Grand Prix de Malaisie

Vettel derrière les Mercedes

Au bout d’un cavalier seul, à l’occasion du Grand Prix de Malaisie sur le tracé de Sepang, Lewis Hamilton remporte sa première victoire de la saison devant son équipier Nico Rosberg et le quadruple champion du monde, Sebastian Vettel.

 

cr1-F1-Malaisie-2014

 

 

 

 

 

Les faits

Après un envol parfait, Hamilton, auteur de sa 33e pole position la veille sous la pluie, devant Rosberg et Vettel, conservait la tête au premier virage pour ne plus la lâcher, à la fois servi par son talent et par sa mécanique. Vainqueur en Australie, Rosberg ne pouvait suivre le rythme et devait se contenter de la deuxième place devant un Vettel en net progrès après son abandon lors de la course inaugurale.

La quatrième place aurait dû revenir à Daniel Ricciardo, l’autre pilote Red Bull, victime d’un ultime arrêt à rallonge, en raison d’une roue mal fixée. L’Australien, qui attend toujours la décision concernant son podium à Melbourne (appel jugé le 14 avril à Paris), a finalement abandonné après la casse de son aileron avant. Il laissait le pied du podium à la Ferrari de Fernando Alonso.

Le chiffre

0 – L’écurie Lotus n’a toujours pas inscrit le moindre point en 2014, alors qu’elle en possédait déjà 40 au même stade la saison dernière. Seul Romain Grosjean a terminé une course, ce week-end en Malaisie. Une première étape pour les hommes d’Enstone. Le nouveau pilote de l’équipe, Pastor Maldonado, a dû abandonner rapidement à Sepang, pour épargner son moteur Renault.

La phrase

“Je me suis souvenu de nos batailles avec Kimi pour être certain qu’il ne passe pas ».

Grosjean, qui a terminé à la onzième place, a résisté en fin de course à son ancien coéquipier Kimi Räikkönen, de retour chez Ferrari

L’anecdote

Le bruit des moteurs V6 a fait beaucoup parler à Melbourne et Sepang pour son manque de décibels. Les avis sont parfois très tranchés. “Je pense que la F1 doit être spectaculaire et que le son fait partie des choses les plus importantes » a déclaré Vettel ce week-end.

Prochain GP

Bahreïn (4-6 avril)

GP du Qatar

Superbe doublé pour Rabat et Kallio

Premier et deuxième du Grand Prix du Qatar Moto2, Tito Rabat et Mika Kallio ont entamé de la meilleure façon leur campagne 2014. L’équipe Marc VDS Racing confirme ainsi son statut de favori.

cr1-motogp-Qatar-2014

 

 

 

 

 

Les courses

Malgré un premier virage mal négocié, Tito Rabat a su faire preuve de patience pour s’emparer des commandes de la course Moto2 au treizième tour. Il ne les a ensuite plus quittées. L’auteur de la pole position ne pouvait rêver meilleure entame de championnat pour ses débuts avec le team Marc VDS. Victime d’une très lourde chute aux essais qui a contraint ses mécaniciens a reconstruire entièrement sa machine avant le départ, Mika Kallio a franchi la ligne d’arrivée en troisième position, mais le déclassement de Takaaki Nakagami lui a finalement offert la deuxième place de ce Grand Prix du Qatar. En MotoGP, Stefan Bradl a fait sensation en menant la course durant huit tours. Malheureusement pour l’équipe Honda LCR, le pilote allemand est allé à la faute en se faisant piéger au freinage, comme Lorenzo un peu plus tôt. En Moto3, Miguel Oliveira et sa Mahindra ont bataillé jusqu’au dernier virage pour monter sur le podium. Le pilote portugais s’est finalement incliné derrière Efren Vazquez, son ancien coéquipier. Souffrant des amygdales, Arthur Sissis a quant à lui dû renoncer à prendre le départ.

Le championnat

Si Stefan Bradl n’a pas réussi à ouvrir son compteur de points à l’occasion du premier Grand Prix MotoGP de la saison, Tito Rabat et Mika Kallio se sont eux installés aux deux premières places du classement général Moto2. En Moto3, Miguel Oliveira occupe la quatrième position derrière Miller, Marquez et Vazquez.

L’histoire

Le circuit de Losail a la réputation d’être l’un des plus gourmands du championnat du monde MotoGP. L’an dernier, plusieurs pilotes étaient tombés en panne d’essence sitôt la ligne d’arrivée franchie. Or, cette saison, les pilotes d’usine n’ont plus que vingt litres pour boucler les vingt-deux tours de course. Soit un litre de moins. « Un litre, c’est 5% de moins, analyse Christophe Bourguignon, le directeur technique de l’équipe Honda LCR. Voilà pourquoi nous avons travaillé cet hiver au niveau de la “cartographie moteur” afin de réduire notre consommation sans trop perdre en confort d’exploitation sur l’ouverture des gaz, ni en vitesse de pointe. Pour appauvrir un moteur, on joue soit sur la première ouverture des gaz au risque de le rendre agressif ou très creux, soit dans les hauts régimes avec le risque de perdre des km/h, soit sur le frein moteur en réduisant l’ouverture des injecteurs lors des décélérations. Mais là aussi, on est vite limite car la roue arrière saute, se bloque et la moto devient nerveuse et imprécise en entrée de virage. Dernière possibilité, réduire les marges de sécurité, l’objectif étant de passer la ligne d’arrivée avec très peu d’essence. Il est loin le temps où l’on gardait 400 cm3 de carburant comme marge de sécurité. »

Grand Prix d’Australie

Ricciardo, podium perdu sur tapis vert

Le pilote australien Daniel Ricciardo termine deuxième du Grand Prix d’ouverture, chez lui en Australie. Mais il perd le bénéfice de ce résultat après avoir été disqualifié par les commissaires. Un appel est en cours.

Les faits

Nico Rosberg s’impose à Melbourne et s’offre un succès mérité, dessiné dès le départ. L’Allemand creuse rapidement l’écart sur ses poursuivants, Ricciardo en tête, quand le poleman Lewis Hamilton abandonne très tôt, imité par Sebastian Vettel. Ricciardo, nouveau pilote Red Bull, se bat pour résister au débutant danois Kevin Magnussen (McLaren). Il conserve sa deuxième place sur la ligne, mais sera disqualifié cinq heures plus tard pour avoir dépassé le débit de carburant maximal autorisé (100kg/h). Son équipe a fait appel.

Magnussen, troisième pour son tout premier Grand Prix en Formule 1, grimpe donc d’une place, il se classe second devant son coéquipier Jenson Button. Du côté de chez Lotus, aucune des deux voitures n’a terminé. Pastor Maldonado et Romain Grosjean ont abandonné après la mi-course, sur le même problème avec le système de récupération d’énergie. L’écurie n’avait pas d’illusion pour cette course après un hiver particulièrement rude, elle sera venue pour apprendre.

cr1-F1-australie-2014

Le chiffre

8. – Le nombre d’abandons lors de cette première course de la saison. C’est déjà plus que sur n’importe quelle course de 2013. Les changements de règlement ont comme prévu imposé une contrainte forte sur la fiabilité.

La phrase

« Je demandais 15 ou 20 tours, on en a fait plus que le double. » Après son abandon sur un dysfonctionnement de son système de moteur électrique, Grosjean, 45 tours couverts, essayait de trouver du positif en vue de la suite.

L’anecdote

Sebastian Vettel, détenteur de nombreux records, en a perdu un ce week-end. Le Russe Daniil Kvyat (Toro Rosso), neuvième, est devenu à 19 ans et 322 jours le plus jeune pilote à marquer un point en F1. Avec 27 jours d’avance sur l’Allemand.

À venir

Grand Prix de Malaisie (28-30 mars)

Rallye du Mexique

Citroën, des espoirs

Les promesses d’Ostberg

Une fois qu’il s’est débarrassé d’un incisif Mads Ostberg, Sébastien Ogier a remporté la victoire dans le rallye du Mexique, troisième manche du Championnat. Volkswagen a même réussi le doublé mais Citroën reste à la deuxième place des Constructeurs malgré l’abandon de Chris Meeke.

cr1-wrc-mexique-2014

 

 

 

 

 

Les faits

À l’occasion de la première manche sur terre de la saison, Ogier a repris la première place du Championnat à son coéquipier Jari-Matti Latvala, deuxième entre les montagnes et les rues de Guanajuato et Leon. Le Français a réalisé une nouvelle performance impressionnante, mais il n’a pas eu la partie facile lors de la première journée où Ostberg a un temps occupé la tête.

 Le Norvégien de l’équipe Citroën a ensuite tapé dans la première spéciale de samedi, à 200 m de l’arrivée. Reparti en Rallye 2, il a pris les points de la 9e place, laissant le podium à Thierry Neuville et à Hyundai qui fait son retour dans la discipline.

Le chiffre

6. – C’est le nombre de spéciales remportées par les pilotes Citroën sur ce rallye alors que les quinze autres sont revenues à VW (14 pour Ogier). Meeke en a remporté une avant de taper dans la Power Stage, Ostberg cinq.

La phrase

“Ma note n’était pas bonne.” C’est l’explication donnée par Ostberg sur l’accident qui lui a peut-être coûté le podium samedi matin à l’arrivée d’Ibarilla 1. “Je n’ai pas assez freiné et nous avons tapé un talus à l’extérieur en sortie de virage. Nous avons pu terminer le chrono, mais la suspension était trop endommagée pour pouvoir continuer. Nous avons travaillé autant que possible pour réparer, mais nous n’avions plus suffisamment de temps pour aller au départ de la spéciale suivante”, a ajouté le pilote de 26 ans. 

L’anecdote

Le rallye du Mexique s’est élancé vendredi dans un cadre unique. La première spéciale, suivie par des dizaines de milliers de spectateurs, empruntait les rues souterraines de la ville de Guanajuato. Creusées lorsque cette cité était le premier gisement d’argent au monde, elles plongent à 600m sous terre est sont aujourd’hui classées au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO. 

À suivre

Portugal, 3-6 avril