Course d’Australie

Rea frappe d’entrée

Pour ses débuts avec l’équipe Kawasaki, Jonathan Rea n’a pas fait les choses à moitié. Vainqueur de la première course de la saison et deuxième de la seconde, le Britannique a bouclé l’ouverture du championnat en tant que co-leader du classement général.

-cr1-Sykes-Phillip-Island-Race-01

 

 

 

 

Les courses

Avec une victoire et une deuxième place, Jonathan Rea a parfaitement lancé sa saison 2015. Comme à son habitude, Tom Sykes a été un peu moins brillant sur un circuit qu’il n’a jamais vraiment apprécié. Victime d’une sortie de piste en première manche à la suite d’un dépassement un peu musclé de VD Mark, Sykes a sauvé une honnête sixième place avant de terminer au pied du podium de la seconde course. « C’est pas trop mal pour entamer l’année, résume le champion du monde 2013. On sait très bien que cette première épreuve ne reflète pas vraiment ce que sera la suite du championnat. Pour moi, les choses sérieuses commenceront en Europe. » En Supersport, Kenan Sofuoglu était à la lutte pour le podium quand une sortie de piste à l’entrée du sixième tour a torpillé ses espoirs de victoire. Le triple champion du monde a tout de même repris les débats dans le fond du peloton avant de remonter jusqu’à la sixième place.

Le championnat

Sur un circuit qui n’a jamais été le plus favorable aux Kawasaki, Jonathan Rea et Tom Sykes ont réalisé une belle moisson de points qui leur permet de repartir d’Australie en deuxième et quatrième positions du classement général. Sofuoglu entame lui la saison de Supersport à la sixième place du championnat.

L’histoire

Après quinze ans de compétition disputés avec des Honda, Jonathan Rea ne s’attendait pas à s’adapter aussi vite à la Kawasaki ZX 10R. Déjà vainqueur aux essais de la Superpole, le Britannique a brillamment décroché la victoire de la première course de la saison. « Je n’imaginais surtout pas que la Kawasaki serait aussi performante sur le circuit de Phillip Island, raconte Rea. Jusqu’à présent, cette piste n’était pas la plus favorable à la ZX 10R. Les choses ont visiblement changé, peut-être du fait du nouveau règlement technique… Quoi qu’il en soit j’ai pu partir en tête et contrôler ensuite la course. Personne ne semblait vouloir me relayer à la première place, et je ne savais pas trop quel rythme imprimer pour économiser les pneus. Au final j’ai réussi à garder l’avantage jusqu’à l’arrivée. » Le résultat de la deuxième manche aurait pu être le même si Haslam n’avait pas réussi à souffler la victoire à Rea sur la ligne d’arrivée. « Je m’incline pour un centième de seconde, détaille le pilote Kawasaki. Ça me fait un peu râler, mais l’important c’est de m’être rendu compte que je serai cette année un candidat sérieux pour le titre. »

Rallye de Suède

Les Citroën DS3 WRC dans les points

Kris Meeke et Mads Østberg ont respectivement rallié dans le Top 10, marquant de précieux points en ce début de saison.

Honneur au vainqueur : le numéro 1 mondial français, Sébastien Ogier (Volkswagen), s’est imposé lors de l’ultime Power Stage de la deuxième manche du Championnat du monde des rallyes 2015.

Kris Meeke s’est fait piégé vendredi dans l’ES 7 alors qu’il évoluait dans le Top 5. Il est néanmoins remonté dans la hiérarchie pour prendre la septième place au classement final. Le Britannique et son copilote Paul Nagle en ont profité pour signer leur tout premier meilleur temps en Suède (ES16).

Mads Østberg et Jonas Andersson ont longtemps figurés sur le podium virtuel, avant de devoir lâcher prise suite à une crevaison, puis des problèmes de frein à main. Pugnaces, les scandinaves sont allés chercher un point de bonus dans la Power Stage.

Yves Matton (Directeur de Citroën Racing) : « Les faits de course, nos quelques soucis techniques et les erreurs commises par nos pilotes font que le résultat est loin des ambitions que notre équipe présentait au départ. Tout le monde reste très motivé. Nous ne sommes qu’au début de la saison ! »

Prochain rendez-vous : Rallye du Mexique (6 – 8 mars).