2 août, sur le circuit de Sepang.

L’histoire

La saison 2013 aura marqué comme une passation de pouvoir entre le championnat MotoGP et le championnat Superbike en terre californienne. C’est en effet il y a deux ans que les Grands Prix faisaient pour la dernière fois escale sur le circuit de Laguna Seca qui, la même année, retrouvait le calendrier du WSBK après une longue absence de dix saisons. A la veille des deux manches remportées le 19 juillet 2015 par Chaz Davies, une vingtaine de courses du Mondial Superbike s’étaient déjà déroulées sur la piste californienne située tout près de la ville Monterey. Une première partie entre 1995 et 2005, une seconde entre 2013 et 2015. Avec neuf victoires contre sept pour les Américains, ce sont les pilotes Australiens qui se sont souvent montrés les plus à l’aise sur le tourniquet si singulier de Laguna Seca. Les Britanniques y occupent désormais la troisième marche du podium avec quatre succès.

Rallye du Portugal (Vila Real) 12 juillet 2015

Lopez en leader, Ma en vainqueur 

L’équipe Citroën Total a dominé son sujet au Portugal : victoire du numéro 1 mondial argentin dans la première course, et nouveau succès pour son coéquipier chinois dans la seconde.

AUTO - WTCC

Pechito taille patron

Quatrième pole position de la saison pour le champion du monde en titre. Si Sébastien Loeb s’annonçait menaçant à ses côtés en première ligne, José María López l’a tenu en respect pour signer son sixième succès 2015. Avec la cinquième place sous le drapeau à damier de la course 2, l’Argentin a conforté son leadership. 

Ma passe la deuxième

Ma Qing Hua était entré dans l’histoire l’an dernier en devenant en Russie le premier chinois vainqueur d’une course d’un championnat du monde FIA. Il a signé à Vila Real son deuxième succès en WTCC au terme de la Course 2, devant une autre Citroën C-Elysée WTCC, aux mains du Français Yvan Muller. 

Yves Matton, Directeur de Citroën Racing :

« Nous terminons cette première longue partie de saison avec tous les voyants au vert : quatorze victoires en seize courses, nos quatre pilotes en tête du Championnat du Monde, et une belle avance pour Citroën au classement des constructeurs… Nous sommes tout particulièrement satisfaits de la performance de Ma Qing Hua, qui a concrétisé sa montée en puissance par une seconde victoire en FIA WTCC. Nos quatre pilotes ont donc gagné cette saison, et nous pourrons aborder la tournée asiatique en confiance. » 

Prochain rendez-vous : Japon (Motegi, 11 – 13 septembre).

Grand Prix d’Allemagne (Sachsenring), 12 juillet 2015

Frustration sur le ring

Le Grand Prix d’Allemagne n’a pas réussi aux pilotes du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS. Redding et Rabat sont tombés, et Marquez a terminé hors des points.

SCOTT REDDING GBR

Les courses

Scott Redding imaginait bien s’offrir un top huit pour conclure une première moitié de championnat MotoGP difficile. Malgré sa quatorzième place sur la grille de départ, le Britannique semblait en effet avoir le rythme pour accrocher le bon wagon. Une chute a malheureusement mis fin à ses ambitions avant même la fin du premier tour.

« Dès que j’ai relâché les freins, l’avant s’est allégé et m’a échappé, raconte Redding. J’ai essayé de mon mieux pour récupérer la moto, mais je n’ai rien pu faire. Je suis vraiment déçu car on pouvait espérer faire quelque chose sur ce circuit. »

Rabat était quant à lui en mesure de monter sur le podium Moto2 quand Franco Morbidelli en a décidé autrement. En essayant de doubler Tito au freinage du dernier virage, l’Italien a perdu le contrôle de sa moto. Celle-ci est alors venu harponner la Kalex du pilote du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS.

« Il ne m’a laissé aucune chance, raconte Rabat. C’est vraiment rageant car j’avais vraiment souffert avec mon épaule pour assurer ce podium. Heureusement que je vais avoir trois bonnes semaines pour récupérer avant la prochaine course à Indianapolis. »

Victime de deux chutes aux essais, Alex Marquez a pris pour sa part le départ en manque de confiance. Malmené durant les premiers tours, il a tout de même réussi à remonter à la dix-huitième place.

Le championnat

Avec un troisième résultat blanc pour conclure la première moitié du championnat, Scott Redding rétrograde à la quatorzième place du classement général MotoGP. En Moto2, Rabat conserve sa deuxième place, mais ce sont désormais soixante-cinq points qui séparent l’Espagnol du leader, Johann Zarco. Terminant hors des points pour la seconde fois de la saison, Alex Marquez glisse quant à lui à la dix-huitième place du championnat.

L’histoire

Depuis le Grand Prix d’Espagne 2014 à Jerez, Tito Rabat ne s’était plus retrouvé à la sixième place d’une grille de départ. Une contreperformance pour le champion du monde Moto2 en titre ? Certainement pas si l’on considère qu’il ne concédait samedi soir que 0,463 seconde à Johann Zarco, l’auteur de la pole position, et qu’il était passé, une semaine plus tôt, sur une table d’opération pour se faire poser une plaque en titane sur sa clavicule droite. Le 4 juillet dernier, le pilote du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS a en effet été victime d’une lourde chute alors qu’il s’entraînait à Almeria. Un problème technique en rentrant dans le premier virage du circuit espagnol lui a valu de se briser la clavicule en cinq morceaux.

« J’ai eu la chance d’être pris tout de suite en mains, explique-t-il. J’ai rapidement été évacué vers l’hôpital universitaire de Barcelone où le docteur Mir a pu m’opérer dans la soirée. »

Deux jours après, le pilote du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS reprenait l’entraînement pour préparer son Grand Prix d’Allemagne. Un courage et une détermination qui seront malheureusement bien mal récompensés…

Rallye de Pologne, 5 juillet 2015

TOP 10 POUR MEEKE ET ØSTBERG

Nouvelle victoire pour Sébastien Ogier. Les DS 3 WRC se placent aux septième et neuvième places.

AUTO - WRC

Les Chevrons tiennent bon

Très mauvaise entame pour Kris Meeke, lequel est violement sorti de la route au cours du shakedown. Une fois que le Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team a reconstruit sa DS 3, le Britannique a longtemps évolué dans le Top 5, avant de glisser en septième position. Pour sa part, Mads Østberg a éprouvé des difficultés en termes de rythme. Les points pris ce week-end permettent au team français de conserver la deuxième place du championnat. 

Ogier puissance 5

Qu’importe son ordre de passage sur la route, le n°1 mondial était sans égal en Pologne et conforte son leadership avec cette cinquième victoire sur sept épreuves disputées. 

Tanak fait le show

Ott Tanak a privé Volkswagen d’un triplé au prix d’une performance remarquée qui lui offre son premier podium de la saison. 

Yves Matton (Directeur Citroën Racing) :

« Nous ne pouvons pas être satisfaits du résultat brut au terme de ce Rallye de Pologne. Nous avons peut-être sous-estimé l’impact que pouvait avoir l’absence de tests préliminaires spécifiques pour cette épreuve. Nous allons désormais nous consacrer à la préparation du Rallye de Finlande, une épreuve sur laquelle nos pilotes ont déjà montré leurs capacités à signer de belles performances. Nous irons à Jyvaskyla afin de nous battre pour un bon résultat ! »

 

Prochain rendez-vous : rallye de Finlande (30 juillet – 2 août)

Grand Prix de Grande-Bretagne (Silvertone) , 5 juillet 2015

KVYAT SERRE LE JEU

Infiniti Red Bull Racing se contente de la sixième place de son pilote russe alors que Lewis Hamilton s’est imposé à domicile.

KVYAT daniil (rus) red bull renault rb11 action during the 2015 Formula One World Championship, Grand Prix of England

Pas si loin du podium…

Le nouveau package aérodynamique des Red Bull RB11 s’est montré efficace à Silverstone, avec notamment les deux monoplaces en Q3 lors des qualifications. Sans un tête-à-queue dans son tour de rentrée au stand, lors de l’apparition de la pluie, Daniil Kvyat aurait pu contester la troisième place à Sebastian Vettel. En revanche, Daniel Ricciardo a été contraint à l’abandon. 

Hamilton passe la troisième

Troisième victoire de Lewis Hamilton, depuis la pole position, dans son Grand Prix national, devant Nico Rosberg. Ce nouveau doublé Mercedes n’a pas été simple, avec de fringantes Williams aux avant-postes en début de course, avant de perdre pied sous la pluie. 

Alonso marque enfin

Dixième, Fernando Alonso a inscrit son premier point au championnat 2015 pour le compte de McLaren. Romain Grosjean, pour sa part, a manqué de réussite et enchaîne un deuxième week-end vierge.

 Christian Horner (Infiniti Red Bull Racing – Team Principal):

« pour la première fois depuis Monaco, nous avons eu le sentiment d’être dans le coup. C’est donc un week-end globalement positif avec une voiture qui a visiblement progressé. C’est encourageant. Nous avons semblé plus compétitifs et la Hongrie nous offrira une meilleure opportunité. Ca fait du bien de voir des flashes de potentiel. »

 Prochain rendez-vous : GP de Hongrie (26 juillet)