Résultats MotoGP Pays-Bas

Une Mahindra sur le podium

Miguel Oliveira a décroché aux Pays-Bas le premier podium de la saison pour l’équipe Mahindra. Un résultat qui confirme les progrès de la Moto3 indienne.

cr1-motogp-Paysbas-2014

Les courses

Après deux quatrièmes places au Qatar et au Mugello, Miguel Oliveira a obtenu à Assen son meilleur résultat de la saison en terminant la huitième épreuve du championnat sur la troisième marche du podium. Longtemps deuxième derrière Marquez, le pilote Mahindra s’est incliné face à Rins à quelques centaines de mètres de l’arrivée. Moins de réussite en revanche pour Arthur Sissis, vingt-et-unième sous le drapeau à damier, et pour Livio Loi, vingt-cinquième pour sa première course au guidon d’une KTM. En Moto2, Mika Kallio a lui aussi conquis un joli podium dans des conditions difficiles puisque la course s’est déroulée sur une piste séchante. En difficulté en début de course, le pilote Marc VDS a réussi à augmenter la cadence au fil des tours pour ferrailler avec West et Viñales. Qualifié en pole position, Tito Rabat a dû pour sa part se contenter de la huitième place. Il est vrai que le leader du championnat n’a pas tenté le diable après être tombé dans le tour de formation. « Il y a eu beaucoup de chutes, la piste était très glissante, et je voulais à tout prix rallier l’arrivée », a déclaré le protégé de Michael Bartholemy pour expliquer sa performance. Du côté de la catégorie MotoGP où la course s’est déroulée dans des conditions encore plus épouvantables, Stefan Bradl s’est classé dixième après être tombé lui aussi dans le tour de formation.

Le championnat

Malgré sa dixième place, Stefan Bradl se maintient à la huitième place du championnat MotoGP. Le pilote LCR profite même de l’abandon de Pol Espargaro pour réduire à deux points son retard sur l’Espagnol. En Moto2, Rabat et Kallio demeurent solidement installés aux deux premières places du classement général alors qu’en Moto3, Oliveira remonte à la huitième place. Livio Loi glisse lui en dix-septième position.

L’histoire

Depuis le Grand Prix de Malaisie 2013 en octobre dernier, l’équipe Mahindra n’avait plus goûté aux célébrations du podium. Miguel Oliveira a mis fin à cette longue disette en terminant à la troisième place d’un Grand Prix des Pays-Bas Moto3 que Muffadal Choonia n’oubliera pas de sitôt. Le Président de Mahindra Racing a particulièrement apprécié la hargne de son pilote portugais qui n’a cédé la deuxième place de la course à Alex Rins que dans le dernier tour. « Miguel a été fantastique, a-t-il déclaré. Nous étions déçus après sa treizième place à l’issue de la qualification, car nous savions que son potentiel était bien supérieur à cela. Il l’a prouvé en course. L’an dernier, à Assen, nous avions fait la pole et terminé quatrième. Ce circuit que l’on appelle la “cathédrale de la vitesse” semble bien nous convenir. » Il faut dire que la Mahindra MGP03 a bien progressé depuis le début de la saison. « On a sensiblement amélioré les performances du moteur après avoir fiabilisé la transmission qui nous posait problème », explique Andrea Dosoli, l’un des techniciens du constructeur indien. Face aux Honda et autres KTM d’usine, la petite équipe Mahindra entend bien désormais continuer sur la lancée. « Ce résultat est une formidable source de motivation pour la suite de la saison », annonce d’ailleurs Miguel Oliveira.

Rallye de Pologne

Dure campagne polonaise

Tandis que Sébastien Ogier a remporté une cinquième et confortable victoire cette saison, le retour du rallye de Pologne au Championnat n’a pas vraiment réussi à Citroën, qui reste deuxième du classement.

-cr1-wrc-pologne-2014

 

 

 

 

Les faits

De la première à la 24e spéciale, Volkswagen n’a pas quitté le haut du classement. Un temps accroché par son coéquipier Andreas Mikkelsen, Ogier a fait le trou dans la plus copieuse des quatre étapes de ce rallye, samedi. Le champion en titre s’est imposé avec plus d’une minute d’avance sur le Finlandais.

La dernière place sur le podium est revenue à Thierry Neuville, auteur d’un bon parcours sur sa Hyundai i20. Les plus gros regrets sont probablement pour Citroën. Mads Ostberg était à la troisième place, à neuf secondes de Mikkelsen et avait réussi deux scratches lorsqu’il endommageait l’une de ses roues dans un virage et abandonnait sur le coup.

Dans la même spéciale de Goldap, 35,17 km, la plus longue du rallye, Chris Meeke, l’autre pilote Citroën, lui aussi en lice pour les gros points, crevait et perdait trois minutes. À l’inverse du Norvégien, le Nord-Irlandais reprenait la piste et terminait à la 7e place.

Le chiffre

1921. – Le rallye de Pologne n’est pas un grand classique du Mondial, mais c’est le deuxième rallye le plus vieux au monde derrière le Monte-Carlo. Il s’est disputé pour la première fois en 1921. Il n’était plus inscrit au calendrier depuis 2009.

La phrase

“C’est vraiment décevant, car nous étions vraiment dans le coup.” Ostberg ne cachait pas sa déception, samedi soir après son abandon. Comme ses collègues Jari-Matti Latvala et Elfyn Evans, il a été piégé par un virage à gauche où il a tapé un rocher avant de partir en tonneau.

Les anecdotes

À l’instar du rallye de Suède qui fit une incursion en Norvège, le rallye de Pologne s’est aussi couru en Lituanie, pour quelques spéciales, vendredi, une première.

Les Citroën DS3 WRC n’étaient pas de sortie qu’en Pologne, ce week-end. Sébastien Loeb était au volant de l’une d’elles en démonstration dans le fameux Festival of Speed à Goodwood (Grande-Bretagne).

À suivre

Finlande (1er-3 août)

 

 

Course de Belgique

Citroën, balade dans les Ardennes

L’écurie Citroën confirme sa domination sur le WTCC, en plaçant cinq pilotes sur le podium, à l’occasion des deux courses disputées à Spa-Francorchamps.

Les faits

Yvan Muller, champion en titre, a décroché la victoire dans la course 1 après avoir signé la pole. Auteur d’un excellent départ, le Français profitait de la bataille entre Jose Maria Lopez et Sébastien Loeb, derrière lui, pour creuser l’écart sur ses poursuivants et “tranquillement” s’imposer en solitaire.

Deuxième de la course 2 derrière son principal adversaire au classement des pilotes, l’Alsacien aura donc grappillé deux points ce week-end sur José Maria Lopez et accuse désormais 39 points de retard au Championnat. L’Argentin a bénéficié de la vitesse de pointe supérieure de sa Citroën C-Elysée pour dépasser tous ses adversaires. Tom Coronel, le pilote Chevrolet privé, s’est glissé à la troisième place dans l’ultime course.

Le chiffre

5 – Sans grandes difficultés, José Maria Lopez remporte la cinquième victoire de sa saison. Huitième sur la grille de la course 2 en raison du départ en ordre inversé, l’Argentin a repris l’ascendant sur Yvan Muller, vainqueur de la course 1.

La phrase

« Nous sommes une petite équipe, et nous arrivons à rendre la vie un peu difficile à Citroën, j’en suis ravi ». Tom Coronel, sur le podium de la deuxième course à Spa-Francorchamps.

L’anecdote

Le WTCC faisait son week-end son grand retour au cœur des Ardennes. Spa-Francorchamps n’a figuré qu’une seule et unique fois au calendrier. C’était alors en 2005, lors de la saison inaugurale de la catégorie. Trois pilotes du plateau 2014 étaient déjà présents à l’époque, James Thompson, Tom Coronel et Rob Huff.

À suivre

Argentine (Rio Hondo), 2-3 août

Résultats Superbike Italie Misano

Carton plein pour les verts

Comme à Aragon et Donington, l’équipe officielle Kawasaki a réussi le doublé sur le circuit de Misano. Tom Sykes a remporté les deux courses du jour devant Loris Baz. Une belle façon d’effacer la désillusion des chutes de Sepang.

-cr1-Superbike-Italie-Misano-2014 

 

 

 

Les courses

Tom Sykes n’avait visiblement pas d’adversaire à sa hauteur sur les bords de l’Adriatique. Après avoir décroché une nouvelle Superpole samedi, le champion du monde en titre s’est offert le lendemain deux victoires limpides, les dix-neuvième et vingtième de sa carrière en Mondial Superbike. Par ailleurs meilleur tour en course, le pilote Kawasaki a devancé à deux reprises son coéquipier. « Je ne m’attendais pas à une telle domination, a commenté le Britannique. Je me ressentais encore un peu de la chute de Sepang, mais l’équipe a fait du super boulot et j’avais un excellent feeling avec la moto. Ça bougeait beaucoup, mais je contrôlais la situation. Je suis vraiment content de ce résultat. » Même satisfaction du côté de Loris Baz, deux fois deuxième de la seconde épreuve italienne du championnat. « Tom était trop rapide aujourd’hui, analysait le Français. Il a réussi à partir très vite et à maintenir un rythme très élevé jusqu’à l’arrivée. Je suis néanmoins très content d’avoir pu conserver l’avantage sur Melandri qui a tout essayé pour me doubler. J’ai peut-être fait ce week-end ma plus belle course depuis mes débuts en Superbike. Je sens que ma première victoire de la saison n’est plus très loin. » David Salom a conforté le triomphe de l’équipe Kawasaki en terminant à deux reprises meilleur pilote Evo. Onzième de la première course, l’Espagnol s’est classé dixième de la seconde. En Supersport, Kenan Sofuoglu a terminé quatrième, au pied du podium.

Le championnat

Grâce à ses deux victoires en terre italienne, Tom Sykes a repris le large au classement général du championnat Superbike. Le champion du monde en titre mène désormais la danse avec trente-neuf points d’avance sur Sylvain Guintoli. Ce dernier se retrouve par ailleurs sous la menace de Loris Baz qui a réduit à deux points son retard sur le pilote Aprilia. Dans la classe Evo, David Salom conforte lui aussi sa première place. La situation est plus difficile en Supersport pour Kenan Sofuoglu. Le pilote turc occupe aujourd’hui la sixième place du classement général avec soixante-sept points.

L’histoire

Critiqué en Malaisie pour avoir fait tomber son coéquipier, Loris Baz s’est racheté en Italie en terminant à deux reprises sur la deuxième marche du podium. Pour Adrien Morillas, l’ancien pilote de Grands Prix qui l’a formé, le Savoyard n’est plus très loin de son champion du monde en titre. « Loris est beaucoup plus jeune que Sykes, note Morillas. A 20 ans, il est encore en pleine progression sur le plan du pilotage comme de la mise au point. Ses adversaires ne sont plus dans cette phase d’apprentissage. Ils peuvent encore s’améliorer au niveau de la gestion des réglages, mais ne progressent plus vraiment dans leur façon de piloter. C’est pour cela que la différence se réduit. On voit bien d’ailleurs que Loris commence à mettre la pression sur son coéquipier. On l’a bien vu à la réaction de Sykes en Malaisie. Et un pilote sous pression, c’est un pilote qui peut devenir moins efficace et plus fragile. Même si Tom a parfaitement géré ses deux courses à Misano, Loris n’a pas dit son dernier mot. Il lui manque encore un peu de métier au niveau de la mise au point du châssis, mais je suis persuadé qu’il peut encore avoir sa chance cette année dans la course au titre. »

 

Grand Prix d’Autriche

Ricciardo sauve quatre points

Daniel Ricciardo a été le seul rescapé de l’écurie Red Bull en Autriche, sur ses terres, au terme d’une course dominée par Mercedes, auteur d’un nouveau doublé.

cr1-F1-Autriche-2014

 

 

 

 

Les faits

Nico Rosberg s’est imposé sur le Red Bull Ring devant son coéquipier Lewis Hamilton, deuxième après un premier tour exceptionnel qui le verra grappiller cinq places dans le peloton. Parti neuvième, le Britannique se retrouvait déjà quatrième derrière Rosberg et les deux Williams, en première ligne sur la grille. La différence entre les deux équipes se fera dans les stands, les arrêts sont mieux négociés par Mercedes.

Rosberg voit revenir Hamilton en fin de course, mais ce dernier ne pourra rien tenter pour chiper la victoire à son équipier, qui augmente son avance au championnat. Valtteri Bottas (Williams) monte sur son premier podium en carrière, il termine troisième devant le poleman Felipe Massa et Fernando Alonso. Daniel Ricciardo a chipé la huitième place à Nico Hülkenberg dans le dernier tour, un résultat qui masque les lacunes de Red Bull tout le week-end.

Sebastian Vettel a abandonné à la mi-course alors qu’il occupait la dernière place du classement. Son début de course avait ête gâché par une défaillance mécanique, il a préféré ne pas insister. Week-end difficile aussi pour Lotus, Pastor Maldonado et Romain Grosjean ont terminé loin des points.

Le chiffre

11 – Le Grand Prix d’Autriche a fait son retour au calendrier cette année, onze ans après sa dernière visite, c’était en 2003. Michael Schumacher s’était imposé cette année-là.

La phrase

« C’est une mauvaise première moitié de saison, ça fait partie du jeu et nous avons beaucoup appris », a reconnu Vettel, auteur de son troisième abandon en huit courses, soit autant que lors des trois saisons précédentes.

L’anecdote

Trois voitures ont abandonné lors du Grand Prix d’Autriche, celle de Sebastian Vettel et les deux Toro Rosso, dur pour la famille Red Bull ce week-end à domicile.

À venir

Grand Prix de Grande-Bretagne (4-6 juillet)

Course de Russie

King of Moscow

AUTO - WTCC RUSSIA 2014Encore un doublé pour Citroën. Après la victoire de José Maria Lopez dans la première course, c’est une page d’histoire qui s’est écrite dans la deuxième avec la victoire de Ma Qing Hua qui disputait son premier week-end de course pour Citroën. Il est le premier Chinois vainqueur dans un Championnat du Monde. Quatrième doublé pour Citroën cette saison.

Les faits

Le WTCC faisait étape pour la deuxième fois sur le Moscow Raceway, un
tracé associant longues lignes droites et parties techniques. Le champion en titre Yvan Müller avait remporté la première course l’année dernière, mais c’est le leader du Championnat actuel, Lopez, qui réussissait une deuxième pole position cette année. Müller (6e) et Sébastien Loeb (4e) étaient à l’affût. Ils ne pouvaient rien contre l’Argentin qui profitait du contact entre les Honda de Gabriele Tarquini et Tiago Monteiro pour prendre le large.

Neuvième des qualifications, Ma était sur la première ligne de la deuxième course conformément à la règle de la grille inversée. Un passage par les stands infligé au poleman Hugo Valente et une rude bagarre remportée contre Norbert Michelisz (Honda) lui permettaient de prendre les devants au 7e tour.

Derrière, Müller réalisait une course parfaite pour terminer sur les talons de son coéquipier et devant la Honda de Mehdi Bennani. Lopez faisait lui les frais de son premier abandon de la saison en calant sur la grille de départ, ce qui a resserré les positions au Championnat.

Le chiffre

200 – Ma, premier Chinois vainqueur dans un Championnat FIA, était aussi le 200e pilote à prendre part à une course de WTCC depuis que la série a été relancée en 2005. Le natif de Shanghai, 26 ans, était plus que ravi de commencer sa carrière avec un tel coup d’éclat. “J’ai pris beaucoup de plaisir à vivre cette course en tête”, a déclaré l’ancien pilote d’essais en F1 pour HRT et Caterham. Ma n’avait plus gagné depuis son titre de champion de Chine de Tourisme en 2011.

La phrase

“Je n’ai pas pu passer la première sur la grille, alors j’ai forcé et j’ai cassé la chaîne de transmission. C’est comme ça.” Lopez ne s’est pas appesanti sur le coup du sort qui l’a écarté de la deuxième course. À mi-saison, Pechito compte 40 points d’avance sur Müller et Loeb. Ma, 6e dans la première course, est 12e avec ses 25 points de la deuxième.

À suivre

Belgique (21-22 juin)

RESULTATS MOTOGP CATALOGNE

Bradl et Rabat brillent en Catalogne

2014 07 GP Catalogne 08276Une cinquième place en MotoGP pour Bradl précédée d’une nouvelle victoire en Moto2 pour Rabat : les pilotes Elf ont brillé sur le circuit de Barcelone à l’occasion du Grand Prix de Catalogne.

 

Les courses

Malheureux en Italie, Stefan Bradl s’est bien repris en terre espagnole en décrochant une très belle cinquième place derrière les quatre pilotes officiels Honda et Yamaha. Quatrième sur la grille de départ, le pensionnaire de l’équipe LCR a réalisé un sans-faute en tenant à distance les frères Espargaro qui jouaient à domicile. En Moto2, Tito Rabat a offert un véritable chef d’œuvre à ses supporters catalans. Impérial aux essais, le pilote du team Marc VDS a enfoncé le clou en course en s’imposant avec plus de quatre secondes d’avance sur Maverick Viñales. En proie à des problèmes de motricité, Mika Kallio a quant à lui loupé le podium d’un rien. Le Finlandais se classe quatrième à seulement deux dixièmes de Johann Zarco. Dans la catégorie Moto3, Miguel Oliveira a connu des problèmes techniques aux essais qui ne lui ont pas permis de prendre ses marques comme il l’aurait souhaité. Mal parti, le Portugais a fini la course en douzième position. Arthur Sissis s’est lui classé dix-huitième alors que Livio Loi est passé sous le drapeau à damier en vingt-cinquième position.

Le championnat

Grâce à sa belle cinquième place en Catalogne, Stefan Bradl remonte en huitième position au classement général MotoGP. En Moto2, Tito Rabat conforte son leadership en portant son avance à trente-quatre points sur son coéquipier Mika Kallio. Dans la catégorie Moto3, Miguel Oliveira perd une place en glissant derrière Jakub Kornfeil, tout comme Livio Loi qui voit désormais Brad Binder le devancer.

L’histoire

La pression des pneumatiques est aujourd’hui devenue un paramètre important dans les réglages d’une MotoGP. Avant d’être utilisées, les roues sont placées sous des couvertures chauffantes où le mercure oscille entre 80 et 90° selon les équipes et le matériel utilisé. Après une heure et demie de chauffe, la température de la jante, du pneu et de son air se stabilise. Il est alors possible d’ajuster la pression avec précision. Celle-ci est bien évidemment contrôlée avant l’utilisation de la roue. Elle est également mesurée dès que le pilote s’arrête. « C’est pour cela qu’on lui demande d’avoir toujours un tour de rentrée soutenu afin de pouvoir établir une table en fonction de la température ambiante, ainsi que de celles de la piste et de la gomme, détaille Christophe Bourguignon, le directeur technique du team Honda LCR. On ajuste la pression avec l’ingénieur Bridgestone en tenant compte des commentaires et des problèmes rencontrés par le pilote. Plus une pression est basse, plus on augmente la surface de contact du pneu et le grip. Le pouvoir d’absorption des bosses est lui aussi accru. Mais si on va trop loin, le pneu s’écrase sur la jante et il n’y a pas plus alors assez de rigidité de la carcasse. La moto ne veut plus rentrer à la corde, ou alors le pneu prend du mouvement et le pilote ne peut plus garder une pression constante sur le frein. » Un pneu sous-gonflé va également rendre la moto lourde et imprécise sur les changements de direction. La moto aura plus de mouvement et de pompage, donc moins de traction. En revanche, rouler avec une faible pression permet de conserver une température plus constante et donc d’augmenter la durée de vie du pneu.

COURSE DES 24h DU MANS

Le coup passa si près…

AUTO - 24 HOURS OF LE MANS PART 2 2014Alors qu’Audi a conservé le trophée au Mans, Toyota a longtemps occupé la première place avec sa TS040 HYBRID n°7 et termine troisième avec sa n°8.

Les faits

Anthony Davidson, Nicolas Lapierre et Sébastien Buemi apportent à la marque japonaise un cinquième podium dans la Sarthe derrière deux équipages Audi. L’Anglais, le Français et le Suisse confortent aussi leur avance en tête du Championnat. Pourtant, il y a forcément de la déception dans le clan japonais au vu du déroulé de la course.

Partis en pole, la n°7 d’Alex Wurz, Stéphane Sarrazin et Kazuki Nakajima ont été les hommes forts de la première partie de course en contrôlant tous leurs adversaires. Pour eux, l’aventure se terminait vers 5h30 du matin en raison d’une panne de faisceau électrique.

La main passait alors à Audi avec sa n°1 (Tom Kristensen, Marc Gené – qui remplaçait Loïc Duval, accidenté mardi en essais –, Luca Di Grassi), mais elle aussi connaissait des soucis de fiabilité et devait changer de turbo. Porsche, pour son retour dans l’épreuve, se retrouvait en tête vers 11 heures mais connaissait aussi des soucis mécaniques alors que Mark Webber était au volant. Il laissait la voie libre aux deux Audi qui le suivait et notamment aux vainqueurs, Benoît Treluyer, Marcel Fässler et André Lotterer, laquelle dut aussi changer de turbo.

Derrière elles, la n°8, impliquée dans un accident en début de course suite à une averse, qui lui fit perdre 50 minutes, se retrouvait propulsée sur le podium.

Le chiffre

263 300 – Le nombre de spectateurs qui sont venus voir les 24 Heures du Mans 2014. C’est la plus forte affluence des 20 dernières années. Les decennies passent mais l’enthousiasme reste pour cette épreuve mythique.

La phrase

“Cela me déchire le cœur, je n’ai pas les mots.” Kazuki Nakajima, auteur de la pole position, mettra certainement longtemps pour oublier la panne électrique qui l’a obligé à stopper après la mi-course sur la TS040 HYBRID n°7 qui avait alors presque un tour d’avance en tête.

L’anecdote

Audi a décroché une 13e victoire au Mans, ne laissant filer que deux succès depuis 2000. Mais la concurrence et les soucis de fiabilité pour tous les favoris en ont fait “la plus dure” selon le patron de l’équipe allemande Wolfgang Ullrich.

À suivre

6 Heures du circuit des Amériques (Austin, États-Unis, 17-20 septembre)

RALLYE D’ITALIE

Ostberg a bien navigué en Sardaigne

Tandis que la victoire est revenue à Sébastien Ogier sur la terre de Sardaigne, Mads Ostberg a réussi le meilleur résultat de sa carrière en prenant la deuxième place du rallye d’Italie pour Citroën, s’intercalant entre les deux VW Polo.

Les faits

Après avoir observé de loin le duel que se livraient les deux pilotes Volkswagen pendant deux jours, Ostberg n’a pas loupé l’occasion de prendre la deuxième place dans l’ultime spéciale de la deuxième journée. Latvala perdait alors deux minutes pour changer une roue, après avoir tapé un rocher dans le plus long tronçon chronométré du rallye Monte Lerno (59 km).

Le Norvégien s’élançait dans la dernière étape avec 21”4 d’avance sur le Finlandais, pour en préserver un peu plus de neuf à l’arrivée, après une gestion parfaite de la piste et de la stratégie, notamment des pneumatiques.

En compagnie de Jonas Andersson, le pilote de 26 ans réussit un troisième podium en cinq rallyes, après la Suède et le Portugal, mais il n’était encore jamais monté sur la deuxième marche. Première aussi pour Khalid Al-Qassimi sur ce rallye d’Italie puisque le pilote émirati, neuvième, décolle au classement avec deux points.

Le chiffre

3e. – Avec en poche le meilleur résultat de sa carrière en Mondial, Ostberg est désormais seul troisième du Championnat Pilotes. Il compte trois points d’avance sur son compatriote Andreas Mikkelsen, quatrième dimanche à Alghero.

La phrase

“Il n’est pas question de prendre des risques. Notre deuxième position montre que c’est une bonne tactique.“ Ostberg a parfaitement exécuté sa course d’attente pour semer le trouble dans la ronde des Polo.

L’anecdote

Sur le podium lors de la dernière manche en Argentine, Kris Meeke était compétitif, vendredi, lorsqu’un souci électrique l’a contraint à continuer en Rallye2. Il a tout de même marqué deux points pour l’équipe.

À suivre

Pologne (27-29 juin)

Grand Prix du Canada

Première pour Ricciardo

F1 - GRAND PRIX OF CANADA 2014Daniel Ricciardo remporte le premier Grand Prix de Formule 1 de sa jeune carrière au terme d’une course terminée dans le chaos. Nico Rosberg prend la deuxième place à Montréal, Sebastian Vettel la troisième.

Les faits

Pour la première fois de la saison, l’écurie Mercedes laisse échapper une victoire, qui lui tendait pourtant les bras, à quelques tours du drapeau à damiers. En première ligne, les W05 étaient lancées dans une nouvelle bataille, avant que Lewis Hamilton ne rende les armes, après son deuxième arrêt, en raison d’un problème mécanique.

Seul en tête, Nico Rosberg voyait les performances de sa monoplace chuter et ne pouvait retarder le retour des poursuivants. Troisième, Daniel Ricciardo laissait Sergio Pérez sur place avant de déclencher deux tours plus tard son DRS, pour déposer la Mercedes et filer vers sa première victoire.

Après une première apparition, tôt dans la course, suite à l’accident de Jules Bianchi, la Voiture de Sécurité faisait son retour pour clôre la course après l’incident entre Sergio Pérez et Felipe Massa, victimes d’un crash à haute vitesse, heureusement sans conséquences.

Le chiffre

1 – Comme la première victoire de Daniel Ricciardo en F1. Pour la première fois de la saison, Mercedes a lâché les commandes d’une course, lorsque l’Australien a pris le meilleur sur Nico Rosberg à seulement deux tours de l’arrivée.

La phrase

“C’est un rêve qui devient réalité. Vous rêvez de monter sur le podium et de voir tous ces visages qui vous regardent, c’est un peu irréel. C’est génial”. Daniel Ricciardo à l’issue de sa première victoire en Formule et la première de RBR cette saison.

L’anecdote

Nouveau week-end noir pour l’écurie Lotus. Après les points en Espagne et à Monaco, l’écurie d’Enstone enregistre deux abandons en raison d’une rupture de l’aileron arrière pour Romain Grosjean et d’une panne moteur pour Pastor Maldonado.

À suivre

Autriche (20-22 juin)