Archives de catégorie : Season 2019

Championnat du monde Superbike – Argentine

Deux victoires de plus pour Rea

Dans la foulée de son cinquième titre de champion du monde obtenu fin septembre à Magny-Cours, Jonathan Rea a enchaîné trois nouveaux podiums en Argentine. Et à deux reprises, le pilote Kawasaki s’est hissé sur la plus haute marche.

Avant-dernière épreuve de la saison de Mondial Superbike, l’étape argentine organisée sur le circuit Villicum de San Juan a une fois de plus permis aux pilotes Kawasaki de se mettre en valeur. Troisième aux essais et deuxième à l’arrivée de la première course, Jonathan Rea a raflé deux victoires dimanche en prenant l’ascendant sur Alvaro Bautista, le vainqueur de la veille. « Je suis très content de la manière dont nous avons géré ce week-end, détaille le quintuple champion du monde. Nous l’avons entamé sur une piste très sale qui nous a posé de nombreux problèmes, notamment au niveau de l’usure des pneumatiques. Mais après chaque séance et après chaque course l’équipe a fait un super boulot en faisant évoluer à chaque fois les réglages de ma moto. Dimanche, son comportement était parfait. Les conditions s’étaient améliorées, le grip était meilleur, et j’ai pu tenir tête à Bautista qui est un gros freineur. J’ai pu conserver un super rythme qui m’a même permis de le lâcher assez rapidement. » En difficulté aux essais, Leon Haslam a souffert en s’élançant à chaque départ d’assez loin. Sixième samedi, le pilote britannique qui, contrairement à ses adversaires découvrait le tracé de San Juan, s’est classé huitième de la course sprint et dixième de la dernière manche du week-end. Belles performances en revanche de Toprak Razgatlioglu qui, comme Rea, a enchaîné trois podiums sur le sol argentin. Trois fois troisième, le pilote turc a confirmé sa montée en puissance sur cette seconde partie de championnat. En Supersport, Lucas Mahias a terminé son week-end sur la deuxième marche du podium. « Je manquais de feeling aux essais, raconte le Français. En début de course, je n’étais toujours pas très à l’aise sur la moto. Mais en observant mes adversaires, j’ai commencé à modifier quelques trajectoires et je me suis mis à rouler dans un très bon rythme. J’étais même le plus rapide sur la seconde partie de la course. Malheureusement, Jules Cluzel avait pris trop d’avance pour que je puisse le rejoindre. Quoi qu’il en soit, ce nouveau podium est une très bonne chose pour toute l’équipe Kawasaki. » Son coéquipier Hikari Okubo est passé sous le drapeau à damier en douzième position à cause d’un problème de vibrations sur sa machine.

Le championnat

Bien que titré depuis l’antépénultième épreuve du championnat organisée en France, Jonathan Rea ne semble pas rassasié de victoires. Le pilote Kawasaki a encore augmenté l’écart sur ses adversaires en Argentine. Ce sont désormais 141 points qui le séparent d’Alvaro Bautista. Plus loin, Leon Haslam se maintient à la sixième place du classement général avec 257 points, juste derrière Toprak Razgatlioglu qui n’est plus qu’à cinq et six points d’Alex Lowes et Michael Van der Mark. Déjà assuré du titre de meilleur pilote indépendant, le Turc peut encore espérer déborder les deux officiels Yamaha et finir le championnat sur la troisième marche du podium. En Supersport, Lucas Mahias consolide sa quatrième place. Cinquième avec 46 points de retard, Hikari Okubo ne peut plus espérer rattraper son coéquipier.

ASTON MARTIN VANTAGE GTE DOMINATES IN SIX HOURS OF FUJI

– Aston Martin Racing clinches first Vantage GTE victory of WEC season
– First double-class victory first for Aston Martin Vantage GTE in WEC
– Team earns first double-podium for Vantage as sister car finishes third
– TF Sport captures first win in WEC to cap an amazing month for team

Sunday 6 October, 2019, Fuji Speedway, Japan. The Aston Martin Vantage GTE clinched its first double victory in the FIA World Endurance Championship, with the car winning both the GTE Pro and Am classes of the 6 Hours of Fuji. It was Aston Martin’s first double triumph since the team managed it in Mexico in 2016.

Marco Sørensen and Nicki Thiim delivered a perfectly-judged performance with the #95 Aston Martin Racing Vantage GTE Pro car in Japan, to deliver their first win of the 2019-2020 season and their second since the car was introduced in May 2018.

Meanwhile in GTE Am TF Sport dominated the race with a lights-to-flag victory, having started from the class pole position. Sørensen began the race from third, but quickly moved up to second in a first hour that stood out for its fantastically close racing between the three manufacturer teams in the Pro class. Once in front, thanks to a brilliant pass for the lead by the Dane on the pit straight using the tow of backmarker, he and team-mate Nicki Thiim (DEN) were able to establish control of the race. The duo did briefly lose the lead to their team-mates Alex Lynn (GB) and Maxime Martin (BEL) in the #97 car, who undercut the #95 on an alternative strategy in the second hour, but after that the Danes managed the race and the intermittent rainy conditions perfectly. Lynn and Martin brought the sister Vantage GTE home in third, marking the first time the car has recorded a double-podium finish in GTE Pro.

It was the fifth win for Thiim and Sørensen in the Dane Train, and the third victory for the Vantage GTE in the last six WEC events. It means that the Danes are now second in the GTE Pro drivers’ standing, one point off the lead, while Aston Martin is also second in the Manufacturers’ Championship with 65 points.

« Winning a race like the one we did today is why we all do it, » said Sørensen. « It was great to be involved in the fight for the lead in the first hour of the race, and because we were leading, after that the race seemed to fly by. This was an important win for Aston Martin and and I am very proud for the team. I’m delighted. » Thiim added: « It is a great feeling to be standing here as a winner. WEC GTE Pro has some of the best racing on the planet as you saw today. It was so close that we had to split strategies on the two cars to cover off the competition. That worked well for us and I’m really proud of the team who have worked so hard for this. They kept their focus and had the right mentality today which was why we were able to capitalise on the car’s pace.
This is a fantastic result for Aston Martin. »

In only the second race since the Vantage GTE became eligible to race in the Am class, TF Sport produced an outstanding performance. Having started from pole position the bright red #90 car led all the way. Salih Yoluc became the first Turkish driver to win a WEC event, while for AMR works drivers Jonny Adam (GB) and Charlie Eastwood (IRL) it was the end of a long wait. TF Sport has finished second four times in the last two seasons prior to this win.

Aston Martin Racing Managing Director John Gaw added, “This result is the perfect demonstration of the Vantage GTE’s potential. It was a great performance by the two Danes. Marco drove extremely well in the first hour and Nicki was outstanding throughout his stint and when the rain came. This was also the first opportunity for us to see our Technical partner Michelin’s new tyres in action on an equal footing in the dry against our rivals, and I think we’ve proven that we are very much in the fight. That Alex and Max also finished on the podium rounded off an excellent team effort. It was indeed a great day for Aston Martin, and I would like to wish TF Sport congratulations on an excellent and long overdue win in the GTE Am class.”

The next round of the FIA WEC takes place at Shanghai, in China, on 10 November.

Championnat du monde MotoGP Grand Prix de Thaïlande

Marquez conforte son leadership

Alors qu’il ne reste plus que quatre courses à disputer, Alex Marquez compte désormais quarante points d’avance au classement du championnat du monde Moto2. Le titre se rapproche…

Première des quatre épreuves de la tournée Asie/Pacifique, le Grand Prix de Thaïlande n’a pas été une formalité pour les pilotes qui ont dû composer avec des conditions climatiques éprouvantes et une piste dont l’adhérence a évolué d’une journée à l’autre. Alex Marquez a bien géré son affaire. Auteur de sa cinquième pole position en sept Grands Prix, l’Espagnol a bouclé le premier tour de course en tête avant de céder la première place à Luca Marini. Il s’est ensuite bagarré avec Iker Lecuona, Brad Binder et Augusto Fernandez avant de franchir la ligne d’arrivée en cinquième position. « La course a été plus difficile que prévu, confie le leader du championnat. Dès ce matin au warm up j’ai vu que j’avais un peu de mal à tenir le rythme. Les conditions étaient sensiblement différentes des essais et disons que ça a été plus délicat pour moi. Malgré tout on a fait une bonne course, je me suis battu assez longtemps devant, en mesure de jouer le podium. Ça n’a pas été possible, mais le week-end reste positif, je termine cinquième avec de bons points pour le championnat. » Xavi Vierge n’a pas pour sa part jamais vu le drapeau à damier. Alors qu’il s’était qualifié en septième position, le Catalan est tombé au onzième tour en essayant de revenir sur les leaders. Du côté de l’équipe Tech 3, Marco Bezzecchi a obtenu son deuxième top dix de la saison après Assen. « La moto fonctionnait bien et j’ai réussi à conserver de l’énergie pour la fin de course malgré la chaleur éprouvante, raconte l’Italien. C’est ce qui m’a permis de doubler plusieurs pilotes dans les six derniers tours. » Phillip Oettl est lui passé sous le drapeau à damier en vingt-deuxième position. En MotoGP, Miguel Oliveira a fini à la porte des points, handicapé par une douleur à l’épaule due à une chute aux essais. « J’avais un bon rythme sur la première partie de la course mais je n’ai malheureusement pas pu le conserver », regrettait le pilote portugais. Hafizh Syahrin s’est quant à lui plaint d’un manque de puissance de son moteur vraisemblablement dû à la chaleur. Il se classe vingtième.

Le championnat

S’il lâche deux points à Augusto Fernandez à l’issue du Grand Prix de Thaïlande, Alex Marquez consolide néanmoins sa position de leader puisqu’à quatre courses de la fin du championnat il possède désormais quarante longueurs d’avance sur son adversaire espagnol. Xavi Vierge glisse à la quinzième place du classement tandis que Marco Bezzecchi remonte à la vingt-et-unième. Dans la catégorie MotoGP, Miguel Oliveira conserve sa dix-septième place et Hafizh Syahrin demeure pour sa part en vingt-quatrième position.

Endurance – Bol d’OR

Les champions méritaient mieux

Pour leur première course avec la plaque numéro 1, les pilotes du team Kawasaki SRC ont cruellement manqué de réussite. Alors qu’elle luttait aux avant-postes, l’équipe tenante du titre a dû abandonner sur chute, à cause d’une maudite trace d’huile.

Épreuve d’ouverture de la saison 2019/2020 du championnat du monde d’Endurance, le Bol d’Or a tourné au cauchemar pour le team Kawasaki SRC. Qualifiés en deuxième position sur la grille de départ, les tenants du titre avaient pourtant bien négocié un début de course chaotique, la pluie ayant en effet contraint les organisateurs à neutraliser les débats peu après 18h00. « On partait en aquaplaning dans la ligne droite, raconte Jeremy Guarnoni. Même en roulant derrière le pace car ça devenait dangereux. Arrêter les motos était la bonne décision. » Le 83e Bol d’Or a ainsi été interrompu durant une douzaine d’heures. La direction de course a attendu que la météo s’améliore pour relancer les motos à 6h00 du matin pour trois quarts de tour d’horloge. Bien reparti, la Kawasaki du team SRC jouait dans le quarté de tête quand la Honda numéro 5 a cassé son moteur, recouvrant d’huile la piste du circuit Paul Ricard. Dans le sillage de Mike Di Meglio, Erwan Nigon s’est fait piéger sans pouvoir réagir. « Il y avait de l’huile de partout, raconte le pilote de Gilles Stafler. Je me suis retrouvé par terre sans avoir le temps de comprendre ni de faire quoi ce soit. J’ai néanmoins pu relever ma moto, et je m’apprêtais à la remettre en route quand Loris Baz est tombé à son tour. Sa moto m’a fauché, et en percutant la mienne, tout a pris feu. J’ai réussi de justesse à me sortir de ce brasier, c’était assez terrifiant. » Moto détruite, le team Kawasaki n’aura donc pas pu rejoindre l’arrivée de la première course de la saison. Prochain rendez-vous en décembre en Malaisie pour les Huit Heures de Sepang, nouvelle épreuve du calendrier de l’EWC.

CITROËN S’OFFRE UN DOUBLÉ ET RELANCE LE CHAMPIONNAT !

Impériales de fiabilité et de compétitivité, les C3 WRC de Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi Janne Ferm ont signé en Turquie un retentissant doublé, qui permet aux premiers cités de se replacer clairement dans la course au titre mondial.

La tactique était claire pour le Citroën Total World Rally Team sur les 38,62 kilomètres restants à négocier aujourd’hui : si Esapekka Lappi et Janne Ferm avaient pour mission de conserver un rythme décent pour ne pas risquer de ne se faire surprendre, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia devaient valider leurs notes dans Marmaris (7,05 km), première spéciale du jour et théâtre au second tour de la Power Stage, avant de préserver leurs pneus dans les deux suivantes, pour tout donner dans ce dernier chrono donnant lieu à l’attribution de points bonus. Les équipages des Rouges s’en tenaient au plan établi en assurant le doublé, tandis que Sébastien Ogier et Julien Ingrassia accrochaient trois points supplémentaires grâce à un troisième temps.

Ce doublé, le premier pour le Citroën Total World Rally Team depuis le rallye d’Argentine 2015, marque la troisième victoire des Rouges cette saison après le Monte-Carlo et le Mexique, en même temps que ses neuvième et dixième podiums de l’année. Il consacre aussi son retour aux avants postes avec une C3 WRC exemplaire de vitesse et robustesse ce week-end, et illustre sa détermination à ne rien lâcher au championnat. En témoigne l’excellente opération réalisée par Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, qui reviennent au 2e rang du classement provisoire à seulement dix-sept unités du leader, alors que quatre-vingt-dix points restent encore à attribuer sur les trois dernières manches de la saison.

Troisièmes en piste le vendredi, Sébastien et Julien voyaient leur début de course être contrarié par une crevaison à six kilomètres de l’arrivée de la première ES. Mais ils remontaient en 3e position dès la spéciale suivante, avant de conclure la journée au 2e rang, à 17’’7 de leurs équipiers, à la faveur notamment de deux 3e temps consécutifs. Un choix de pneus osé par les très fortes chaleurs rencontrées (3 Michelin médiums et 2 durs) dès la reprise le lendemain leur permettait de signer leur premier scratch du week-end dans Yesilbelde (33 km) et reléguer tous les équipages de teams adverses à une minute. Ils s’attachaient dès lors à limiter la prise de risques et préserver leur capital, non sans s’adjuger un deuxième meilleur temps à la répétition de Yesilbelde et se porter en tête, pour se présenter ce matin en très bonne position pour concrétiser leur troisième succès au volant de C3 WRC, une performance synonyme également de septième podium pour eux en 2019.

Tirant le meilleur parti de leur ordre de départ éloigné (9e ) le premier jour, Esapekka Lappi et Janne Ferm se signalaient dès l’ES 2 par un 2e temps. Avant de se porter en tête dès le chrono suivant grâce à leur premier scratch du week-end ! Particulièrement sereins et appliqués à bord d’une C3 WRC leur convenant à merveille, les Finlandais des Rouges se montraient alors impressionnants, malgré un ordre de départ tournant au handicap sur certaines portions très cassantes de la deuxième boucle du vendredi, et un package pneumatique guère adapté à l’apparition de la pluie. Ils allaient ajouter deux nouveaux meilleurs temps à leur tableau de chasse et mener jusqu’à ce qu’un petit calage moteur (ES 12) ne leur valle de céder les commandes à leurs équipiers. Un contretemps qui ne les empêchait pas d’aborder cette dernière étape en ballotage favorable pour accrocher leur troisième podium de la saison, après les 2e places de Suède et Finlande.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

« On avait bien besoin de cette victoire si on voulait avoir une chance de recoller au championnat et je suis très heureux de la ramener à l’équipe. On savait que tout pouvait arriver sur un tel rallye cassant mais nous avons su passer au travers des embuches en adoptant une approche intelligente. C’est un bon coup de boost pour tout le monde en vue de la fin de saison ! Nous savons tous que nous devons continuer à travailler très fort et nous allons nous y atteler dès demain.»

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

« C’était une épreuve très éprouvante, qui ne m’avait pas réussi l’an passé et je suis forcément très satisfait de ma prestation. Nous sommes parvenus à effectuer deux très bonnes premières étapes, en affichant le même niveau de jeu que Seb et Julien, ce qui n’est jamais anodin. Aujourd’hui, l’enjeu consistait à ramener l’auto à la maison et les aider autant que possible. Notre C3 WRC a été parfaite ce week-end, nous n’avons pas connu le moindre problème à son bord et c’est l’une des clefs de ce beau résultat.»

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Que vous inspire le doublé réalisé ce week-end par votre équipe ?

Je suis particulièrement fier de ce que nous avons tous accomplis ce week-end ! Cela va nous faire le plus grand bien. Après l’Allemagne, l’équipe a prouvé qu’elle avait de la ressource, de la cohésion également et une vraie force de caractère pour parvenir à réagir de la sorte ce week-end. Nous avons mené quatre jours d’essais constructifs en Grèce dont nous étions sortis optimistes et cela s’est confirmé ce week-end. Tout le monde s’est démené pour fournir à nos équipages une C3 WRC à la fois extrêmement robuste et particulièrement rapide sur ce terrain pourtant parmi les plus exigeants de la saison, et eux ont parachevé le travail avec beaucoup de talent. Avec les cinq meilleurs temps pleins d’autorité réalisés ce week-end, ils ont dominé le sujet. Et c’est cette détermination, cette combattivité, qui nous animeront jusqu’à la dernière spéciale du rallye d’Australie.

Comment qualifieriez-vous les prestations de vos équipages ?

Parfaites ! Esapekka et Janne ont très bien exploité leur position en piste le vendredi matin, avant de se montrer extrêmement solides même lorsque les conditions ne leur étaient plus favorables. Neuf spéciales durant, ils ont mené les débats en trouvant le bon dosage entre attaque et gestion, puis ils ont très bien compris l’intérêt pour le team de ne pas risquer de tout compromettre, et je tiens à saluer leur état d’esprit exemplaire. Ils ont encore franchi un cap avec C3 WRC sur terre et constitueront un atout indéniable dans notre tentative de conquérir le titre mondial avec Sébastien et Julien. Ces derniers ont quant à eux parfaitement su composer avec leur ordre de départs du vendredi pour se placer idéalement, avant de réaliser notamment l’une de ces spéciales dont ils ont le secret le samedi matin, en faisant parler leur science de la gestion des pneus. C’est la marque des grands de savoir frapper au moment opportun, c’est aussi leur marque de fabrique de ne jamais rien lâcher et ce week-end ils l’ont rappelé avec la manière.

LE TEMPS FORT DU WEEK-END

Première spéciale du samedi, Yesilbelde (33 km), l’une des plus lentes et techniques du week-end avec une moyenne horaire dépassant à peine les 75 km/h, voyait les équipages du Citroën Total World Rally Team asseoir leur futur doublé avec autorité.

Encore très cassant, ce chrono constituait clairement le gros morceau du samedi, or les C3 WRC de Sébastien Ogier – Julien Ingrassia et Esapekka Lappi – Janne Ferm, déjà à la pointe du combat la veille dans la très longue ES de Çetibeli (38,15 km) allaient faire abstraction de la longueur de l’effort, comme de la touffeur ambiante, pour s’y montrer redoutables. Les Français signaient un authentique exploit à la faveur d’un choix de gommes osé, tandis que les Finlandais leur emboitaient le pas à 16’’7 pour assurer le doublé. Derrière, seul Andreas Mikkelsen surnageait, tandis que le reste de la concurrence se voyait reléguée à une seconde au kilomètre, un écart important à un tel niveau. Cette performance permettait du même coup au Citroën Total World Rally Team de repousser la plus proche menace à une minute, et d’envisager notamment le deuxième tour, attendu comme particulièrement éprouvant, avec plus de sérénité

CLASSEMENT FINAL PROVISOIRE

  1. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) 3h50’12’’1
  2. Lappi / Ferm (Citroën C3 WRC) +34’’7
  3. Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) +1’04’’5
  4. Suninen / Lehtinen (Ford Fiesta WRC) +1’35’’1
  5. Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) +2’25’’9
  6. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +2’59’’1
  7. Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) +3’53’’3
  8. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +5’34’’8
  9. Tidemand / Floene (Ford Fiesta WRC) +7’22’’9

CHAMPIONNAT DU MONDE PILOTES

  1. Ott Tänak – 210 points
  2. Sébastien Ogier – 193 points
  3. Thierry Neuville – 180 points
  4. Andreas Mikkelsen – 94 points
  5. Kris Meeke – 86 points
  6. Jari-Matti Latvala – 84 points
  7. Teemu Suninen – 83 points
  8. Esapekka Lappi – 80 points
  9. Elfyn Evans – 78 points
  10. Dani Sordo – 72 points

* sous réserve de la publication des classements officiels par la FIA

CHAMPIONNAT DU MONDE CONSTRUCTEURS

  1. Hyundai WRT – 314 points
  2. Toyota Gazoo Racing – 295 points
  3. Citroën Total WRT – 259 points
  4. M-Sport Ford WRT – 184 points

* sous réserve de la publication des classements officiels par la FIA

INCREDIBLE TURNAROUND GIVES TIMMY HANSEN WORLD RX LEAD IN LATVIA

Riga, 15 September 2019 – Timmy Hansen has taken the lead of the FIA World Rallycross drivers’ championship heading to the final round of the season, scoring victory in an incredible reversal of fortunes.

After Qualifying 2 on Saturday afternoon Timmy was P15 and out of the Semi Final qualification places, after being pushed into a tyre barrier that broke his car’s right-rear wheel.

But an incredible run of results on Sunday ensured he turned around a potentially disastrous weekend into a race win, starting with topping both Q3 and Q4 to qualify second.

Kevin Hansen’s route to the Semi Finals was a model of consistency. A fantastic launch off the line in Q1 led to heat victory from fifth on the grid, and he continued that consistency across Saturday and Sunday to qualify fourth.

Those results led to Timmy and Kevin sharing the front row of Semi Final 2, with the pair finishing where they started and setting up a thrilling Final battle with title rival Andreas Bakkerud, who had taken the Top Qualifier spot.

Another fantastic start from second on the grid propelled Timmy to the lead by turn one, a position he held until the chequered flag. Kevin was a little less fortunate, trapped in the midfield squeeze that dropped him down to last at turn one. A valiant recovery ensured he finished in fourth place at the flag.

Timmy now has a one-point lead in the drivers’ championship over Bakkerud, while Kevin remains a strong contender in third, only eight points behind his older brother.

Thanks to both drivers’ incredible consistency throughout the year, Team HANSEN MJP needs only eight points at the season finale in South Africa to win the teams’ championship, having further extended its advantage over nearest rival GRX in Latvia.

WORLD RX OF LATVIA RESULTS :

1st – Timmy Hansen

Qualifying 1   –  7th
Qualifying 2   –  DNF
Qualifying 3   –  1st
Qualifying 4   –  1st
Semi-Final 2 –  1st
Final – 1st

4rd – Kevin Hansen

Qualifying 1   –3th
Qualifying 2   –  7th
Qualifying 3   –  10th
Qualifying 4   –  5th
Semi-Final 2 –  2rd
Final – 4rd

TALKING POINTS

You can’t keep a good man down. Timmy won every single session in which he raced on Sunday after being down in P15 the day before.

Timmy is guaranteed to finish the 2019 World RX season as the only back-to-back round winner, following his France win with victory in Latvia. He remains the only multiple winner this year too.

Kevin « lost » the grid draw lottery and ended up choosing his grid slot last for the second consecutive weekend. Nonetheless, he still ran in the top five during qualifying all weekend.

This is the first time in World RX history that three drivers have gone to the final round still able to win the championship. The last time that the World RX title race went to the final round was 2015, when one of the two title protagonists was Timmy Hansen.

The big number

13

The number of positions Timmy gained in qualifying, following his Q2 retirement with a broken wheel.

TIMMY HANSEN

“It was tough yesterday. First of all we were very disappointed, but then you can either decide to be angry or to be happy. We came together, we had nice evening and this morning we played some nice music. Everybody was pumped, everyone kept believing that if we made the perfect day today, anything can happen, nothing is certain.

“All four of my launches today were really good. To focus exactly on what you need to do and just drive your best in all these circumstances we’re facing with the championship, in the wet as well, after being in such a low position, is a massive win for the team. This really came from the heart, in wanting it and believing in it. To sit here after where I sat yesterday feels amazing. I’m so proud of these guys, of my big family, that they were with me and that we’ve achieved this together.

“I hope that all three of us have a good weekend in South Africa and a fair battle. Let the best man win!”

KEVIN HANSEN

“I have always struggled a bit in Riga but I felt a lot better this year, which was nice. The one time I had a free run was Q1, where I think I made the launch of the weekend! I got a bit stuck the rest of the time but still had very good speed – I just wasn’t able to get any free air.

“We definitely made some big steps on the launches this weekend. That was the key to staying in front and being fourth at the end of qualifying, then second in the Semi Final. We knew that we were too weak in that area and we knew that if we want to win the championship, we would have to improve there.

“A lot can change in six weeks, so we will make sure to stay on top of our game, drive some TitansRX and prepare ourselves for the final showdown. It’s really important to keep the racing up: when everyone goes to Cape Town for Q1, they will not be as fresh and racing-minded as we will be. In total, with 12 qualifying starts – and hopefully four semi-finals and four finals – between now and Cape Town, we will be keeping our race game really strong. ”

THE BOSS – SUSANN HANSEN

“Everybody stepped up their game this weekend. Our crew always take responsibility but with Kenneth busy filming a TV show in Greece, we felt the absence of one member of a very small team not being here. Their extra effort made a big difference.

“When we came back this morning it had started to rain, so it felt like it was a new race, a new beginning after Timmy’s crash yesterday. It felt like a fresh start.

“What we’ve learned from these difficult moments is that when we turn our focus inwards, rather than looking outside, we begin to focus on every detail: what the spotter needs to say, that the mechanics double and triple check every detail on the cars, and the drivers having one more try at finding the best launch setting.

“This result means the world to us. Timmy and Kevin showed so much strength today and knew exactly what to do during such a rollercoaster weekend. I’m so happy for them and for the whole team.”

NEXT ROUND: 
WORLD RX OF SOUTH AFRICA

Killarney Raceway, located on the northern fringes of Cape Town in South Africa, hosts the World RX season finale on 16/17 November.

Like Biķernieki, it’s a purpose-built circuit racing facility that’s been adapted for rallycross, featuring high-grip asphalt. But unlike the Latvian track, it’s a fast, open, and wide circuit that pushes World RX machines to their highest speeds.

There’s an eight-week wait before the World RX titles are decided – so we’re itching to get back on track in Killarney!

Championnat du monde Superbike – Portugal

Rea repart du bon pied

Près de deux mois après son triomphe à Laguna Seca, Jonathan Rea a retrouvé le chemin de la compétition, à Portimao, sur le même tempo. Avec deux victoires et une deuxième place, le pilote Kawasaki a encore augmenté son avance au classement général du championnat du monde Superbike.

Au terme d’une longue trêve estivale, Jonathan Rea a repris avec le guidon de sa Kawasaki avec le même appétit. Au Portugal, le quadruple champion du monde de Superbike a même fait un pas de plus vers une cinquième étoile. Meilleur temps des essais, il a remporté les deux premières courses du week-end avant d’assurer la deuxième place dans la dernière manche. « L’équipe a encore fait du super boulot, a commenté le Britannique. Les conditions étaient délicates car il a fait très chaud et la piste manquait de grip, mais nous avons réussi à trouver des solutions techniques intéressantes pour y pallier. » Samedi après-midi, Rea s’est échappé dès le début de course en profitant d’un tout-droit au premier tour d’Alvaro Bautista, son adversaire dans la course au titre : « Je me suis retrouvé assez vite avec plusieurs secondes d’avance que je me suis ensuite employé à gérer. » De nouveau vainqueur de la course Superpole dimanche matin, le pilote Kawasaki a terminé le week-end avec un duel à couteau tiré avec la Ducati Bautista. « C’était une bataille très sympa, explique-t-il. Mais dans les derniers tours j’ai préféré assurer la deuxième place en pensant au championnat. » Moins à l’aise sur le tourniquet portugais, Leon Haslam a enchaîné trois places de cinquième après signé le quatrième temps en qualification. « Je suis un peu déçu de ne pas avoir réussi à monter sur le podium dimanche après-midi, regrettait le Britannique. Je manquais un peu de confiance en entrée de virage et je n’ai pas réussi à tenir le rythme des pilotes qui me précédaient. » Toprak Razgatlioglu est lui monté en puissance tout au long du week-end. Sixième à l’arrivée de la première course, il s’est ensuite classé quatrième de la course Superpole avant de monter sur le podium de la dernière manche dimanche après-midi. En Supersport, Lucas Mahias a lui aussi retrouvé le chemin du podium. Le pilote Kawasaki qui s’est battu de bout en bout avec des deux Yamaha de Caricasulo et de Krummenacher termine troisième à moins d’une seconde du vainqueur. Son coéquipier, Hikari Okubo, s’est lui classé septième.

Le championnat

Jonathan Rea a attaqué la dernière partie du championnat du monde Superbike comme il avait terminé la première moitié de la saison : en augmentant son avance au classement général. Alors qu’il ne reste plus que quatre épreuves à disputer, le quadruple champion du monde compte aujourd’hui 91 points d’avance sur Alvaro Bautista, son plus sérieux rival dans la course au titre. Leon Haslam conserve la cinquième place avec un capital de 229 points. Sixième, Toprak Razgatlioglu suit de près avec 223 points. En Supersport, Lucas Mahias pointe en quatrième position avec 98 points, juste devant Hikari Okubo, cinquième avec 82 points.

HANSEN BROTHERS TAKE STUNNING COMEBACK WIN AND PODIUM IN FRANCE

Lohéac, 01 September 2019 – Timmy and Kevin Hansen showed incredible fighting spirit during World RX of France at Lohéac, scoring victory and third place respectively after starting third and sixth in the Final.

Both had some difficult runs in qualifying, with faster starting cars able to jump ahead and take qualifying points away from both drivers.

But a sensational turnaround began in Q4 on Sunday afternoon, with Timmy leading the way thanks to the fastest race time and fastest single lap of the weekend on his way to being Top Qualifier. He was beaten to the first corner in his semi-final on older tyres, so lined up third for the final.

Kevin’s starting position on the outside of the grid in the first three qualifiers set him back and although he managed fourth in Q3, he qualified only 10th. But it was the beginning of a rousing comeback: he went from fifth to third in his semi-final, passing Timur Timerzyanov for fourth on lap one and then leaping past Timo Scheider for a place in the Final on the last lap, coming out just ahead when the German driver took his joker.

WORLD RX OF FRANCE RESULTS :

1st – Timmy Hansen

Qualifying 1   –  2nd
Qualifying 2   –  8th
Qualifying 3   –  6th
Qualifying 4   –  1st
Semi-Final 2 –  2nd
Final – 1st

3rd – Kevin Hansen

Qualifying 1   –10th
Qualifying 2   –  12th
Qualifying 3   –  4th
Qualifying 4   –  10th
Semi-Final 2 –  3rd
Final – 3rd

TALKING POINTS

Who says you can’t overtake at Lohéac? Kevin passed five cars in two races to turn a 10th place in qualifying into a third place finish in the Final. Incredible!

Timmy remains the only driver to win multiple World RX rounds in 2019. France was his third victory of the season.

It’s the second time this year that Team HANSEN MJP has had both cars on the podium: one of only two teams to achieve the feat to date this season.

It’s been close in the drivers’ championship all year, but this is the first time ever that Timmy and Kevin have been tied on points in the world championship.

The big number

35.843

The new World RX of France lap record in seconds, set by Timmy Hansen in Qualifying 1. He took the record only 10 minutes after younger brother Kevin had set a new benchmark in his earlier Q1 heat!

TIMMY HANSEN

“This weekend has been amazing. Coming here, we have so much support from the French fans. We’re getting so much love from them, they’re supporting us, I can feel it going out on track.

“I also love to drive here. We can feel that the Peugeot is comfortable around these corners and I was also feeling very comfortable this weekend. I needed a perfect Q4 to be in the race and we got it just when we needed it, and got the pole, so that was very important for the weekend.

“I was all in for the final: I was going to push very hard and then Bakkerud and Grönholm opened the door for me, so I sneaked by. Those were six brilliant laps. On the last lap, I remembered that back in 2015, my dad told me to enjoy this lap, and I saw I had a big gap, so again, I took in the atmosphere, looked up at the grandstands, and I felt the feeling of leading the last lap in Lohéac. To cross the finish line first is such an amazing feeling.”

KEVIN HANSEN

“I have no idea how I got into the final and semi-final! I pushed really, really hard. I was so unlucky with the draw. I don’t know if I’m lucky or it’s random but we are here. For the semi-final, I was sure on the last lap I was not going to make it. Then I saw Baciuška overtake Scheider, and Scheider lost a lot of time, and I saw that I could make it.

“We started last in the final but had a really good launch, then it was all kinds of mess in turn one. I saw Bakkerud got pushed out wide and I just knew: that’s the guy that I have to beat. When I took the joker it was mega-close against Baciuška: I selected a higher gear at turn five than I had used all weekend, kept the throttle lit up, almost lost it, Baciuška helped me save it, and that secured the podium.

“I am a rallycrosser and I am not a perfect man in all conditions, but I get through it like a machine! I never give up. This is why we are in the fight.”

THE BOSS – KENNETH HANSEN

“It’s such an amazing feeling, the pride of winning in Lohéac. It’s the best event to win! We struggled, we had to fight for it and give it all and we were in a bad position on the grid. For Timmy to come out and do it like this is absolutely marvellous.

“We were in difficult positions this weekend and arrived here after a bad race in Canada, so to come back and achieve a result like this was fantastic. Kevin was also in a bad position after qualifying but came back from 10th and got on the podium. Having both of them finish on the podium is wonderful.”

NEXT ROUND: 
WORLD RX OF LATVIA

Biķernieki, located on the outskirts of Latvia’s capital city Riga, is still a recent addition to the rallycross calendar, yet has already cemented its status as a classic track.

It’s another high-grip track, featuring more asphalt than gravel thanks to Biķernieki’s decades-long history as a racing circuit.

These days World RX is the headline act, and it’s a track Team HANSEN MJP has won on in the past, with Sébastien Loeb winning the track’s inaugural event in 2016.

Championnat du monde MotoGP – Grand Prix de Grande-Bretagne

Vierge retrouve le top dix 


Après quatre abandons d’affilée, Xavi Vierge est passé sous le drapeau à damier du Grand Prix de Grande-Bretagne. L’Espagnol s’est même classé dans le top dix.

« Mon objectif était de finir la course, je suis content d’y être arrivé même si au final le résultat n’est pas celui que j’espérais. » A l’arrivée du Grand Prix de Grande-Bretagne, Xavi Vierge s’est voulu positif. « Il fallait que je me remette sur les rails après quatre abandons de suite. J’ai été peut-être un peu trop prudent en début de course, mais je voulais vraiment éviter les problèmes. »  Parti en tête après avoir signé sa troisième pole position de la saison, Alex Marquez semblait pour sa part en mesure de décrocher une nouvelle victoire. Le pilote Marc VDS est malheureusement tombé au sixième tour alors qu’il devançait Jorge Navarro. « C’est une erreur, je plaide coupable, mais c’est la première de la saison, a expliqué l’ancien champion du monde Moto3. Il faut en tirer les leçons et revenir à la réalité. Tout était peut-être un peu trop facile pour moi ces derniers temps. Je suis désolé pour l’équipe qui avait encore fait un super boulot ce week-end, je ferai le maximum pour racheter dès la prochaine course à Misano. » Les pilotes du team KTM Tech 3 ont eux aussi manqué de réussite sur le circuit de Silverstone. En MotoGP, Miguel Oliveira s’est fait percuter en début de course par Johann Zarco alors qu’il pouvait prétendre à un nouveau top dix. Hafizh Syarhin a lui réussi à rentrer dans les points, ce qu’il n’avait plus fait depuis le Grand Prix des Pays-Bas, en se classant treizième. « Je n’avais pas un super rythme, mais après trois chutes lors des trois dernières courses, je manquais de confiance », a commenté le Malaisien. Côté Moto2, Marco Bezzecchi s’est plaint du grip de sa machine. L’Italien est passé sous le drapeau à damier en dix-neuvième position alors que Philipp Oettl s’est classé vingt-quatrième.

Le championnat

Malgré sa chute -son deuxième résultat blanc de la saison, Alex Marquez demeure le solide leader du classement Moto2. Le pilote Marc VDS compte en effet encore trente-cinq points d’avance sur Augusto Fernandez. Xavi Vierge conserve de son côté la quatorzième place. Pas de changement non plus pour Marco Bezzecchi, toujours vingt-quatrième avec trente-trois points. En MotoGP, Miguel Oliveira perd deux places et glisse en dix-septième position. Hafizh Syahrin pointe désormais vingt-quatrième avec six points au tableau d’affichage.