Archives de catégorie : Sport

DS TECHEETAH ET JEAN-ÉRIC VERGNE SONT CHAMPIONS DE FORMULE E

Au terme d’une incroyable saison, DS TECHEETAH décroche le titre Equipes et Jean-Eric Vergne devient le premier pilote à conquérir deux titres Pilotes en Formule E.

Après deux courses intenses sur le circuit de Red Hook à Brooklyn, Jean-Éric Vergne a franchi la ligne d’arrivée de l’ultime E-Prix de la saison en Champion de Formule E 2018/2019.

Mark Preston, Team Principal DS TECHEETAH : « Ce dernier week-end ne pouvait pas avoir moins bien débuté avec les incidents de la course d’hier. Mais il ne pouvait pas mieux finir avec ces deux titres. Gagner le championnat deux fois de suite consolide notre position de référence. J’aimerais féliciter Jean-Éric et toute l’équipe ici et dans notre atelier. Le sport automobile est un sport d’équipe et une équipe doit fonctionner comme une machine bien huilée. La nôtre tournait comme une horloge. »

Xavier Mestalan Pinon, Directeur de DS Performance : « Nous avons entamé notre engagement en Formule E il y a quatre ans et l’objectif a toujours été de gagner. Cette fois, c’est fait. Nous sommes Champions. Champions Teams avec DS TECHEETAH et Champion Pilotes avec Jean-Éric Vergne. C’est historique et nous en sommes très fiers. Pour atteindre ce niveau de performance, il faut être au bon endroit, au bon moment et avec les bonnes personnes. Ce soir, nous avons réussi. Toute l’équipe peut être très fière. We did it ! »

Jean-Éric Vergne, Double Champion de Formule E : « C’est incroyable. Le week-end n’avait pas commencé comme je l’espérais. Cette dernière course n’a pas non plus été idéale, mais ça ne compte pas, car nous avons atteint l’objectif de gagner les deux championnats. Je n’arrive pas encore à réaliser que je suis le premier pilote à gagner deux titres. Je ne peux que remercier mon incroyable équipe et ceux qui oeuvrent en coulisses. C’est à nous ! »

André Lotterer : « Bravo à JEV et à toute l’équipe DS TECHEETAH. Je n’avais jamais vécu dans une telle équipe durant toute ma carrière. Tout le monde mérite ce double titre. J’aurais aimé contribuer davantage à notre succès ce week-end, mais ça ne s’est pas passé comme prévu. Le plus important est que nous soyons Champions Pilotes et Teams ! »

Championnat du monde Superbike – Etats-Unis

Rea fait le break

Après avoir pris les commandes du championnat en Grande-Bretagne, Jonathan Rea a mis un coup d’accélérateur sur le circuit sur de Laguna Seca pour mettre ses adversaires à distance au classement général.

Le quadruple champion du monde de Superbike ne pouvait rêver d’un plus beau scénario avant la trêve estivale. A Donington, début juillet, Jonathan Rea avait brillé en remportant les trois courses du week-end pour passer devant Alvaro Bautista, leader du championnat depuis l’ouverture de la saison en Australie. Une semaine plus tard, en Californie, le pilote Kawasaki a de nouveau fait le plein de points en profitant de deux erreurs de son adversaire pour faire le break au championnat. Après un début de saison où il lui avait fallu plier sans rompre, Jonathan Rea a retrouvé depuis quelques semaines la recette du succès. Sur le circuit de Laguna Seca, le Britannique a démontré sa forme du moment en réalisant un nouveau record de la piste en 1’22”700. Vainqueur samedi après-midi, il s’est de nouveau imposé lors de la course de la Superpole avant de terminer deuxième de la dernière manche derrière Chaz Davies. « Je n’aurais jamais imaginé un tel week-end en arrivant aux Etats-Unis, a déclaré Rea. Je pense même que j’aurais pu gagner dimanche après-midi si nous n’avions pas modifié les réglages de la moto avant la dernière course. J’avais un peu de flottement sur le train avant et j’ai préféré assurer derrière Chaz qui n’est pas pour l’instant un rival pour le titre. Le bilan du week-end est extrêmement positif. Nous avons repris l’ascendant sur nos adversaires, il faudra le garder en septembre quand le championnat reprendra. » Victime d’une chute samedi, Leon Haslam a dû poursuivre son week-end avec une main douloureuse et un bras manquant de force sur l’un des tracés les plus physiques du calendrier. Le Britannique a fait preuve de courage en terminant cinquième de la course sprint et sixième de la dernière course dimanche après-midi. « J’ai pu rejoindre Sykes et Lowes mais je n’avais pas les ressources pour les attaquer », regrettait le coéquipier de Jonathan Rea. Toprak Razgatlioglu a lui aussi confirmé sa forme du moment en terminant troisième à l’arrivée des deux courses et quatrième du sprint de la Superpole.

Le championnat

En deux week-ends, Jonathan Rea a totalement changer de statut. Le voilà désormais en tête du championnat avec 81 points d’avance sur Alvaro Bautista. A Laguna Seca, le pilote Kawasaki a décroché sa 80e victoire en Mondial Superbike et obtenu son 156e podium. Cinquième du classement général, Leon Haslam se maintient dans le sillage d’Alex Lowes et de Michael van der Mark alors que Toprak Razgatlioglu profite de ses deux podiums en Californie pour consolider sa sixième place. Prochaine épreuve au Portugal, sur le circuit de Portimao, le 8 septembre.

Signatech Alpine Elf complète son équipage pour la saison 2019-2020 du Championnat du Monde FIA WEC

À deux semaines du Prologue de Barcelone, Signatech Alpine Elf dévoile son équipage complet pour la saison 2019-2020 du Championnat du Monde FIA WEC.
Sacré en ELMS en 2013 et sur le podium LMP2 du Mans en 2017 avec Alpine, Pierre Ragues retrouve la marque au A fléché en rejoignant Thomas Laurent et André Negrão.
L’équipe témoigne sa reconnaissance à Pierre Thiriet pour avoir brillamment défendu ses couleurs afin d’obtenir un nouveau titre mondial et une nouvelle victoire aux 24 Heures du Mans.

Après avoir officialisé l’arrivée du grand espoir français Thomas Laurent aux côtés d’André Negrão lors des 24 Heures du Mans, Signatech Alpine Elf est en mesure d’annoncer le retour de Pierre Ragues au sein de l’équipe.

Pierre Thiriet ayant pris la décision de se concentrer sur ses prochains enjeux personnels et professionnels, les hommes de Philippe Sinault ont choisi de faire appel à un pilote qu’ils connaissent particulièrement bien afin de le remplacer.

Vice-Champion de Formule Campus en 2003, Pierre Ragues a disputé ses premières 24 Heures du Mans en 2006. Deux ans plus tard, il montait sur le podium en LMP2 avant de rejoindre l’écurie Signature-Alpine avec laquelle il a remporté le premier titre de la marque en European Le Mans Series en 2013.

Parti relever d’autres défis en ELMS puis en FIA WEC, Pierre a retrouvé les Bleus en 2017 lors d’une saison partielle ponctuée d’une quatrième place au classement général des 24 Heures du Mans, synonyme de podium dans la catégorie LMP2. Depuis, le Français continue de briller en ELMS avec notamment deux nouveaux podiums.

Le trio formé par Thomas Laurent, André Negrão et Pierre Ragues aura pour objectif d’aller chercher un troisième sacre mondial pour Alpine tout en essayant d’obtenir une troisième victoire consécutive en LMP2 aux 24 Heures du Mans.

L’équipe débutera ses préparatifs les mardi 23 et mercredi 24 juillet à l’occasion du Prologue sur le Circuit de Barcelona-Catalunya (Espagne).

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut

« Nous tenons tout d’abord à remercier Pierre Thiriet pour son rôle extrêmement important dans notre nouvelle victoire aux 24 Heures du Mans et la reconquête de notre titre en Championnat du Monde FIA WEC. Il n’a commis aucune faute tout en rendant une copie parfaite au Mans. »

« Nous avons eu l’opportunité de rappeler Pierre Ragues à nos côtés et les choses se sont faites naturellement. Nous partageons les mêmes valeurs sportives et humaines, ce qui représente à la fois un gain de temps et un gage de compétitivité. En outre, son profil atypique et polyvalent en a toujours fait l’un des meilleurs ambassadeurs d’Alpine sur les circuits et en dehors. Nous nous inscrivons donc dans la continuité des années précédentes avec un équipage performant, cohérent et complémentaire. Nous n’avons plus qu’une hâte : retrouver la piste dans deux semaines à Barcelone ! »

Championnat du monde Superbike – Grande-Bretagne

Rea en tête du championnat

En remportant  à Donington les deux courses du week-end plus le sprint de la Superpole, Jonathan Rea a fait le plein de points et s’est hissé pour la première fois de la saison en tête du championnat du monde Superbike.

Devant ses supporters, Jonathan Rea n’a pas fait de détails. En net regain de forme depuis quelques semaines, le pilote Kawasaki a tout simplement gagné les trois courses organisées sur le circuit de Donington. La première sous la pluie, les deux autres sur le sec. « J’avais ce week-end une moto irréprochable, commentait le quadruple champion du monde. Sa stabilité m’a permis de faire la différence, sur le mouillé comme sur sec. Je ne pouvais pas rêver mieux dans mon jardin de Donington. Honnêtement, je ne m’attendais pas à un tel week-end. Il me tarde maintenant les prochaines courses sur des tracés où nous devrions être encore plus performants. » Leon Haslam a lui aussi réjoui le public britannique. Troisième samedi après-midi, le coéquipier de Rea est remonté sur le podium du Sprint avant de se classer cinquième de la dernière course du week-end. « J’étais bien sur quatre vingt pour cent du circuit, a expliqué Haslam. Le dernier secteur stop and go m’a posé de gros problèmes, mais globalement je ne peux pas me plaindre des résultats du week-end. » Toprak Razgatlioglu a également brillé en Angleterre. Seulement treizième samedi sous la pluie, le pilote turc a enchaîné deux deuxième places le lendemain sur le sec. En Supersport, Lucas Mahias s’est élancé en tête pour se battre de bout en bout de la course avec Jules Cluzel et Federico Caricasulo. Le Français est finalement passé sous le drapeau à damier en troisième position, enchaînant ainsi son deuxième podium de suite. Hikari Okubo a quant à lui terminé la course en treizième position.

Le championnat

Pilote en forme du moment, Jonathan Rea s’est donc emparé des commandes du championnat du monde Superbike en enchaînant trois victoires et en profitant de la chute de Bautista samedi après-midi. Leader pour la première fois depuis l’ouverture de la saison, le pilote Kawasaki distance même l’Espagnol de 24 points. « On peut être satisfaits de nos progrès mais il ne faut pas s’enflammer, déclare le quadruple champion du monde en titre. A Jerez, nous avions 61 points de retard, tout peut changer d’une course à l’autre. Nous devons continuer à travailler en restant bien concentrés. » Toujours cinquième, Leon Haslam a lui réduit à cinq points son retard sur Alex Lowes. Il devance toujours Toprak Razgatlioglu crédité désormais de 153 points. En Supersport, Lucas Mahias se hisse en quatrième position. Le Français compte 50 points de retard sur Jules Cluzel qui le précède. Hikari Okubo glisse lui à la cinquième place du classement général avec un retard de neuf points sur son coéquipier.

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix d’Allemagne

Marquez à nouveau leader

Alex Marquez a rapidement tourné la page sur sa malheureuse course aux Pays-Bas. Vainqueur en Allemagne, l’ancien champion du monde Moto3 a récupéré la première place du classement général Moto2.

Fauché par la moto de Baldassari à Assen, Alex Marquez n’a pas traîné pour remonter la pente. Au Sachsenring, sur un circuit qui n’a pourtant jamais été l’un de ses préférés, le pilote Marc VDS a commencé par signer sa première pole position de la saison avant de remporter le lendemain sa quatrième victoire en cinq courses au terme d’un nouveau cavalier seul. « Je ne pensais pas avoir le rythme pour m’échapper, confie-t-il. Je voulais surtout économiser mes pneus pour les derniers tours. Je pensais pouvoir monter sur le podium, gagner est encore mieux. Une fois encore l’équipe a fait du bon boulot ce week-end, surtout après les problèmes techniques que nous avons connus samedi matin. Terminer la première moitié du championnat sur une bonne note me fait bien évidemment énormément plaisir. »


Xavi Vierge a lui encore manqué de réussite. Alors qu’il occupait la cinquième place et visait le podium, le Catalan est tombé après avoir été bousculé par Tom Lüthi. Côté Tech 3 où Philipp Öttl est toujours absent, Marco Bezzecchi s’est classé dix-neuvième, derrière Nicolo Bulega. En MotoGP, Miguel Oliveira a compromis ses chances de terminer dans les points en chutant dès le début de course. Le pilote KTM a tout de même pu repartir en enchaînant de bons chronos qui lui ont permis de passer sous le drapeau à damier en dix-huitième position, deux places derrière Hafizh Syahrin qui a encore échoué à la porte des points. On notera par ailleurs la belle quatrième place d’Hector Garzo à l’arrivée de la première épreuve de la nouvelle Coupe du Monde FIM MotoE. Kenny Foray a lui franchi la ligne en quatorzième position.

Le championnat

Vainqueur en Allemagne, Alex Marquez reprend les commandes du championnat du monde Moto2 avec huit points d’avance sur Tom Lüthi. Malgré son abandon, Xavi Vierge conserve la douzième place du classement général. Marco Bezzecchi glisse pour sa part à la vingt-troisième place. En MotoGP, Miguel Oliveira demeure dix-huitième alors qu’Hafizh Syahrin perd une place. A mi-parcours, le pilote Malaisien se retrouve vingt-cinquième avec trois points.

KEVIN HANSEN SCORES HOME WORLD RX PODIUM IN SWEDEN

Höljes, 07 July 2019 – Team HANSEN MJP strengthened its lead in both the FIA World Rallycross Championship drivers’ and teams’ classifications, with Kevin Hansen scoring a second place and both cars making the Final.

A challenging start to the weekend on Saturday left Kevin and Timmy Hansen P9 and P16 after Qualifying 2 respectively: Timmy had picked up a puncture in Q1 that left him P21, while Kevin faced the worst track conditions of all five heats in Q2 and lost time.

But a brilliant comeback in Q3 and Q4 put them both back into the fight, lining up second and third for Semi Final 1 on Sunday. Timmy went for the lap one joker strategy, while Kevin then took the lead a couple of laps in, ending up in a door-to-door duel as Kevin exited from his joker lap.

There were no orders from team boss and 14-time European RX champion Kenneth, with both free to race for position. A great fight ensued, with Kevin keeping the inside line for the Velodrome to take the lead back after losing it momentarily, leading his brother home in second.

The final was a mix of joy and sadness, as a potential double podium disappeared. A great overtaking move into the joker on lap one put Timmy third, which became second when Kevin took his joker. But a puncture on lap three ended his hopes, finishing sixth.

A determined Kevin locked his sights on compatriot Sebastian Eriksson after his joker, closing in during the final laps. A last corner move nearly worked, deftly trying to squeeze down the inside, though not quite enough to take the win.

Kevin has now retaken the lead of the FIA World RX drivers’ championship, six points ahead of his brother Timmy. Team HANSEN MJP’s lead in the teams’ championship is now up to 43 points, with four championship rounds remaining.

WORLD RX OF SWEDEN: RESULTS

Timmy Hansen

Qualifying 1 20th
Qualifying 2 4th
Qualifying 3 2nd
Qualifying 4 6th
Semi-Final 2 2nd
Final 6th

Kevin Hansen

Qualifying 1 4th
Qualifying 2 17th
Qualifying 3 3rd
Qualifying 4 3rd
Semi-Final 2 1st
Final 2nd

TALKING POINTS


There was no home victory for Team HANSEN MJP but it was still a great weekend all around, with points gained on key rivals in both championships.

Höljes lived up to its reputation as one of the best rallycross tracks in the world, providing breathtaking action for the fans from start to finish.

Timmy and Kevin, who are still 1-2 in the title race, were competing head-to-head for position more than once this weekend. Both showed their class, racing hard but fair in their semi-final battle.

THE BIG NUMBER

48,300

The number of spectators that came to Höljes for the ‘Magic Weekend’ of World RX action, a new record.

21 – TIMMY HANSEN

“It was a good day today, recovering to fifth position from 16th in qualifying. We saved a lot of points with a good result.

“The Finals were completely dry, which is how I prefer Höljes. The Semi Final was brilliant – it was a very interesting race and battle all the way through with Kevin. We came out side by side after the joker; the racing was very fair and we were still fighting very hard on the track, but in the right way. I did everything I could to overtake him but still gave him space. That’s how we race and this time he won the battle and the Semi Final, which was great for Kevin.

“The final was a good race. I made a nice pass on Grönholm into the joker on the opening lap, which put me in a good position to chase Eriksson for the lead. I was close but I tried too hard, pushed too much and went over the limit and got a puncture. I wanted to win too much, but that’s me, I need to try! If I’m in a position to win I will always try and give it everything. This time it didn’t pay off but it will another time.”

71 – KEVIN HANSEN

“It was really a tough afternoon. The whole weekend has been completely crazy! Having such different weather during the weekend makes it hard, but we managed to stay in the front, and that was really important for the Semi Final. When I came out of the joker, I saw someone on the inside. I almost spun and didn’t notice it was Timmy until I came back the right way! It was a big shock but we managed it well.

“In the final, when I took my joker and saw Timmy ahead, I thought we would work together to catch the leader but unfortunately he had a puncture, so I had to get past him quickly. It worked and I managed to catch Eriksson, thinking that he had a puncture. So I though he’d run wide at the final corner and I’d stick my nose up on the inside, but he didn’t have a puncture after all! So I had to back out.

“Second place at home feels amazing and in the end and we scored a lot of points for the championship, both for me and the team. It was a really cool event and a good weekend.”

THE BOSS KENNETH HANSEN

“I’m the spotter for Timmy, with Graham Rodemark as Kevin’s spotter, so we get the best out of both of them and try to beat each other. That’s how we have done things and will continue that way. It looked hard, and of course we can have trouble sometimes like getting a puncture, but we don’t want to give up racing and have them queuing up; we want to fight and that’s our spirit.

“We want to push Timmy and Kevin, so during the final I tried to push Timmy to catch Eriksson and we were on the way there. Then unfortunately he was a little tight in one place and broke the wheel rim and got a puncture. We could have played the cards safe and just stayed in position to secure second place but that’s not how we are. We want to fight to the end, we want to give the maximum and sometimes you lose but it’s worth it; I said that to Timmy. We gave it our all. Kevin did the same and in the end he was catching Eriksson and was right on his bumper. That was a thrilling fight and it also shows that both drivers gave everything to try to win.”

NEXT ROUND: WORLD RX OF CANADA

Round seven of the FIA World RX tour takes place in Canada, at the Grand Prix de Trois-Rivières. It’s a unique challenge as the only street circuit on the 2019 calendar, which also features the longest straight of the season. The track’s long history is as a circuit racing venue but when rallycross comes to town, it becomes 40% gravel, where the wide start/finish straight narrows down and features a few twists, plus the joker. Team HANSEN MJP won this event in 2015 and 2016, so hopes are high for a repeat in 2019!

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix des Pays-Bas

Les premiers points de Bezzecchi

Dixième à l’arrivée du Grand Prix des Pays-Bas, Marco Bezzecchi a inscrit à Assen ses premiers points en Moto2. Une juste récompense pour le pilote italien qui n’a jamais baissé les bras.

Si l’adaptation au châssis KTM et la catégorie Moto2 n’a pas été pour lui sans mal, Marco Bezzecchi ne s’est jamais découragé depuis l’ouverture du championnat. L’Italien, qui courait encore après ses premiers points, a réalisé sa meilleure course de la saison aux Pays-Bas en terminant dixième sur les talons de Dominique Aegerter. « Je suis vraiment heureux de ce résultat, confie le rookie du championnat. D’autant que la course était très difficile à cause du vent. J’ai cru à plusieurs reprises que j’allais descendre en marche de la moto. Je me suis accroché et j’ai été récompensé. J’espère que ce résultat va maintenant me permettre de passer un cap. » Toujours blessé, Philipp Öttl était lui encore absent aux Pays-Bas. En MotoGP aussi, les pilotes KTM Tech 3 se sont mis en valeur en rentrant de concert dans les points. Miguel Oliveira s’est classé treizième et Hafizh Syahrin quinzième. Une performance d’autant plus remarquable que l’ensemble des pilotes KTM a été à la peine sur l’un des tracés les plus physiques du championnat. Du côté de l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS, la réussite n’a pas été au rendez-vous. Alors qu’il menait la course et pouvait espérer une quatrième victoire de suite, Alex Marquez s’est retrouvé par terre après avoir été percuté par la moto de Baldassari à deux tours de l’arrivée. « Ce type d’incident peut malheureusement se produire, a commenté l’Espagnol. C’est la course. Il faut rester positif, cette chute n’est pas la conséquence d’une erreur, nous n’avons rien à nous reprocher. L’objectif de la prochaine course en Allemagne sera de récupérer les commandes du championnat. » Quant à Xavi Vierge, qualifié sur la première ligne de la grille départ, il est lui aussi tombé en s’accrochant avec Augusto Fernandez alors qu’il pouvait prétendre à une place sur le podium.

Le championnat

Après Jerez, pour la deuxième fois de la saison, Alex Marquez n’a pas marqué de point à Assen. Le pilote Marc VDS rétrograde pour la peine à la deuxième place du classement général à six points de Tom Lüthi. Xavi Vierge perd lui aussi une place et glisse en douzième position. Marco Bezzecchi fait lui son entrée au classement général grâce à ses six premiers points. Le pilote Tech 3 pointe désormais en vingt-deuxième position. En MotoGP, Miguel Oliveira passe à la dix-huitième place alors qu’Hafizh Syahrin se hisse en vingt-quatrième position.

Championnat du monde Superbike – Un triplé Kawasaki

Un triplé Kawasaki

Le week-end à Misano a souri aux pilotes Kawasaki, et plus particulièrement à Jonathan Rea qui a décroché deux victoires sur la piste italienne. Le quadruple champion du monde a ainsi considérablement réduit son retard au classement général sur Alvaro Bautista.

Dimanche après-midi, la marque Kawasaki a écrit une belle page d’histoire grâce à Jonathan Rea, Toprak Razgatlioglu et Leon Haslam. Les deux Britanniques et le Turc sont effet montés ensemble sur le dernier podium du week-end de Mondial Superbike organisé sur le circuit de Misano. Un magnifique tir groupé, que le constructeur japonais n’avait plus réalisé depuis 1993 sur le circuit de Sugo, et qui est venu conclure un week-end très productif, notamment pour le quadruple champion du monde en titre. Samedi, Jonathan Rea avait en effet déjà fait parler de lui en signant sa troisième Superpole de la saison avant de s’imposer sur la ligne d’arrivée de la première course du week-end avec plus de trois secondes d’avance sur Tom Sykes, son ancien coéquipier. Une course difficile disputée sous la pluie.

« C’est la première fois de la saison que je roulais sur le mouillé, raconte Rea. La piste était délicate car le niveau de l’eau variait d’un tour à l’autre. J’ai longtemps bagarré avec Alex Lowes, jusqu’à sa chute qui m’a facilité la tâche. La moto était très stable, ça m’a beaucoup aidé dans ces conditions délicates. »

Cinquième du Sprint du dimanche après une petite chute qui l’a privé du podium, Rea s’est de nouveau imposé lors de la dernière course, cette fois devant Toprak Razgatlioglu et Leon Haslam. 
« Un super week-end pour Kawasaki », résume le Britannique. Leon Haslam était déjà monté sur le podium à l’arrivée du Sprint, et il aurait pu en faire autant la veille s’il n’était pas tombé après treize tours de course. Avant sa deuxième place dimanche après-midi, Razgatlioglu était lui aussi tombé samedi alors qu’il occupait la septième place. Le Turc s’est racheté le lendemain en enchaînant une quatrième et une valeureuse deuxième places. En Supersport, Lucas Mahias a lui aussi décroché son premier podium avec Kawasaki en se classant troisième après avoir signé une encourageante pole position. Hikari Okubo a franchi la ligne d’arrivée en cinquième position.

Le championnat

Grâce à son premier doublé de la saison, Jonathan Rea a considérablement réduit son retard sur le leader du championnat. Le Britannique est en effet revenu à seize points d’Alvaro Bautista. Toujours cinquième, Leon Haslam n’est quant à lui plus qu’à onze points d’Alex Lowes qui le précède. Quant à Toprak Razgatlioglu, il se hisse à la sixième place du classement général. En Supersport, Hikari Okubo conserve sa quatrième place alors que Lucas Mahias remonte en cinquième position à quatre points de son coéquipier japonais.

JEAN-ÉRIC VERGNE – ROI DE BERNE

Jean-Éric Vergne a signé une performance éblouissante lors de l’E-Prix de Suisse en cumulant la pole position, la victoire, ainsi que le trophée voestalpine du meilleur pilote sur les courses européennes. Le pilote DS TECHEETAH devient également le premier à décrocher une pole position en partant du Groupe 1 et le premier à compter trois victoires cette saison.

André Lotterer a pris le départ depuis le huitième rang. Remonté en quatrième position grâce à de magnifiques dépassements, il était classé en quatorzième position après une pénalité due à une incompréhension entre le pilote et l’équipe.

Mark Preston, Team Principal DS TECHEETAH : « Jean-Éric était en feu aujourd’hui. Il a mérité sa victoire. Mais je dois aussi saluer le travail de toute l’équipe pour cette incroyable performance. Nous nous retrouvons dans une situation que nous connaissons déjà avec les premières places des classements Pilotes et Teams avant d’aller à New York. Nous comptons désormais respectivement 32 et 43 points d’avance. Même si l’écart semble important, ce n’est jamais confortable en Formule E. Il reste encore deux courses et beaucoup de points à prendre. »

Xavier Mestalan Pinon, Directeur DS Performance : « Bravo à JEV et DS TECHEETAH pour cette exceptionnelle troisième victoire qui nous rapproche encore un peu plus des deux titres de la saison. Les dernières améliorations nous ont donné un réel avantage pour cette course. Je voudrais encore remercier toute l’équipe pour les efforts impressionnants qui ont été fournis»

André Lotterer, 14e : « C’est frustrant de recevoir une aussi lourde pénalité après avoir travaillé aussi dur pour remonter au classement. C’est un coup dur, car les points de la quatrième place étaient précieux dans la lutte pour le titre. Mais nous allons rester concentrés et préparer New York pour terminer la saison sur une bonne note. »

Jean-Éric Vergne, vainqueur : « L’équipe a si bien travaillé qu’il paraissait difficile de faire mieux. Les derniers tours ont été très stressants avec l’arrivée de la pluie. J’ai été vraiment prudent, car il était préférable d’être deuxième que de terminer dans le mur. Même si je donnais tout pour gagner, il fallait faire attention. Le week-end a été fantastique pour l’équipe avec la pole position, la victoire et quelques points de plus dans les deux championnats. Tout s’est très bien passé et je suis fier du travail que nous avons fait. »

Signatech Alpine Matmut fait coup double : nouvelle victoire aux 24 Heures du Mans et titre mondial en LMP2 !

Au terme d’une édition semée d’embûches, l’équipe Signatech Alpine Matmut s’offre son troisième succès en quatre ans dans la catégorie LMP2 des 24 Heures du Mans.

Avec huit podiums en autant de courses, Nicolas Lapierre, André Negrão et Pierre Thiriet permettent à la marque d’obtenir sa deuxième couronne en Championnat du Monde FIA WEC.

Cette victoire conclut de manière retentissante une semaine marquée par la présentation de la Nouvelle Alpine A110S.

Obéissant fidèlement à une tradition bien établie, le départ des 87e 24 Heures du Mans était donné ce samedi à 15h00 et Nicolas Lapierre gagnait d’emblée une place pour se porter au deuxième rang de la catégorie LMP2.
 
Resté plus longtemps en piste que ses concurrents directs, le Français s’emparait de la tête dès le huitième tour de son premier double relais. Une fois celui-ci achevé, le pilote Signatech Alpine Matmut enchaînait sur un triple relais tout en tentant de contenir la G-Drive n°26, dont le retour était facilité par une stratégie plus agressive. 
 
Le duel se poursuivait lorsqu’il passait le témoin à Pierre Thiriet, puis à André Negrão, qui entrait en action au début de la sixième heure.
 
Au crépuscule, les drapeaux jaunes, slow zones et neutralisations se multipliaient sous quelques gouttes de pluie sur le Circuit de la Sarthe. Le Brésilien faisait peu de cas de ces conditions piégeuses pour replacer l’Alpine A470 au sommet avant la réplique de son rival, chaussé de pneus plus frais.
 
Après un arrêt au stand perturbé par un concurrent en LMP2 au tiers de la course, Nicolas Lapierre et Pierre Thiriet reprenaient la piste pour se lancer à la chasse des leaders.
 
Le Vosgien allait toutefois connaître son lot de mésaventures dans la nuit mancelle puisque deux neutralisations dans ses deux premiers relais changeaient radicalement la physionomie de la course. La voiture de sécurité s’intercalant entre la n°26 et lui, les Bleus perdaient une minute dans la première, puis de précieuses secondes lors de la deuxième intervention.
 
Relégué à deux minutes et demie, Pierre Thiriet bouclait son triple relais avant de laisser André Negrão et Nicolas Lapierre passer à l’attaque avant l’aube. S’ils parvenaient à regagner une minute au petit matin, leurs efforts étaient annihilés par l’accident de la Dragonspeed n°31 ramenant la voiture de sécurité en action.
 
Dans la foulée, l’équipe ajustait sa stratégie en relançant Pierre Thiriet en piste à sept heures du drapeau à damier. La détermination et la persévérance de l’équipage portaient enfin leurs fruits lorsque les leaders restaient bloqués dans les stands peu après 9h00. L’Alpine A470 récupérait ainsi la première place avec un tour d’avance sur son premier poursuivant et ultime rival encore en course pour le titre.  
 
Dès lors, le trio continuait d’enchaîner des chronos compétitifs tout en ayant le luxe de gérer son avance et son matériel.
 
Après le dernier relais d’André Negrão, Pierre Thiriet revenait au volant pour atteindre son temps minimum de roulage avant que Nicolas Lapierre ne soit chargé de rallier l’arrivée. 
 
Pour sa dernière apparition avec la marque au A fléché, Nico passait le premier sous le drapeau à damier pour sceller sa troisième victoire au Mans en quatre participations avec Alpine. 
 
Ce succès est également le troisième de Signatech Alpine Matmut dans la Sarthe après les victoires de 2016 et 2018, mais aussi son cinquième podium dans la catégorie LMP2 depuis 2014.
 
Enfin, ce triomphe acquis devant la Jackie Chan DC Racing n°38 permet à Alpine d’obtenir son deuxième titre LMP2 en Championnat du Monde FIA d’Endurance après celui de 2016… Une couronne qui sera remise en jeu dès le coup d’envoi de la saison 2019-2020 le 1erseptembre prochain à Silverstone !

Ils ont dit

Philippe Sinault, Team principal Signatech Alpine Matmut

« J’avais dit que nous étions prêts et nous l’étions bel et bien. La concurrence l’était tout autant, ce qui nous a offert un début de course très intense et disputé avec un rythme beaucoup plus élevé que d’habitude. Cela laissait présager une belle et longue bataille, où nous n’avons pas été surpris de retrouver les principaux prétendants à la victoire et au titre. Nous nous sommes tenus dans un mouchoir jusqu’à la tombée de la nuit, puis Le Mans a encore choisi son vainqueur. C’est dans de telles situations qu’il faut être prêt et présent. Nous l’avons été à tous les niveaux : la voiture n’a pas vu les graviers, nous avons su faire les bons choix, bien communiquer et nous adapter. C’est la clé pour un événement de cette ampleur et nous avons pris énormément de plaisir. Cette victoire a une saveur toute particulière par rapport à celle de l’an dernier, car nous allons pouvoir la fêter tous ensemble dès ce soir et nous avons pu entendre La Marseillaise sur le podium. Il faudra ensuite se renconcentrer rapidement puisque la prochaine échéance, le Prologue, arrive très vite ! »

Nicolas Lapierre

« Quelle journée pour toute l’équipe et nous ! Elle était essentielle et cruciale dans le dénouement du championnat et de cette course mythique des 24 Heures du Mans. Nous travaillons depuis plus d’une année pour atteindre ces deux objectifs et nous avons finalement réalisé notre rêve de remporter les deux. Nous avions d’abord décidé de nous focaliser sur le titre mondial, mais une fois le départ donné, nous nous sommes battus corps et âme contre la G-Drive. Ce n’était pas une concurrente directe au championnat, mais nous nous devions de respecter ce monument qu’est Le Mans en nous battant pour la victoire. Nos efforts ont payé et la victoire nous apporte le sacre. C’est un mélange très fort d’émotions, mais aussi la satisfaction du travail accompli sur une épreuve qui s’annonçait très difficile et disputée. D’un point de vue plus personnel, il s’agissait de ma dernière course avec Alpine. Peut-être que le futur nous réunira, mais il était important de finir de cette manière et nous ne pouvons être que fiers de cette équipe et de tout ce que nous avons accompli ensemble. » 

 

 

André Negrão 

« La plus haute marche du podium est vraiment un endroit magique et je suis fier d’y être avec Alpine et toute l’équipe. Non seulement nous remportons les 24 Heures du Mans pour la deuxième année consécutive, mais nous sommes également sacrés au championnat. Je suis aux anges et je pense même être le plus heureux d’entre nous tous aujourd’hui. Je viens de remporter mon premier titre et je m’en souviendrai toute ma vie. Je tiens vraiment à adresser un immense merci à l’équipe Signatech Alpine Matmut, à Philippe ou encore à Alpine et tous ceux qui ont cru en moi, m’ont soutenu et nous ont permis d’atteindre tous ensemble ce formidable doublé ! »

 

 

 

 

Pierre Thiriet

« C’était une course de folie. La bataille était véritablement intense et disputée, mais nous nous y attendions face à des concurrents de qualité qui se sont montrés propres et fair-play en piste. Je tiens vraiment à souligner le travail réalisé en amont par l’équipe pour préparer chaque manche et celui-ci a été évident ce week-end : la voiture n’a eu aucun souci et aucun de nous trois n’est parti à la faute. Je pense que c’est la clé pour réussir en LMP2 tant le moindre problème oblige à cravacher fort pour revenir. Nous formons également une famille très soudée, où règne un excellent état d’esprit. C’est un aspect important et il nous permet d’être doublement heureux aujourd’hui. Nico et André ont fait un travail incroyable, tout comme l’ensemble de l’équipe. Nous avons été comme portés par l’immense soutien des fans et des médias envers Alpine et son équipage comprenant deux pilotes français. Enfin, je tire mon chapeau à Jota. Ils ont été des adversaires exceptionnels lors de cette superbe saison. Leur pointe de vitesse nous a poussés à progresser et à nous sublimer et c’était un régal de se battre contre eux ! »

 

 

 

24 Heures du Mans – LMP2
1. Signatech Alpine Matmut n°36 368 tours
2. Jackie Chan DC Racing n°38 + 1 tour 
3. TDS Racing n°28 + 2 tours
4. United Autosports n°22 + 3 tours
5. IDEC Sport n°48 + 4 tours
6. G-Drive Racing n°26 + 4 tours 
7. Duqueine Engineering n°30 + 5 tours
8. Panis Barthez Compétition n°23 + 6 tours
9. Graff n°39 + 6 tours
10. Algarve Pro Racing n°25 + 11 tours

Trophée FIA LMP2 Équipes
1. Signatech Alpine Matmut n°36 – 181 points
2. Jackie Chan DC Racing n°38 – 166 points
3. Jackie Chan DC Racing n°37 – 138 points
4. DragonSpeed n°31 – 117 points
5. Larbre Competition n°50 – 85 points
5. Racing Team Nederland n°29 – 85 points
7. TDS Racing n°28 – 66 points