Archives de catégorie : Saison 2015

Championnat du Monde Qatar 2015

CLAP DE FIN POUR LOEB

L’équipe Citroën Total boucle sa saison sur deux nouvelles victoires pour López et Muller et fait ses adieux à Sébastien Loeb qui évoluera désormais en tout terrain avec Peugeot Sport.

LOEB Sebastien (fra) Citroen C Elysee team Citroen racing portrait ambiance during the 2015 FIA WTCC World Touring Car Race of Argentina at Termas de Rio Hondo, Argentina on March 6th to 8th 2015. Photo Francois Flamand / DPPI.

Un finish en beauté

Septième pole position et dixième victoire pour le double champion du monde José María López, qui confirme ainsi sa suprématie sur la discipline. Yvan Muller remporte la seconde course et passe devant Sébastien Loeb au classement pour le titre honorifique de vice-champion du monde. Le team Citroën Total boucle son deuxième exercice en WTCC avec 21 succès sur 24 courses, le titre constructeurs et un quadruplé au championnat pilotes.

« En s’imposant tour à tour alors que les titres étaient déjà joués, José María López et Yvan Muller ont rappelé qu’ils sont les meilleurs pilotes actuels de la discipline. Toute l’équipe a un serrement au cœur en réalisant qu’il s’agissait de la dernière course de Sébastien Loeb avec nous. C’est un grand chapitre de l’histoire du sport automobile qui s’achève aujourd’hui. Nous partagerons toujours beaucoup de bons souvenirs avec Sébastien. »

Yves Matton (Directeur de Citroën Racing)

 

« J’avais pour ambition de conserver la deuxième place du Championnat du Monde, mais je savais que ce serait difficile et qu’Yvan attaquerait très fort pour reprendre l’avantage. Même si cela ne s’est joué qu’à un point, je n’ai pas de regrets. Pour le reste, je garderai de bons souvenirs de mon passage dans cette discipline. Je remercie Citroën, pour cela comme pour ce que nous avons fait depuis quinze ans. C’était une grande émotion d’être avec l’équipe pour la dernière fois, mais je regarde en avant et mes prochains défis seront passionnants. J’ai encore quelques choses à essayer avant de boucler la boucle ! »

Sébastien Loeb (Team Citroën Total)

Grand Prix d’Abou Dhabi 2015

ROSBERG FINIT EN BEAUTE

Sixième succès 2015 de l’Allemand, devant son champion du monde de coéquipier, au terme du dernier GP de la saison. Ricciardo sixième sans éclat, Grosjean neuvième avec brio.

KVYAT daniil (rus) red bull renault rb11 action during the 2015 Formula One World Championship, Abu Dhabi Grand Prix from November 27th to 29th 2015 in Yas Marina. Photo Florent Gooden / DPPI

Rosberg finit en beauté

Sixième pole position de rang et troisième victoire consécutive pour Nico Rosberg, qui avec le meilleur tour en course s’offre le premier grand chelem de sa carrière. L’Allemand est irrésistible depuis que son coéquipier chez Mercedes, Lewis Hamilton, a décroché le titre mondial 2015. Le Britannique explique ses trois deuxièmes places par un développement sur les suspensions dont il s’accommode mal depuis quelques semaines.

Le réveil de Räikkönen

Ce n’est que le troisième podium de Kimi Räikkönen cette saison, mais il arrive à point nommé. Sur le fil, le Finlandais passe son compatriote Valtteri Bottas au classement du championnat pour prendre la quatrième place derrière les Mercedes et l’autre Ferrari aux mains de Sebastian Vettel, brillant quatrième après avoir été piégé en qualifications par la stratégie hasardeuse de la Scuderia. Au classement final du championnat pilotes, les équipes tirent groupé avec les deux pilotes Williams aux cinquième et sixième places devant les deux Red Bull et les Force India.

Grosjean la tête haute

Rejeté en dix-neuvième position sur la grille (changement de boîte de vitesses), Romain Grosjean a livré une course pugnace, sur une stratégie décalée, pour finir dans les points à la neuvième place. Une prestation de qualité pour son dernier Grand Prix avec le Lotus F1 Team. Le Français évoluera l’an prochain avec Haas-Ferrari. Côté Infiniti Red Bull Racing, Daniel Ricciardo et Daniil Kvyat bouclent aux sixième et dixième places une saison compliquée.

« Je quitte l’équipe de la meilleure manière, avec des points au terme d’une bonne course. L’écurie le mérite et je suis fier de partir sur ce cadeau. Ce fut pour moi une journée chargée en émotions et je suis heureux d’être en mesure de récompenser tout le monde à Enstone avec des points. »

Romain Grosjean (Lotus F1 Team)

6 heures de Bahreïn 2015

Signatech Alpine termine au pied du podium

Une pole position et une belle bagarre

Arrivée à Bahreïn sur la lancée d’une première victoire dans la catégorie LMP2 lors de la manche précédente, à Shanghaï, l’équipe Signatech Alpine a confirmé sa montée en puissance ce week-end. En particulier grâce à une splendide pole position du P2 qui plaçait l’équipage Panciatici-Chatin-Dillmann sur la 5ème ligne de la grille de départ. Après une entame prudente, l’Alpine A450b s’est impliquée dans la lutte en tête, au contact des Ligier du G-Drive Racing et de l’Oreca KCMG. Elle prenait même le commandement à plusieurs reprises. Le podium, en vue pendant toute la course, s’évanouissait cependant sur la fin, en dépit de tous les efforts de Tom Dillmann, Paul-Loup Chatin et Nelson Panciatici. L’Alpine A450b échouait finalement à moins d’1,5 seconde de la troisième place, à l’issue d’une bagarre de 6 heures.

36 DILLMANN Tom (FRA) CHATIN Paul Loup (FRA) PANCIATICI Nelson (FRA) ALPINE A450-B NISSAN team Signatech Alpine action   during the 2015 FIA WEC World Endurance Championship, 6 Hours of Bahrain from November 19th to 21th 2015, at International Circuit of Sakhir. Photo Frederic Le Floc'h / DPPI

Porsche rafle tous les titres

Dominatrices aux essais et en qualification, les Porsche 919 Hybrid ont connu, en revanche, une épreuve mouvementée. Celle de Mark Webber, Timo Bernhard et Brendon Hartley surtout. La voiture des leaders  du championnat pilotes, partie en tête, s’immobilisait au stand pendant cinq tours, à la demi-heure de course pour un problème d’accélérateur. Les Audi R18 e-tron quattro, plus à leur aise dans la chaleur, menaient alors la vie dure à l’autre 919 et le titre des pilotes changeait plusieurs fois de chef. La fraicheur du soir aidait néanmoins la seconde Porsche 919 de Dumas, Lieb et Jani à s’envoler vers la victoire, offrant ainsi la couronne mondiale à leurs équipiers*. Toyota profitait des ennuis des prototypes allemands pour monter sur la 3ème marche du podium, Alexander Wurz s’offrant un podium pour la dernière course de sa carrière. En LMP2, victoire et titre pour la Ligier n°26 du G-Drive Racing*, devant l’Oreca KCMG, tandis qu’en GTE Pro, le duo français Pilet-Makowiecki, intouchable, apportait un autre succès à Porsche avec sa 911 RSR, leur équipier de la 91, Richard Lietz s’octroyant le titre des pilotes*. Enfin Aston Martin s’adjugeait les lauriers du vainqueur en GTE Am, catégorie qui couronnait la Ferrari 458 du SMP*.

« Apres nos beaux chronos des essais, la stratégie décalée devait payer… Nous sommes frustrés ! Après nous être battus devant toute la course, c’est dur de ne pas monter sur le podium. Le contact de la Toyota nous le coute. Restons positifs puisque nous atteignons notre objectif, la quatrième place du classement général LMP2. Le bilan de la saison est positif, nous avons su répondre présent. Seul un petit manque de réussite nous aura empêché de monter sur le podium final. Vivement l’année prochaine !»

Nelson Panciatici (pilote Signatech Alpine)

* Sous réserve de la publication officielle des résultats officiels par la FIA

 

Prochain rendez-vous : 6 Heures de Silverstone (17 avril 2016)

Rallye de Grande-Bretagne-Pays de Galles 2015

OGIER S’IMPOSE, L’ESPRIT AILLEURS

Leader de bout en bout, Sébastien Ogier conclut l’exercice 2015 avec une 8ème victoire, assombrie par la tragédie des attentats de Paris. Kris Meeke signe une superbe 2ème place, assurant le même rang à Citroën au championnat des constructeurs.

Sombre dernière

Le match s’annonçait serré entre les deux équipiers de Volkswagen, Ogier devançant Latvala de 8 dixièmes au terme de la première spéciale. Mais dès le deuxième virage de la suivante, Latvala commettait une faute éliminatoire. Même si Meeke restait à l’affût toute la première journée, Ogier creusait peu à peu l’écart. Les terribles événements de la nuit parisienne affectaient ensuite tout le rallye, qui se poursuivait néanmoins. Très marqué, le triple champion du monde évitait, cependant, la moindre erreur et remportait son 3ème Rallye de Grande-Bretagne d’affilée. Brillant aussi et exempt de toute faute, Meeke résistait à la pression de Mikkelsen dans les dernières spéciales, pour s’adjuger la 2ème place devant le pilote Volkswagen.

101_MEEKE_2015_WRCWALES-300x200

Mission accomplie

Très réguliers tout le week-end, les deux pilotes Hyundai Dani Sordo et Hayden Paddon se classent dans cet ordre aux 4ème et 5ème positions finales, malgré la menace permanente du pilote M-Sport Elfyn Evans. Sorti de la route dans la 11ème spéciale, alors qu’il bataillait avec ce groupe, Mads Ostberg apporte, néanmoins, les points capitaux de la 7ème place qui assurent la 2ème place finale du championnat des constructeurs au Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team. Enfin, autres satisfactions avec la victoire du Norvégien Veiby en Junior WRC et WRC3, catégories où est couronné Quentin Gilbert.

Yves Matton (Directeur Citroën Racing) :

«Les circonstances ne se prêtent pas aux célébrations et nous pensons aux victimes parisiennes. Cependant, je tiens à dire merci et bravo à l’équipe pour le travail accompli tout au long de l’année. Nos objectifs ont été atteints avec la deuxième place du Championnat du Monde des Constructeurs, une victoire en WRC et le titre en WRC 3 qui montre que nous sommes toujours à la pointe de la promotion des jeunes talents. Je tiens aussi à féliciter Mads Østberg, Jonas Andersson, Kris Meeke et Paul Nagle pour leur implication toute la saison».

Prochain rendez-vous : Rallye Monte Carlo (22-24 janvier 2016)

Grand Prix du Brésil (Interlagos) 2015

LES RED BULL AU CŒUR DE LA BATAILLE

Nouveau succès de Rosberg, devant Hamilton et Vettel. Fortunes diverses pour les RB11, avec Kvyat 7ème et Ricciardo 11ème. Grosjean se classe 8ème.

Nouvel ordre chez Mercedes

Nouveau doublé pour Mercedes, le 11ème de la saison, mais dans l’ordre Rosberg-Hamilton, comme au Mexique. Comme libéré depuis la perte du titre définitive à Austin, l’Allemand a enchainé une 5ème pole position consécutive et mené sa course de main de maître du début à la fin. Malgré une pression intense au cours du premier relais, jamais Hamilton n’a pu tenter la moindre attaque et se classe 2ème, visiblement vexé. Ce résultat garantit à Rosberg le titre honorifique de vice-champion du monde, avant le dernier Grand Prix de la saison, ses 31 points de marge le mettant hors de portée de Vettel. Après le désastre mexicain, Ferrari retrouve sa place de dauphin. Les monoplaces de Maranello sont même les seules à terminer dans le tour du leader, Vettel devançant Räikkönen de plus de 30 secondes, après un étrange choix de stratégie pour le Finlandais. Derrière, personne n’a pu suivre le rythme, pas même les Williams, Bottas, 5ème, étant relégué à un tour du vainqueur.

Des Red Bull combattives

Equipé du moteur Renault évolué, Ricciardo n’y a pas trouvé de gain substantiel et a été contraint de s’élancer de la dernière ligne, pénalité de 10 places oblige. C’est donc Kvyat qui a mené la charge pour Red Bull dans un peloton serré.

KVYAT daniil (rus) red bull renault rb11 action during the 2015 Formula One World Championship, Brazil Grand Prix from November 12th to 15th 2015 in Sao Paulo, Brazil. Photo Eric Vargiolu / DPPI.

En bataille pendant toute la course avec un Hülkenberg revigoré, le Russe s’incline dans les ultimes boucles, franchissant le drapeau à damiers en 7ème position. D’un autre côté, le coup de poker de Ricciardo – premier pit stop au 3ème tour – ne portait pas ses fruits et l’Australien échoue à la porte des points, 11ème, après l’exclusion de Massa pour une température et une pression de pneus trop élevées avant le départ. Au volant d’une Lotus en forme, Grosjean a brillé à Interlagos, à travers quelques dépassements spectaculaires. Ce qui lui vaut la 8ème place, devant Verstappen, pour la 6ème fois de suite dans les points, une série record pour un pilote Toro Rosso.

Christian Horner (Infiniti Red Bull Racing) :

« Nous savions que nous ne serions pas à l’aise sur ce circuit et la course l’a confirmé, même si l’équipe et les pilotes ont tout donné pour obtenir le meilleur résultat possible. Les dépassements sont très compliqués ici à Interlagos et nous manquions de vitesse de pointe en ligne droite pour contrer les plus rapides. A l’évidence, nous n’étions pas les seuls puisque seulement quatre voitures ont terminé dans le même tour. »

 

Prochain rendez-vous : GP d’Abu Dhabi (Yas Marina – 29 novembre)

Grand Prix de Valence 2015

Rabat par la grande porte

En remportant la dernière course de la saison à Valence, Tito Rabat quitte la catégorie Moto2 par la grande porte. Le pilote espagnol remplacera l’an prochain Scott Redding en MotoGP au guidon de la Honda du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS.

Les courses

Absent des trois dernières courses pour cause de blessure, Tito Rabat n’a pas raté son retour à la compétition. Remis de sa fracture du poignet gauche, l’Espagnol qui faisait ses adieux à la classe Moto2 a brillé sur le circuit de Valence. Qualifié en pole position, Rabat a en effet bouclé les dix-huit tours de course à la première place pour remporter sa treizième victoire dans cette catégorie.

TITO RABAT SPA  ESTRELLA GALICIA 0,0 MARC VDS Kalex  Moto2  GP Valencia (Circuit Ricardo Tormo) 6-8/11/2015 PSP/ Lukasz Swiderek www.photoPSP.com

Malgré trois chutes aux essais et un départ très moyen, Marquez est parvenu à remonter jusqu’à la douzième place.

En MotoGP, Redding a été à la peine pour sa dernière sortie sous les couleurs du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS. En manquant de grip et de feeling depuis la première séance d’essais, le Britannique a dû attendre la seconde moitié de la course pour commencer à trouver ses marques. C’est ce qui lui a permis de remonter de la vingtième à la quinzième place.

Le championnat

Marquer le point de la quinzième place n’a rien changé pour Scott Redding au niveau de sa position dans la hiérarchie du championnat MotoGP. Le pilote du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS conclut sa seconde saison en classe reine à la treizième place du classement général.

En Moto2, Tito Rabat achève sa dernière année dans la classe intermédiaire en troisième position, à trois petits points d’Alex Rins.

Alex Marquez termine quant à lui sa première saison avec la Kalex à la quatorzième place du championnat.

L’histoire

Vainqueur de sa dernière course en Moto2, Tito Rabat a mis un terme à sa carrière en Moto2 de la plus belle des manières. L’Espagnol effectuera l’an prochain ses grands débuts en classe reine. Rabat  a déjà eu l’occasion de réaliser quelques tours avec la Honda RC213V de l’équipe Estrella Galicia 0,0 Marc VDS sur le circuit d’Aragon. Un premier contact qui a ravi le champion du monde Moto2 2014, ainsi que son team manager.

Michael Bartholemy, patron de la structure belge :

« Il nous a effectivement impressionnés, il s’est senti rapidement à l’aise, et la puissance ne l’a pas dérouté. »

Qu’attendre de lui en 2016 ?

« C’est très difficile à dire, la catégorie MotoGP sera très différente l’an prochain. Avec les pneus Michelin, une électronique commune, plus d’essence… Une nouvelle hiérarchie risque de se mettre en place. De notre côté, le fait d’avoir deux pilotes devrait nous permettre de travailler plus vite. Cela peut aider à Tito à progresser rapidement. »

Course de Thaïlande (Buriram) 2015

LOPEZ DOUBLE LA MISE

Une victoire dans la Course 1 permet à José María López de conserver sa couronne mondiale. L’équipe Citroën Total signe un nouveau doublé en WTCC.

 Le roi argentin

Sixième pole position et neuvième victoire de la saison pour José María López. Avant même la Course 2, l’Argentin a ainsi décroché en Thaïlande un deuxième titre mondial des pilotes consécutif avec l’équipe Citroën Total*. « Pechito » est tout simplement la référence actuelle du WTCC au volant de la C-Elysée.

 

Suspense interne

Si les titres mondiaux, revenus comme l’an dernier à Citroën Total, sont déjà joués, le dernier rendez-vous de la saison, au Qatar fin novembre, verra Sébastien Loeb et Yvan Muller se livrer une belle explication finale. En jeu, la deuxième place du championnat. Avec un podium et une victoire ce week-end (suite à l’exclusion de Tiago Monteiro de la Course 2 pour hauteur de caisse non conforme sur sa Honda), Loeb est passé à la deuxième place du championnat. Il possède cinq points d’avance sur Muller, en manque de réussite en Thaïlande avec deux abandons.

 José María López :

« Je suis tellement heureux de décrocher ce deuxième titre de Champion du Monde. L’an passé, nous parlions surtout du premier sacre d’un Argentin depuis Juan Manuel Fangio. Mais cette année, je pense en premier lieu à ma famille, qui a sacrifié beaucoup de choses pour que je puisse venir courir en Europe. Conserver ce titre de Champion du Monde est un immense accomplissement. Je veux aussi remercier l’équipe Citroën Racing, qui m’a donné ma chance et qui m’a donné carte blanche pour affronter des équipiers prestigieux. Cette année, j’ai trouvé que le niveau s’élevait d’un cran supplémentaire. C’est sans doute pour cela que mon émotion est encore plus grande qu’en 2014. Je vais savourer ces moments. »

* Sous réserve de la publication officielle des résultats par la FIA.

 

Prochain rendez-vous : Qatar (Losail, 20 – 22 novembre)

Les 6 Heures de Shanghai

UNE VICTOIRE POUR SIGNATECH ALPINE !

La Belle bleue

Double championne d’Europe (ELMS) en titre dans la classe LMP2, l’équipe Signatech Alpine relevait cette saison le défi du passage à l’échelon supérieur dans le Championnat du monde d’endurance (WEC). Une réussite, puisque la septième sortie en course de l’équipe française s’est traduite ce week-end par une première victoire mondiale dans sa catégorie. A Shanghai, le driver line-up a évolué, Nelson Panciatici et Paul-Loup Chatin ayant été rejoints par Tom Dillmann, qui vient de boucler les Formula Renault 3.5 Series à la huitième place avec 9 courses sur 12 dans les points, dont un podium à Monaco. Intégration réussie, avec une course maitrisée dans des conditions difficiles pour finir avec un tour d’avance sur les leaders du championnat, la Ligier JS P2 Nissan #26 de G-Drive Racing. Signatech Alpine monte en puissance depuis la mi saison, passée d’un rien à côté du podium aux 6 Heures du circuit des Amériques, avant une deuxième place à Fuji début octobre, puis le déplacement victorieux en Chine du prototype A450b.

Porsche plante son drapeau sur l’endurance

Alors qu’il reste une course à disputer, les 6 Heures de Bahreïn, en novembre, Porsche s’est d’ores et déjà assuré le titre de champion du monde des constructeurs*, avec un nouveau doublé LMP1 dimanche en Chine et la quatrième victoire de rang de l’équipage Webber-Bernhard-Hartley, logiquement bien positionné dans la course au titre pilotes. Les Audi leur ont toutefois donné du fil à retordre. Toyota de nouveau impuissante derrière les deux équipes allemandes. Avec ses 911 RSR et Richard Lietz, Porsche visera également les titres en GTE Pro le 21 novembre à Bahreïn, alors que ceux du GTE Am se disputeront entre les Ferrari F458 Italia des équipes SMP Racing Ferrari et AF Corse.

Pegasus protagoniste

Un superbe triple relais d’Alex Brundle a permis au Pegasus Racing Team Total de faire la course LMP2 en tête pendant les 4 premières heures. Lorsque la piste à séché sur les deux dernières heures, la Morgan Nissan #29 que le Britannique partageait avec les Chinois Ho-Pin Tung et David Cheng a rétrogradé à une honorable cinquième place.

 Nelson Panciatici (pilote Signatech Alpine) :

« C’est une belle victoire que nous avons construite tous ensemble, sur la piste comme dans les stands. C’est notre première victoire dans le Championnat du monde, elle est importante pour Alpine et je suis fier d’y avoir contribué. Les conditions étaient difficiles et nous avons su éviter de nombreux pièges. Notre Alpine A450 b a été performante dès les premiers tours de roue. En confiance, nous avons tout donné. Et ça a marché ! »

 * Sous réserve de la publication officielle des résultats officiels par la FIA

 

 Prochain rendez-vous : 6 Heures de Bahreïn (21 novembre)

Grand Prix du Mexique 2015

LES RB11 AU PIED DU PODIUM

Victoire de Rosberg devant Hamilton et Bottas. Tir groupé Infiniti Red Bull Racing avec Ricciardo et Kvyat aux quatrième et cinquième places. Grosjean dixième.

Mercedes Family

Trois moteurs Mercedes sur le podium au Mexique, voilà une nouvelle preuve de la suprématie allemande depuis le passage l’an dernier aux groupes propulseurs V6 turbo hybrides. Superbe baroud d’honneur de Nico Rosberg, en pole et qui fait mieux que résister aux assauts de Lewis Hamilton en fin de course pour s’imposer avec brio. Du coup, l’Allemand récupère la deuxième place du classement pilotes au détriment de son compatriote Sebastian Vettel, sorti de la piste. Un mauvais week-end pour Ferrari car avec le retrait de Kimi Räikkönen, la Scuderia encaisse son premier double abandon depuis le GP d’Australie 2006.

Outre le nouveau et confortable doublé de Mercedes, il faut signaler la troisième place de Valtteri Bottas, dont la Williams est propulsée par le même engin étoilé. Le Finlandais n’était plus monté sur le podium depuis le GP du Canada et restait sur deux abandons. Il subtilise la quatrième place du championnat à son compatriote Kimi Räikkönen.

F1 - MEXICO GRAND PRIX 2015

Un pack de Red Bull

Daniil Kvyat est passé d’un rien à côté de son deuxième podium de la saison, croqué par Valtteri Bottas lorsque la course a été relancée après l’accident de Sebastian Vettel. Le Russe se contente de la quatrième place devant Daniel Ricciardo, lequel avait eu une explication musclée avec Sebastian Vettel au premier freinage. Les deux Red Bull Racing ont été menacées en fin de course par la seconde Williams aux mains de Felipe Massa.

Septième, Nico Hülkenberg retrouve les points et des couleurs en devançant son coéquipier Sergio Pérez. Neuvième Top 10 pour Max Verstappen, la révélation de l’année, et Romain Grosjean prend le dernier point de la distribution avec la dixième place.

Daniil Kvyat (Infiniti Red Bull Racing) :

« En tant qu’équipe nous avons réalisé un travail parfait, avec des points solides à l’issue d’une course solide. Le podium était tout près et nous nous sommes battus jusqu’à la fin mais à la relance, après la voiture de sécurité, nous n’étions pas assez performants en vitesse de pointe et Bottas m’a passé assez facilement. Dommage de ne pas avoir signé ce podium, nous le méritions mais c’est le sport automobile. Nous avons été forts ce week-end, le circuit nous convenait, et nous avons démontré que nous pouvions être champions si parvenons à retrouver le bon chemin. Je crois en cette écurie, je crois en nous et en notre avenir. »

Prochain rendez-vous : GP du Brésil (Sao Paulo – Interlagos – 15 novembre)

Rallye d’Espagne (Catalogne) 2015

UN CADEAU POUR MIKKELSEN

A la faute en vue de l’arrivée, Sébastien Ogier offre la victoire à son équipier norvégien Andreas Mikkelsen. Le Citroën Total Abu Dhabi WRT conserve le 2e rang constructeurs avec Mads Østberg et Kris Meeke aux 4e et 5e places.

Curieuse première

Andreas Mikkelsen, titulaire au sein de la « seconde » équipe Volkswagen, avait assuré dimanche après-midi une deuxième place très satisfaisante. Le Norvégien pouvait être satisfait d’avoir tenu en respect Jari-Matti Latvala, le Finlandais du team officiel. La plus haute marche du podium, elle, comme souvent, était destinée à leur leader et référence, Sébastien Ogier. Le triple champion du monde en titre, avec 50 secondes d’avance, n’avait plus qu’à boucler tranquillement la Power Stage. Eh bien non ! A quatre kilomètres de l’arrivée, le Français partait à la faute, tapait un rail, arrachait une roue ; et Mikkelsen d’hériter de la victoire, son tout premier succès en WRC ! Une juste récompense, toutefois, après 12 podiums depuis 2013. Il est le 75e pilote à remporter une manche du championnat du monde depuis sa création en 1973.

Tir groupé

Alors que Dani Sordo, toujours très performant sur ses terres et devant son public, a pris la troisième place pour le compte de Hyundai, le Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team conserve la deuxième place du classement constructeurs devant son rival sud-coréen à la faveur d’un meilleur résultat d’ensemble : la quatrième place pour Mads Østberg devant Kris Meeke, les autres i20 derrière. Au classement, quatre longueurs d’avance pour l’équipe française alors qu’il ne reste plus qu’un rallye à disputer. Autre satisfaction, le succès en WRC3 de Quentin Gilbert, déjà sacré champion du monde Juniors en Corse aux couleurs Citroën Racing et Total.

Yves Matton (Directeur Citroën Racing) :

« C’était un rallye primordial à ce stade de la saison et nos pilotes ont parfaitement géré leur effort, avec à l’esprit la nécessité vitale de prendre des points au classement constructeurs. La course, très rapide, n’a pas été simple, mais nous avons affermie notre deuxième place au championnat avec les deux DS 3 dans le top 5. Il faut maintenant nous préparer pour le rallye de Grande-Bretagne et sa surface particulière pour y finir le travail ! ».

 

Prochain rendez-vous : rallye de Grande – Bretagne / Pays de Galles (12-15 novembre)