Archives de catégorie : Saison 2014

Course de Sao Paulo

Toyota remporte le titre à Sao Paulo

Après le titre des Pilotes à Bahreïn il y a deux semaines, Toyota Racing a remporté son premier titre des Constructeurs dans le Championnat du Monde d’Endurance, avec une deuxième et une quatrième places aux 6 Heures de Sao Paulo (Brésil). Le succès est total.

cr1-WEC-Sao-Paulo-2014

 

 

 

 

Les faits

La course s’est résumée à un duel entre les nouveaux champions Sébastien Buemi et Anthony Davidson d’un côté sur la TS040 HYBRID n°8 et Romain Dumas, Neel Jani et Mark Lieb sur la Porsche de l’autre. Après un contact avec un autre concurrent dans la deuxième heure, la n°8 a fait un retour canon pour terminer dans le même tour que le leader. Les points de cette deuxième place permettent à Toyota d’accrocher le titre.

Le deuxième prototype japonais, piloté par Stéphane Sarrazin et Mike Conway, vainqueurs à Bahreïn, termine au pied du podium après avoir reçu une pénalité pour avoir ralenti un adversaire dans la deuxième heure de course.

Cela laisse Tom Kristensen grimper sur le podium pour la dernière course du pilote danois (Audi), légende de l’Endurance avec neuf victoires au Mans.

Le chiffre

15 ans – Cela faisait quinze ans que Toyota n’avait plus été championne du monde des marques, depuis le succès obtenu dans le Championnat du Monde des rallyes 1999 avec les Corolla de Carlos Sainz et Didier Auriol. Toyota est aussi la première marque japonaise couronnée dans un Championnat du monde d’Endurance, dont le premier fut lancé en 1953.

La phrase

“On a dû se battre contre des adversaires très forts, qui ont un incroyable passé en Endurance.” Le patron de l’équipe Toyota Yoshiaki Kinoshita a rendu hommage à Porsche et à Audi après avoir remporté le titre au bout de huit épreuves que les trois constructeurs et les pilotes ont rendues particulièrement attrayantes.

L’anecdote

La saison s’est terminée derrière la Voiture de Sécurité après l’accident spectaculaire de l’ancien pilote de F1 Mark Webber (Porsche), qui avait réalisé samedi sa première pole position. L’Australien, qui s’est accroché avec la Ferrari 458 Italia de Matteo Cressoni, est indemne, mais il a passé la nuit en observation.

À suivre

Saison 2015

Grand Prix d’Abou Dhabi

Vettel huitième pour sa dernière

Lewis Hamilton est devenu champion du monde pour la deuxième fois de sa carrière, grâce à une victoire lors de la finale à Abou Dhabi. Il succède à Sebastian Vettel, titré lors des quatre dernières saisons, huitième pour sa dernière course avec Red Bull.

cr1-F1-Abu-Dhabi-2014

 

 

 

 

Les faits

Nico Rosberg et Hamilton, en lutte pour le titre, se retrouvaient comme souvent en première ligne. Le départ a souri au Britannique, le duel s’est engagé avant les problèmes techniques apparus sur la monoplace de l’Allemand au ralenti jusqu’au drapeau à damiers. Il insistait pour terminer, son stand lui demandait de stopper.

Hamilton s’imposait en nocturne devant les deux Williams de Felipe Massa et Valtteri Bottas. La première Red Bull, celle de Daniel Ricciardo, a pris la quatrième place. L’Australien a réussi une magnifique remontée en partant (comme Sebastian Vettel, 8e) depuis la voie des stands. Pour sa dernière course avec Red Bull, Vettel a marqué quelques points, il peut désormais se tourner vers son nouveau challenge, Ferrari, où il aura la lourde tâche de remplacer l’Espagnol Fernando Alonso.

La saison 2014 s’est terminée difficilement pour Lotus. Pastor Maldonado a abandonné avant le cap de la mi-course quand le moteur de sa monoplace a pris feu. Son coéquipier Romain Grosjean s’est classé hors des points, à la 13e place, juste devant Rosberg. Deux apparitions dans le top 10 pour Grosjean, une seule pour Maldonado. Le bilan 2014 est maigre, espérons mieux pour l’écurie d’Enstone en 2015 avec une voiture propulsée par un moteur Mercedes tellement performant cette année.

Le chiffre

5 – Vettel, 8e à Abou Dhabi, a terminé cinquième du Championnat, son plus mauvais classement depuis son arrivée chez Red Bull en 2009. Aucune victoire, aucune pole position, l’heure était peut-être venue de changer.

La phrase

« Danke » (merci en allemand). Ce mot était inscrit sur le sol du garage Red Bull pour dire au revoir à Sebastian Vettel. Le quadruple champion du monde portait également ce mot sur le sommet de son casque. Après six saisons couronnées de nombreux succès, il va réaliser son  »rêve d’enfant » en pilotant pour Ferrari.

L’anecdote

Pour cette dernière, Vettel est parti dernier. Exclu, comme son coéquipier Daniel Ricciardo, pour un aileron avant jugé trop flexible par les commissaires. Les deux Red Bull ont donc commencé l’ultime Grand Prix de la saison en dernière ligne.

Rendez-vous en 2015 !

 

 

Course de Chine (Macao)

Gros final à Macao

Champion en arrivant à Macao, pour la dernière manche de la saison, José Maria Lopez en repart avec une dixième victoire pour Citroën, un débutant qui a cassé la baraque.

Les faits

Dans les rues de l’ancien comptoir portugais en Chine, les deux dernières courses de la saison ont été un résumé de cette dernière. Au sein de l’impitoyable escadron des Citroën C-Élysées, le leader reste Lopez. L’Argentin a commencé samedi par s’assurer la pole position devant Sébastien Loeb et Yvan Müller, ses deux coéquipiers qui n’ont pu voir en course que son bouclier arrière.

L’Argentin est allé cueillir à sa manière une dixième victoire cette saison et le record de points marqué dans la compétition sur douze mois. Derrière lui, Loeb et Müller étaient happés par la meute et s’inclinaient face aux Honda Civic de Norbert Michelisz, Gabriele tarquini et Tiago Monteiro.

Dans la deuxième course, Pechito partait de trop loin, en raison de la grille inversée, pour revenir sur Rob Huff, le vainqueur sur sa Lada Granta. Il prenait la 5e place devant Sébastien Loeb, tandis que Müller signait une magnifique remontée jusqu’à la deuxième place.

Le chiffre

17/23. – Citroën termine sa première année dans un championnat du monde sur circuit avec 17 victoires sur 23 possibles. Un total bien au-delà des espérances de ce débutant qui avait manifestement bien préparé son affaire !

L’anecdote

En marge de la dernière manche de la saison 2014, Citroën a annoncé qu’elle allait reconduire son équipe pour 2015 avec Lopez, qui remettra son titre en jeu, Loeb et Müller en titulaire. Deux autres Citroën C-Élysées 2014 seront engagées par le Sébastien Loeb Racing (SLR) et le Chinois Ma Qing Hua est favori pour piloter l’une d’elles.

La phrase

“Je m’attendais à ce qu’Yvan soit intouchable sur ce circuit.” Lopez était un peu surpris de s’imposer aussi facilement à Macao, chasse gardée de Müller.

À suivre

Saison 2015

Rallye de Grande-Bretagne

Ostberg, un dernier podium

La saison 2014 du Championnat du Monde des rallyes s’est terminée avec la deuxième place du classement des Constructeurs pour Citroën, derrière les intouchables Volkswagen. Sébastien Ogier a survolé l’épreuve. Sur Ford, Mikko Hirvonen a devancé Mads Ostberg pour la deuxième place.

cr1-WRC-Grande-Bretagne-2014

 

 

 

 

Les faits

En tête de la première à la dernière spéciale du côté de Deeside, au Pays de Galles, Ogier a fait honneur à son deuxième titre assuré en Espagne lors de l’épreuve précédente. Derrière l’ancien pilote Citroën, la bagarre n’a jamais cessé et elle a fait quelques victimes de marque.

Jari-Matti Latvala, le coéquipier d’Ogier, partait hors piste samedi matin, imité vingt-quatre heures plus tard par Chris Meeke sur la DS3 WRC, alors que le Nord-Irlandais était à la lutte pour une place sur le podium.

Ostberg en profitait pour signer un quatrième podium cette saison et coiffer Thierry Neuville pour prendre la cinquième place du Championnat, le deuxième meilleur classement du Norvégien.

Le chiffre

2 – Pour deux points seulement, avec la troisième place d’Ostberg et la sixième de Meeke, Citroën assure le titre de vice-championne du monde devant M-Sport. “Cette deuxième place nous permet d’atteindre l’un des objectifs fixés”, déclarait le patron de l’équipe Yves Matton.

L’anecdote

La saison en Mondial est terminée, mais pas la saison nationale. La DSS3 WRC reprendra du service à la fin du mois, pour le rallye du Var, avec au volant Sébastien Loeb, neuf fois champion du monde, co-piloté par son épouse Séverine. Premier rallye pour Loeb – qui fait actuellement l’apprentissage du WTCC – depuis le Condroz 2013, qu’il avait remporté avec Séverine.

La phrase

“Je n’ai jamais vécu cela auparavant.” Ostberg gardera un souvenir fort de sa première saison chez Citroën, une équipe qui n’a pas encore officialisé ses pilotes pour l’année prochaine.

À suivre

Saison 2015

Course de Bahreïn

La 7 vainqueur, la 8 championne du monde !

Toyota Racing a posé définitivement sa marque sur le Championnat du Monde FIA d’Endurance en imposant au 6 Heures de Bahreïn la n°7 d’Alex Wurz, Stéphane Sarrazin et Mike Conway, tandis que la n°8 permettait à Sébastien Buemi et Anthony Davidson, de devenir champions du monde à une manche de la fin.

Les faits

Dans le crépuscule du circuit de Sakhir, Toyota a été la seule équipe en mesure d’opposer une résistance à la grande forme des Porsche pour cette septième manche de la saison. Partis de la première ligne, derrière Romain Dumas, Neel Jani et Marc Lieb, Davidson et Buemi ont même fait mieux en prenant la tête dans les premiers tours.

Les deux prototypes japonais étaient en tête dans le premier tiers de la course, lorsque la n°8 connaissait des problèmes d’alternateur qui allaient lui barrer la route de la victoire et du podium, la renvoyant à la 11e place finale. Qu’importe, ses deux occupants, le Suisse Buemi et le Britannique Davidson étaient champions. La n°8 continuait elle sa course en tête et s’imposait avec plus de 50 secondes d’avance sur deux Porsche.

Le chiffre

1994 – C’est la date du dernier titre mondial Pilotes de Toyota en sport automobile, il avait été obtenu en rallye par Didier Auriol. Vingt ans plus tard, le constructeur japonais revient au premier plan.

La phrase

“Gagner un Championnat lorsque vous êtes en compétition face à Audi et Porsche, c’est un grand exploit.” Sébastien Buemi analyse son premier grand titre Pilotes, alors qu’à Sao Paulo il a toutes les chances d’offrir celui des Constructeurs à Toyota qui a 40 points d’avance sur Audi.

L’anecdote

Samedi, Toyota s’est qualifiée sur la première ligne d’une épreuve mondiale d’Endurance pour la dixième fois consécutive, démontrant à la fois perfomance et constance dans cette dernière. La victoire de la n°7 est la 5e d’une Toyota en 7 courses et la 3e consécutive, un record pour l’équipe.

À suivre

Six Heures de Sao Paulo (Interlagos, Brésil, 30 novembre)

Grand Prix d’Espagne (Valence)

Un doublé pour la der

Dernier épreuve de la saison, le Grand Prix de Valence a permis au team Marc VDS de signer avec Tito Rabat et Mika Kallio un superbe doublé au classement du championnat du monde Moto2.

cr1-MotoGP-Valence-2014

 

 

 

 

Les courses

Couronné en Malaisie, Tito Rabat rêvait, à Valence, de conclure sa fantastique saison 2014 en montant sur le plus haute marche du podium. L’Espagnol qui portait pour l’occasion de superbes couleurs noire et or y a cru jusqu’à la sortie du dernier virage. « Il faisait plus frais aujourd’hui et la moto a beaucoup patiné en course, a-t-il raconté. J’ai peut-être aussi fait trop de chemin sur la piste durant la course… Quoi qu’il en soit il m’a manqué quelques gouttes d’essence pour gagner ce dernier Grand Prix. Je suis déçu, mais d’un autre côté c’est le seul problème que j’ai connu cette saison. » Tito Rabat n’a quant à lui pas terminé le premier tour. Percuté par Viñales, le Finlandais est tombé en même temps que l’Espagnol. En MotoGP, Stefan Bradl a terminé son dernier Grand Prix avec le team Honda LCR en huitième position à 45 secondes du vainqueur. Miguel Oliveira a encore signé la meilleure performance des pilotes Elf en Moto3 en se classant lui aussi huitième. Andrea Migno a calé à la dix-huitième place alors que Jorge Navarro est tombé en voulant éviter deux pilotes qui s’étaient accrochés devant lui.

Le championnat

Même s’il n’a pu empocher la septième victoire qu’il visait devant les siens, Tito Rabat a conclu le championnat Moto2 avec un total de 346 points, ce qu’aucun pilote n’avait encore réussi à faire. « Terminer la saison avec le nouveau record de points marqués en classe intermédiaire est une vraie satisfaction », se félicite le nouveau champion du monde. Malgré sa chute, Mika Kallio a réussi à conserver sa deuxième place au classement général pour assurer le doublé de l’équipe Marc VDS. En MotoGP, Bradl conclut ses trois saisons avec le team Honda LCR sur une décevante neuvième place. Miguel Olivieira a réussi pour sa part à rentrer sur le fil dans le top dix du championnat Moto3. Pas de changements en revanche pour Navarro et Migno qui finissent vingt-troisième et vingt-cinquième du classement général.

L’histoire

En terminant premier et deuxième du championnat du monde Moto2, Tito Rabat et Mika Kallio ont offert au team Marc VDS un historique doublé. Depuis 2000 et le titre conquis en 250 par Olivier Jacque pour le team Tech 3 devant Shinya Nakano, plus aucune équipe n’avait en effet réussi à placer ses deux pilotes au sommet de la classe intermédiaire des Grands Prix. « Ce résultat récompense le travail et l’implication de toute l’équipe », se félicite Michael Batholemy, le patron du Marc VDS Racing Team. L’an prochain, la structure belge entamera un nouveau chapitre de son histoire. Alex Marquez, nouveau champion du monde Moto3, remplacera Mika Kallio auprès de Tito Rabat. Le team Marc VDS Racing sera aussi présent en MotoGP avec une Honda RC213V que pilotera Scott Redding. Le Britannique retrouvera ainsi la famille au sein de laquelle il brillait en Moto2. L’équipe belge a par ailleurs décidé de s’associer avec la structure Monlau dirigée par Emilio Alzamora engagée en Moto3 ainsi que dans le championnat d’Espagne. « L’idée est de constituer une filière qui permettra de former de jeunes talents pour les amener au plus haut niveau de la compétition », se félicite Michael Bartholemy.

Grand Prix du brésil

Vettel n’avait pas oublié

Nico Rosberg remporte le Grand Prix du Brésil devant son équipier Lewis Hamilton et réduit l’écart à dix-sept points au Championnat des pilotes avant la dernière levée de la saison, à Abou Dhabi. Sur ses terres, Felipe Massa complète le podium d’Interlagos. Sebastian Vettel, 5e, s’est “remémoré” 2012.

cr1-F1-Brésil-2014

 

 

 

 

Les faits

Meilleur chrono des trois séances libres ainsi que de la qualification, Rosberg a tenu bon tout au long de la course pour devancer son équipier d’une seconde sous le drapeau à damiers du Grand Prix du Brésil.

Parti en sixième position, Sebastian Vettel, comme en 2012, se manquait dans le virage 4 et perdait deux places avant de rattrapper son retard tout au long des 71 tours de piste. Le quadruple champion du monde, qui disputera sa dernière course avec RBR à Yas Marina, accroche finalement la cinquième place.

Moins à l’aise ce week-end, Daniel Ricciardo était pour sa part contraint à l’abandon suite à une rupture de sa suspension avant. L’Australien est cependant assuré de terminer la saison en troisième position.

Le chiffre

x2 – Rappelons que lors de la dernière manche, le 23 novembre à Abou Dhabi, les points marqués seront doublés en vertu d’un nouveau règlement controversé mais qui, au final, rendra l’ultime manche palpitante.

La phrase

« J’ai été très privilégié ces dernières années, j’ai connu des problèmes techniques comme tout le monde ; parfois ça se réglait, parfois pas. Rien ne semblait vouloir se régler cette année, mais c’est ainsi parfois ». Vettel fataliste après une saison 2014 sans la moindre victoire.

L’anecdote

C’est seulement le deuxième abandon en 2014 pour Daniel Ricciardo. Avant le départ du Grand Prix du Brésil, l’Australien était le seul pilote du paddock à n’avoir manqué qu’un seul drapeau à damiers cette saison, c’était à Sepang, en Malaisie.

À suivre

Abou Dhabi (Yas Marina) 21-23 novembre

Grand Prix du Qatar

Salom, champion EVO 2014

Performant depuis l’ouverture du championnat, David Salom a logiquement décroché le premier titre de champion EVO de l’histoire du Mondial Superbike. Malgré deux nouveaux podiums, Tom Sykes a dû lui céder sa couronne au terme de la dernière épreuve de la saison.

cr1-Superbike-Qatar-2014

 

 

 

 

Les courses

En arrivant au Qatar, la pression était forte sur les épaules de Tom Sykes. Menacé par Sylvain Guintoli, le pilote Kawasaki se devait de réagir après les difficultés rencontrées à Magny-Cours. « Je n’ai malheureusement jamais été en mesure de suivre le rythme de Sylvain, regrettait le Britannique au soir de la dernière épreuve de la saison. On savait que ce circuit de Losail ne nous serait pas favorable. Nous en avons eu la confirmation même si j’ai tout de même réussi à finir deux fois troisième. Je suis bien évidemment déçu de perdre le titre après avoir mené le classement aussi longtemps, mais il faut savoir admettre la défaite et en tirer les leçons. Heureusement pour moi l’hiver sera court, nous serons vite au départ de la première course du championnat 2015. » Deuxième de la première course, Loris Baz s’est lui classé septième de la seconde après avoir été percuté au premier virage. « J’ai été obligé de sortir de la piste, ce qui m’a coûté six ou sept secondes, expliquait-il. J’ai réussi à remonter à la septième place, mais je suis quand même déçu de finir ainsi ma dernière course en Superbike. » En Supersport, Kenan Sofuoglu a fait un mauvais choix de pneu qui l’a contraint à se contenter de la huitième place.

Le championnat

Arrivé en leader au Qatar, Tom Sykes est reparti du circuit de Losail sans la couronne qu’il avait brillamment conquise l’an dernier et qu’il semblait en mesure de conserver cette saison. Le pilote Kawasaki peut tout de même se féliciter de sa place de dauphin, de ses seize podiums et de ses cinq Superpoles. Loris Baz conclut quant à lui sa dernière saison de Superbike avec le team Kawasaki à la cinquième place du classement général, fort de huit podiums. En Supersport, Kenan Sofuoglu aura vécu l’une de ses saisons les plus difficiles. L’ancien champion du monde qui n’aura gagné qu’à une seule reprise termine en effet huitième d’un championnat dont il fut longtemps le maître.

L’histoire

Cette saison, le promoteur du championnat du monde Superbike avait décidé d’instaurer une nouvelle catégorie au sein de sa compétition afin d’étoffer la grille tout en réduisant les coûts. Une formule qui s’était avérée gagnante en MotoGP avec la classe CRT devenue Open en 2014. Soutenu par Kawasaki, David Salom est devenu au Qatar, au soir de l’ultime épreuve de la saison, le premier champion EVO de l’histoire du Mondial Superbike. Le pilote espagnol s’est même adjugé son trophée à l’arrivée de la première manche bouclée dans la roue de son principal rival, l’Italien Canepa. « J’aurais aimé décrocher le titre en terminant premier pilote EVO, expliquait Salom, mais mon pneu avant s’est vite dégradé et je n’étais pas en position d’aller chercher Niccolo. » Le pilote Kawasaki s’est vengé dans la deuxième course en terminant onzième et premier pilote Open. « Le bilan de cette saison est plus que positif, conclut Salom. J’ai gagné à treize reprises, je finis premier pilote EVO, douzième au général avec une belle huitième place à Laguna Seca. Notre Ninja ZX-10R peut être fière d’elle. »

Course de Shanghaï

Buemi et Davidson maîtres de Shanghai

Toyota continue de dominer le Championnat du Monde FIM d’Endurance. Après un doublé à Fuji, au Japon, les TS 040 Hybrid ont remis ça à Shanghai et encore une fois la victoire est revenue à Sébastien Buemi et Anthony Davidson.

Les faits

Comme à Fuji, les protos japonais préparés à Cologne (Allemagne) étaient les plus performants dans une course qu’ils se sont rendue facile d’entrée avec un ravitaillement anticipé en profitant de l’entrée en piste de la Voiture de Sécurité en début de course.

Avec un arrêt de moins à faire, la n°8 de Buemi et Davidson et la n°7 de Stéphane Sarrazin, Alexander Wurz et Kazuji Nakajima se livraient à une duel fratricide dans lequel Buemi réussissait une performance éblouissante pour passer Wurz.

Lorsque Le Suisse passait le volant à Davidson, les deux Toyota comptaient déjà un tour d’avance sur la concurrence. À l’arrivée, elles étaient séparées d’une minute et douze secondes.

Le chiffre

3 – Ce deuxième doublé en deux courses pour Toyota est aussi le troisième cette saison. Avant Fuji, il y eut SIlverstone, la première course de la saison. Du coup, Davidson et Buemi, qui ont remporté ces trois courses, plus Spa, sont plus que jamais leaders du championnat.

L’anecdote

Fait unique dans l’Histoire du Championnat, samedi en qualification, deux équipages ont réussi exactement le même temps moyen, 1’48”300. Conformément au règlement, la Porsche de Romain Dumas, Neel Jani et Marc Lieb a été placée en pole position au détriment de Buemi-Davidson car elle avait réalisé son temps en premier dans la séance.

La phrase

“C’est exactement le genre de résultat dont nous avions besoin.” Le Président de Toyota Racing Yoshiaki Kinoshita ne cachait pas sa joie à l’arrivée. Avec ce carton plein, voilà la marque nippone nantie de 29 points d’avance sur Audi, à deux courses de la fin.

À suivre

Bahreïn (15 novembre)

Grand Prix des Etats-Unis

Ricciardo, le meilleur des autres

Lewis Hamilton a décroché une cinquième victoire consécutive ce week-end à Austin, le Britannique a devancé son coéquipier Nico Rosberg et le pilote Red Bull Daniel Ricciardo.

cr1-F1-Etats-Unis-2014

 

 

 

 

Les faits

Hamilton a fait un pas de plus vers un deuxième titre mondial avec ce succès texan, il arrivera au Brésil la semaine prochaine avec une marge de 24 points mais le championnat se jouera dans trois semaines à Abou Dhabi.

Rosberg a pourtant pris le meilleur départ depuis la pole mais Hamilton ne l’a pas laissé prendre une avance trop importante, il a sagement attendu le bon moment pour porter une attaque décisive au 24e tour sur un magnifique dépassement avec son DRS activé en plongeant à l’intérieur sur son rival au virage 12. Rosberg n’aura aucune occasion jusqu’à la fin de la course.

Ricciardo ne l’avait pas caché, il voulait le podium sur l’un de ses circuits préférés. Contrat rempli pour l’Australien, il a terminé troisième face aux deux Williams grâce à une meilleure gestion des arrêts au stand. Il était le seul à pouvoir encore priver les pilotes Mercedes du titre mondial, mais c’est désormais officiel, il ne sera pas champion du monde en fin d’année.

Son coéquipier Sebastian Vettel s’est lui classé septième, une belle remontée en démarrant dans les stands après un sixième changement de moteur. Pastor Maldonado a inscrit ses premiers points de la saison pour Lotus, se classant neuvième, Romain Grosjean a lui échoué à la porte du top 10.

Le chiffre

18 – Seulement 18 voitures au départ ce week-end. Les écuries Caterham et Marussia, récemment mises en redressement judiciaire, n’ont pas fait le voyage aux États-Unis. Elles pourraient aussi manquer les deux derniers Grands Prix de la saison.

La phrase

« Nous avons fait ce que nous pouvions », a déclaré Ricciardo après la course. C’est le cas depuis le début de l’année, il y a Mercedes et les autres.

L’anecdote

En faisant apparaître son nom sur son casque, Romain Grosjean a rendu hommage ce week-end à Christophe de Margerie, le PDG de Total décédé tragiquement le 20 octobre dernier dans un accident d’avion en Russie.

À venir

Grand Prix du Brésil (7-9 novembre)