Archives de catégorie : Endurance

Signatech Alpine Elf complète son équipage pour la saison 2019-2020 du Championnat du Monde FIA WEC

À deux semaines du Prologue de Barcelone, Signatech Alpine Elf dévoile son équipage complet pour la saison 2019-2020 du Championnat du Monde FIA WEC.
Sacré en ELMS en 2013 et sur le podium LMP2 du Mans en 2017 avec Alpine, Pierre Ragues retrouve la marque au A fléché en rejoignant Thomas Laurent et André Negrão.
L’équipe témoigne sa reconnaissance à Pierre Thiriet pour avoir brillamment défendu ses couleurs afin d’obtenir un nouveau titre mondial et une nouvelle victoire aux 24 Heures du Mans.

Après avoir officialisé l’arrivée du grand espoir français Thomas Laurent aux côtés d’André Negrão lors des 24 Heures du Mans, Signatech Alpine Elf est en mesure d’annoncer le retour de Pierre Ragues au sein de l’équipe.

Pierre Thiriet ayant pris la décision de se concentrer sur ses prochains enjeux personnels et professionnels, les hommes de Philippe Sinault ont choisi de faire appel à un pilote qu’ils connaissent particulièrement bien afin de le remplacer.

Vice-Champion de Formule Campus en 2003, Pierre Ragues a disputé ses premières 24 Heures du Mans en 2006. Deux ans plus tard, il montait sur le podium en LMP2 avant de rejoindre l’écurie Signature-Alpine avec laquelle il a remporté le premier titre de la marque en European Le Mans Series en 2013.

Parti relever d’autres défis en ELMS puis en FIA WEC, Pierre a retrouvé les Bleus en 2017 lors d’une saison partielle ponctuée d’une quatrième place au classement général des 24 Heures du Mans, synonyme de podium dans la catégorie LMP2. Depuis, le Français continue de briller en ELMS avec notamment deux nouveaux podiums.

Le trio formé par Thomas Laurent, André Negrão et Pierre Ragues aura pour objectif d’aller chercher un troisième sacre mondial pour Alpine tout en essayant d’obtenir une troisième victoire consécutive en LMP2 aux 24 Heures du Mans.

L’équipe débutera ses préparatifs les mardi 23 et mercredi 24 juillet à l’occasion du Prologue sur le Circuit de Barcelona-Catalunya (Espagne).

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut

« Nous tenons tout d’abord à remercier Pierre Thiriet pour son rôle extrêmement important dans notre nouvelle victoire aux 24 Heures du Mans et la reconquête de notre titre en Championnat du Monde FIA WEC. Il n’a commis aucune faute tout en rendant une copie parfaite au Mans. »

« Nous avons eu l’opportunité de rappeler Pierre Ragues à nos côtés et les choses se sont faites naturellement. Nous partageons les mêmes valeurs sportives et humaines, ce qui représente à la fois un gain de temps et un gage de compétitivité. En outre, son profil atypique et polyvalent en a toujours fait l’un des meilleurs ambassadeurs d’Alpine sur les circuits et en dehors. Nous nous inscrivons donc dans la continuité des années précédentes avec un équipage performant, cohérent et complémentaire. Nous n’avons plus qu’une hâte : retrouver la piste dans deux semaines à Barcelone ! »

Signatech Alpine Matmut fait coup double : nouvelle victoire aux 24 Heures du Mans et titre mondial en LMP2 !

Au terme d’une édition semée d’embûches, l’équipe Signatech Alpine Matmut s’offre son troisième succès en quatre ans dans la catégorie LMP2 des 24 Heures du Mans.

Avec huit podiums en autant de courses, Nicolas Lapierre, André Negrão et Pierre Thiriet permettent à la marque d’obtenir sa deuxième couronne en Championnat du Monde FIA WEC.

Cette victoire conclut de manière retentissante une semaine marquée par la présentation de la Nouvelle Alpine A110S.

Obéissant fidèlement à une tradition bien établie, le départ des 87e 24 Heures du Mans était donné ce samedi à 15h00 et Nicolas Lapierre gagnait d’emblée une place pour se porter au deuxième rang de la catégorie LMP2.
 
Resté plus longtemps en piste que ses concurrents directs, le Français s’emparait de la tête dès le huitième tour de son premier double relais. Une fois celui-ci achevé, le pilote Signatech Alpine Matmut enchaînait sur un triple relais tout en tentant de contenir la G-Drive n°26, dont le retour était facilité par une stratégie plus agressive. 
 
Le duel se poursuivait lorsqu’il passait le témoin à Pierre Thiriet, puis à André Negrão, qui entrait en action au début de la sixième heure.
 
Au crépuscule, les drapeaux jaunes, slow zones et neutralisations se multipliaient sous quelques gouttes de pluie sur le Circuit de la Sarthe. Le Brésilien faisait peu de cas de ces conditions piégeuses pour replacer l’Alpine A470 au sommet avant la réplique de son rival, chaussé de pneus plus frais.
 
Après un arrêt au stand perturbé par un concurrent en LMP2 au tiers de la course, Nicolas Lapierre et Pierre Thiriet reprenaient la piste pour se lancer à la chasse des leaders.
 
Le Vosgien allait toutefois connaître son lot de mésaventures dans la nuit mancelle puisque deux neutralisations dans ses deux premiers relais changeaient radicalement la physionomie de la course. La voiture de sécurité s’intercalant entre la n°26 et lui, les Bleus perdaient une minute dans la première, puis de précieuses secondes lors de la deuxième intervention.
 
Relégué à deux minutes et demie, Pierre Thiriet bouclait son triple relais avant de laisser André Negrão et Nicolas Lapierre passer à l’attaque avant l’aube. S’ils parvenaient à regagner une minute au petit matin, leurs efforts étaient annihilés par l’accident de la Dragonspeed n°31 ramenant la voiture de sécurité en action.
 
Dans la foulée, l’équipe ajustait sa stratégie en relançant Pierre Thiriet en piste à sept heures du drapeau à damier. La détermination et la persévérance de l’équipage portaient enfin leurs fruits lorsque les leaders restaient bloqués dans les stands peu après 9h00. L’Alpine A470 récupérait ainsi la première place avec un tour d’avance sur son premier poursuivant et ultime rival encore en course pour le titre.  
 
Dès lors, le trio continuait d’enchaîner des chronos compétitifs tout en ayant le luxe de gérer son avance et son matériel.
 
Après le dernier relais d’André Negrão, Pierre Thiriet revenait au volant pour atteindre son temps minimum de roulage avant que Nicolas Lapierre ne soit chargé de rallier l’arrivée. 
 
Pour sa dernière apparition avec la marque au A fléché, Nico passait le premier sous le drapeau à damier pour sceller sa troisième victoire au Mans en quatre participations avec Alpine. 
 
Ce succès est également le troisième de Signatech Alpine Matmut dans la Sarthe après les victoires de 2016 et 2018, mais aussi son cinquième podium dans la catégorie LMP2 depuis 2014.
 
Enfin, ce triomphe acquis devant la Jackie Chan DC Racing n°38 permet à Alpine d’obtenir son deuxième titre LMP2 en Championnat du Monde FIA d’Endurance après celui de 2016… Une couronne qui sera remise en jeu dès le coup d’envoi de la saison 2019-2020 le 1erseptembre prochain à Silverstone !

Ils ont dit

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut

« J’avais dit que nous étions prêts et nous l’étions bel et bien. La concurrence l’était tout autant, ce qui nous a offert un début de course très intense et disputé avec un rythme beaucoup plus élevé que d’habitude. Cela laissait présager une belle et longue bataille, où nous n’avons pas été surpris de retrouver les principaux prétendants à la victoire et au titre. Nous nous sommes tenus dans un mouchoir jusqu’à la tombée de la nuit, puis Le Mans a encore choisi son vainqueur. C’est dans de telles situations qu’il faut être prêt et présent. Nous l’avons été à tous les niveaux : la voiture n’a pas vu les graviers, nous avons su faire les bons choix, bien communiquer et nous adapter. C’est la clé pour un événement de cette ampleur et nous avons pris énormément de plaisir. Cette victoire a une saveur toute particulière par rapport à celle de l’an dernier, car nous allons pouvoir la fêter tous ensemble dès ce soir et nous avons pu entendre La Marseillaise sur le podium. Il faudra ensuite se renconcentrer rapidement puisque la prochaine échéance, le Prologue, arrive très vite ! »

Nicolas Lapierre

« Quelle journée pour toute l’équipe et nous ! Elle était essentielle et cruciale dans le dénouement du championnat et de cette course mythique des 24 Heures du Mans. Nous travaillons depuis plus d’une année pour atteindre ces deux objectifs et nous avons finalement réalisé notre rêve de remporter les deux. Nous avions d’abord décidé de nous focaliser sur le titre mondial, mais une fois le départ donné, nous nous sommes battus corps et âme contre la G-Drive. Ce n’était pas une concurrente directe au championnat, mais nous nous devions de respecter ce monument qu’est Le Mans en nous battant pour la victoire. Nos efforts ont payé et la victoire nous apporte le sacre. C’est un mélange très fort d’émotions, mais aussi la satisfaction du travail accompli sur une épreuve qui s’annonçait très difficile et disputée. D’un point de vue plus personnel, il s’agissait de ma dernière course avec Alpine. Peut-être que le futur nous réunira, mais il était important de finir de cette manière et nous ne pouvons être que fiers de cette équipe et de tout ce que nous avons accompli ensemble. » 

 

 

André Negrão 

« La plus haute marche du podium est vraiment un endroit magique et je suis fier d’y être avec Alpine et toute l’équipe. Non seulement nous remportons les 24 Heures du Mans pour la deuxième année consécutive, mais nous sommes également sacrés au championnat. Je suis aux anges et je pense même être le plus heureux d’entre nous tous aujourd’hui. Je viens de remporter mon premier titre et je m’en souviendrai toute ma vie. Je tiens vraiment à adresser un immense merci à l’équipe Signatech Alpine Matmut, à Philippe ou encore à Alpine et tous ceux qui ont cru en moi, m’ont soutenu et nous ont permis d’atteindre tous ensemble ce formidable doublé ! »

 

 

 

 

Pierre Thiriet

« C’était une course de folie. La bataille était véritablement intense et disputée, mais nous nous y attendions face à des concurrents de qualité qui se sont montrés propres et fair-play en piste. Je tiens vraiment à souligner le travail réalisé en amont par l’équipe pour préparer chaque manche et celui-ci a été évident ce week-end : la voiture n’a eu aucun souci et aucun de nous trois n’est parti à la faute. Je pense que c’est la clé pour réussir en LMP2 tant le moindre problème oblige à cravacher fort pour revenir. Nous formons également une famille très soudée, où règne un excellent état d’esprit. C’est un aspect important et il nous permet d’être doublement heureux aujourd’hui. Nico et André ont fait un travail incroyable, tout comme l’ensemble de l’équipe. Nous avons été comme portés par l’immense soutien des fans et des médias envers Alpine et son équipage comprenant deux pilotes français. Enfin, je tire mon chapeau à Jota. Ils ont été des adversaires exceptionnels lors de cette superbe saison. Leur pointe de vitesse nous a poussés à progresser et à nous sublimer et c’était un régal de se battre contre eux ! »

 

 

 

24 Heures du Mans – LMP2
1. Signatech Alpine Matmut n°36 368 tours
2. Jackie Chan DC Racing n°38 + 1 tour 
3. TDS Racing n°28 + 2 tours
4. United Autosports n°22 + 3 tours
5. IDEC Sport n°48 + 4 tours
6. G-Drive Racing n°26 + 4 tours 
7. Duqueine Engineering n°30 + 5 tours
8. Panis Barthez Compétition n°23 + 6 tours
9. Graff n°39 + 6 tours
10. Algarve Pro Racing n°25 + 11 tours

Trophée FIA LMP2 Équipes
1. Signatech Alpine Matmut n°36 – 181 points
2. Jackie Chan DC Racing n°38 – 166 points
3. Jackie Chan DC Racing n°37 – 138 points
4. DragonSpeed n°31 – 117 points
5. Larbre Competition n°50 – 85 points
5. Racing Team Nederland n°29 – 85 points
7. TDS Racing n°28 – 66 points

 

Signatech Alpine Matmut reprend la tête du championnat après un nouveau podium à Spa

  • Signatech Alpine Matmut s’offre son septième podium d’affilée dans la catégorie LMP2 du Championnat du Monde FIA WEC.
  • André Negrão, Pierre Thiriet et Nicolas Lapierre ont pris la troisième place dans des conditions apocalyptiques à Spa-Francorchamps.
  • L’Alpine A470 n°36 reprend les commandes du championnat avant la grande finale aux 24 Heures du Mans (15-16 juin).

Dès jeudi, l’équipe Signatech Alpine Matmut et l’ensemble du peloton étaient accueillis à Spa-Francorchamps par un temps extrêmement difficile et imprévisible. 

Après une première séance d’essais consacrée aux réglages, l’Alpine A470 n°36 était piégée par l’apparition de la pluie dans l’après-midi. Les Bleus faisaient toutefois le plein d’informations dans la dernière session avant qu’André Negrão et Pierre Thiriet ne se qualifient au cinquième rang du LMP2. 

Samedi à 13h30, le départ était donné sous un ciel menaçant. Premier en action, André Negrão gagnait rapidement une place, mais les premières gouttes étaient signalées dès la fin du deuxième tour. 

Très vite, les conditions devenaient dantesques avec l’arrivée de la neige fondue et des températures descendues à 1°C. Le Brésilien rentrait pour chausser les pneumatiques pluie de Michelin, puis l’équipe ajustait sa stratégie grâce à un ravitaillement éclair à la fin de la première intervention de la voiture de sécurité.

Les adversaires d’Alpine rechaussaient les gommes slicks lors d’une accalmie et de la seconde neutralisation, mais André Negrão émergeait en tête du peloton toutes catégories confondues avant de passer le témoin à Pierre Thiriet au début de la troisième heure.

Sur une piste sèche, le Français réalisait un double relais solide en associant performance et régularité à mi-course, mais Ho-Pin Tung réussissait à le surprendre juste avant le retour des intempéries.

Nicolas Lapierre le relayait pour mettre le Chinois sous pression. Alors que la grêle s’invitait sur Spa-Francorchamps, le pilote Platinum repassait par les stands un tour plus tôt que son concurrent pour reprendre les commandes.

L’avance qu’il s’était rapidement construite était réduite à néant par une nouvelle intervention de la voiture de sécurité. Pastor Maldonado en profitait à l’amorce de la dernière heure, mais le Français restait au contact. Après une dernière neutralisation, Nicolas Lapierre poursuivait son triple relais en étant troisième à quinze minutes de l’arrivée, devancé par deux voitures devant encore s’arrêter. 

Les conditions diluviennes et la visibilité précaire contraignaient finalement la direction de course à brandir le drapeau rouge onze minutes avant le damier. Malgré une course sans faute de la part des pilotes en piste et de l’équipe sur la stratégie, l’Alpine A470 devait se contenter de la troisième place et prolongeait ainsi sa série avec un septième podium consécutif lui permettant de prendre le dessus sur ses rivales au championnat. 

La dernière étape de la reconquête aura lieu le mois prochain aux 24 Heures du Mans.

Ils ont dit

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut

« En vingt-neuf ans de métier, je n’avais jamais connu de course sous la neige ! Dans ces conditions dantesques, il était difficile d’appréhender l’usage et la bonne exploitation des pneumatiques, d’autant que nous découvrons encore les Michelin. Nous nous en sommes très bien sortis puisque notre stratégie de l’undercut nous a permis de reprendre la tête en LMP2 – et même au général – après des qualifications plutôt moyennes. Nous avons mené plus de la moitié de la course, les pilotes n’ont commis aucune erreur et l’équipe a été fantastique en étant de loin la plus rapide aux stands. Je suis toutefois un peu amer, car la victoire nous tendait les bras sans les deux dernières interventions de la voiture de sécurité… Outre le regroupement, une équipe n’a pas eu à s’arrêter et une autre n’a pas atteint le temps de roulage de son pilote Silver, ce qui restera sans conséquence avec le drapeau rouge. L’équipe méritait d’être mieux récompensée, mais l’essentiel est d’avoir rempli notre principal objectif : nous arriverons au Mans en étant aux commandes des deux championnats. Tout se jouera aux 24 Heures comme nous l’avions toujours dit et nous avons déjà hâte d’y être ! »

Nicolas Lapierre

«L’essentiel est assuré, car nous voulions conserver la tête du championnat pilotes tout en reprenant les commandes du côté des équipes. Nous avons également beaucoup appris sur les Michelin dans toutes les conditions. Cela n’empêche pas une pointe de déception puisque les deux voitures devant nous n’étaient pas en mesure de finir la course sans repasser par les stands. Toute l’équipe a fait de l’excellent travail sur la stratégie et n’a commis aucune faute. Cette course était pour nous sans le drapeau rouge, mais nous nous tournons déjà vers Le Mans, où nous arriverons plus sereins et en position de force. »

 

 

 

André Negrão 

«La course a été très piégeuse avec cette alternance entre neige, pluie et soleil du départ à l’arrivée. Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, mais nous n’avons commis aucune erreur. Nous avons tous très bien travaillé et nous nous battrons pour le titre jusqu’au bout. Je me réjouis de notre performance et de notre résultat, même s’il aurait pu être meilleur sans le drapeau rouge. Le sport automobile est parfois fait ainsi et il est temps de passer en mode Le Mans ! »

 

 

 

 

 

 

Pierre Thiriet

«Je suis très heureux, car j’ai pris beaucoup de plaisir dans mon double relais. J’étais en confiance et la voiture était performante. Nous avons aussi réalisé un formidable travail d’équipe, notamment sur la stratégie et aux stands. Notre prise de risque a été payante et mes deux équipiers ont réussi à exploiter tout le potentiel de la voiture dans des conditions extrêmement difficiles. Nous méritions d’être mieux récompensés, mais le drapeau rouge a tout changé. Il y a toutefois beaucoup de points positifs à retenir de cette course et une seule équipe devant nous est éligible aux points. Tout se jouera donc au Mans et nous arriverons dans les meilleures conditions. »

 

 

 

 

Total 6 Heures de Spa-Francorchamps – LMP2
1. DragonSpeed n°31 129 tours
2. G-Drive Racing n°26 +3’’955
3. Signatech Alpine Matmut n°36 +4’’432
4. Jackie Chan DC Racing n°38 +8‘’627
5. TDS Racing n°28 + 1 tour
6. Racing Team Nederland n°29 + 2 tours 
7. Jackie Chan DC Racing n°37 + 2 tours
8. Larbre Competition n°50 + 3 tours

Trophée FIA LMP2 Pilotes
1. Nicolas Lapierre / André Negrão / Pierre Thiriet – 143 points
2. Gabriel Aubry / Stéphane Richelmi / Ho-Pin Tung – 139 points
3. Roberto Gonzalez / Pastor Maldonado – 117 points
4. Jazeman Jaafar / Nabil Jeffri / Weiron Tan – 98 points
5. Anthony Davidson – 83 points

Trophée FIA LMP2 Équipes
1. Signatech Alpine Matmut n°36 – 143 points
2. Jackie Chan DC Racing n°38 – 139 points
3. Jackie Chan DC Racing n°37 – 138 points
4. DragonSpeed n°31 – 117 points
5. Racing Team Nederland n°29 – 70 points
6. Larbre Competition n°50 – 67 points
7. TDS Racing n°28 – 42 points

Herrero et Parisy ouvrent la saison en beauté

Avec des courses intenses et disputées jusqu’au drapeau à damier, l’Alpine Elf Europa Cup a enthousiasmé le public des Coupes de Pâques ! Vainqueurs des deux premières manches de la saison à Nogaro, Mateo Herrero (Milan Compétition) et Mike Parisy (CMR) en profitent pour s’installer en tête du classement général.

Après la séance de répétition organisée le mois dernier, le peloton se retrouvait samedi à Nogaro pour les essais libres. Gaël Castelli (CMR) donnait le ton d’entrée en signant le meilleur temps dans la première session en 1’34’’271, un nouveau record pour la catégorie sur le Circuit Paul Armagnac.


COURSE 1 : LA PREMIÈRE POUR HERRERO
En qualifications, Mateo Herrero soufflait la pole position avec trente-trois millièmes d’avance sur Nicolas Milan (Milan Compétition) au terme d’une séance interrompue prématurément par la sortie de Mike Parisy.

Malgré quelques gouttes de pluie, les concurrents conservaient les slicks au départ. Mateo Herrero gardait l’avantage tandis que Gaël Castelli débordait Nicolas Milan dans un peloton marqué par l’accrochage entre Julien Neveu (Autosport GP), Rodolphe Wallgren (Milan Compétition) et Mike Parisy.

Au fil des passages, les débats gagnaient en intensité et une véritable bataille à cinq se dessinait pour la victoire entre Mateo Herrero, Gaël Castelli, Nicolas Milan, Laurent Hurgon (Autosport GP) et Marc Guillot (Milan Compétition).

Appliquant une pression de tous les instants sur le leader, Gaël Castelli ne trouvait pas l’ouverture. Derrière, le ton montait entre Laurent Hurgon et Marc Guillot. Les deux hommes reléguaient Nicolas Milan au cinquième rang avant que Marc Guillot ne tente de ravir la troisième place à Laurent Hurgon, sans succès.

Du haut de ses dix-sept ans, célébrés trois jours plus tôt, le Junior Mateo Herrero s’imposait avec six dixièmes de seconde d’avance sur Gaël Castelli. Laurent Hurgon complétait le podium devant Marc Guillot et Nicolas Milan.

Yann Zimmer (CMR) remportait son duel pour la sixième position face à Antoine Miquel (Milan Compétition) tandis que Mike Parisy, Vincent Beltoise (Racing Technology) et Julien Fébreau (Racing Technology) – vainqueur chez les Gentlemen – formaient la suite du top dix dans cet ordre.


COURSE 2 : PARISY PREND SA REVANCHE
La deuxième séance de qualifications était encore plus disputée que la première puisque Mike Parisy signait la pole position avec moins d’un dixième de seconde d’avance sur Yann Zimmer, Mateo Herrero et Vincent Beltoise. Preuve du niveau de compétitivité de l’Alpine Elf Europa Cup, les neuf premiers se tenaient en moins d’un quart de seconde !

Au départ, Mike Parisy conservait l’avantage sur Yann Zimmer tandis que Vincent Beltoise surprenait Mateo Herrero. Deux boucles plus tard, le peloton se resserrait lorsque Mike Parisy passait dans le bac à graviers. Yann Zimmer tentait alors une manœuvre pour prendre les commandes, mais Vincent Beltoise, Mateo Herrero et Marc Guillot profitaient de son optimisme pour le dépasser.

À son tour, Vincent Beltoise plaçait Mike Parisy sous pression, mais le leader résistait fermement. Le retour de Mateo Herrero derrière son rival lui permettait même de reprendre ses distances, mais le vainqueur de la première course était débordé par Marc Guillot, Yann Zimmer et Nicolas Milan dans la foulée.

Gérant son avance d’une main de maître, Mike Parisy s’imposait devant Vincent Beltoise tandis que Yann Zimmer s’offrait la troisième marche du podium aux dépens de Marc Guillot dans le dernier tour.

Promu au cinquième rang après l’abandon de Nicolas Milan et Laurent Hurgon au dixième tour, Gaël Castelli se classait cinquième devant Mateo Herrero, à nouveau meilleur Junior. Julien Neveu prenait la septième place face à Antoine Miquel alors que Jean-Baptiste Mela et le Gentleman Rodolphe Wallgren intégraient le top dix.

L’Alpine Elf Europa Cup se poursuivra le mois prochain au Hockenheimring (24-26 mai).


ET AILLEURS…
Tout au long du week-end pascal, Alpine a brillé sur le Circuit Paul Armagnac de Nogaro. Outre les courses intenses et disputées opposant les Alpine A110 Cup, l’Alpine A110 GT4 de Stéphane Lémeret et Pierre-Alexandre Jean s’est offerte un retentissant doublé pour prendre les commandes du classement général en Championnat de France FFSA GT.


ILS ONT DIT

Mateo Herrero (vainqueur course 1, leader du classement général)
« Le bilan de ma première manche en Alpine Elf Europa Cup est vraiment positif. J’ai gagné ma première course dimanche et j’en étais vraiment fier vu l’expérience de mes adversaires. La deuxième était un peu plus compliquée, mais j’avais un bon rythme. Je pensais que les différences avec la monoplace seraient plus importantes, mais j’ai réussi à m’adapter rapidement. Il est désormais temps de bien préparer le prochain rendez-vous à Hockenheim. Vu mes résultats, j’ai peut-être une cible dans le dos maintenant, mais le plus important est que les performances soient au rendez-vous ! »

Mike Parisy (vainqueur course 2) 
« Nous étions plutôt à l’aise en essais, mais nous sommes entrés dans une spirale défavorable avec un problème technique causant une sortie de piste en qualifications, puis un accrochage dans la première course. Nous avions à cœur de remonter la pente pour montrer notre rythme et c’est exactement ce que nous avons fait avec la pole. J’ai pu user de toute mon expérience pour gérer le trafic et creuser l’écart au moment opportun. Une fois en sécurité, j’ai pu m’atteler à maîtriser le reste de la meute et remporter cette victoire qui compense notre première journée assez négative. Malgré mon expérience, je suis un peu novice dans ce championnat très relevé, excitant et sympathique. Je prends extrêmement de plaisir avec l’Alpine A110 Cup. Nous allons désormais poursuivre notre travail sur la voiture avec l’équipe CMR avant d’attaquer les circuits internationaux. Ce sont donc des débuts encourageants, mais la saison est encore longue ! »

Julien Fébreau (pilote invité) 
« C’était un week-end fantastique et vraiment génial. J’ai su dès mon premier tour que ce ne serait que du plaisir. J’avais juste peur de ne pas progresser autant que je le voulais, mais j’y suis parvenu et c’est un grand motif de satisfaction, tout comme ma victoire chez les Gentlemen ! J’ai découvert l’Alpine A110 Cup samedi matin. C’est une voiture très facile à prendre en main et jamais vicieuse. Au fil des trois jours, j’ai réduit l’écart sur les meilleurs temps de 4’’0 à 1’’4. Cela reste un monde en sport automobile, mais on peut vraiment aller chercher ses limites d’entrée, même sur un circuit redoutable comme celui de Nogaro. Que l’on soit débutant, gentleman ou pilote professionnel, je crois que chacun peut y trouver du plaisir et du défi. C’est à la fois une voiture-école et une voiture de compétition pure quand on voit le niveau exceptionnel des pilotes aux avant-postes… Et je ne parle même pas de la cote de popularité ! »

Signatech Alpine Matmut toujours aux avant-postes !

  • À Sebring (États-Unis), Signatech Alpine Matmut s’est offert son sixième podium consécutif dans la catégorie LMP2 du Championnat du Monde FIA d’Endurance.
  • Deuxièmes à l’arrivée, André Negrão, Nicolas Lapierre et Pierre Thiriet reprennent les commandes du championnat pilotes.
  • L’Alpine A470 n°36 revient à cinq points de la tête du classement général avant de retrouver l’Europe pour les 6 Heures de Spa (2-4 mai) et les 24 Heures du Mans (15-16 juin).

Arrivée la semaine dernière en Floride, l’équipe Signatech Alpine Matmut entamait sa découverte du Sebring International Raceway dès samedi.

Après deux journées consacrées à l’apprentissage des pneumatiques Michelin et des subtilités de ce tracé mythique, atypique et bosselé, l’Alpine A470 n°36 terminait deuxième des trois séances d’essais libres avant que Nicolas Lapierre et Pierre Thiriet ne la qualifient au troisième rang du LMP2 jeudi soir.

Le départ était donné sous une chaleur écrasante vendredi à 16 heures. Premier à l’œuvre, Nicolas Lapierre faisait preuve de finesse pour conserver sa position avant de gagner une place dès le quatrième tour à la faveur d’une belle manœuvre à l’intérieur du premier virage.

Pierre Thiriet s’installait ensuite au volant pour son double relais. Passé un temps troisième, le Français réagissait rapidement pour reprendre son bien alors que le ciel se faisait de plus en plus menaçant.

Après le premier quart de course, la sortie d’une LMP1 provoquait une neutralisation. L’équipe faisait alors le choix de faire entrer en scène André Negrão juste avant que la voiture de sécurité n’effectue son apparition. Comme Pierre Thiriet, le Brésilien doublait son relais avant un nouveau full course yellow dans la foulée de son arrêt.

Alors que la nuit tombait sur Sebring, il devenait évident que l’épreuve s’achèverait une fois la durée limite de huit heures atteinte. En parallèle, Pierre Thiriet revenait en piste avant de laisser Nicolas Lapierre repartir à l’attaque. Ses deux relais et les deux suivants d’André Negrāo permettaient aux Bleus de consolider leur deuxième place à l’amorce de l’ultime heure.

Dans les vingt dernières minutes, les premières gouttes de pluie arrivaient et l’équipe réalisait le coup parfait en chaussant les full wet. Les efforts de Nicolas Lapierre étaient néanmoins annihilés par la sortie de Loïc Duval et l’intervention de la voiture de sécurité jusqu’au drapeau à damier.

Deuxième de sa catégorie et cinquième au classement général, l’Alpine A470 poursuivait toutefois sa série de six podiums consécutifs tout en s’offrant un deuxième top cinq au scratch en cette Super Saison 2018-2019.

Ils ont dit

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut

« Ce week-end atypique se conclut sur une bonne opération. Sebring est un circuit unique au calendrier avec ses bosses, de grosses différences d’adhérence, son climat extrêmement chaud et d’importantes variations de température. Nicolas a réalisé un excellent départ avant que la Jackie Chan DC Racing n°38 – notre adversaire principal – ne rencontre des soucis. Cela a rapidement changé la physionomie de la course et nous avons choisi de limiter notre prise de risques. Notre stratégie voulait que Pierre roule assez tôt et il faut saluer son double relais de jour dans de telles conditions. Il nous a permis de rester dans le duo de tête et il s’en est bien sorti de nuit malgré un pare-brise sali par une autre voiture. En parallèle, André et Nicolas ont tout donné pour garder les leaders à portée de tir jusqu’à ce final épique. Dès l’arrivée de la pluie, nous avons pris la bonne option en chaussant les full wet contrairement à nos rivaux qui avaient opté pour les intermédiaires. Sans l’accident de la TDS et la fin de course sous safety car, notre pari aurait pu payer, mais ce sixième podium d’affilée souligne notre régularité et notre statut parmi les favoris au titre ! »

Nicolas Lapierre

« Il y a beaucoup d’enseignements positifs à tirer de ce week-end, notamment en ce qui concerne la stratégie, les arrêts au stand, la bonne adaptation de l’équipe à ce tracé particulier ou encore le début de notre collaboration avec Michelin. En revanche, nous avons peut-être manqué un peu de performance quand les températures étaient plus fraîches. Je pense que nous avons cerné le problème et que nous sommes prêts à travailler sur cet aspect, mais le week-end se finit bien avec cette deuxième place et notre retour en tête du classement général chez les pilotes. »

 

 

André Negrão 

« Dès les essais du week-end dernier, nous avions trouvé de nombreuses pistes pour être plus performants en course. Cependant, nous étions moins à notre avantage quand il faisait moins chaud, comme lors des qualifications. Tout se joue à peu de choses, mais cela n’enlève rien à notre résultat. Nous sommes toujours dans le match au classement Équipes et nous repassons devant au classement Pilotes. J’ai désormais hâte de retrouver l’Europe pour nos essais de préparation en vue de Spa et du Mans. »

 

 

 

Pierre Thiriet

« Le début de course n’était pas évident avec le rythme imposé par nos adversaires. Pendant la nuit, nous avons essayé de maintenir l’écart et nous y sommes arrivés avant ce final où l’équipe a fait les bons choix pour sceller cette belle deuxième place. Ce n’était pas facile, notamment pour Nicolas qui a dû composer avec la pluie, mais je tiens à saluer ce beau travail d’équipe durant nos deux semaines à Sebring. Le bilan est donc positif et de bon augure avant les deux dernières manches de la saison ! »

 

 

 

 

1000 Miles de Sebring – LMP2
1. Jackie Chan DC Racing n°37 239 tours
2. Signatech Alpine Matmut n°36 +27’’421
3. DragonSpeed n°31 + 2 tours
4. Larbre Competition n°50 + 5 tours
5. Racing Team Nederland n°29 + 9 tours
6. Jackie Chan DC Racing n°38 + 30 tours
NC. TDS Racing n°28


Trophée FIA LMP2 Pilotes
1. Nicolas Lapierre / André Negrão / Pierre Thiriet – 125 points
2. Gabriel Aubry / Stéphane Richelmi / Ho-Pin Tung – 123 points
3. Jazeman Jaafar / Nabil Jeffri / Weiron Tan – 98 points
4. Roberto Gonzalez / Pastor Maldonado – 92 points
5. Erwin Creed / Romano Ricci – 61 points


Trophée FIA LMP2 Équipes
1. Jackie Chan DC Racing n°37 – 130 points
2. Signatech Alpine Matmut n°36 – 125 points
3. Jackie Chan DC Racing n°38 – 123 points
4. DragonSpeed n°31 – 92 points
5. Larbre Competition n°50 – 61 points
6. Racing Team Nederland n°29 – 60 points
7. TDS Racing n°28 – 30 points

L’Alpine A110 GT4 remporte la première GT4 International Cup de l’histoire

Avec la victoire de l’Alpine A110 GT4 n°36 engagée par l’équipe CMR et confiée à Pierre-Alexandre Jean et Pierre Sancinéna sur le Circuit International de Bahreïn, Alpine inscrit une nouvelle ligne à un palmarès extrêmement riche et éloquent.

Organisée par SRO dans le cadre du Bapco Bahrain GT Festival à Sakhir, la première GT4 International Cup, véritable Coupe du Monde de la catégorie, réunissait vingt et un équipages et dix constructeurs venus des quatre coins du globe pour clore la saison 2018 en beauté.

Dès les essais libres, les Alpine A110 GT4 exploitées par la structure de Charly Bourachot et avec le soutien technique de l’équipe Signatech donnaient le ton. La n°36 s’offrait ainsi le meilleur temps de la première séance avant d’être imitée par la n°26 d’Antoine Leclerc et de David Tuchbant dans la seconde session.

Plus discrète en qualifications malgré la cinquième place d’Antoine Leclerc en Q2, l’Alpine démontrait encore son potentiel lors des deux courses qualificatives. Si la n°26 était victime par deux fois du peloton, la voiture sœur menait deux superbes remontées de bon augure avant la grande finale disputée de nuit. Hélas contraints à s’élancer du fond de grille pour la manche principale, David Tuchbant devait rapidement renoncer tandis que Pierre-Alexandre Jean commençait un véritable festival.

Troisième du Championnat de France FFSA GT à seulement dix-sept ans, Pierre-Alexandre Jean dépassait une dizaine de concurrents pour se porter au septième rang dès le premier tour. Cinquième une boucle plus tard, le Français poursuivait ses efforts pour se hisser sur le podium provisoire au cinquième passage.

Lors de la fenêtre de changements de pilotes, Pierre-Alexandre Jean prolongeait au maximum son relais. Avec le champ libre devant lui, il réalisait alors un véritable tour de qualifications pour faire la différence avant de passer le volant à Pierre Sancinéna.

Une fois installé dans le baquet, le premier champion de l’Alpine Elf Europa Cup ressortait de la voie des stands en tête grâce au travail de son partenaire. Jamais inquiété, le Normand s’offrait le luxe de gérer son rythme tout en creusant petit à petit l’écart malgré l’armée d’allemandes lancées à sa poursuite.

Quelques secondes après que le chronomètre indique l’heure de course, l’Alpine A110 GT4 parée des couleurs Elf bleu-blanc-rouge franchissait la première le drapeau à damier pour sceller sa victoire et son triomphe dans le monde du GT4… Cinq mois à peine après ses débuts en compétition !

Lionel Chevalier, Directeur Technique de Signatech : « Nous sommes extrêmement fiers de voir une Alpine A110 GT4 remporter la première GT4 International Cup de l’histoire. Cette victoire couronne le travail mené depuis près de dix-huit mois par l’équipe de Signatech Automobiles et depuis plusieurs mois avec l’équipe CMR. Je tiens donc à tous les féliciter, mais aussi Pierre-Alexandre Jean et Pierre Sancinéna, deux pilotes qui se révèlent véritablement au volant de l’Alpine A110 GT4 et l’Alpine A110 Cup. Après nos succès en Championnat de France et d’Europe, ce premier sacre mondial confirme le potentiel de notre voiture. C’est une incroyable source de motivation pour l’avenir, d’autant que la concurrence était véritablement relevée ce week-end ! Nous avons déjà hâte d’attaquer la saison 2019 pour défendre ce titre et partir à la conquête des différents championnats nationaux et internationaux. »

Signatech Alpine Matmut poursuit sa série de podiums à Shanghai

  • Nicolas Lapierre, André Negrão et Pierre Thiriet ont signé leur cinquième podium en autant de courses disputées cette saison à l’occasion des 6 Heures de Shanghai.

  • Au terme d’une épreuve hachée, Signatech Alpine Matmut pointe désormais au deuxième rang du Championnat du Monde d’Endurance en LMP2.

  • Toute l’équipe va désormais mettre à profit la trêve hivernale pour retrouver la tête aux 1000 Miles de Sebring, le 15 mars 2019.

Retardée plusieurs jours par un problème technique sur son vol Paris-Shanghai, l’équipe Signatech Alpine Matmut était contrainte à une escale inattendue en Sibérie. Malgré ce retard, tous les membres de l’équipe parvenaient à s’installer à temps, aidés pour l’occasion par certains concurrents du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC.

Dès les premiers tours de roue, les Bleus montaient au front sous le ciel très capricieux du Circuit International de Shanghai. Après avoir essayé plusieurs configurations aérodynamiques et les deux types de pneumatiques pluie vendredi, le soleil faisait son apparition contre toute attente le lendemain.

Grâce au travail acharné mené lors des trois séances d’essais libres, Nicolas Lapierre signait le meilleur temps des qualifications dans la catégorie LMP2. L’Alpine A470 n°36 devait toutefois se contenter de la quatrième place à l’issue de l’exercice, Pierre Thiriet se faisant piéger dans son apprentissage du tracé chinois sur le sec.

De fortes averses s’abattaient sur Shanghai dimanche. Le départ était donné derrière le safety car et les débats étaient neutralisés après le premier quart d’heure. Installés au volant, Nicolas Lapierre et ses adversaires devaient attendre une heure avant le retour du drapeau vert. Le Français en profitait néanmoins pour se hisser au troisième rang avant d’être surpris par les conditions dantesques avant une deuxième interruption.

Une fois de plus, la course reprenait sous le régime de la voiture de sécurité, qui restait en piste plus longtemps que prévu puisque plusieurs concurrents partaient à la faute, voire en aquaplanning dans la ligne droite des stands ! L’équipe choisissait alors cet instant pourréadapter sa stratégie en fonction de la météo.

Les efforts de l’équipe portaient leurs fruits puisque Nicolas Lapierre remontait en deuxième position avant de céder le volant à André Negrão, chaussés de pneus intermédiaires. Le premier relais du Brésilien était marqué par une nouvelle neutralisation et le retour de la pluie avant qu’il ne soit relayé par Pierre Thiriet à l’amorce de la cinquième heure.

Dans des conditions toujours aussi difficiles, les deux hommes continuaient de s’échanger le baquet tout en donnant le meilleur d’eux-mêmes alors que la luminosité déclinait rapidement. Repassé quatrième, Pierre Thiriet parvenait tout de même à finir le travail en évitant les ultimes écueils de cette épreuve et en ramenant l’Alpine A470 en troisième place sur la ligne d’arrivée.

 

Ils ont dit

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut
« C’était une course très difficile pour les nerfs et la stratégie. Nicolas a réalisé un bon départ avant la première interruption. Afin de couvrir un éventuel drapeau rouge définitif, nous avons adapté notre stratégie avant de la réajuster puisque les conditions s’annonçaient ensuite un peu plus clémentes. Comme il y avait moins de pluie sur la piste, la pression des pneus nous a joué des tours, mais André a su garder le contact tandis que Pierre a fait de son mieux dans des conditions qu’il découvrait. Pierre a d’ailleurs repris le volant en fin de course pour atteindre son temps minimum de conduite et sceller un podium bien mérité pour toute l’équipe. Ce cinquième podium est une satisfaction. Nous savions que le rendez-vous de Shanghai serait difficile, nos principaux adversaires évoluant à domicile. Nous comptons désormais dix points de retard et le championnat est encore long, d’autant plus avec deux courses à gros coefficients. Nous restons donc dans le match et le moindre point comptera ! »

Nicolas Lapierre
« Les conditions ont rendu cette course extrêmement difficile. Il fallait faire des paris sur la stratégie et nous nous en sommes bien tirés. Mon rythme était un peu en-deçà à mi-course, mais la performance était au rendez-vous et nous avons su aller chercher cette troisième place. Nous allons désormais mettre à profit la pause pour reprendre la tête du championnat à la rentrée. »

est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l’imprimerie depuis les années 1500, quand un imprimeur anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser

André Negrão
« Avec les nombreuses interruptions, je pense que nous avons obtenu le meilleur résultat à notre portée aujourd’hui. C’était très compliqué de prendre le rythme et de le maintenir. J’avais passé les intermédiaires au moment où la piste commençait à sécher, mais la pluie s’est à nouveau intensifiée et j’ai préféré rouler prudemment pouréviter de perdre de gros points. Tout reste encore à faire l’an prochain et nous continuerons de nous battre jusqu’aux 24 Heures du Mans ! »

est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l’imprimerie depuis les années 1500, quand un imprimeur anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réalise

Pierre Thiriet
« La nervosité était au rendez-vous au volant entre les conditions extrêmes et la visibilité médiocre ! Je crois que nous avons bien tiré notre épingle du jeu tant les pièges étaient nombreux. Même si nous arriverons à Sebring en deuxième position au championnat,nous pouvons être fiers du travail accompli sur la semaine. L’équipe n’a commis aucune erreur sur le plan de la stratégie ou lors des ravitaillements. Le bilan reste donc positif et nous donnerons tout à Sebring. »

Classement 6 Heures de Shanghai – LMP2

1. Jackie Chan DC Racing n°38 109 tours
2. DragonSpeed n°31 + 13’’013
3. Signatech Alpine Matmut n°36 +53’’375
4. Jackie Chan DC Racing n°37 + 1 tour
5. Racing Team Nederland n°29 + 9 tours
6. Larbre Competition n°50 + 11 tours
NC. TDS Racing n°28

Trophée FIA LMP2 Équipes

1. Jackie Chan DC Racing n°38 – 112 points
2. Signatech Alpine Matmut n°36 – 102 points
3. Jackie Chan DC Racing n°37 – 98 points
4. DragonSpeed n°31 – 73 points
5. Racing Team Nederland n°29 – 47 points
6. Larbre Competition n°50 – 46 points
7. TDS Racing n°28 – 30 points

Pierre Sancinéna titré au bout du suspense !

Le dernier rendez-vous de la saison a tenu toutes ses promesses en Alpine Elf Europa Cup. Malgré les efforts de Nicolas Milan (Milan Compétition), auteur d’un doublé sur le Circuit de Barcelona-Catalunya, Pierre Sancinéna (CMR) devient le premier pilote sacré en Alpine Elf Europa Cup ! There was a rather unique ceremony on Friday. 10 days after being officially and definitively declared the winners of their category in edition 86 of the 24 Hours of Le Mans, Signatech Alpine Matmut and its drivers received their trophy from ACO President, Pierre Fillon.

Pour cette finale, l’Alpine Elf Europa Cup prend la direction de la Catalogne en présence de dix-neuf concurrents avides de conclure l’année en beauté au volant de leurs Alpine A110 Cup.

COURSE 1 : PREMIÈRE POUR MILAN

Après des essais libres menés sous un temps sec, la piste est humide au moment d’aborder les qualifications. Dans son ultime effort, Nicolas Milan arrache la pole position à Marc Guillot (Milan Compétition) et Jean-Baptiste Méla (Autosport GP).

Au départ, Nicolas Milan conserve les commandes à l’intérieur du premier virage, mais Marc Guillot prend l’avantage au suivant avant la réplique immédiate du poleman. Derrière, Jean-Baptiste Méla rétrograde et Sylvain Noël (Racing Technology), Laurent Hurgon (Autosport GP) et Julien Neveu (Autosport GP) en profitent pour se placer dans le sillage du duo de tête.

Au deuxième tour, la voiture de sécurité fait son apparition pour sortir l’Alpine A110 Cup de Pierre Macchi (Autosport GP) des graviers. Quand le peloton est libéré, Nicolas Milan contient Marc Guillot tandis que Laurent Hurgon ravit la troisième place à Sylvain Noël. Un peu plus loin, Vincent Beltoise (CMR) voit s’envoler ses derniers espoirs de titre en étant contraint à l’abandon.

Le groupe de chasse s’anime également sous l’impulsion de Gaël Castelli (Milan Compétition), Pierre Sancinéna et Julien Neveu. Les trois hommes se livrent une somptueuse bataille pour la cinquième position pendant plusieurs boucles. Quand Laurent Hurgon doit abandonner à trois tours de l’arrivée, Gaël Castelli prend définitivement l’avantage et dépasse Sylvain Noël pour se hisser au troisième rang.

En tête, Marc Guillot tente de trouver l’ouverture sur Nicolas Milan, mais l’Agenais résiste avec brio pour s’offrir sa première victoire en Alpine Elf Europa Cup pour 142/1000e d’avance. Gaël Castelli complète ce podium monopolisé par Milan Compétition, qui signe le premier triplé dans l’histoire de la discipline.

Quatrième, Julien Neveu devance Sylvain Noël, qui scelle son titre dans la catégorie Gentlemen. Pierre Sancinéna se classe sixième, suivi par le Junior Marc De Fulgencio (Team VRT), inéligible aux points. Mathieu Blaise (Racing Technology), Jean-Baptiste Méla et Thomas Padovani (Milan Compétition) bouclent le top dix dans cet ordre.

COURSE 2 : FINALE À COUTEAUX TIRÉS

Dimanche matin, ils sont encore trois à pouvoir prétendre au titre : Pierre Sancinéna (128 points), Nicolas Milan (117 points) et Sylvain Noël (113 points).

En qualifications, Laurent Hurgon s’offre la pole position pour dix millièmes d’avance sur Marc Guillot. Parmi les prétendants, Nicolas Milan se classe quatrième, juste devant Pierre Sancinéna, qui avait signé le meilleur temps avant de le perdre pour non-respect des limites de la piste. Dixième, Sylvain Noël sait qu’il est désormais condamné à réaliser l’exploit en course.

Lorsque le peloton est relâché, Laurent Hurgon se fait immédiatement déborder par Nicolas Milan, Marc Guillot et Gaël Castelli. Pierre Sancinéna reste cinquième, un résultat qui ne lui suffit pas pour être couronné si Nicolas Milan l’emporte !

Au troisième tour, l’abandon de Pierre Combot (Autosport GP) entraîne l’intervention de la voiture de sécurité. Le classement évolue peu à la relance, mais le groupe de tête est extrêmement serré à mi-course puisque les douze premiers se tiennent en six secondes. Julien Neveu en profite d’ailleurs pour tirer son épingle du jeu et remonter au sixième rang après l’accrochage entre Vincent Beltoise et Sylvain Noël.

Les derniers tours sont riches en rebondissements. Tout d’abord, Pierre Sancinéna reprend le contrôle de son destin en surprenant Laurent Hurgon, mais Julien Neveu le dépasse dans la foulée. En parallèle, Gaël Castelli est contraint à l’abandon et doit renoncer à la troisième place.

Aux avant-postes, Nicolas Milan s’impose à nouveau devant Marc Guillot. Julien Neveu prend la troisième position, suivi par Pierre Sancinéna, finalement sacré pour un point face à son adversaire. Cinquième, Jean-Baptiste Méla l’emporte chez les Juniors, tout comme Sylvain Noël chez les Gentlemen. Thomas Padovani, Marc De Fulgencio, Laurent Hurgon et Matthieu Blaise complètent le top dix à l’arrivée.

Ils ont dit

Pierre Sancinéna (Vainqueur de l’Alpine Elf Europa Cup 2018) .

« J’ai du mal à trouver mes mots… C’était à la fois dur et génial, mais la conclusion est juste extraordinaire. Quand Alpine a annoncé la création de cette compétition, je n’ai pas hésité une seule seconde à m’engager en raison de mon passé avec la marque. J’ai de la famille dieppoise et mon premier stage d’ingénieur a eu lieu à l’usine de Dieppe. J’ai beaucoup d’affection envers Alpine et c’est donc une immense fierté de devenir le premier champion de l’Alpine Elf Europa Cup avec le A fléché sur ma poitrine. Je savais que la finale serait tendue et que je devais éviter de prendre le moindre risque. J’étais conscient que la cinquième place ne suffirait pas dimanche, mais je n’ai jamais douté. Les deux derniers tours ont été très longs… Ce titre récompense une saison magnifique. Je tiens vraiment à remercier toutes les personnes qui ont contribué à cette victoire : ma famille, mes partenaires, l’équipe CMR et Alpine, bien sûr ! »

Nicolas Milan (2e du classement général, vainqueur courses 1 et 2) 

« Je suis très heureux de remporter mes deux premières courses en Alpine Elf Europa Cup. Je n’avais pas été assez rapide en début d’année, j’ai ensuite manqué de réussite et ces victoires arrivent un peu trop tard, mais le titre s’est vraiment joué à peu de choses. La deuxième place reste un résultat très satisfaisant, d’autant qu’elle était loin d’être acquise puisque j’étais au pied du podium avant ce week-end. Heureusement, j’ai pu compter sur les performances de mon équipier Marc Guillot. Nous avions bien préparé ce rendez-vous pour travailler les réglages et nos efforts ont payé. Cela donne envie de poursuivre l’an prochain et de ne jamais sous-estimer nos adversaires. C’était en tout cas une très belle saison et j’ai pris beaucoup de plaisir à piloter cette voiture. »

Sylvain Noël (3e du classement général, titré chez les Gentlemen)

« J’étais venu il y a trois semaines dans le cadre du Championnat de France FFSA GT et j’ai pensé que cela suffirait. Nous avons peut-être sous-estimé ce rendez-vous, car nous n’avons pas su combler le déficit avec nos concurrents qui s’étaient mieux préparés. Nous avons atteint notre objectif du début de saison qui était le titre en Gentlemen, mais je suis convaincu que nous aurions pu viser plus haut si nous nous étions donné un peu plus de moyens et si nous avions eu un peu plus de réussite à certains moments. Après une pause de six ans, je reste néanmoins très satisfait de mon retour en compétition ! »

Quatre à la suite pour Signatech Alpine Matmut

  • Avec la troisième place de Nicolas Lapierre, André Negrão et Pierre Thiriet, Signatech Alpine Matmut termine sur le podium pour la quatrième année consécutive au Fuji Speedway (Japon).

  • Avec quatre podiums en autant de manches disputées cette saison, l’Alpine A470 garde la tête du Championnat du Monde d’Endurance en LMP2 avant de se rendre à Shanghai (16-18 novembre).

  • Signatech Alpine Matmut s’est vu remettre ce week-end son trophée de vainqueur des 24 Heures du Mans.

Le vendredi était marqué par une cérémonie un peu particulière. Dix jours après avoir été déclarés officiellement et définitivement vainqueurs de la 86e édition des 24 Heures du Mans dans leur catégorie, Signatech Alpine Matmut et ses pilotes ont reçu leur trophée des mains de Pierre Fillon, le président de l’ACO.

En piste, le ciel couvert restait clément pour les deux premières séances d’essais libres. Malgré de nombreuses interruptions dues à des vibreurs récalcitrants, les boudins jaunes étant mal fixés, l’équipe menait un véritable travail de fond et s’offrait le meilleur temps de la deuxième session.

Après une ultime séance dédiée à l’évaluation de la stratégie des pneumatiques, les qualifications étaient confiées à André Negrão et Pierre Thiriet. L’exercice se révélait extrêmement disputé, et le duo plaçait l’Alpine A470 au quatrième rang du LMP2.

Dimanche, la course débutait sur une piste détrempée. Dans ces conditions difficiles, Nicolas Lapierre réalisait un départ parfait pour se hisser à la deuxième position avant de prendre la tête dans la première demi-heure. Au fil des passages, la trajectoire s’asséchait tout en restant assez grasse. Après une relance, Nicolas Lapierre était d’ailleurs piégé par ce terrain en constante évolution et rétrogradait en cinquième place au terme de la première heure.

L’équipe réagissait immédiatement en lui faisant chausser des pneus slicks pour la fin de son triple-relais. Avant d’entamer la troisième heure de course, l’Alpine n°36 était ainsi revenue sur le podium provisoire. Pierre Thiriet enchaînait avec deux très beaux relais lui permettant de distancer ses poursuivants tout en se rapprochant de la la Jackie Chan DC Racing n°38.

André Negrão accomplissait également sa part du travail lors de son double relais avant de passer le témoin à Nicolas Lapierre, solide troisième à l’amorce de la dernière heure. Le Brésilien reprenait le volant à une demi-heure de l’arrivée avec Ho-Pin Tung dans son viseur. S’il parvenait à réduire l’écart, le temps lui manquait pour faire la jonction et il devait se contenter de la troisième place au drapeau à damier.

Ils ont dit

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut
« La déception l’emporte un peu, mais nous avons de nombreux points positifs à retenir. Nous avons affiché un niveau de performances supérieur à celui de Silverstone. Tout le monde a su progresser, qu’il s’agisse de l’équipe au niveau des arrêts, des réglages et de la préparation de la voiture, ou des pilotes, à l’image de Pierre qui a réalisé une très belle course. Cela nous a permis de prendre la tête assez rapidement et nous l’avons occupée à trois reprises au gré des ravitaillements. Malgré un malheureux fait de course inhérent aux conditions, nous avons bien réagi en reprenant une bonne partie de la minute perdue dans l’opération. Nous gardons les commandes du championnat et c’est le plus important pour rester mobilisés et concentrés. La saison est encore longue et nous n’en sommes qu’à la moitié. Il faudra être toujours présent aux avant-postes et c’est ce que nous faisons depuis le début de l’année. »

Régis Fricotté, Directeur commercial et compétition d’Alpine
« Ce résultat conclut de belle manière ce week-end durant lequel le réseau et les clients japonais d’Alpine ont pu s’essayer au volant de l’Alpine A110 sur le circuit de Fuji tout en découvrant l’univers Alpine en compétition. Même si nous visons toujours la victoire, cette troisième place nous permet de conserver la tête du classement général et c’est le plus important pour reconquérir le titre mondial. »

Nicolas Lapierre
« Je suis partagé sur ce résultat. Nous avions clairement la vitesse pour gagner, mais nous avons manqué de réussite et mon tête-à-queue dans mon deuxième relais nous coûte probablement la victoire. Grâce au travail de toute l’équipe, nous avions une voiture performante tout au long du week-end et cela nous a permis de revenir sur le podium. L’objectif à Shanghai sera de repartir en tête du championnat, nous ferons donc tout y arriver ! »

est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l’imprimerie depuis les années 1500, quand un imprimeur anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réaliser

André Negrão
« Nous avons fait du bon travail. Le rythme était là tout au long du week-end et les réglages étaient idéaux, qu’importe les conditions. La victoire était à notre portée, mais le sport automobile est parfois fait ainsi. Nous sommes toujours en tête du classement général, certes pour un point, mais c’est la position qui compte. Nous allons poursuivre nos efforts en vue de Shanghai pour conserver cette dynamique jusqu’à la fin de la Super-Saison !

est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. Le Lorem Ipsum est le faux texte standard de l’imprimerie depuis les années 1500, quand un imprimeur anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour réalise

Pierre Thiriet
« Même si le résultat n’est peut-être pas à la hauteur de nos espérances, je préfère retenir les points positifs et il y en a bien plus que de négatifs. Je suis ravi du rythme que nous avons affiché en course. Nous avons fait de grands progrès depuis Silverstone et c’est de bon augure pour la suite de la saison. Je suis convaincu que nous arriverons à Shanghai avec une voiture performante et la rage de vaincre. »

Classement 6 Heures de Fuji – LMP2

1-Jackie Chan DC Racing n°37 217 tours
2-Jackie Chan DC Racing n°38 +26’’087
3-Signatech Alpine Matmut n°36 +44’’398
4-TDS Racing n°28 + 1 tour
5-Larbre Competition n°50 + 6 tours
6-DragonSpeed n°31 + 12 tours
7-Racing Team Nederland n°29 + 13 tours

Trophée FIA LMP2 Équipes

1-Signatech Alpine Matmut n°36 – 87 points
2-Jackie Chan DC Racing n°38 – 86 points
3-Jackie Chan DC Racing n°37 – 86 points
4-DragonSpeed n°31 – 55 points
5-Larbre Competition n°50 – 38 points
6-Racing Team Nederland n°29 – 37 points
7-TDS Racing n°28 – 30 points

Quarante ans plus tard, Alpine s’offre une nouvelle victoire !

  • Le classement final des 24 Heures du Mans a été modifié après l’exclusion de la G-Drive Racing n°26 et de la TDS Racing n°28.

  • De l’Alpine A442B du duo Pironi / Jaussaud à l’Alpine A470 de l’équipage Lapierre / Negrão / Thiriet, quarante ans séparent ces deux succès d’Alpine dans la Sarthe.

  • Avec deux victoires et quatre podiums LMP2 en cinq ans, Alpine est la seule équipe présente dans le top cinq absolu des 24 Heures du Mans depuis 2016.

Le 11 juin 1978, l’Alpine A442B de Didier Pironi et Jean-Pierre Jaussaud franchissait le drapeau à damier pour remporter les 24 Heures du Mans à l’issue d’une édition pleine de rebondissements.

Quarante ans plus tard, ce succès historique trouve désormais un écho particulier avec la victoire acquise au terme d’un ultime retournement de situation pour l’équipe Signatech Alpine Matmut.

Auteurs d’une course sérieuse en déjouant autant que possible les pièges des neutralisations et du trafic, Nicolas Lapierre, André Negrão et Pierre Thiriet avaient été récompensés de leurs efforts en terminant deuxièmes du LMP2.

À l’issue des vérifications techniques menées après l’arrivée, deux équipages concurrents – dont le vainqueur de la catégorie – ont été exclus pour non-conformité d’une pièce du restricteur du débit de carburant. 107 jours après l’arrivée, le verdict de l’appel a été rendu et il confirme la victoire de l’Alpine A470 dans la catégorie LMP2.

Après le triomphe de 2016 et les podiums de 2014 et 2017, Alpine est la seule équipe à avoir atteint le top cinq absolu sur chacune des trois dernières éditions des 24 Heures du Mans.

Actuellement en tête de la catégorie LMP2 de la Super-Saison 2018-2019, l’équipe Signatech Alpine Matmut peut désormais se focaliser sur la reconquête du titre mondial. Le prochain rendez-vous du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC aura lieu à Fuji (14 octobre).

Classement final 24 Heures du Mans -LMP2

  1. Signatech Alpine Matmut n°36 – 367 laps
  2. Graff-SO24 n° 39 +1 tour
  3. United Autosports n° 32 +2 tours
  4. Jackie Chan DC Racing n° 37 +6 tours
  5. DragonSpeed n° 31 +7 tours
  6. Jackie Chan DC Racing n° 38 +11 tours
  7. Racing Team Nederland n° 29 +11 tours
  8. Jackie Chan DC Racing n° 33 +12 tours
  9. Panis-Barthez Compétition n° 23 +15 tours
  10. SMP Racing n° 35 +22 tours

Trophée FIA LMP2 Équipes

  1. Signatech Alpine Matmut n°36 – 72 points
  2. Jackie Chan DC Racing n°38 – 68 points
  3. Jackie Chan DC Racing n°37 – 61 points
  4. DragonSpeed n°31 – 46 points
  5. Racing Team Nederland n°29 – 31 points
  6. Larbre Competition n°50 – 28 points
  7. TDS Racing n°28 – 18 points