Archives de catégorie : Equipes

ANTONIO FELIX DA COSTA REJOINT DS TECHEETAH

DS TECHEETAH est très fier d’annoncer qu’Antonio Felix Da Costa rejoindra l’équipe dès le 1er octobre 2019.

Le pilote portugais, âgé de 28 ans, portera le numéro #13 pour la 6ème saison du championnat ABB FIA Formula E qui débutera le 22 novembre 2019 à Riyadh.

Présent dans ce championnat depuis le début, Antonio a disputé 54 courses au cours desquelles il a réalisé des pole positions, des podiums et remporté deux victoires (Buenos Aires et Riyadh). La saison dernière, il a terminé 6ème au classement général des pilotes.

Mark Preston, Team principal DS TECHEETAH : «  C’est fantastique d’avoir Antonio dans l’équipe. Il est resté un ami proche de nous tous et nous sommes ravis de l’accueillir chez nous et de le voir rouler aux couleurs noir et or de DS TECHEETAH. Il sera un atout formidable et efficace pour l’équipe. Nous sommes impatients de voir ce que Jean-Eric et Antonio feront sur la piste cette année ».

Xavier Mestelan Pinon, Directeur de DS Performance : « Je suis particulièrement fier d’accueillir Antonio dans notre équipe. Son expérience dans cette discipline et sa rapidité seront déterminantes dans notre quête de victoires et de titres. En attendant la première course à Riyadh, il pourra effectuer plusieurs sessions d’essais avec Jean-Eric et finaliser la mise au point de notre DS E-Tense FE 20 ».

Antonio Felix Da Costa : «  C’est exceptionnel de pouvoir rejoindre une équipe qui a remporté deux titres dans un championnat de sport automobile aussi compétitif que la Formule E. La décision de quitter mon poste  a été très difficile à prendre mais c’est une opportunité que je ne pouvais simplement pas refuser et j’ai hâte de rejoindre Jean-Eric et tout le monde chez DS TECHEETAH ».

Jean-Eric Vergne : « Je souhaite une très chaleureuse bienvenue à Antonio. Nous sommes amis depuis longtemps et nous avons déjà participé au même programme de sport automobile. C’est formidable de pouvoir à nouveau travailler ensemble. Il sera un excellent atout pour l’équipe. »

CITROËN S’OFFRE UN DOUBLÉ ET RELANCE LE CHAMPIONNAT !

Impériales de fiabilité et de compétitivité, les C3 WRC de Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi Janne Ferm ont signé en Turquie un retentissant doublé, qui permet aux premiers cités de se replacer clairement dans la course au titre mondial.

La tactique était claire pour le Citroën Total World Rally Team sur les 38,62 kilomètres restants à négocier aujourd’hui : si Esapekka Lappi et Janne Ferm avaient pour mission de conserver un rythme décent pour ne pas risquer de ne se faire surprendre, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia devaient valider leurs notes dans Marmaris (7,05 km), première spéciale du jour et théâtre au second tour de la Power Stage, avant de préserver leurs pneus dans les deux suivantes, pour tout donner dans ce dernier chrono donnant lieu à l’attribution de points bonus. Les équipages des Rouges s’en tenaient au plan établi en assurant le doublé, tandis que Sébastien Ogier et Julien Ingrassia accrochaient trois points supplémentaires grâce à un troisième temps.

Ce doublé, le premier pour le Citroën Total World Rally Team depuis le rallye d’Argentine 2015, marque la troisième victoire des Rouges cette saison après le Monte-Carlo et le Mexique, en même temps que ses neuvième et dixième podiums de l’année. Il consacre aussi son retour aux avants postes avec une C3 WRC exemplaire de vitesse et robustesse ce week-end, et illustre sa détermination à ne rien lâcher au championnat. En témoigne l’excellente opération réalisée par Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, qui reviennent au 2e rang du classement provisoire à seulement dix-sept unités du leader, alors que quatre-vingt-dix points restent encore à attribuer sur les trois dernières manches de la saison.

Troisièmes en piste le vendredi, Sébastien et Julien voyaient leur début de course être contrarié par une crevaison à six kilomètres de l’arrivée de la première ES. Mais ils remontaient en 3e position dès la spéciale suivante, avant de conclure la journée au 2e rang, à 17’’7 de leurs équipiers, à la faveur notamment de deux 3e temps consécutifs. Un choix de pneus osé par les très fortes chaleurs rencontrées (3 Michelin médiums et 2 durs) dès la reprise le lendemain leur permettait de signer leur premier scratch du week-end dans Yesilbelde (33 km) et reléguer tous les équipages de teams adverses à une minute. Ils s’attachaient dès lors à limiter la prise de risques et préserver leur capital, non sans s’adjuger un deuxième meilleur temps à la répétition de Yesilbelde et se porter en tête, pour se présenter ce matin en très bonne position pour concrétiser leur troisième succès au volant de C3 WRC, une performance synonyme également de septième podium pour eux en 2019.

Tirant le meilleur parti de leur ordre de départ éloigné (9e ) le premier jour, Esapekka Lappi et Janne Ferm se signalaient dès l’ES 2 par un 2e temps. Avant de se porter en tête dès le chrono suivant grâce à leur premier scratch du week-end ! Particulièrement sereins et appliqués à bord d’une C3 WRC leur convenant à merveille, les Finlandais des Rouges se montraient alors impressionnants, malgré un ordre de départ tournant au handicap sur certaines portions très cassantes de la deuxième boucle du vendredi, et un package pneumatique guère adapté à l’apparition de la pluie. Ils allaient ajouter deux nouveaux meilleurs temps à leur tableau de chasse et mener jusqu’à ce qu’un petit calage moteur (ES 12) ne leur valle de céder les commandes à leurs équipiers. Un contretemps qui ne les empêchait pas d’aborder cette dernière étape en ballotage favorable pour accrocher leur troisième podium de la saison, après les 2e places de Suède et Finlande.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

« On avait bien besoin de cette victoire si on voulait avoir une chance de recoller au championnat et je suis très heureux de la ramener à l’équipe. On savait que tout pouvait arriver sur un tel rallye cassant mais nous avons su passer au travers des embuches en adoptant une approche intelligente. C’est un bon coup de boost pour tout le monde en vue de la fin de saison ! Nous savons tous que nous devons continuer à travailler très fort et nous allons nous y atteler dès demain.»

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

« C’était une épreuve très éprouvante, qui ne m’avait pas réussi l’an passé et je suis forcément très satisfait de ma prestation. Nous sommes parvenus à effectuer deux très bonnes premières étapes, en affichant le même niveau de jeu que Seb et Julien, ce qui n’est jamais anodin. Aujourd’hui, l’enjeu consistait à ramener l’auto à la maison et les aider autant que possible. Notre C3 WRC a été parfaite ce week-end, nous n’avons pas connu le moindre problème à son bord et c’est l’une des clefs de ce beau résultat.»

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Que vous inspire le doublé réalisé ce week-end par votre équipe ?

Je suis particulièrement fier de ce que nous avons tous accomplis ce week-end ! Cela va nous faire le plus grand bien. Après l’Allemagne, l’équipe a prouvé qu’elle avait de la ressource, de la cohésion également et une vraie force de caractère pour parvenir à réagir de la sorte ce week-end. Nous avons mené quatre jours d’essais constructifs en Grèce dont nous étions sortis optimistes et cela s’est confirmé ce week-end. Tout le monde s’est démené pour fournir à nos équipages une C3 WRC à la fois extrêmement robuste et particulièrement rapide sur ce terrain pourtant parmi les plus exigeants de la saison, et eux ont parachevé le travail avec beaucoup de talent. Avec les cinq meilleurs temps pleins d’autorité réalisés ce week-end, ils ont dominé le sujet. Et c’est cette détermination, cette combattivité, qui nous animeront jusqu’à la dernière spéciale du rallye d’Australie.

Comment qualifieriez-vous les prestations de vos équipages ?

Parfaites ! Esapekka et Janne ont très bien exploité leur position en piste le vendredi matin, avant de se montrer extrêmement solides même lorsque les conditions ne leur étaient plus favorables. Neuf spéciales durant, ils ont mené les débats en trouvant le bon dosage entre attaque et gestion, puis ils ont très bien compris l’intérêt pour le team de ne pas risquer de tout compromettre, et je tiens à saluer leur état d’esprit exemplaire. Ils ont encore franchi un cap avec C3 WRC sur terre et constitueront un atout indéniable dans notre tentative de conquérir le titre mondial avec Sébastien et Julien. Ces derniers ont quant à eux parfaitement su composer avec leur ordre de départs du vendredi pour se placer idéalement, avant de réaliser notamment l’une de ces spéciales dont ils ont le secret le samedi matin, en faisant parler leur science de la gestion des pneus. C’est la marque des grands de savoir frapper au moment opportun, c’est aussi leur marque de fabrique de ne jamais rien lâcher et ce week-end ils l’ont rappelé avec la manière.

LE TEMPS FORT DU WEEK-END

Première spéciale du samedi, Yesilbelde (33 km), l’une des plus lentes et techniques du week-end avec une moyenne horaire dépassant à peine les 75 km/h, voyait les équipages du Citroën Total World Rally Team asseoir leur futur doublé avec autorité.

Encore très cassant, ce chrono constituait clairement le gros morceau du samedi, or les C3 WRC de Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi – Janne Ferm, déjà à la pointe du combat la veille dans la très longue ES de Çetibeli (38,15 km) allaient faire abstraction de la longueur de l’effort, comme de la touffeur ambiante, pour s’y montrer redoutables. Les Français signaient un authentique exploit à la faveur d’un choix de gommes osé, tandis que les Finlandais leur emboitaient le pas à 16’’7 pour assurer le doublé. Derrière, seul Andreas Mikkelsen surnageait, tandis que le reste de la concurrence se voyait reléguée à une seconde au kilomètre, un écart important à un tel niveau. Cette performance permettait du même coup au Citroën Total World Rally Team de repousser la plus proche menace à une minute, et d’envisager notamment le deuxième tour, attendu comme particulièrement éprouvant, avec plus de sérénité

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

  1. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) 3h50’12’’1
  2. Lappi / Ferm (Citroën C3 WRC) +34’’7
  3. Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) +1’04’’5
  4. Suninen / Lehtinen (Ford Fiesta WRC) +1’35’’1
  5. Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) +2’25’’9
  6. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +2’59’’1
  7. Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) +3’53’’3
  8. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +5’34’’8
  9. Tidemand / Floene (Ford Fiesta WRC) +7’22’’9

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES

  1. Ott Tänak – 210 points
  2. Sébastien Ogier – 193 points
  3. Thierry Neuville – 180 points
  4. Andreas Mikkelsen – 94 points
  5. Kris Meeke – 86 points
  6. Jari-Matti Latvala – 84 points
  7. Teemu Suninen – 83 points
  8. Esapekka Lappi – 80 points
  9. Elfyn Evans – 78 points
  10. Dani Sordo – 72 points

* sous réserve de la publication des classements officiels par la FIA

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS

  1. Hyundai WRT – 314 points
  2. Toyota Gazoo Racing – 295 points
  3. Citroën Total WRT – 259 points
  4. M-Sport Ford WRT – 184 points

* sous réserve de la publication des classements officiels par la FIA

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix de Saint-Marin

Marquez sur le podium

En terminant à la troisième place du Grand Prix de Saint-Marin, Alex Marquez est monté sur le podium pour la huitième fois de la saison. Une performance qui permet au leader du championnat Moto2 de conserver plus d’une victoire d’avance au classement général.

Après sa chute en Grande-Bretagne, Alex Marquez avait à se racheter. C’est ce qu’il a fait. Sur un circuit où il n’a jamais été très à l’aise, le pilote Marc VDS est parvenu à se qualifier sur la première ligne avant de se faire une place sur le podium. A la lutte avec Augusto Fernandez et Fabio Di Giannantonio, Marquez a longtemps ferraillé pour la victoire avant d’assurer la troisième place. « Dès le premier tour j’ai eu une grosse alerte qui m’a fait réfléchir, raconte le leader du championnat. J’ai évité de justesse la chute, et là je me suis dit que la course allait être difficile. Je me suis employé à garder le meilleur rythme possible en contrôlant les pilotes que je précédais. Après ma chute de Silverstone, il fallait se remettre sur les rails. » Xavi Vierge a lui bouclé un week-end positif en terminant huitième, comme il l’avait fait en juin aux Pays-Bas. Longtemps sixième, le Catalan a malheureusement raté une vitesse dans les derniers tours de course, laissant Navarro et Binder en profiter pour le devancer. Du côté Tech 3 Moto2, Marco Bezzecchi est tombé en début de course et Philipp Oettl s’est classé vingt-troisième. En MotoGP, Hafizh a terminé quinzième, juste devant Miguel Oliveira. Victime d’une chute en début de course alors qu’il pouvait prétendre au top dix, le Portugais a pu reprendre la piste en dernière position pour revenir à la porte des points. 

Le championnat

En remontant sur le podium, Alex Marquez conserve la première place du classement général Moto2 avec plus d’une victoire d’avance sur Augusto Fernandez, le vainqueur de Misano. Grâce à sa huitième place, Xavi Vierge gagne lui une position. Il est désormais treizième avec 53 points. Hafizh Syahrin garde sa vingt-quatrième place avec six points alors que Miguel Oliveira se retrouve dix-huitième à un point d’Andrea Iannone et de Johan Zarco.

Championnat du monde Superbike – Portugal

Rea repart du bon pied

Près de deux mois après son triomphe à Laguna Seca, Jonathan Rea a retrouvé le chemin de la compétition, à Portimao, sur le même tempo. Avec deux victoires et une deuxième place, le pilote Kawasaki a encore augmenté son avance au classement général du championnat du monde Superbike.

Au terme d’une longue trêve estivale, Jonathan Rea a repris avec le guidon de sa Kawasaki avec le même appétit. Au Portugal, le quadruple champion du monde de Superbike a même fait un pas de plus vers une cinquième étoile. Meilleur temps des essais, il a remporté les deux premières courses du week-end avant d’assurer la deuxième place dans la dernière manche. « L’équipe a encore fait du super boulot, a commenté le Britannique. Les conditions étaient délicates car il a fait très chaud et la piste manquait de grip, mais nous avons réussi à trouver des solutions techniques intéressantes pour y pallier. » Samedi après-midi, Rea s’est échappé dès le début de course en profitant d’un tout-droit au premier tour d’Alvaro Bautista, son adversaire dans la course au titre : « Je me suis retrouvé assez vite avec plusieurs secondes d’avance que je me suis ensuite employé à gérer. » De nouveau vainqueur de la course Superpole dimanche matin, le pilote Kawasaki a terminé le week-end avec un duel à couteau tiré avec la Ducati Bautista. « C’était une bataille très sympa, explique-t-il. Mais dans les derniers tours j’ai préféré assurer la deuxième place en pensant au championnat. » Moins à l’aise sur le tourniquet portugais, Leon Haslam a enchaîné trois places de cinquième après signé le quatrième temps en qualification. « Je suis un peu déçu de ne pas avoir réussi à monter sur le podium dimanche après-midi, regrettait le Britannique. Je manquais un peu de confiance en entrée de virage et je n’ai pas réussi à tenir le rythme des pilotes qui me précédaient. » Toprak Razgatlioglu est lui monté en puissance tout au long du week-end. Sixième à l’arrivée de la première course, il s’est ensuite classé quatrième de la course Superpole avant de monter sur le podium de la dernière manche dimanche après-midi. En Supersport, Lucas Mahias a lui aussi retrouvé le chemin du podium. Le pilote Kawasaki qui s’est battu de bout en bout avec des deux Yamaha de Caricasulo et de Krummenacher termine troisième à moins d’une seconde du vainqueur. Son coéquipier, Hikari Okubo, s’est lui classé septième.

Le championnat

Jonathan Rea a attaqué la dernière partie du championnat du monde Superbike comme il avait terminé la première moitié de la saison : en augmentant son avance au classement général. Alors qu’il ne reste plus que quatre épreuves à disputer, le quadruple champion du monde compte aujourd’hui 91 points d’avance sur Alvaro Bautista, son plus sérieux rival dans la course au titre. Leon Haslam conserve la cinquième place avec un capital de 229 points. Sixième, Toprak Razgatlioglu suit de près avec 223 points. En Supersport, Lucas Mahias pointe en quatrième position avec 98 points, juste devant Hikari Okubo, cinquième avec 82 points.

CITROËN DÉJÀ FOCALISÉ SUR LA TURQUIE

Avec une C3 WRC ne leur permettant pas de délivrer leur plein potentiel, et deux crevaisons sévères pour les premiers cités, Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi – Janne Ferm n’ont pu faire mieux que septième et huitième respectivement de ce rallye d’Allemagne. Une épreuve difficile à l’issue de laquelle, le Citroën Total World Rally Team est déterminé à rebondir dès le prochain rendez-vous en Turquie (12-15 septembre).

Avec une course au podium notamment compromise depuis la double crevaison d’Ogier – Ingrassia hier dans Panzerplatte, le Citroën Total World Rally Team s’attachait aujourd’hui à continuer d’optimiser le comportement de C3 WRC. Un travail qui mettait en lumière des pistes de réglages, comme autant la nécessité d’aller encore plus loin. Cette dernière étape voyait au final Sébastien Ogier et Julien Ingrassia conclure au 7e rang, tandis qu’Esapekka Lappi et Janne Ferm suivaient en 8e position, après être un temps remontés à la régulière à la 6e position. Ce classement vaut désormais aux premiers cités, également crédités de 1 point supplémentaire grâce à leur 5e temps dans la Power Stage, de pointer en troisième position du classement provisoire du championnat du monde.

S’ils mettaient très vite le doigt sur des réglages imparfaits générant du sousvirage, et les obligeant à attaquer très fort pour compenser, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia se positionnaient au troisième rang dès la première étape. Malgré quelques petites erreurs, conséquences logiques de leur engagement de tous les instants. La deuxième journée de course faisant étape dans le camp militaire de Baumholder, là-même où ils se sont souvent montrés redoutables par le passé, leur autorisait des espoirs de consolider leur position, mais ils allaient en fait être les principales victimes de la loterie que constitue cette spéciale. Avec d’abord une crevaison lente au premier passage, avant qu’une seconde au deuxième tour ne leur coûte carrément plus d’1’30’’. D’où leur dernière journée consacrée à des tests, faute de pouvoir briguer les premières positions.

Moins expérimentés sur ce terrain très exigeant, Esapekka Lappi et Janne Ferm n’en pointaient pas moins à seulement 7’’3 du quatrième à mi première étape. Mais ils commettaient eux aussi un tête à queue (ES 5), à force de tout donner avec une monture ne leur convenant pas pleinement. D’où leur septième position le vendredi soir. Auteurs notamment de deux 2e temps (ES 9 et 11) le samedi, signe des progrès réalisés sur les réglages de C3 WRC, ils ne pouvaient éviter une nouvelle petite faute, mais ils ne démotivaient pas, pour apporter leur contribution aux efforts entrepris par le team.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

« Ce n’est clairement pas la course espérée, j’ai tout donné en étant très souvent à l’attaque maximum, mais ça n’a pas suffit. Les temps n’étaient pas là et nos crevaisons n’ont rien arrangé. Nous espérions inverser la tendance, malheureusement la situation au championnat n’évolue pas dans la bonne direction, mais je vais continuer à me battre comme je l’ai toujours fait. »

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

« C’était un weekend très difficile pour nous. Nous avons éprouvé des difficultés à trouver à la fois la confiance derrière le volant et la vitesse pour nous battre avec les meilleurs. Nous avons réussi toutefois à faire quelques petits pas en avant au fil des spéciales mais nous avons besoin de plus. J’ai confiance en notre capacité à trouver tous ensemble des solutions pour l’avenir. »

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Comment analysez-vous cette prestation en deçà de vos ambitions ?

Nous pensions effectivement avoir compris l’origine de notre contre-performance corse et avoir rectifié le tir pour ce nouveau rendez-vous sur le tarmac, où nous espérions bien jouer les premiers rôles, mais force est de reconnaître que ce n’était pas le cas. Nous étions plus proches des leaders ce week-end, mais encore trop loin pour se satisfaire de ça. Nous avons clairement raté quelque chose dans notre préparation. La seule journée complète d’essais de Sébastien et Julien a aussi été perturbée par la pluie, que nous n’avons finalement pas rencontrée ici, et qui nous a empêché de mener à terme notre programme de tests pour l’asphalte sec. On a également joué de malchance avec la double crevaison de Sébastien et Julien dans le camp militaire de Baumholder, alors qu’ils restaient clairement en lutte pour une place sur le podium. Nos équipages n’ont en tout cas jamais démérité de la semaine, cherchant quelles que soient les circonstances, à tirer la quintessence de la monture dont ils disposaient, et c’est également pour cela qu’en tentant de compenser, ils ont fait de petites erreurs. L’équipe non plus ne s’est pas démobilisée, malgré la déception évidente, et c’est cet état d’esprit combattif, assorti aux enseignements que nous allons tirer, qui va nous permettre de ressortir plus forts de cette épreuve.

Comment envisagez-vous la suite du championnat ?

Notre situation au championnat se complique évidemment. Mais nous ne sommes pas du genre à nous avouer vaincus tant que ce n’est pas le cas. Il reste quatre courses à disputer, parmi les plus difficiles du championnat, et il peut donc se passer encore beaucoup de choses. Nous sommes en essais pour préparer la Turquie dès la semaine prochaine, et nous nous battrons jusqu’au terme de la saison avec cohésion, application et passion.

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

  1. Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC) 3h15’29’’8
  2. Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) +20’’8
  3. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +36’’0
  4. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +58’’5
  5. Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) +1’16’’6
  6. Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) +1’46’’2
  7. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) +1’56’’3
  8. Lappi / Ferm (Citroën C3 WRC) +2’02’’2
  9. Greensmith / Edmondson (Ford Fiesta WRC) +6’22’’2

* Sous réserve de publication du classement officiel par la FIA

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES

  1. Ott Tänak – 205 points
  2. Thierry Neuville – 172 points
  3. Sébastien Ogier – 165 points
  4. Kris Meeke – 80 points
  5. Andreas Mikkelsen – 79 points
  6. Elfyn Evans – 78 points
  7. Jari-Matti Latvala – 74 points
  8. Teemu Suninen – 70 points
  9. Esapekka Lappi – 62 points
  10. Dani Sordo – 62 points

* Sous réserve de publication du classement officiel par la FIA

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS

  1. Hyundai WRT – 289 points
  2. Toyota Gazoo Racing – 281 points
  3. Citroën Total WRT – 216 points
  4. M-Sport Ford WRT – 168 points

* Sous réserve de publication du classement officiel par la FIA

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix de Grande-Bretagne

Vierge retrouve le top dix 


Après quatre abandons d’affilée, Xavi Vierge est passé sous le drapeau à damier du Grand Prix de Grande-Bretagne. L’Espagnol s’est même classé dans le top dix.

« Mon objectif était de finir la course, je suis content d’y être arrivé même si au final le résultat n’est pas celui que j’espérais. » A l’arrivée du Grand Prix de Grande-Bretagne, Xavi Vierge s’est voulu positif. « Il fallait que je me remette sur les rails après quatre abandons de suite. J’ai été peut-être un peu trop prudent en début de course, mais je voulais vraiment éviter les problèmes. »  Parti en tête après avoir signé sa troisième pole position de la saison, Alex Marquez semblait pour sa part en mesure de décrocher une nouvelle victoire. Le pilote Marc VDS est malheureusement tombé au sixième tour alors qu’il devançait Jorge Navarro. « C’est une erreur, je plaide coupable, mais c’est la première de la saison, a expliqué l’ancien champion du monde Moto3. Il faut en tirer les leçons et revenir à la réalité. Tout était peut-être un peu trop facile pour moi ces derniers temps. Je suis désolé pour l’équipe qui avait encore fait un super boulot ce week-end, je ferai le maximum pour racheter dès la prochaine course à Misano. » Les pilotes du team KTM Tech 3 ont eux aussi manqué de réussite sur le circuit de Silverstone. En MotoGP, Miguel Oliveira s’est fait percuter en début de course par Johann Zarco alors qu’il pouvait prétendre à un nouveau top dix. Hafizh Syarhin a lui réussi à rentrer dans les points, ce qu’il n’avait plus fait depuis le Grand Prix des Pays-Bas, en se classant treizième. « Je n’avais pas un super rythme, mais après trois chutes lors des trois dernières courses, je manquais de confiance », a commenté le Malaisien. Côté Moto2, Marco Bezzecchi s’est plaint du grip de sa machine. L’Italien est passé sous le drapeau à damier en dix-neuvième position alors que Philipp Oettl s’est classé vingt-quatrième.

Le championnat

Malgré sa chute -son deuxième résultat blanc de la saison, Alex Marquez demeure le solide leader du classement Moto2. Le pilote Marc VDS compte en effet encore trente-cinq points d’avance sur Augusto Fernandez. Xavi Vierge conserve de son côté la quatorzième place. Pas de changement non plus pour Marco Bezzecchi, toujours vingt-quatrième avec trente-trois points. En MotoGP, Miguel Oliveira perd deux places et glisse en dix-septième position. Hafizh Syahrin pointe désormais vingt-quatrième avec six points au tableau d’affichage.

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix d’Autriche

Marquez fait le break

En montant sur la deuxième marche du podium du Grand Prix d’Autriche, Alex Marquez a considérablement augmenté son avance au classement général du championnat du monde Moto2.

Bien qu’ayant réalisé sa plus mauvaise séance de qualification pour se retrouver onzième sur la grille de départ, Alex Marquez a parfaitement négocié son Grand Prix d’Autriche. « Après la pluie de ce matin, nous sommes partis sur une piste qui était encore très piégeuse, raconte le leader du championnat. J’ai su garder mon calme pour prendre le temps de remonter. Je n’ai pas attaqué durant les trois premiers tours, puis j’ai pris mon rythme et j’ai commencé à doubler. » Revenu sur le trio de tête emmené par Binder, l’Espagnol a profité à l’approche de l’arrivée des chutes de Marini et de Bastianini pour monter sur la deuxième marche du podium. « Dans les deux derniers tours, j’étais pratiquement en mesure de me battre avec Brad, mais il était très rapide et j’ai pensé au championnat, poursuit Marquez. Il fallait garder la deuxième place et ne pas prendre de risques inutiles. » Xavi Vierge a de nouveau été contraint à l’abandon. Alors qu’il bagarrait aux avant-postes, le pilote Marc VDS est tombé au freinage à l’attaque du troisième tour, emmenant avec lui le Japonais Nagashima. Chez Tech 3, Philipp Oettl et Marco Bezzecchi ont franchi la ligne d’arrivée en vingt-deuxième et vingt-troisième positions. En MotoGP, Miguel Oliveira a confirmé sa progression au guidon de la KTM RC16. Treizième sur la grille, le pilote portugais a même obtenu son premier top dix en se classant huitième à seulement seize secondes du vainqueur. Hafizh Syahrin est pour sa part tombé dès le début de course.

Le championnat

Grâce à son nouveau podium, le septième depuis le début de l’année, Alex Marquez augmente son avance au classement général. Le leader du championnat devance désormais Tom Lüthi de quarante-trois points. En enregistrant son quatrième résultat blanc d’affilée, Xavi Vierge perd encore une place. Il est désormais quatorzième. Même punition pour Marc Bezzecchi qui pointe désormais à la vingt-quatrième place. En MotoGP, Miguel Oliveira gagne trois positions. Le pilote KTM Tech 3 se hisse à la quinzième place du classement général de la catégorie reine alors qu’Hafizh Syahrin conserve la vingt- cinquième place malgré sa nouvelle chute.

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix d’Allemagne

Marquez repart du bon pied

Après trois semaines de trêve estivale, Alex Marquez a repris le chemin de la compétition sur les chapeaux de roue. Le pilote espagnol s’est imposé en République tchèque au terme d’un nouveau cavalier seul. Il conforte ainsi sa position de leader du championnat du monde Moto2.

« Je voulais attaquer la seconde moitié du championnat comme j’ai terminé la première. » Alex Marquez n’a pas failli à sa mission. Comme en Allemagne le mois dernier, le pilote du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS a surclassé ses adversaires sur le circuit de Brno. Pole position, victoire et record du tour ! « Une course parfaite, comme dans un rêve, a-t-il commenté. La clef de ce résultat a été le travail que nous réalisé au warm up en se concentrant avec les pneus usés. Cela m’a permis d’attaquer dès le premier tour pour ensuite pouvoir contrôler mon avance. » Son coéquipier a été moins inspiré. Mal placé sur la grille, Xavi Vierge est en effet tombé dès le début de course en se précipitant pour remonter dans le peloton. L’Espagnol a tout de même pu repartir pour passer sous le drapeau à damier en vingt-quatrième position. Du côté de l’équipe KTM Tech 3, Marco Bezzecchi a réalisé sa meilleure course de la saison après s’être qualifié sur la deuxième ligne de la grille de départ. « Partir devant m’a aidé », reconnaissait l’Italien qui a franchi la ligne d’arrivée de la course Moto2 en douzième position. Absent depuis trois courses suite à une commotion cérébrale, Philipp Oettl a pour sa part terminé le Grand Prix de la République tchèque à la vingt-troisième place. En MotoGP, Miguel Oliveira a repris la compétition du bon pied. « On a fait une bonne course dans des conditions difficiles, confiait le Portugais qui s’est classé treizième. Les mauvaises conditions météorologiques ne nous ont pas aidés pour mettre au point la moto, et la fin de course a été compliquée au niveau de la gestion des pneus. Finir dans les points est donc une belle récompense. » Hafizh Syahrin pensait lui aussi rentrer dans les points. Il est malheureusement tombé en bataillant avec Alex Espargaro alors qu’il pointait en treizième position.

Le championnat

En remportant sa cinquième victoire de la saison et en offrant par la même occasion à l’équipe Marc VDS le centième podium de son histoire, Alex Marquez porte à trente-trois points son avance au classement général sur Tom Lüthi. Xavi Vierge rétrograde de son côté à la treizième place du championnat. S’il ne bouge pas de la vingt-troisième position, Marco Bezzecchi voit quant à lui son compteur de points passer à dix. En MotoGP, Miguel Oliveira se maintient en dix-huitième position avec désormais dix-huit points. Hafizh Syarhin conserve pour sa part, malgré sa chute, la vingt-cinquième place du classement général.

LES FINLANDAIS VOLANTS DE CITROËN S’OFFRENT LA 2E PLACE !

Deuxièmes sur leurs terres après une prestation de haut vol à bord de C3 WRC, Esapekka Lappi et Janne Ferm ont confirmé qu’ils étaient bien de la race des Finlandais Volants, ces locaux qui chaque année écrivent l’histoire de l’épreuve ! Synonyme de huitième podium cette saison pour le Citroën Total World Rally Team, cette performance est complétée par la cinquième place de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, bien remontés, malgré que le pilote français ait notamment souffert physiquement hier, pour accrocher de précieux points dans l’optique du championnat.

Avec une ultime étape débutant par la spéciale même où ils étaient sortis de la route l’an passé, la tâche d’Esapekka Lappi et Janne Ferm s’annonçait difficile aujourd’hui. D’autant qu’ils ne bénéficiaient pas non plus de l’expérience de la deuxième ES de la boucle, faute de l’avoir parcourue à vitesse de course en 2018. Maîtrisant parfaitement leur sujet ce week-end à bord de C3 WRC, les Finlandais allaient pourtant faire preuve d’une extrême solidité : après un premier tour passé à limiter les dégâts, tout en validant leurs notes, ils reprenaient leurs distances avec l’équipage classé troisième aux deuxièmes passages, pour égaler leur meilleur résultat signé jusqu’alors sous les couleurs rouges (2èmes en Suède), et s’octroyer à domicile un podium pleinement mérité, qui récompense leur indéniable montée en puissance !

Ce deuxième podium de la saison pour le duo Lappi-Ferm, le sixième de leur jeune carrière en WRC, est également le huitième de la saison pour Citroën Total World Rally Team en neuf manches.

Auteurs d’un deuxième temps à seulement un dixième du scratch dès la première véritable ES (19,34 km), Esapekka et Janne affichaient d’emblée leurs intentions et confirmaient leurs velléités en ralliant le terme de la première étape en troisième position, à seulement 2’’4 de la tête. En pleine confiance avec C3 WRC sur ces pistes qui ne tolèrent aucune hésitation, ils faisaient encore mieux le samedi, avec notamment deux scratches (ES 16 & 18) au plus fort de la bagarre, pour s’emparer de la deuxième place avec une marge intéressante de 12’’4 sur le troisième. Un avantage qu’ils parvenaient donc à gérer aujourd’hui, à la manière de vieux briscards !

Deuxièmes en piste le vendredi et donc contraints de balayer la gravette présente en surface pour les suivants, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia parvenaient à limiter les dégâts en concluant la première journée en septième position, à seulement 12’’9 du podium. Hélas, la mauvaise nuit passée après avoir été malade, obligeait Sébastien à revoir ses ambitions le samedi, mais il n’en faisait pas moins preuve de beaucoup d’abnégation pour lutter contre l’épuisement et se hisser en cinquième position, au contact du quatrième. Plus reposé ce dimanche, il se relançait dans la bataille avec la même ténacité mais devait s’incliner de 2’’7 pour le gain de la quatrième place. Les points marqués à cette occasion, assortis aux deux également glanés dans la Power Stage à la faveur d’un 4e temps, lui valent de pointer toujours deuxième du championnat et de rester en lice pour un septième titre mondial consécutif.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

« C’était un week-end compliqué pour nous, je ne cache pas que j’avais d’autres ambitions au départ. J’ai tout donné comme habitude, et c’est sûr que ma journée de samedi où j’étais vraiment à court d’énergie n’a pas aidé, mais même aujourd’hui où j’allais mieux, je ne suis hélas pas parvenu à faire mieux. »

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

« Je suis très heureux pour l’équipe, elle mérite ce résultat tant elle s’est montrée patiente et m’a entouré pendant cette première partie de saison difficile. Nous avons bien travaillé ensemble pour que C3 WRC convienne mieux à mon pilotage, notamment sur le différentiel avant, et j’étais très en confiance à son volant ce week-end, j’en faisais littéralement ce que je voulais ! Dès mon premier temps au shakedown, j’ai su que cela se présentait bien. J’espère maintenant parvenir à conserver ce niveau de performance pour la suite. »

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Que vous inspire la prestation réalisée ce week-end par Esapekka Lappi et Janne Ferm ?

C’est forcément une très grande satisfaction pour nous de les voir ainsi retrouver les sommets après une première partie de saison en dents de scie où ils n’ont pas toujours pu concrétiser leur indéniable potentiel.On savait qu’ils étaient extrêmement rapides, et on n’a jamais douté de leur capacité à remonter la pente. Il leur a simplement fallu un peu de temps pour s’adapter à la voiture et en tirer la pleine mesure. Nous avons également essayé de les accompagner pour mieux gérer certaines situations, et la sérénité affichée ce week-end me fait dire que le travail réalisé porte ses fruits. C’est une juste récompense pour l’implication et la capacité d’écoute dont ils font preuve au quotidien dans le team, mais également pour l’équipe entière qui continue à se donner sans compter. Et j’ai maintenant bon espoir qu’ils puissent poursuivre sur cette lancée sur les épreuves à venir.

Une nouvelle fois très combattifs, Sébastien et Julien repartent de Finlande avec de précieux points dans l’optique de la lutte pour le titre…

En effet, même s’ils espéraient clairement mieux et nous aussi. Mais ils n’avaient pas la partie facile en s’élançant deuxièmes en piste sur ce terrain tout de même sujet au balayage. Sans compter que la mauvaise nuit passée par Sébastien entre vendredi et samedi, lui a si je puis dire coupé les jambes au moment même où ils comptaient se refaire. Malgré tout, ils ont une nouvelle fois su faire preuve de la ténacité qui les caractérise, pour limiter les dégâts et conserver toutes leurs chances au championnat. C’est aussi en venant à bout de pareils week-ends difficiles sans trop de dommages, qu’un championnat se gagne. Nous redoublons à présent d’efforts pour offrir à nos équipages une C3 WRC plus compétitive encore sur les prochaines manches.

LE TEMPS FORT DU WEEK-END

Ingénieur d’exploitation d’Eapekka Lappi et Janne Ferm, Christophe Witschi a été le témoin privilégié de l’intelligence de course et de l’assurance avec laquelle les Finlandais ont construit leur podium, notamment le dimanche matin lorsqu’ils ont coupé court aux velléités de Jari-Matti Latvala. Il raconte…

« Esapekka était très serein ce matin et en même temps lucide quant à la manière dont il allait gérer son avantage de 12’’4 aujourd’hui. Il a clairement dit qu’au premier passage de la première ES, il y avait un virage où il allait lever le pied pour ne pas répéter l’erreur de l’an passé et c’est clairement ce qu’il a fait. Le deuxième chrono de la boucle avait un peu changé l’an dernier, et c’était donc un manque conséquent pour lui de ne pas avoir fait de passage en course, d’autant que Latvala a dû y passer à de multiples reprises depuis ses débuts, vu qu’il servait aussi de shakedown par le passé. Mais là encore Esapekka et Janne ont parfaitement surmonté ce handicap, avant de lui rappeler qu’il n’allait pas les reprendre dès la répétition de Laukaa ! C’est sans doute au moins aussi impressionnant que leur performance du samedi après-midi où ils ont pris l’avantage sur Latvala.»

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

1. Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC) 2h30’40’’3

2. Lappi / Ferm (Citroën C3 WRC) +25’’6

3. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +33’’2

4. Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) +53’’4

5. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) +56’’1

6. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +1’32’’4

7. Breen / Nagle (Hyundai i20 WRC) +1’38’’2

8. Suninen / Salminen (Ford Fiesta WRC) +2’33’’8

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES

1. Ott Tänak – 180 points

2. Sébastien Ogier – 158 points

3. Thierry Neuville – 155 points

4. Elfyn Evans – 78 points

5. Andreas Mikkelsen – 71 points

6. Teemu Suninen – 66 points

7. Kris Meeke – 60 points

8. Esapekka Lappi – 58 points

9. Jari-Matti Latvala – 56 points

10. Dani Sordo – 50 points

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS

1. Hyundai WRT – 262 points

2. Toyota Gazoo Racing – 236 points

3. Citroën Total WRT – 198 points

4. M-Sport Ford WRT – 158 points

Endurance Huit Heures de Suzuka

KRT vainqueur, SRC Champion !

Au terme d’une finale totalement folle remportée par Jonathan Rea et Leon Haslam, le team Kawasaki SRC a décroché son premier titre de champion du monde d’Endurance.

Tout s’est joué à cinq minutes de l’arrivée. Jonathan Rea venait de s’emparer des commandes de la course après avoir pris le meilleur sur la Yamaha officielle du trio Nakasuga, Lowes et Van der Mark et la Honda de l’équipage Takahashi, Kyonari, Bradl. Cramponnée à la treizième place, la Kawasaki du team SRC Kawasaki avait perdu ses derniers espoirs de titre. Handicapée par des problèmes pneumatiques, retardée par l’entrée malheureuse d’un pace car et une chute de Nigon, l’équipe de Gilles Stafler s’était fait une raison. Et puis la Suzuki du SERT, alors neuvième, a cassé son moteur… « On a vécu une fin de course totalement folle, raconte le patron de l’équipe Kawasaki. On pensait perdre le titre pour un point, on le gagne avec cinq points d’avance. C’est vrai qu’on a eu un petit coup de chance sur ce coup là, mais nous en avions tellement manqué au Bol que je crois que nous méritons cette couronne. » La première pour l’équipe Kawasaki SRC, mais aussi la première pour Erwan Nigon et Jérémy Guarnoni, en larmes à l’arrivée de cette incroyable finale japonaise. « Tout le monde a fait du super boulot cette saison, résume Davi Checa, le troisième homme du SRC. Ce succès est largement mérité. » Peu après qu’Etienne Masson a cassé son moteur, Jonathan Rea est tombé sur l’huile laissée par la Suzuki du SERT, contraignant la direction de course à sortir le drapeau rouge. Les quatre minutes qui restaient à boucler ne permettant pas l’entrée du pace car, le classement des Huit Heures de Suzuka a donc été établi à l’issue du tour ayant précédé la chute de Rea. La Kawasaki de l’équipe KRT s’impose ainsi 26 ans après son dernier succès à Suzuka.